Le Suisse, qui avait semblé résolu à enquêter malgré cette absence de confirmation, avait finalement jeté l’éponge en mai dernier, accusant son homologue cambodgien d’obstruction et affirmant avoir travaillé dans un «environnement particulièrement hostile».