27/04/2014

Barbaries, maltraitances, xénophobies contre les Congolais de la RDC: Si le dictateur Sassou Nguesso arrive à placer son protéger Henry Lopez à la Francophonie, la RDC devra revoir sa participation !

Barbaries, maltraitances, xénophobies contre les Congolais de la RDC: Si le dictateur Sassou Nguesso arrive à placer son protéger Henry Lopez à la Francophonie, la RDC devra revoir sa participation !

RD Congolais au Beach Ngobila, les expulsés du dictateur Denis Sassou Nguesso

Le vrai problème de la République démocratique du Congo, c'est alias Joseph Kabila, l'incapacitaire de Kingakati. Cela fait treize ans que Louis Michel "Big Loulou" et la mafia internationale ont placé à la tête du Congo alias Joseph Kabila pour mieux piller ses ressources, sauf que l'intéressé n' a toujours pas appris le job. Usurpateur, fraudeur, tricheur, parachuté, illégitime et illégal ne connait pas les missions de la fonction de Président de la République, qu'il assume par défi et catapultage. Comme alias Joseph Kabila ne fait pas son boulot et ne sait même pas qu'il doit défendre les Congolais, les Résistants-Patriotes-Combattants Congolais du monde entier prennent leurs responsabilités: un méga sit-in est organisé le jeudi 30 avril 2014 devant l'ambassade de la République du Congo à Paris , sise au 37 bis rue Paul Valery dans le 16è arrondissement, Métro: Victor Hugo. Depuis le 4 avril des milliers de nos compatriotes RD Congolais sont refoulés dans des conditions infra-humaines par le régime du dictateur Denis Sassou Nguesso adepte de la dépigmentation de la peau, dans le cadre d'une opération au nom barbare: "Mbata ya Bakolo"-"gifles des aînés", qui était supposé traqué les sans papiers et hors la loi, uniquement RDciens ! Des nombreux cas de vols, viols, brimades et autres violences sont enregistrés. Réputées capitales les plus rapprochées au monde, Kinshasa et Brazzaville, Kinois et Brazzavillois se regardent en chiens de faïence et, à la limite, des frères ennemis.

RD Congolais au Beach Ngobila, les expulsés du dictateur Denis Sassou Nguesso

Pour mieux asseoir sa dictature Denis Sassou Nguesso vise la francophonie. Il souhaite placé son homme de main, Henry Lopez, ambassadeur du Congo-Brazzaville à la tête de l'organisation internationale de la Francophonie (OIF) en remplacement d'Abdou Diouf qui aura passé douze ans comme Secrétaire Général. Or la République démocratique du Congo est le plus grand pays francophone d'Afrique. Il faut réfuter la candidature d'Henry Lopez à la tête de l'OIF. Au pire s'il passe, la République démocratique du Congo devra suspendra sa participation, tant que c'est le dictateur Denis Sassou Nguesso qui va piloter l'OIF avec sa marionnette comme Secrétaire général.

RD Congolais au Beach Ngobila, les expulsés du dictateur Denis Sassou Nguesso

Pour combien de temps encore Denis Sassou Ngessou continuera-t-il à piller les ressources du Congo en toute impunité ? A la tête du Congo depuis 1979, excepté un intermède entre 1992 et 1997, Sassou Nguesso se distingue particulièrement par une boulimie de détournements de fonds publics. Ceux-ci sont notamment issus de la manne pétrolière dont l’envolée du prix en 2010 et 2011 a permis au pays d’enregistrer des taux de croissance du PIB de 10,2% et de 8,4% respectivement. Il n’est donc pas étonnant que Sassou Ngessou fasse l’objet d’une plainte en France pour "recel et détournement de fonds publics" par les associations Transparency International et Sherpa dans le cadre des biens mal acquis. Au-delà de ces détournements, Sassou Nguesso exacerbe les reflexes tribalistes et communautaristes qui rongent l'histoire du Congo depuis son indépendance. Ce pays au potentiel immense mérite mieux que cet homme à sa tête. Il faut que Sassou dégage !

Il faut empêcher par tous les moyens que le dictateur Denis Sassou Nguesso fasse main basse sur l'OIF !

20:10 Écrit par Freddy Mulongo | Tags : freddy mulongo, congo, rdc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

03/01/2013

Dialogue Inter-congolais, pour quoi faire? Avec ou sans les miliciens tutsi Rwandais du M23?

Dialogue Inter-congolais, pour quoi faire? Avec ou sans les miliciens tutsi Rwandais du M23?

Les per diemistes, coupagistes et lobbyistes de tous poils se frottent les mains. Avec cette annonce canularesque d'un dialogue inter-congolais pour début 2013, Joseph Kabila veut détourner l'attention de Congolais. Son annonce au contours abracandabresques apparait comme une sordide manipulation, une ruse et reculade ! Les ricanements intempestifs des Résistants-Patriotes-Combattants Congolais sur ce piège de Joseph Kabila doit faire réfléchir. Comme dans un bal des chauves, les traites à la nation congolaise, les assoiffés du pouvoir, les mangeristes et affabulateurs vont se dévoiler. Les zigzags d'un destin, c'est Joseph Kabila ! Arrivé au pouvoir de la manière dont on sait, avec l'appui de Louis Michel "Big Loulou" et d'une mafia internationale pour mieux piller les richesses de la République démocratique du Congo, Joseph kabila l'incapacitaire en tout a échoué sur tous les plans. Un proverbe arabe dit: "On ne cache pas le soleil avec un tamis" et une sagesse bantoue nous enseigne ceci: "Quand on a pas de bâton à la main pour se débarrasser d´un serpent qui fait effraction dans la maison, et y sème déjà mort et terreur, on a tout au moins le devoir de crier haut et fort: au serpent !; afin de prévenir les autres du danger, pour ne pas qu´il ne les extermine tous". Il n'existe pas en République démocratique du Congo des Congolais d'expression kinyarwandaise !

Joseph Kabila, après les cinq chantiers, la révolution de la modernité, l'heure est au dialogue inter-congolais avec le M23. Photo Réveil FM, archives

Lui qui a toujours caché son jeu, le 30 juin 2010 alors que la République démocratique du Congo fêtait le cinquantenaire de son indépendance acquise au prix du sang et des morts, Joseph Kabila a prouvé à la face du monde, qu'il n'était qu'un valet, un laquais à la solde de Paul Kagamé et du Rwanda. Les Chefs d'État étrangers et le Roi des belges ont dû attendre 2 heures de plus, l'arrivée du génocidaire de Kigali avant de commencer les festivités ! Quelle image Joseph Kabila lèguera-t-il aux générations futures de la République démocratique du Congo lorsqu’on assiste impuissant à la dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du pays ? Il avait invité officiellement les forces de l’APR à venir opérer impunément sur le territoire sacré de la République démocratique du Congo et son tueur de président, Paul Kagamé à défier et narguer les Congolais, ainsi que leurs martyrs le jour sacré de ses 50 ans d’Indépendance ?

Joseph Kabila a signé plusieurs décrets de nomination des soudards rwandais comme Officiers des Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Aujourd'hui, l'armée congolaise est infectée des infiltrés rwandais ! Et à chaque fois que cette armée reprend les poils de bête pour bouter les soudards rwandais hors du Congo, c'est Joseph Kabila qui demande aux militaires congolais de ne pas défendre l'intégrité territoriale du Congo, d'abandonner armes et munitions aux miliciens rwandais qui pillent, violent, sèment la terreur au sein des populations civiles sans défense. Les militaires Congolais sont humiliés à cause de Joseph Kabila, qui a donné l'uniforme des Fardc aux infiltrés rwandais pour tuer les Congolais !

Un dialogue inter-congolais pour quoi faire ? Le Grand Congo est sous occupation Rwando-Ougandaise, il mérite d'abord la libération avant toute chose. En politique, il y a des signes qui ne trompent pas : La répression tragique des adeptes du mouvement « Bundu dia Kongo » ; La répression brutale de l’insurrection Enyele dans Équateur, mal digérée par bon nombre des ressortissants de cette province, les tueries et assassinats politiques: Floribert Chebeya, Armand Tungulu, Fidèle Bazana, Franck Ngycke, Bampuwa wa Mulamba, Serge Maheshe...

La résistance congolaise, seule alternative aux propositions alambiquées de Joseph Kabila !

« Dans certains pays d’Asie que j’ai visités, les gens s’identifient par leurs ethnies, tandis qu’en RDC tout le monde se réclame Congolais et est fier de l’être, même vivant en refuge en dehors du pays » : déclaration faite à Kinshasa le 28 juillet 2010 par Antonio Guterres, Haut commissaire aux réfugiés. Mr. Antonio Guterres a avoué son admiration pour le peuple congolais qui s’accroche à son pays, à l’unité nationale et à l’intégrité de son territoire national.

Plutôt que produire un effet de "balkanisation" de la République démocratique du Congo, force est de constater que les agressions successives subies par ce pays ont émergé un profond sentiment d’ "Unité Nationale" et de "nationalisme" congolais. Les résistants-patriotes-combattants Congolais existent ! Qui sont ces résistants-patriotes-combattants congolais qui scandent à travers le monde: "Kabila dégage'' ?

1. Ce sont eux et elles, congolais résidant à l'étranger, qui portent le poids social de la République démocratique du Congo à la place du vernis d'Etat pris en otage par des jouisseurs irresponsables sous Joseph Kabila!

2. Ce sont eux et elles, congolais résidant à l'étranger, qui interviennent financièrement pour plus d'1 milliard de dollars US chaque année (D'après les statistiques de Western Union) pour donner du pouvoir d'achat à leurs familles et investir dans nombreux secteurs économiques notamment le transport, le logement...

3. Ils et Elles sontcadres, ingénieurs, techniciens, médecins, ouvriers, employés, entrepreneurs, chercheurs, infirmiers, aide-soignants, enseignants à l'université et à l'enseignement secondaire, informaticiens, éducateurs spécialisés, avocats, étudiants, prêtres, pasteurs, évangélistes, journalistes, commerçants, sportifs de haut niveau (professionnels et amateurs), artistes, artisans, avocats.... Parmi eux, denombreux jeunes congolais nés à l'étranger qui découvrent leur pays, leur patrie et les abominations qui s'y déroulent impunément!

Ils et Elles sont parents et grands parents congolais résidant à l'étranger!...

Ces résistants-patriotes-combattanssont tout ce qui précède, sauf voyous!

Ils ont toujours été présents pour exprimer, tous, le Ras-le-bol par le mot d'ordre "Kabila dégage!"

Pays de plus de 300 ethnies, regroupées ou divisées à la suite du Traité de Berlin en 1885 qui a permis un agrégat des ethnies et des races (bantoues, pygmées,…), sans forcément avoir mis en place un mécanisme permettant leur cohabitation en osmose, la République démocratique du Congo a malgré cela su se construire UNE réelle Identité Nationale Indivisible. Ce sentiment de nationalisme de type nouveau se traduit aujourd’hui sous forme de « patriotisme national » par des résistants-patriotes-combattants congolais, résultant de diverses agressions injustes et autres injustices historiques subies par la République démocratique du Congo.

Un sentiment qui s’impose peu à peu comme une nouvelle arme de résistance s’érigeant comme un rempart devant permettre de résoudre un conflit opposant d’un côté un Etat (en tant que Nation) et de l’autre une Ethnie.

Il s’agit d’une stratégie non conflictuelle utilisant le mode de mobilisation patriotique, non sur base ethnique mais bien en référence au sentiment d’appartenance à la fois dans un Etat et une Nation Souveraine, Indépendante, Une et Indivisible qu’est La République Démocratique du Congo.

la démarche des résistants-patriotes-combattants congolais peut aujourd’hui être comprise comme étant "le substrat sur lequel s’appuient les défenseurs de la Nation République démocratique du Congo en péril pour résister bon an mal an contre toutes les velléités de démembrement de la République démocratique du Congo". Les résistants-partiotes-combattants congolais fondent leur argumentation sur le principe selon lequel Chaque peuple a des origines, un territoire de référence, des racines, une généalogie, une histoire et un destin communs. Il a un droit inaliénable à une NATION, à une appartenance …La question est de savoir si cette appartenance doit se concrétiser par des frontières et des institutions = Etat.

Or pour le cas de la République démocratique du Congo, le Traité de Berlin a de façon claire et sans équivoque répondu à cette question. Le Grand Congo est placé est cœur de l'Afrique, il a 2 345 000 km2 !

Le Grand Congo est le deuxième plus vaste pays d'Afrique après l'Algérie. Il s’étend de l’océan Atlantique au plateau de l’Est et correspond à la majeure partie du bassin du fleuve Congo. Le nord du pays est un des plus grands domaines de forêt équatoriale au monde, l’est du pays borde le Grand rift est-africain, domaine des montagnes, des collines, des Grands lacs mais aussi des volcans. Le sud et le centre, domaine des savanes arborées, forment un haut plateau riche en minerais. À l’extrême ouest, une quarantaine de kilomètres au nord de l'embouchure du fleuve Congo s’étale une côte sur l’océan Atlantique. Le pays partage ses frontières avec l’enclave de Cabinda (Angola) et la République du Congo à l’ouest, la République centrafricaine et le Soudan du Sud au nord, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie à l’est, la Zambie et l’Angola au sud. Plusieurs centaines d’ethnies forment la population du pays ; le français est la langue officielle et quatre langues bantoues (kikongo, lingala, tshiluba, swahili) ont le statut de langue nationale. L'économie repose principalement sur le secteur primaire (agriculture et exploitation minière).

Pour les résistants-patriotes-combattants, le « patriotisme national congolais » doit être compris comme cette idéologie de se plier au principe de la théorie de l’Etat-Nation, c.à.d. que « chaque Nation doit former un Etat et chaque Etat comprendre une Nation » (=qui est plus qu’une simple juxtaposition des ethnies), à l’opposé de la théorie de l’ethnicité (tribalisme). Malgré les flux migratoires des populations et les déplacements volontaires des populations afin de créer des espaces de peuplement et des territoires spécifiques à certaines pseudo-ethnies, l’issue des différentes guerres d’agression et de déstabilisation de la République démocratique du Congo nous apprend que ces Etats-ethniques éprouvent du mal à naître.

Cela suite à une farouche résistance éprouvée grâce au sentiment d'appartenance au Congo, manifesté par les populations congolaises du nord et du sud, de l’Est et de l’Ouest, ainsi que du centre et de la diaspora. Cette dimension de transcender les ethnies par le refus de traiter les minorités comme des nationalités et qu’elles doivent exister, comme toute autre ethnie, à l’intérieur des limites territoriales de la République démocratique du Congo est une victoire pour les Congolais.

Cette façon de ne pas considérer les minorités comme des entités distinctes aspirant à une certaine autonomie (ou émancipation) mais bien comme des groupes qui, en raison de leurs caractéristiques particulières et leurs situations exceptionnelles, pourraient bénéficier, le cas échéant, d’une attention spéciale de l’Etat Congolais, conformément aux règles constitutionnelles et aux lois de la République Démocratique du Congo.

La solution à leurs problèmes ne devrait pas résulter d’une modification des frontières ou à un déplacement des populations mais doit être trouvée au regard du respect des principes directeurs d’un Etat de droit.

Les minorités ne devraient surtout pas s’engager dans une dialectique belliqueuse visant à lutter contre l’Etat par des voies de contrainte ou l’usage de la force armée ou en ayant recours à leurs congénères extra-frontalières via une sorte de solidarité négative contre la République démocratique du Congo. Toutes les tribus sont minoritaires au Congo, n'en déplaisent aux affabulateurs et lobbyistes écervelés.

Les résistants-patriotes-combattants se consacrent, de défendre jalousement l’Unité nationale de la République démocratique du Congo et son Indépendance.

En effet, l’intégrité territoriale et la souveraineté nationales de la République démocratique du Congo sont des acquis qui ne pourront jamais faire l’objet d’aucune transaction politique, encore moins diplomatique. Il appartient aux gouvernants d’en assurer la garantie et de se comporter réellement en véritables « Hommes d’Etat », défenseurs de la Nation Congolaise.

Patrice Emery Lumumba a versé son sang dans la lutte en faveur du « Nationalisme Congolais ». Mobutu Sese Seko, malgré lui, s’est personnellement investi pour la sauvegarde de l’Unité nationale. M'zée Laurent-Désiré Kabila a connu le destin de Lumumba lorsqu’il a pris conscience qu’il fallait inculquer au peuple congolais le « patriotisme national congolais » le jour où les envahisseurs rwandais se sont retrouvés aux portes de Kinshasa.

Les résistants-patriotes-combattants Congolais veillent au grain. Lors de son voeu annuel, Joseph kabila s'est moqué des Congolais lors de son voeu annuel. Il n'a jamais eu le courage de citer les pays agresseurs du Congo, le Rwanda et l'Ouganda. Il n'a jamais dénoncer les exactions, tueries, barbaries, massacres des Congolais. Joseph kabila ne s'est jamais exprimé avec le sens de gravité sur le génocide congolais commis par ses parrains et alliés tutsi terroristes rwandais de l'actuel régime de Kigali et de leur groupe terroriste dit RCD-CNDP-M23. Joseph Kabila a pris les institutions républicaines en otage. Il est l'armée, la sécurité, la justice, les médias... Son appel à la cohésion nationale est ironique et inapproprié !

Dialogue Inter-congolais pour quoi faire ?

28/10/2012

Affaire Ambassade de Berne: Le torchon brûle entre Sébastien Mutomb Mujing et des Congolais en Suisse

Affaire Ambassade de Berne: Le torchon brûle entre Sébastien Mutomb Mujing et des Congolais en Suisse

Depuis des lustres, la République démocratique du Congo n'a pas d'ambassadeur accrédité en Suisse. Elle n'a qu'un chargé d'affaires a.i, Ad vitam æternam, le dénommé Sébastien Mutomb Mujing à la Mission Permanente de l'ONU, qui occupe un petit appartement deux pièces transformé en bureau dans un immeuble que la Confédération helvétique à mis à la disposition de la République démocratique du Congo, qui se situe derrière l'hôtel Intercontinental à Genève. La diplomatie sans dents caractérise la Mission permanente de la République démocratique du Congo à Genève. Cette diplomatie est mollassonne, sans épaisseur ! L'absenteisme caractériel de Sébastien Mutomb Mujing au Conseil des droits de l'homme, ne se justifie pas. Si par un hasard, il s'y rend et doit intervenir, avec sa voix casserole enrouée, non seulement on ne comprends pas ce qu'il dit et de quoi il parle, on finit par s'arracher les cheveux. On peut défendre son pays, sans défendre un régime, surtout s'il est issu des élections frauduleuses. Un régime qui tue, pille, vole et viole...Un régime assassin ! Sébastien Mutomb Mujing assène des contre-vérités et brouille des pistes sur la situation de la République démocratique du Congo. Et pourtant, il aurait profité de la place qu'occupe Genève, pour mieux faire entendre la voix de la République démocratique du Congo.

Sébastien Mutomb Mujing, Chargé d'Affaires de la République démocratique du Congo à la Mission Permanente de l'ONU

Parler de Genève en tant que ville de paix est presque une évidence, tant est intense le lien entre la ville - son histoire, sa culture - et sa vocation universelle. Genève dans son rôle de ville hôte des organisations internationales est appelée "la Genève internationale".

Elle accueille différents types d'organisations qui traitent de domaines aussi variés que l'action humanitaire, le commerce, les droits de l'homme, l'environnement et le développement durable, la formation et l'éducation, le maintien de la paix et de la sécurité, la météorologie, la propriété intellectuelle, la recherche nucléaire, la santé, les télécommunications et le travail.

La Genève internationale, au sens large, est composée par des organisations internationales (gouvernementales ou non-gouvernementales), par les représentations d'Etats étrangers auprès des organisations et par le personnel de ces entités.

En 1920, 200 diplomates et fonctionnaires internationaux travaillaient à Genève. Aujourd'hui, ils sont quelque 40'000, chiffre auquel il convient encore d'ajouter quelque 2400 employés des organisations non-gouvernementales (ONG).

Genève et New York, siège de l'Organisation des Nations Unies (ONU), sont les deux centres de coopération internationale les plus importants du monde.

Genève étant le plus grand en nombre de réunions. L'Office des Nations Unies à Genève (ONUG) est le centre de diplomatie multilatérale le plus actif du monde et il a été le théâtre de bien des négociations historiques. La Suisse est le siège de 36 organisations qui sont au bénéfice d'un accord de siège, d'un accord de nature fiscale ou d'un accord sur les privilèges et immunités signé avec le Conseil fédéral suisse.

Environ 250 organisations non gouvernementales (ONG) sont installées à Genève. Il s'agit par exemple du Conseil oecuménique des églises (COE), de la Fédération luthérienne mondiale (FLM) et de bien d'autres encore.

170 Etats étrangers (171 en comptant la Suisse) sont représentés à Genève et disposent d'une mission ou une représentation permanente auprès de l'Office des Nations Unies à Genève et des autres organisations internationales, de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et/ou de la Conférence du désarmement (CD).

La République démocratique du Congo a une ambassade à Berne, située sur l'avenue Sulgenheimweg 21, Case postal 5261, 3001 Berne. Notre ambassade donne l'impression d'une maison hantée, abandonnée. Une maison fantôme. Il n' y a jamais personne. Madame Thérese Nseka Koko, la chargée des affaires administratives, vient lorsqu'elle peut. Surchagée par le travail, plusieurs congolais attendent toujours le fameux passeport-biométriques de Tambwe Mwamba. On comprend la nevrosité qui colle à la peau de Madame Thérèse Nseka Koko. Au fronton de l'ambassade, le drapeau de la République démocratique du Congo est un blessé de guerre.

En début décembre 2011, les reporters de Réveil FM International et Kongo Telema avaient fait une descente à Berne pour découvrir l'ambassade la République démocratique du Congo.

Coup de bol, c'est le jour que le livreur est venu faire la livraison de la commande des chaussures de Madame Thérèse Nseka Koko! Ne trouvant personne les chaussures de 490 CH ont été déposées à la porte de l'ambassade.

La clôture en bois de l'ambassade laissée à désirer, le drapeau de la République était un blessé de guerre, les plantes rampantes avaient rampé jusqu'à proximité de la porte, l'ambassade de la République démocratique avait l'allure d'une maison fantome et abandonnée.

La facture Zalando.ch (vente par Internet) de trois paires de chaussures de Madame Thérèse Nseka Koko, commande effectuée le 6 décembre 2011, livrée à l'ambassade de la RDC à Berne. Photo Réveil FM

Les trois paires de chaussures de Madame Thérèse nseka Koko ont couté 409,90 CH. Photo Réveil FM

Abandonné par le livreur à la porte de l'ambassade, un carton ouvert. Photo Réveil FM

Les trois paires de chaussures de Madame Thérèse Nseka Koko. Photo Réveil FM

Madame Thérèse Nseka Koko, chargé adminstrative à Berne. Photo Réveil FM, archives

Regardez bien cette vidéo pour constater dans quel état était notre ambassade le 6 décembre 2011

En guise d'application de l'article 64 de la Constitution de Liège qui régit la République démocratique du Congo car adoptée le 18 février 2006 et qui stipule: "(...) Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d'invidus qui prend le pouvoir par la force ou qui l'exerce en violation des dispositions de la présente Constitution...(...)"Le 10 décembre dernier, une trentaine de Congolais de la Suisse s'étaient donnés rdv à l'ambassade de la RDC à Berne pour protester contre le hold-up de Joseph Kabila ochestrée et programmée par Daniel Ngoyi Mulunda et sa bande de la CENI. Ils étaient entrés normalement dans cette ambassade hantée, ils avaient chanté, dénoncé l'imposture et l'usurpation de Kadogo Joseph Kabila. Les Congolais se sentaient chez eux, forte erreur. La police suisse était venue pour déguerpir les Congolais dans leur propre ambassade, munis de gaz lacrymogène, ils ont gazé les Congolais dans l'enceinte de l'ambassade. Ils y avaient des femmes et des hommes. Regardez ce qui s'était passé ce jour là.

L'occasion faisant le larron, Sébastien Mutomb Mujing chargé d'affaires a.i, Ad vitam æternam impayé par le régime de Kinshasa s'est empressé d'aller porter plainte à la police contre ses compatriotes qui n'étaient à l'ambassade de la RDC pour manifester leur indignation contre le vol électoral. Les Congolais sont accusés d'émeute (art.260 CP),violation de domicile (art.189 CP), dommages à la propriété (art.144 CP) et insoumission à une décision de l'autorité (art.292 CP). Alors que l'ambassade de la RDC à Berne était une maison abandonnée, pour faire marcher les assurances suisses, Sébastien Mutomb Mujing s'est empressé de faire des travaux à l'ambassade qui s'élevent à 6.800 CHF.

La justice suisse réclame à chaque Congolais interpellée dans l'encente de l'ambassade de la RDC à Berne, la somme de 210 CHF. Or la majorité de Congolais ont fait opposition et réfusent de payer cette somme. Ils réfutent les accusations d'émeute, violation de domicile, dommages à la propriété et insoumission à une décision de l'autorité. Non pas que la somme soit exhorbitante mais par principes et convictions politiques.

Au procureur fédéral suppléant, Ludoc Schmied qui instruit le dossier, les Congolais ont clairement dit que l'ambassade de la RDC à Berne est une propriété de la République appartenant à tous les Congolais et non la propriété de Sébastien Mutomb Mujing fut-il Chargé d'affaires a.i, Ad vitam æternam. Le 10 décembre 2010, ils ont manifesté leur indignation dans la maison commune de la RDC et non contre la Suisse ni son peuple. Les Congolais sont en résistance contre le pouvoir usurpateur et imposteur de Kinshasa.

Chaque Congolais qui a été entendu a trimbalé devant le procureur Schmied, des coupures des journaux, des DVds sur la situation des droits de l'homme, de pillages, viols des femmes, crimes, exploitation des minerais en la République démocratique du Congo.

Même le reportage du Petit journal de Canal + sur l'humiliation de Joseph Kabila par François Hollande lors du Sommet de la Francophonie à Kinshasa fait partie du lot !

Les Congolais souhaitent plaider au tribunal d'aller la cause du Congo. Leur démarche est politique et ils ne reconnaissent pas le régime assassin, mafieux et dictactorial que soutient Sébastien Mutomb Mujing.

En Suisse, Sébastien Mutomb Mujing s'est mis la communauté congolaise sur le dos. Tout le monde attend la décision finale du procureur Ludovic Schmeid. Mais les Congolais sont prêts à aller au tribunal pour affronter Sébastien Mutomb Mujing et le régime qu'il défend !