17/08/2012

Bruxelles:L'abbé Gilbert Yamba, un prêtre congolais interpelle et tance Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères belge !

Bruxelles: L'abbé Gilbert Yamba, un prêtre congolais interpelle et tance Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères belge !

Les prêtres congolais du Groupe Epiphanie

Le Groupe Epiphanie est une association qui regroupe des prêtres congolais de Belgique. Des prêtres acquis à ce qu’on pourrait appeler la "théologie de libération". Le Groupe a pris l’habitude d’organiser des "moments de prière et de méditation" à l’occasion de la commémoration de certains événements qui ont marqué l’histoire du Congo.

Ils sont très actifs les prêtres congolais en Belgique dans la mobilisation et sensibilisation des Congolais et amis du Congo sur les pseudo-rébellions, tueries, massacres, viols, atteintes massives des droits humains, arrestations des opposants, sans oublier le musellement des journalistes, le bâillonnement des activistes de la société civile, les élections boutiquées d'avance, les fraudes électorales et le hold-up électoral. Dire que depuis les dinosaures Mobutistes se sont ligués aux mammouths Joséphistes pour soutenir la prise en otage de toutes les institutions républicaines et la dictature totalitaire, les Congolais n'ont pas le droit d'organiser des manifestations pacifiques dans leur propre pays à moins que cela soit pour soutenir le régime de Joseph Kabila.

L'abbé Gilbert Yamba interpelle et tance Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères belges

Ayant épuisé toutes les démarches aimables, diplomatiques, pour faire entendre la voix des sans voix congolais, l'heure est à la dénonciation des complicités. Le silence assourdissant de certaines autorités belges sur la situation miséreuse et scabreuse que vivent et subissent les Congolais de la République démocratique du Congo est intenable ! L'abbé Gilbert Yamba sort de ses gonds et crie haro sur le baudet: Le problème du Congo, c'est Joseph Kabila !

Didier Reynders qui a pris la mauvaise habitude d'aller à Kinshasa, pour festoyer au Palais de la Nation, avec son ami et protégé Joseph Kabila devra bien lire la énième lettre qui lui a été adressée. Contrairement aux belges flamands, ce sont des politicailleurs belges francophones: Louis Michel "Big Loulou", André Flahaut, Elio Di Rupo, Didier Reynders... qui appuient et soutiennent la dictature totalitaire en République démocratique du Congo. Ils se clament démocrates en Belgique et vont soutenir la dictature au Congo.

Voici la lettre de l'abbé Gilbert Yamba

Abbé Gilbert YAMBA, prêtre

Bruxelles, le 8 août 2012 Rue Pannenhuis 19

1090 Bruxelles

Bruxelles, le 8 août 2012

 

A Monsieur REYNDERS Didier

Ministre Affaires Etrangères et de la Coopération

Rue des Petits Carmes 15, 1000 Bruxelles

 

Objet : Interpellation d’un prêtre Congolais à Mr. Didier REYNDERS Sur la situation en RD Congo

Monsieur le Ministre,

A cause de la situation catastrophique qui prévaut actuellement en RDCongo, nous nous permettons encore de vous adresser cette énième lettre pour vous interpeller.

Les congolais ont marché, écrit et organisé de différentes manifestations pour la vérité des urnes et continuent à manifester leur mécontentement, malheureusement, nous constatons que vous continuez à être sourd à tous nos cris de détresse. Comme nous nous sentons incompris et humiliés par vous à cause des intérêts matériels et éphémères, vous avez accepté de sacrifier tout un peuple. C’est un signe manifeste du mépris à l’endroit d’un peuple en souffrance qui vit dans un régime tyrannique.

Nous apprenons que vous avez le projet d’aller au Congo en la date du 19 août pour contribuer à la résolution du problème d’agression dont la partie Est de notre pays est victime.

Cette agression voulue et entretenue n’est-elle pas une conséquence logique du régime que vous avez soutenu en RDCongo ? Depuis la publication du rapport du panel des experts des Nations-Unies, l’UE, l’Allemagne, l’Angleterre et les USA, etc… ont pris des sanctions contre le Rwanda. En effet, mêmes si ces sanctions sont prises beaucoup plus pour des raisons économiques que pour le bien des congolais, mais, pourquoi la réaction du gouvernement belge tarde à venir ? L’impasse actuelle dont la RDC est la seule victime à payer un lourd tribut, n’est-elle pas le fruit des solutions à la belge avec des négociations, des médiations, et des brassages qui ont conduit des soldats rwandais avec du sang dans les mains à occuper des postes stratégiques dans les FARDC ? Où se trouve Bosco Ntaganda ? Où se trouve Nkunda Batware ?

Nous vous avions dit à travers notre dernière correspondance que l’on peut tromper un peuple, une fois, deux fois, mais pas trois fois. Croyez-vous que les congolais sont dupes ? Croyez-vous que les congolais ne comprennent pas le jeu qui est entrain de se jouer actuellement?

Croyez-vous que si la vérité des urnes a été acceptée, la situation qui prévaut actuellement à l’Est pouvait-elle exister ? Croyez-vous que si le Congo était dirigé par des dirigeants responsables, compétents et aimant ce pays, le petit Rwanda que vous soutenez en coulisse pouvait-il être capable d’amener le Congo là où il est aujourd’hui ?

Croyez-vous que ce qui se passe présentement à l’Est avec des ex-combattants du CNDP-M23, c’est une mutinerie? Les congolais avertis comme le général Paul Mukobo savent « qu’il ne s’agit nullement d’une mutinerie.

C’est un arrangement entre Joseph Kabila et les initiateurs du M-23 dans le but de déstabiliser et d’affaiblir le Congo. » Non, Monsieur le Ministre, le peuple congolais s’est déjà réveillé.

L’unique solution pour mettre fin à cette agression, c’est de faire comprendre au régime de Kinshasa qu’il doit respecter la volonté du peuple congolais exprimée lors de l’élection présidentielle du 28 novembre 2011.

Aussi longtemps que la Belgique et la Communauté Internationale ne prêteront pas une oreille attentive aux revendications des Congolais, le régime tyrannique que vous avez installé qui « gère » le pays par défi ne fonctionnera jamais.

Nous nous battrons avec toute notre énergie, même s’il faut sacrifier nos vies humaines, nous le ferons. Car, le sang qui a déjà coulé au Congo est assez, nous n’allons pas avoir peur de verser le sang qui nous reste pour défendre l’indivisibilité de notre pays.

Ce projet macabre de la balkanisation de notre pays auquel vous pensez ne verra jamais le jour aussi longtemps qu’il y aura un congolais en vie. Pour rappel, le Congo n’est pas le Soudan.

Il n’y a aucun peuple sur la planète qui a déjà été humilié dans son propre pays et ailleurs comme les congolais. Vous avez toujours défendu que la démocratie est entrain de s’installer en RDCongo. Où se trouve aujourd’hui, cette fameuse démocratie ? Les fruits de cette démocratie ne sont-ils pas les crimes ciblés et les arrestations arbitraires?

Où se trouve le député Eugène DIOMI NDONGALA. Un député ayant l’immunité parlementaire que l’on arrête comme un simple citoyen.

Au moment où nous parlons, ce député n’est-il pas dans une cellule du bureau de Pierre Lumbi, conseiller Spécial de votre président Joseph Kabila, Hyppolite Kanambe (Son vrai nom de famille)?

Vous qui avez amené ce régime d’usurpateurs au pouvoir, malgré toutes les tricheries et les fraudes électorales qui ont été dénoncées et déplorées, est-ce votre ministère a-t-il déjà fait une quelconque déclaration pour condamner cette arrestation arbitraire d’un député national? D’ailleurs, le cas de DIOMI n’est qu’un cas parmi tant d’autres et vous en savez bel et bien.

Nous nous permettons de vous rappeler que le mal du Congo a un seul nom : « Joseph Kabila. » Le Congo n’ira jamais de l’avant aussi longtemps qu’il sera à la tête de ce pays.

Son départ tout simplement permettra de mettre fin à toutes ces pseudos rébellions comme le M23 montées pour distraire le peuple congolais du vrai mal qui ronge le pays.

Monsieur le Ministre,

Permettez-moi de vous dire franchement que vous êtes un des responsables des malheurs des congolais et du sang des congolais qui coule aujourd’hui. Ce sang qui coule criera vengeance demain. Et l’histoire ne vous pardonnera jamais pour avoir hypothéqué l’avenir de tant de générations.

A cause du sang qui a déjà coulé nous continuerons à nous battre jusqu’au sacrifice suprême pour défendre la terre de nos ancêtres.

Avec espoir que cette lettre retiendra votre entière attention pour que le sang des congolais cesse de couler.

Abbé Gilbert YAMBA, prêtre

 

Copie :

-Madame Els SCHELFHOUT

-Madame Olga ZRIHEN

-Monsieur François-Xavier de Donnea

-Philippe Moureau

-Président du CDH

-Président du CD&v

-Président des FDF

Président du MLD

-Président du MR

-Président de la NVA

-Président du Vlaam Belang

24/05/2012

Hollande à Bruxelles en train et il est rentré à Paris en voiture !

Hollande à Bruxelles en train et il est rentré à Paris en voiture !

François Hollande a fait mercredi le trajet Paris-Bruxelles en train. Continuant de se démarquer de son prédécesseur, François Hollande a ensuite regagné Paris en voiture dans la nuit de mercredi à jeudi à l'issue du sommet européen informel tenu à Bruxelles. Il a serré des mains et s'est laissé prendre en photo aux côtés des sympathisants venus nombreux. Juste avant son départ pour Bruxelles, François Hollande s'est offert un nouveau bain de foule Gare du Nord à Paris. Accompagné du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, le président français a pris place à bord d'un train Thalys pour se rendre dans la capitale belge, où était organisé un sommet informel des dirigeants de l'Union européenne.

François Hollande à son arrivée en gare de Bruxelles le 23 mai 2012.

 

Un mode de transport inédit qui vient conforter son image de "président normal". car s'il a voyagé en première classe, il était "dans un compartiment qui ne lui était pas réservé", a précisé l'Elysée. Son prédecesseur, Nicolas Sarkozy, utilisait deux avions, un Airbus A330-223 dévolu à l'usage du président et surnommé "Air Sarko One", et un Falcon 7X, l'avion d'affaires haut de gamme du groupe Dassault.

A l'issue de la réunion, qui s'annonce houleuse compte tenu des menaces de naufrage de la Grèce et de la fragilité des banques espagnoles, François Hollande sera de retour à Paris dans la soirée. Mais en voiture cette fois-ci.

François Hollande en voiture !

François Hollande a regagné Paris en voiture dans la nuit de mercredi à jeudi à l'issue d'un sommet européen informel à Bruxelles. Le nouveau président français semble vouloir se démarquer des usages de son prédécesseur qui préférait l'avion. Le chef de l'Etat français a quitté Bruxelles vers 2h30 du matin après avoir donné une longue conférence de presse. A vitesse normale, en respectant les limitations de vitesses, il était censé arriver à Paris 3 heures et demie plus tard, soit vers 6 heures.

François Hollande avait déjà surpris en décidant mercredi de venir en train à Bruxelles. Il avait alors embarqué dans l'aventure le premier ministre espagnol Mariano Rajoy, qui avait fait escale à Paris pour le rencontrer afin d'accorder leurs positions pour le sommet informel de Bruxelles. Mariano Rajoy, qui a visiblement apprécié le voyage, a publié des photographies sur son compte twitter.

Le déplacement en train tranche avec les pratiques de Nicolas Sarkozy, qui utilisait deux avions pour venir participer aux sommets européens à Bruxelles, ville distante de 300 km de Paris.

Cette initiative «hollandaise» a été l'occasion d'une opération de communication, avec des équipes de télévisions embarquées pour le voyage.

Il n'est toutefois pas évident que François Hollande puisse la renouveler pour se rendre à Bruxelles, car le train nécessite de déployer de gros moyens pour assurer sa sécurité. Le rail contraint les autorités belges à faire de même pour le trajet dans leur pays.