Dès avant le premier tour, François Hollande et le gouvernement Ayrault avaient fait savoir qu'il faudrait se pencher sur les modalités de ces élections avant qu'elles ne se vident complètement de leur sens. Il y a urgence.