Voilà pourquoi je voulais être parmi vous ce 1er mai. Merci d’avoir répondu à notre invitation. Nous aurons toujours, au mois de mai, de beaux anniversaires. Et je voudrais tant que les jeunes générations puissent vivre d’abord le 1er mai, fête du travail, fête des travailleurs, puis le 6 mai, victoire de la Gauche, du changement, du redressement, de la justice. Et puis, nous n’oublierons jamais le 10 mai, parce que tout est né de cette belle victoire de François Mitterrand. Tout à l’heure on disait — c’est toi Monsieur le Maire — qu’il y avait des liens qui nous unissaient, Nièvre, Corrèze. Je suis élu de la Corrèze. Pierre Bérégovoy d’ailleurs, avant de venir dans la Nièvre, avait fait un passage en Corrèze, parce que la Corrèze inspire toujours… Et donc, nos deux départements sont liés. Et ici, je suis autant chez moi qu’en Corrèze ! Et je me suis donné un objectif, être le deuxième président de la Corrèze et être enfin le successeur de François Mitterrand. Faites en sorte qu’il en soit ainsi !

Je ne vous demande pas comme d’autres votre aide. Je ne vous dis pas que j’ai besoin de vous. Je ne vous supplie pas. Non, je vous dis : soyez fiers d’être citoyens de la République française, faites votre devoir, servez la République, servez la France et permettez le changement !

Merci, merci de votre confiance !