Cette possibilité de faire abroger le texte mobilise le Medef et les industriels, qui font le siège de Matignon et de l'Elysée pour obtenir un assouplissement de la loi.