26/06/2012

Tout commence en Finistère !

Tout commence en Finistère !

Le Conseil Général du Finistère a lancé la marque "Tout commence en Finistère". S'associer à la marque Finistère, c'est revendiquer une personnalité, un état d'esprit, des valeurs communes. Avec cette marque Finistère, le Conseil général affiche une large ambition : renforcer la notoriété du département, accroître son attractivité envers de futurs habitants, acteurs économiques, artistes et créateurs…, conquérir de nouveaux investisseurs, faire progresser le tourisme, mais aussi séduire les Finistériens et conforter leur sentiment d'attachement au département.

Le Finistère sur une carte française.

Le département du Finistère, le plus à l’ouest du continent européen en est à la fois le porte-voix et la sentinelle éclairée. Ici, les échos du monde sont amplifiés, les idées foisonnent et les énergies, nourries à la puissance des vents et au rythme des marées, nous donnent notre force. Aucun risque que notre département vive à contre-courant ou choisisse le confort douillet d’un bout du monde satisfait de son passé. Nous sommes en tête, et bien décidés à le rester en libérant les énergies, en accompagnant les talents, en affirmant notre forte personnalité et en choisissant toujours l’avenir !

Tout commence en Finistère !

Boré par deux mers et un océan, la Manche, l'Iroise et l'Atlantique, le département du Finistère offre la plus grande étendue côtière de France. Il s'y déploie l'activité maritime la plus intense, que ce soit dans le domaine de la pêche, de la marine militaire ou de la marine de commerce. A ces trois activités historiques, il convient d'ajouter la plaisance, dont l'importance ne cesse de croître. Le Finistère construit donc des bateaux depuis toujours, et sat les équiper et les entretenir en se dotant au fil du temps des techniques les plus sophistiquées, dans tous les aspects qui mettent les navires en ordre de marche " de la quille à la pomme de mât". Ainsi, des chalutiers, des thoniers océaniques, des motor-yachts de luxe, des navires océanographiques et de grands navires de guerre comme le Charles de Gaulle ou le Mistral, sont nés dans le Finistère.

C'est ici aussi qu'est assurée la maintenance des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins. On imagine les technologies et les métiers qui ont dû intervenir pour mener à bien de tels chantiers.

Riche de la diversité de son savoir-faire maritime, le Finistère s'est imposé comme le berceau emblématique des équipementiers maritimes, qui ont su allier tradition et modernité pour relever les défis technologiques du XXIème siècle.

Victoria Klujina et Freddy Mulongo à l'aéroport de Brest. Photo Henri Martin

Michaël Quernez, Vice-président du Conseil général du Finistère. Photo Henri Martin

La réunion matinalee t d'accueil dans une belle salle à l'aéroport de Brest. Photo Henri Martin

Le café pour se réchauffer. Photo Henri Martin

Les journalistes invités par le département du Finistère: Amandine Ascensio, Marha Banuelos, Victoria Klujina, Freddy Mulongo, Gustavo Sanchez et Henri Martin. Photo Henri Martin

Le Finistère, premier département maritime de France métropolitaine avec 1.200 kilomètres de côtes, est aussi parcouru par 6.000 kilomètres de cours d'eau.

L’Odet, considérée comme "la plus belle rivière de France", nait dans les Montagnes noires . Le canal de Nantes à Brest traverse le territoire et retrouve la mer dans la rade de Brest .

La mer, omniprésente, est source de richesses économiques. 40 % de la pêche fraîche française provient des huit ports finistériens : le premier port de pêche artisanale français est situé au Guilvinec , dans le Sud Finistère. Brest se place à la première place bretonne pour son port de commerce, en tonnage et en valeur.

Des écosystèmes uniques ont donné naissance au premier parc naturel marin de France, le parc naturel marin d’Iroise . La mer d’Iroise, classée réserve de biosphère par l’Unesco , renferme la plus grande colonie de phoques gris de France, le champ d’algues le plus important d’Europe.

La mer est aussi source d’inventions. La thalassothérapie est née à Roscoff . La première hydrolienne émergée en France, Sabella , a été conçue par une PME de Quimper . La moitié des emplois bretons dans les énergies marines renouvelables se situe dans le Finistère. La recherche marine de pointe s’y épanouit, Brest rassemblant 60 % de la recherche océanographique française. Le parc de loisirs Océanopolis en est une belle vitrine.

La mer, ses vents, ses courants et ses tempêtes ont aussi forgé des générations de marins. La majorité des licenciés de voile bretons sont présents dans le Finistère. L’école des Glénans , 1ère école de voile d’Europe, y est née. Les classes de mer y ont été inventées au Centre Moulin Mer.

Le pôle "Finistère course au large" dans le sud du département, accueille des champions tels que Jean Le Cam, Armel Le Cleac’h, Vincent Riou, Michel Jourdain, Michel Desjoyeaux. Les quatre derniers vainqueurs du Vendée Globe sont issus de cette pépinière de champions.

Chiffres-clés :

Population du Finistère : 883.000 habitants (au 1er janvier 2006)

131 habitants au km²

La moitié des Finistériens a moins de 40 ans.

Deux agglomérations urbaines :

Brest : 142.548 habitants (Pays de Brest : 384.614)

Quimper : 64.902 habitants (pays de Cornouaille : 327.768)

11 villes de plus de 10.000 habitants dont Concarneau et Morlaix.

A noter que le Finistère est le deuxième département le plus peuplé de la région Bretagne après l'Ille-et-Vilaine (955.846 habitants).

Habitat

Avec 69% d’habitants propriétaires de leur logement, le Finistère est classé au 4ème rang des départements français, après les Côtes d’Armor (70%), la Creuse et la Vendée (71%).

Formation-activité

48% de la population de 20 à 59 ans dispose d’au moins le baccalauréat : + 5 points par rapport à la moyenne nationale.

311.200 salariés dans le Finistère

Un taux de chômage de 8,1% en 2009 (9,1% pour la France)

Niveau de vie-solidarité

Indicateur de cohésion sociale, le Finistère se distingue par le faible écart entre les plus « hauts » et les « plus bas » revenus : 3e département français derrière la Vendée et la Mayenne.

Santé

Niveau d’équipement important avec 58 établissements de santé, dont un C.H.U. à Brest, 6 centres hospitaliers, 4 hôpitaux locaux, ainsi que 58 cliniques et établissements spécialisés.

Sources : Atlas 2010 de l’insee – Conseil général du Finistère/Adeupa De Brest