joseph kabila

  • RDC: Le Réveil d'un éléphant fait peur aux diplomates !

    RDC: Le Réveil d'un éléphant fait peur aux diplomates !

    L'histoire de la République démocratique du Congo est faussée. De son vivant, jamais M'zée Laurent-Désiré Kabila n'a montré à la population congolaise ses enfants. D'ailleurs lorsqu'on lui posait la question sur la Première dame, il ironisait en disant qu'il a épousé la "Révolution" ! 16 ans déjà que la mafia internationale a placé à la tête de la RDC, un imposteur et usurpateur: Hippolyte Kanambé Kazembere alias Joseph Kabila qui dirige par défi et sévit en toute impunité ! 16 ans, c'est la moitié de 32 ans de la féroce dictature de Mobutu. Alias Joseph Kabila s'est entouré des dinosaures Mobutistes pour régner indéfiniment sur le Congo. Alias Joseph Kabila est trois fois plus riche que le Maréchal Mobutu ! Il suffit de s'appeler Kabila pour appartenir au cercle fermé des milliardaires du Panama-papers. Je m'appelle Kabila, je construits des hôtels et boîtes de nuit, sans vraie création d'emploi. M'zée Laurent-Désire Kabila, le vrai propriétaire du nom doit se retourner mille fois dans sa tombe.

    En parlant avec des diplomates européens, sans tirer vite aux conclusions, on constate que:

    1. Le peuple congolais est politisé. Peuple pacifique non amorphe, les congolais aiment la paix, ils ne sont pas bellicistes ni belliqueux. Le peuple congolais encaisse beaucoup. On n'a parfois l'impression qu'il ne voit rien, qu'il est sourd. Du génocidaire-esclavagiste Léopold II, en passant par Mobutu et actuellement avec Alias, le peuple congolais a beaucoup subit en l'injustice. On ne se méfie jamais de l'eau qui dort. Le peuple congolais est un éléphant qui peut tomber arrive difficilement à se relever, une fois debout c'est la dévastation. En 1959, les Belges ont appris à leur dépends que la colonisation avait assez duré. Le Maréchal Mobutu malgré ses 32 ans de dictature a fui le Congo pour aller mourir au Maroc. Alias Joseph Kabila, avec ses 45 ans d'âge aurait pu mieux faire. Dommage que l'Incapacitaire de Kingakati a choisi d'user et d'abuser du même logiciel des Mobutistes ! Aujourd'hui, le peuple congolais veut prendre son destin en main. Canalisées et maîtrisées ses actions seront pacifiques. Non maîtrisées ses actions peuvent être dévastatrices.

    2. Poignée de main historique Tshisekedi-Kyungu à Bruxelles. L'image parfois tristes des politicailleurs congolais aux ego démesurés qui tirent à hue et à dia la couverture de leur côte, mangeurs à tous les râteliers, des opposants qui crient fort le jour pour être récupérer la nuit par le régime...Ces images sont entrain d'être balayé par un revers de la main. L'opposition congolaise est forte dans l'unité qui respecte la diversité d'opinions. La Conclave de Genval où l'opposition congolaise s'est retrouvée pour parler d'une seule et même voix, est un pas important. La poignée de main le 6 juin dernier, entre Etienne Tshisekedi et Kyungu wa Ku Mwanza, deux monstres de la politique congolaise, deux membres du courageux club des "13 parlementaires" qui avait fait vaciller la dictature de Mobutu dans les années 80...Après 26 ans de fâcheries, la poignée de main historique de Tshisekedi et Kyungu, est une grande victoire sur le chemin victoire face à la dictature d'alias Joseph Kabila ! L'opposition doit continuer à fédérer pour gagner ensemble. La récusation d'Edem Kodjo sur les non respect des préalables au dialogue dont la libération des prisonniers politiques ne peut continuer à marcher y compris dans l'avenir s'il n'y a plus des opposants chauve-souris dans la classe politique congolaise. L'opposition versatile, sans convictions, aux appétits mondains et ventripotente ne gagnera jamais contre la dictature qui sévit au Congo. L'unité de l'opposition est la seule arme pour gagner. Et le drapeau de la RDC doit primer sur les petits drapeaux partisans.

    3. Moïse Katumbi, un homme qui tient parole !Les occidentaux apprécient Moïse Katumbi parce qu'il est un homme d'actions mais surtout parce qu'il respecte sa parole donnée. Ni hautain, ni arrogant, sa simplicité parle pour lui. Moïse Katumbi n'est un politicien professionnel, sa vraie politique c'est à travers ses actions. Élu premier député par le nombre des voix dans toute la RDC en 2006, Moïse Katumbi a préféré rester en province au lieu de rejoindre l'Assemblée nationale à Kinshasa. Elu Gouverneur de la riche province du Katanga, il a pu élever le budget de la province à plus de 2000%. Son malheur est d'avoir fait partie de la Majorité Présidentielle (MP) qui ont récupéré ses actions provinciales dans leur campagne de 5 chantiers, Révolution de la Modernité. Depuis que Moïse Katumbi a déclaré qu'il refusait un troisième mandat à alias Joseph Kabila, il est un homme à abattre ! Des émissions entières sur le Télé PPRD-RTNC sont consacrées à le diaboliser, même le fayot flatteur Kin Key Mulumba, le Moyibicrate depuis Mobutu à alias Joseph Kabila insulte Moïse Katumbi lui qui quémandait tout le temps l'argent à ce dernier...Des arrestations arbitraires de ses collaborateurs dont le prof Huit Mulongo Kalonda, un ancien de Paris, l'histoire inventée des mercenaires, son empoisonnement, son inculpation pour l'histoire d'un maison appartenant à son frère, la fuite de la juge Ramazani contrainte de condamné l'ancien gouverneur...L'interdiction de son jet d'atterrir à Kinshasa le 31 juillet dernier, pour le meeting d'Etienne Tshisekedi et le rassemblement de l'opposition sur le boulevard triomphal déplaisent aux diplomates occidentaux.

    4. La diaspora congolaise fait peur. Insaisissable parce qu'elle n'a pas de chef attitré, elle est disparate dans plusieurs plateforme. La diaspora congolaise est la plus dynamique des pays africains, activiste, très engagée contre le régime d'alias Joseph Kabila, elle a fait un travail incommensurable dans la prise de conscience des occidentaux dans la réalité du régime qui sévit en toute impunité. La diaspora congolaise a investi l'internet et des réseaux sociaux. Des centaines de sites parlent de "Kabila dégage" ! Malgré des coupures intempestives de l'électricité, le délestage institutionnel imposé en République démocratique du Congo, le prix d'accès d'internet qui ne fait que flamber, les congolais vont sur internet. Dans un pays de 80 millions d'habitants où aucun journal ne tire à plus de 2500 exemplaires, où des médias sont censurés sauf ceux des apparatchiks du régime, les congolais se branchent sur leurs portables, ils sont à l'écoute de ce qui se passe ailleurs. La diaspora qui a un pouvoir d'achat plus important que les congolais restés au pays, qui finance leur quotidien, elle influe sur les membres de famille restées au pays.

    La diaspora congolaise dans le monde s'est imposé une "Fatwa Anti-Concerts" des artistes qui chantent louanges du régime de Kinshasa. La préfecture de Police de Paris a fait le constat depuis 4 ans, les congolais ne volent plus dans des magasins et que la communauté congolaise est la première dans la demande d'autorisation pour des manifestations à Paris. Les autorités congolaises se déguisent pour venir à Paris, ils se cachent et font le mort.

    Il faut une solution politique pour la République démocratique du Congo. Pour la première fois il y a une unanimité de la communauté internationale sur la fin de mandat d'alias Joseph Kabila. Sans solution politique c'est le chaos. Peuple politisé, unité de l'opposition politique, plus une diaspora incontrôlée, c'est un cocktail Molotov qui risque de faire la déflagration aux conséquences incontrôlables. Un soulèvement populaire peut vite arrivé. Mieux vaut prévoir que guérir, clament des diplomates occidentaux.
  • RDC: Alias Joseph Kabila inaugure l'hôtel de Zoé Kabila à Muanda le "Beviour Hôtel" !

    RDC: Alias Joseph Kabila inaugure l'hôtel de Zoé Kabila à Muanda le "Beviour Hôtel" !

    Alias Joseph Kabila à son arrivée à Muanda pour inaugurer l'hôtel de Zoé Kabila

    La RDC n'est ni Royaume ni Empire ! Des mafiosi ont pris en otage les institutions de la République. Jaynet Kanambe "Kabila", la "Milliardaire du dimanche", la "Chipeuse de la République" qui est arrivée en République démocratique du Congo en 1997 avec des "Basili, Mayanzi, Makwanza, Mapata, Makiero, et des morpions"...Elle qui n'a jamais travaillé, 14 ans après, Jaynet Kanambé "Kabila" est citée dans Panama-papers, pour avoir volé l'argent de la République, s'être enrichie mais surtout avoir planqué des milliards dans les îles vierges britanniques, personne n'ose l'interpeller. La vieille dame Jaynet Kanambe Kabila se pavane, se cancane comme si de rien n'était. Elle jouit de l'impunité puisque Jaynet Kanambé Kabila est la tante de l'autre ! Hier, au Kongo-Central, alias Joseph Kabila l'imposteur qui a usurpé le trône du Congo qui dirige par défi, sans gène, narguant le peuple congolais, a inauguré Beviour Hôtel qui appartient à Zoé Kabila son frère. Le fait alias Joseph Kabila ait fait le déplacement dans une jeep de l'Etat, accompagné des autorités provinciales pour inaugurer un hôtel privé fait automatiquement de cette oeuvre privée, une oeuvre d'Etat. A la libération contre le régime d'imposture, l'hôtel Beviour deviendra illico presto "l’hôtel de République" !

    En République démocratique du Congo, la mafia des arrivistes, parvenus ne se cache plus. Zoé Kabila est-il un homme d'affaires ? Où a-t-il trouvé l'argent pour se payer l'hôtel Beviour ? Nos parlementaires godillots et applaudisseurs ont d'autres chats à fouetter. La République demeure la République, Zoé Kabila devra prouver d'où a-t-il eu l'argent pour se construire un hôtel. Le plus important n'est pas de construire au Congo, le plus important est de respecter les règles de fonctionnements de la République. On ne vole pas l'argent de la République pour tenter de s'acheter une conscience en construisant dans la République !

    Le clan mafieux des joséphistes se croient tout permis mais le peuple est vigilant. Arrivée au Congo avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, alias Joseph Kabila s'offre le luxe d'inaugurer l'hôtel Beviour de son frère Zoé Kabila à Muanda, dans quel pays sommes-nous ?
  • Kindu: 50 millions de dollars us pour les 56è festivités de l'indépendance ChaCha ! Pas un rond pour les élections !

    Kindu: 50 millions de dollars us pour les 56è festivités de l'indépendance ChaCha ! Pas un rond pour les élections !

    Christian Matata arrêté avec une valisette de 26 millions de dollars us à l'aéroport interternation de N'djili

    La petite province du Maniema est la moins touchée par le développement de la République. Elle manque cruellement d'infrastructures malgré des ressortissants jouisseurs et applaudisseurs qui écument le régime dictatorial d'alias Joseph Kabila. 50 millions de dollars us pour les 56è festivités de l'indépendance Chacha à Kindu. C'est un peu plus de la moitié de la somme que Christian Matata, cadre financier de la Rawbank et jeune frère du Premier ministre Matata Pognon, trimballait dans sa valisette à l'aéroport International de N'djili: 29 millions de dollars us. Matata Pognon va très mal, originaire du Maniema dont les festivités auront lieu à Kindu, la capitale de la province, avec son jeune frère interpellé à N'Djili, lui qui a toujours voulu donner l'image d'un technocrate à la cravate rouge, il est mal barré. L'un des cinq faux rescapé du crash de Bukavu qui avait coûté la vie de Katumba Mwanké ne convainc personne. Matata Pognon a-t-il gardé des séquelles du fameux crash ? Comment un technocrate peut-il tomber dans un clientélisme familial ?

    La République démocratique du Congo est dernier dans tous les rapports mondiaux: Santé, niveau de vie, malnutrition, atteinte aux droits de l'homme, liberté de la presse...

    Les 56è festivités du 30 juin font se limiter à un défilé militaire et après ? Les congolais demeureront chosifiés et paupérisés comme avant. Quant aux apparatchiks, ils se précipitent à Kindu pour montrer leur tronche au petit dictateur, c'est tout. La ville de Kindu non électrifiée ne bénéficie en rien de la présence sur son sol des arrivistes, parvenus, tortionnaires, criminels qui vont s'encourager avant leur "Congexit". s'il est sage alias Joseph Kabila pourrait prononcer un discours du type: "Mon second mandat est à fin. Cela fait 16 ans que j'ai été incapable de diriger la RDC malgré mon usurpation du trône. Sanguinaire, criminel et dictateur, je crois que le Congo mérite mieux surtout la paix. Je me représente pas pour respecter la Constitution. Je me mets à la disposition de la justice nationale et internationale pour ma trahison à l'égard de la République mais aussi pour mes nombreux crimes contre le peuple congolais".. Les élections sont hypothétiques en République démocratique du Congo. L'imposteur alias Joseph Kabila s'accroche au trône usurpé, ses mammouths qui sont des anciens dinosaures sont des politicailleurs habitués à tourner la veste. Des vrais professionnels qui mangent à tous les râteliers.

    Ils sont nombreux les originaires de Maniema qui font la loi à Kinshasa: Matata Pognon qui croit q'il suffit d'être felicité par la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International sans que les congolais ne puissent manger à leur fin, alors qu'ils manquent cruellement de l'eau potable et l'électricité éclaire à la lueur d'une bougie...Le ridicule n'a jamais tué au Congo.

    On ne le dit jamais assez: Le berceau de l'islam en République démocratique du Congo est la province de Maniema. Des métis arabo-africains venus d'Afrique de l'Est ont fondé de grandes cités comme Kasongo, Kabambare, Nyangwe, Ubundu et Lomami. La région s'est acculturée à l'islam et à la langue swahilie, d'autant plus facilement que les arrivants étaient de couleur noire. Vers 1875, Kasongo devient la principale base militaire et commerciale d'un jeune empire arabo-swahili, sous le direction de Tippo Tip, de son nom original Hamed Ben Mohamed Ben Yuma Ben Rajab El Murjebi. L'enjeu du commerce était l'ivoire et les esclaves. Les razzias et l'esclavage imposé par les conquérants imposèrent de nouveaux rapports socio-politiques : les métis de venus de Zanzibar étaient en haut de la société, et des collaborateurs autochtones les aidaient pour utiliser les esclaves, eux aussi autochtones. Cet empire fut progressivement défait par la colonisation belge.
  • Affaire Panama papers: une pétition à Juan Carlos Verela, Président panaméen pour geler les 15 milliards de Jaynet Kanambé "Kabila" !

    Affaire Panama papers: une pétition à Juan Carlos Verela, Président panaméen pour geler les 15 milliards de Jaynet Kanambé "Kabila" !

    On ne devient jamais milliardaire en un jour. Jaynet Kanambé "Kabila" est une vendeuse des fretins "Ndakala" a Dar es Salam en Tanzanie. Arrivée en République démocratique du Congo en 1997, sans un clou, même pas un peigne pour ses cheveux aux poux. Dix-neuf ans après, Jaynet Kanambé Kabila qui n'a jamais travaillé à 15 Milliards planqués à Panama alors que le congolais vit avec moins de 1 dollar par jour. Tout congolais patriote devrait signer la pétition initiée par Me Marie-Thérèse Nlandu pour geler les 15 milliards de Jaynet Kabila découverts à Panama !

    Cher Monsieur Le Président, Réf PP/MTN/RM/101/05/2016

    Panama Papiers

    Demande de geler les avoirs suspects de Jaynet Désirée Kabila allias Mlle Ursula Kyungu, propriétaire de $15 milliards de dollars Américains dans les banques du Panama.

    Nous écrivons en notre qualité des représentants de Congo Pax qui est un parti politique Congolais, parti enregistré sous le décret ministériel N0 53/2006 du 04 Mars 2006 à Kinshasa république Démocratique du Congo (RDC).

    Congo Pax est un parti politique national.

    Comme vous le saviez déjà, Mlle jaynet Désirée Kabila a été citée dans les Panama Papers comme la propriétaire de $ 15 Milliards de dollars Américains venant de la RDC, un pays pillé avec une des populations les plus pauvres du monde.

    Les Panama Papers ont confirmé que Mlle Jaynet Désirée Kabila a placé ces fonds dans des banques du Panama via des comptes offshores, de la compagnie dénommée "Keratshu Holding Limited" le 19 Juin 2001 à titre d'actionnaire dans la dite compagnie Keratshu en utilisant le nom de Mlle Ursula kyungu, née le 4 Juin 1971.

    Selon les Panama Papers, Mlle Jaynet D. Kabila a été connue par le peuple congolais juste après l'assassinat du défunt président Laurent Désire Kabila (LDK) qui a été commis le 16 Janvier 2001. Elle est membre du parlement de la république Démocratique du Congo (RDC).

    Le peuple Congolais a la conviction que le président Joseph Kabila, alias Hyppolite kanambe a tué leur présumé père LDK.

    Le peuple congolais sait que joseph Kabila et Jaynet Kabila sont arrivées à Kinshasa les mains vides.

    Il n'y a pas de raison de justifier que six mois après, comme dit ci-haut, Mlle Jaynet Kabila devienne la propriétaire d'une telle fortune estimée à $ 15 Milliards de dollars Américains. Le peuple congolais a une suspicion légitime que cette fortune a été acquise illégalement par abus du pouvoir, par corruption et autres activités illégales qui sont toutes préjudiciables au peuple congolais.

    Mr. Le Président,

    Nous vous prions de geler les comptes de Mlle Jaynet Désirée Kabila au nom du peuple congolais jusqu'à ce que la RDC ait un gouvernement responsable et redevable aux citoyens de la RDC. C'Est-ce gouvernement qui aura qualité de récupérer ces fonds afin de les rendre à la RDC pour le bénéfice de tous.

    Son excellence Mr le Président,

    Nous avons énormément apprécié votre volonté déclarée de collaborer avec le monde entier afin d'aider les pays victimes du blanchissement d'argent.

    Nous espérons que notre demande bénéficiera de l'attention de Son Excellence.

    Sincèrement votre,

    Marie-Thérèse Nlandu

    Avocat des Droits de l'Homme

    Prisonnière d'opinion 2006/7, Amnesty international

    Présidente Congo Pax (Parti pour la paix au Congo).

    https://www.change.org/p/mr-juan-carlos-verela-pr%C3%A9sident-du-panama-c-o-ambassade-du-panama-demande-de-geler-les-avoirs-suspects-de-jaynet-d%C3%A9sir%C3%A9e-kabila?recruiter=66452604&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

     

    Tous les patriotes-résistants-combattants congolais et amis de la République démocratique du Congo devaient signer cette pétition initiéé par Me Marie-Thérèse Nlandu pour que la RDC récupère son argent dûment volé par une ancienne vendeuse de "Ndakala" devenue "Milliardaire" sans avoir travaillé.https://www.change.org/p/mr-juan-carlos-verela-pr%C3%A9sident-du-panama-c-o-ambassade-du-panama-demande-de-geler-les-avoirs-suspects-de-jaynet-d%C3%A9sir%C3%A9e-kabila?recruiter=66452604&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campa
  • Joseph Kabila, l'incapacitaire de Kingakati est-il un grand bluffeur ? Les Ventripotents-perdiemistes, au Palais du Peuple, n'ont que 50 $ us par jour !

    Joseph Kabila, l'incapacitaire de Kingakati est-il un grand bluffeur ? Les Ventripotents-perdiemistes, au Palais du Peuple, n'ont que 50 $ us par jour !

    Ils sont nombreux les perdiemistes, situationnistes, opportunistes, positionnistes, mangeristes, ventripotents...qui ont misés sur les Concertations Nationales de Joseph kabila-Léobich Kengo-Aubin Minaku pour se remplir des poches. Une semaine après l'ouverture officielle des Concertations nationales par Joseph Kabila, 72% des habitants de la capitale congolaise se sentent non concernés et ne sont pas intéressés par cette rencontre qui apparait aux yeux de tous comme un congrès Pprd-MP. Habitués à marcher sur la légitimité et à se contenter du partage équitable et équilibré du pouvoir, les congolais ne croient plus aux politicailleurs mangeristes, d'ailleurs 74% des Kinois sont opposés à la formation d'un Gouvernement d'union nationale, tel que l'envisage Léobitch Kengo, Monsieur 4%, l'édenté de la Gare du Nord à Paris.

    Concertations Nationales, Tshala Muana fayote avec Léobitch Kengo "Monsieur 4%-L'édenté de la Gare du Nord".

    Les perdiemistes, positionnistes et mangeristes au Palais du Palais du peuple

    Les Joséphistes-Mobutistes qui voulaient débaucher les Résistants-Patriotes-Combattants avient eu l'outrecuidance de faire miroiter aux moineaux "Mvunzi" de Paris qu'ils allaient empocher à chacun 15.000 $ us en participant aux fumeuses concertations nationales de Joseph Kabial. Comment peut-on avoir des pourparlers avec des miliciens tutsi rwandais du M23 à kampala et à Kinshasa avoir des concertations nationales où les positionnistes n'ont pas droit de soulever le problème central: la non légitimité de Joseph kabila, fraudeur aux élections du 28 novembre 2011. Son usurpation du pouvoir ne pose pas problème aux mangeristes ventripotents au Palais du Peuple. C'est quoi 50 $ us face aux 12 millions de congolais morts sans sépulcre ? C'est quoi 50 $ face aux différents crises enchevêtrés que les positionnistes ne pourront jamais résoudre ? Joseph kabila est le problème de la République démocratique du Congo. Avec sa bande des mammouths joséphistes-Mobutistes, les institutions sont prises en otage. Joseph Kabila pro-consul et cheval de Troie de Paul kagamé, le nazi de mille collines, est accusé par des Congolais de haute trahison, forfaiture, impéritie, palinodie...Il a prêté serment devant la Constitution pour servir et défendre le Congo et les Congolais mais lui sert les intérêts des rwandais et multinationaux.

    Les vraies concertations nationales se feront sans joseph kabila et sa bande des mafieux, des politicailleurs tourneurs de vestes. Elles se feront par les congolais eux-mêmes pour penser Congo et trouver des solutions à la mère patrie ! Sans débauchage, ni appât par les per diem les congolais réfléchiront librement. Les thèmes viendront d'eux et non boutiqués comme actuellement par les Pprd-MP.

    Faire 8.000 kilomètres pour un 50 $ us, il faut vraiment être un plus que précaire ! Effectivement les Joséphistes-Mobutistes jouent sur la chosification de notre peuple. Les prévaricateurs sont vraiment méchants ! Et Joseph Kabila est un grand bluffeur qui nargue les congolais. Fort heureusement tous les Résistants-Patriotes-Combattants congolais n'ont pas courber l'échine face à l'imposteur et usurpateur qui règne par défi au Congo-démocratique. Gageons, que les fameuses concertations nationales vont accoucher d'une petite souris !
  • Dialogue Inter-congolais, pour quoi faire? Avec ou sans les miliciens tutsi Rwandais du M23?

    Dialogue Inter-congolais, pour quoi faire? Avec ou sans les miliciens tutsi Rwandais du M23?

    Les per diemistes, coupagistes et lobbyistes de tous poils se frottent les mains. Avec cette annonce canularesque d'un dialogue inter-congolais pour début 2013, Joseph Kabila veut détourner l'attention de Congolais. Son annonce au contours abracandabresques apparait comme une sordide manipulation, une ruse et reculade ! Les ricanements intempestifs des Résistants-Patriotes-Combattants Congolais sur ce piège de Joseph Kabila doit faire réfléchir. Comme dans un bal des chauves, les traites à la nation congolaise, les assoiffés du pouvoir, les mangeristes et affabulateurs vont se dévoiler. Les zigzags d'un destin, c'est Joseph Kabila ! Arrivé au pouvoir de la manière dont on sait, avec l'appui de Louis Michel "Big Loulou" et d'une mafia internationale pour mieux piller les richesses de la République démocratique du Congo, Joseph kabila l'incapacitaire en tout a échoué sur tous les plans. Un proverbe arabe dit: "On ne cache pas le soleil avec un tamis" et une sagesse bantoue nous enseigne ceci: "Quand on a pas de bâton à la main pour se débarrasser d´un serpent qui fait effraction dans la maison, et y sème déjà mort et terreur, on a tout au moins le devoir de crier haut et fort: au serpent !; afin de prévenir les autres du danger, pour ne pas qu´il ne les extermine tous". Il n'existe pas en République démocratique du Congo des Congolais d'expression kinyarwandaise !

    Joseph Kabila, après les cinq chantiers, la révolution de la modernité, l'heure est au dialogue inter-congolais avec le M23. Photo Réveil FM, archives

    Lui qui a toujours caché son jeu, le 30 juin 2010 alors que la République démocratique du Congo fêtait le cinquantenaire de son indépendance acquise au prix du sang et des morts, Joseph Kabila a prouvé à la face du monde, qu'il n'était qu'un valet, un laquais à la solde de Paul Kagamé et du Rwanda. Les Chefs d'État étrangers et le Roi des belges ont dû attendre 2 heures de plus, l'arrivée du génocidaire de Kigali avant de commencer les festivités ! Quelle image Joseph Kabila lèguera-t-il aux générations futures de la République démocratique du Congo lorsqu’on assiste impuissant à la dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du pays ? Il avait invité officiellement les forces de l’APR à venir opérer impunément sur le territoire sacré de la République démocratique du Congo et son tueur de président, Paul Kagamé à défier et narguer les Congolais, ainsi que leurs martyrs le jour sacré de ses 50 ans d’Indépendance ?

    Joseph Kabila a signé plusieurs décrets de nomination des soudards rwandais comme Officiers des Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Aujourd'hui, l'armée congolaise est infectée des infiltrés rwandais ! Et à chaque fois que cette armée reprend les poils de bête pour bouter les soudards rwandais hors du Congo, c'est Joseph Kabila qui demande aux militaires congolais de ne pas défendre l'intégrité territoriale du Congo, d'abandonner armes et munitions aux miliciens rwandais qui pillent, violent, sèment la terreur au sein des populations civiles sans défense. Les militaires Congolais sont humiliés à cause de Joseph Kabila, qui a donné l'uniforme des Fardc aux infiltrés rwandais pour tuer les Congolais !

    Un dialogue inter-congolais pour quoi faire ? Le Grand Congo est sous occupation Rwando-Ougandaise, il mérite d'abord la libération avant toute chose. En politique, il y a des signes qui ne trompent pas : La répression tragique des adeptes du mouvement « Bundu dia Kongo » ; La répression brutale de l’insurrection Enyele dans Équateur, mal digérée par bon nombre des ressortissants de cette province, les tueries et assassinats politiques: Floribert Chebeya, Armand Tungulu, Fidèle Bazana, Franck Ngycke, Bampuwa wa Mulamba, Serge Maheshe...

    La résistance congolaise, seule alternative aux propositions alambiquées de Joseph Kabila !

    « Dans certains pays d’Asie que j’ai visités, les gens s’identifient par leurs ethnies, tandis qu’en RDC tout le monde se réclame Congolais et est fier de l’être, même vivant en refuge en dehors du pays » : déclaration faite à Kinshasa le 28 juillet 2010 par Antonio Guterres, Haut commissaire aux réfugiés. Mr. Antonio Guterres a avoué son admiration pour le peuple congolais qui s’accroche à son pays, à l’unité nationale et à l’intégrité de son territoire national.

    Plutôt que produire un effet de "balkanisation" de la République démocratique du Congo, force est de constater que les agressions successives subies par ce pays ont émergé un profond sentiment d’ "Unité Nationale" et de "nationalisme" congolais. Les résistants-patriotes-combattants Congolais existent ! Qui sont ces résistants-patriotes-combattants congolais qui scandent à travers le monde: "Kabila dégage'' ?

    1. Ce sont eux et elles, congolais résidant à l'étranger, qui portent le poids social de la République démocratique du Congo à la place du vernis d'Etat pris en otage par des jouisseurs irresponsables sous Joseph Kabila!

    2. Ce sont eux et elles, congolais résidant à l'étranger, qui interviennent financièrement pour plus d'1 milliard de dollars US chaque année (D'après les statistiques de Western Union) pour donner du pouvoir d'achat à leurs familles et investir dans nombreux secteurs économiques notamment le transport, le logement...

    3. Ils et Elles sontcadres, ingénieurs, techniciens, médecins, ouvriers, employés, entrepreneurs, chercheurs, infirmiers, aide-soignants, enseignants à l'université et à l'enseignement secondaire, informaticiens, éducateurs spécialisés, avocats, étudiants, prêtres, pasteurs, évangélistes, journalistes, commerçants, sportifs de haut niveau (professionnels et amateurs), artistes, artisans, avocats.... Parmi eux, denombreux jeunes congolais nés à l'étranger qui découvrent leur pays, leur patrie et les abominations qui s'y déroulent impunément!

    Ils et Elles sont parents et grands parents congolais résidant à l'étranger!...

    Ces résistants-patriotes-combattanssont tout ce qui précède, sauf voyous!

    Ils ont toujours été présents pour exprimer, tous, le Ras-le-bol par le mot d'ordre "Kabila dégage!"

    Pays de plus de 300 ethnies, regroupées ou divisées à la suite du Traité de Berlin en 1885 qui a permis un agrégat des ethnies et des races (bantoues, pygmées,…), sans forcément avoir mis en place un mécanisme permettant leur cohabitation en osmose, la République démocratique du Congo a malgré cela su se construire UNE réelle Identité Nationale Indivisible. Ce sentiment de nationalisme de type nouveau se traduit aujourd’hui sous forme de « patriotisme national » par des résistants-patriotes-combattants congolais, résultant de diverses agressions injustes et autres injustices historiques subies par la République démocratique du Congo.

    Un sentiment qui s’impose peu à peu comme une nouvelle arme de résistance s’érigeant comme un rempart devant permettre de résoudre un conflit opposant d’un côté un Etat (en tant que Nation) et de l’autre une Ethnie.

    Il s’agit d’une stratégie non conflictuelle utilisant le mode de mobilisation patriotique, non sur base ethnique mais bien en référence au sentiment d’appartenance à la fois dans un Etat et une Nation Souveraine, Indépendante, Une et Indivisible qu’est La République Démocratique du Congo.

    la démarche des résistants-patriotes-combattants congolais peut aujourd’hui être comprise comme étant "le substrat sur lequel s’appuient les défenseurs de la Nation République démocratique du Congo en péril pour résister bon an mal an contre toutes les velléités de démembrement de la République démocratique du Congo". Les résistants-partiotes-combattants congolais fondent leur argumentation sur le principe selon lequel Chaque peuple a des origines, un territoire de référence, des racines, une généalogie, une histoire et un destin communs. Il a un droit inaliénable à une NATION, à une appartenance …La question est de savoir si cette appartenance doit se concrétiser par des frontières et des institutions = Etat.

    Or pour le cas de la République démocratique du Congo, le Traité de Berlin a de façon claire et sans équivoque répondu à cette question. Le Grand Congo est placé est cœur de l'Afrique, il a 2 345 000 km2 !

    Le Grand Congo est le deuxième plus vaste pays d'Afrique après l'Algérie. Il s’étend de l’océan Atlantique au plateau de l’Est et correspond à la majeure partie du bassin du fleuve Congo. Le nord du pays est un des plus grands domaines de forêt équatoriale au monde, l’est du pays borde le Grand rift est-africain, domaine des montagnes, des collines, des Grands lacs mais aussi des volcans. Le sud et le centre, domaine des savanes arborées, forment un haut plateau riche en minerais. À l’extrême ouest, une quarantaine de kilomètres au nord de l'embouchure du fleuve Congo s’étale une côte sur l’océan Atlantique. Le pays partage ses frontières avec l’enclave de Cabinda (Angola) et la République du Congo à l’ouest, la République centrafricaine et le Soudan du Sud au nord, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie à l’est, la Zambie et l’Angola au sud. Plusieurs centaines d’ethnies forment la population du pays ; le français est la langue officielle et quatre langues bantoues (kikongo, lingala, tshiluba, swahili) ont le statut de langue nationale. L'économie repose principalement sur le secteur primaire (agriculture et exploitation minière).

    Pour les résistants-patriotes-combattants, le « patriotisme national congolais » doit être compris comme cette idéologie de se plier au principe de la théorie de l’Etat-Nation, c.à.d. que « chaque Nation doit former un Etat et chaque Etat comprendre une Nation » (=qui est plus qu’une simple juxtaposition des ethnies), à l’opposé de la théorie de l’ethnicité (tribalisme). Malgré les flux migratoires des populations et les déplacements volontaires des populations afin de créer des espaces de peuplement et des territoires spécifiques à certaines pseudo-ethnies, l’issue des différentes guerres d’agression et de déstabilisation de la République démocratique du Congo nous apprend que ces Etats-ethniques éprouvent du mal à naître.

    Cela suite à une farouche résistance éprouvée grâce au sentiment d'appartenance au Congo, manifesté par les populations congolaises du nord et du sud, de l’Est et de l’Ouest, ainsi que du centre et de la diaspora. Cette dimension de transcender les ethnies par le refus de traiter les minorités comme des nationalités et qu’elles doivent exister, comme toute autre ethnie, à l’intérieur des limites territoriales de la République démocratique du Congo est une victoire pour les Congolais.

    Cette façon de ne pas considérer les minorités comme des entités distinctes aspirant à une certaine autonomie (ou émancipation) mais bien comme des groupes qui, en raison de leurs caractéristiques particulières et leurs situations exceptionnelles, pourraient bénéficier, le cas échéant, d’une attention spéciale de l’Etat Congolais, conformément aux règles constitutionnelles et aux lois de la République Démocratique du Congo.

    La solution à leurs problèmes ne devrait pas résulter d’une modification des frontières ou à un déplacement des populations mais doit être trouvée au regard du respect des principes directeurs d’un Etat de droit.

    Les minorités ne devraient surtout pas s’engager dans une dialectique belliqueuse visant à lutter contre l’Etat par des voies de contrainte ou l’usage de la force armée ou en ayant recours à leurs congénères extra-frontalières via une sorte de solidarité négative contre la République démocratique du Congo. Toutes les tribus sont minoritaires au Congo, n'en déplaisent aux affabulateurs et lobbyistes écervelés.

    Les résistants-patriotes-combattants se consacrent, de défendre jalousement l’Unité nationale de la République démocratique du Congo et son Indépendance.

    En effet, l’intégrité territoriale et la souveraineté nationales de la République démocratique du Congo sont des acquis qui ne pourront jamais faire l’objet d’aucune transaction politique, encore moins diplomatique. Il appartient aux gouvernants d’en assurer la garantie et de se comporter réellement en véritables « Hommes d’Etat », défenseurs de la Nation Congolaise.

    Patrice Emery Lumumba a versé son sang dans la lutte en faveur du « Nationalisme Congolais ». Mobutu Sese Seko, malgré lui, s’est personnellement investi pour la sauvegarde de l’Unité nationale. M'zée Laurent-Désiré Kabila a connu le destin de Lumumba lorsqu’il a pris conscience qu’il fallait inculquer au peuple congolais le « patriotisme national congolais » le jour où les envahisseurs rwandais se sont retrouvés aux portes de Kinshasa.

    Les résistants-patriotes-combattants Congolais veillent au grain. Lors de son voeu annuel, Joseph kabila s'est moqué des Congolais lors de son voeu annuel. Il n'a jamais eu le courage de citer les pays agresseurs du Congo, le Rwanda et l'Ouganda. Il n'a jamais dénoncer les exactions, tueries, barbaries, massacres des Congolais. Joseph kabila ne s'est jamais exprimé avec le sens de gravité sur le génocide congolais commis par ses parrains et alliés tutsi terroristes rwandais de l'actuel régime de Kigali et de leur groupe terroriste dit RCD-CNDP-M23. Joseph Kabila a pris les institutions républicaines en otage. Il est l'armée, la sécurité, la justice, les médias... Son appel à la cohésion nationale est ironique et inapproprié !

    Dialogue Inter-congolais pour quoi faire ?

  • Liberté d'information, quelle place pour la RDC? Ambroise Pierre, responsable Afrique de Reporters sans frontières se confie à Réveil FM International

    Liberté d'information, quelle place pour la RDC? Ambroise Pierre, responsable Afrique de Reporters sans frontières se confie à Réveil FM International

    Chaque année Reporters sans frontières établit sa liste des prédateurs de la liberté de la presse. Les prédateurs de la liberté de la presse considère les médias et journalistes comme leur proie. Autoritaires, puissants, dangereux, violents, nombrilistes, ils sont au-dessus des lois et font de la presse leur ennemi privilégié, leur bête noire. Ils sont responsables politiques d’un régime hostile aux libertés, organisateurs directs de campagnes de violences contre les journalistes, chevilles ouvrières d’un appareil de répression. Assassinat des journalistes, arrestations arbitraires, bâillonnement des médias... La République démocratique traîne en bas de l'échelle parmi les pays qui foulent aux pieds les droits et libertés fondamentaux des citoyens. Quelle place occupera-t-elle cette année dans le classement RSF? Ambroise Pierre, responsable Afrique de Reporters sans frontières était à Kinshasa en octobre dernier. Avant le XIVè Sommet de la Francophonie, "Reporters sans frontières (RSF) et Journalistes en Danger (JED) ont publié un rapport intutilé : " Monsieur Kabila, vous aviez pourtant promis de lutter contre l'impunité ". Pour ne pas attendre le prochain rapport du classement de chaque pays sur la liberté de presse, nous sommes allés à RSF pour s'enquérir sur l'évolution de la liberté de presse et d'information en République démocratique du Congo.

    Ambroise Pierre, responsable Afrique de Reporters sans frontières. Photo Réveil FM

    Dans ce rapport intitulé : « Monsieur Kabila, vous aviez pourtant promis de lutter contre l’impunité », les deux organisations rappellent la promesse faite par le président Kabila, à Montreux (Suisse), en octobre 2010 en clôture du XIIIe Sommet de la Francophonie, de lutter contre tous les crimes et attaques contre les journalistes.

    Deux ans plus tard, RSF et JED constatent qu’aucune enquête sur un assassinat de journaliste en RDC n’a abouti au moindre résultat concluant, alors que le pays en a enregistré huit au cours de ces dernières années. Certains de ces assassinats ont été traités par des procès controversés tandis que d’autres n’ont jamais vu ne serait-ce qu’un début d’enquête. Dans ce rapport, RSF et JED affirment que la situation de la liberté de l’information s’est détériorée depuis l’année électorale 2011, et pointent du doigt l’Agence nationale des renseignements (ANR), des autorités locales et provinciales, ainsi que l’organe de régulation des médias, le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), comme les principaux responsables des entraves à l’activité des médias.

    Joseph Kabila, prédateur de la liberté d'information ?

    "La grand-messe francophone se tient alors qu’un journaliste d’une chaîne privée (Patrick Palata), condamné à vingt ans de prison, est incarcéré à Kinshasa, et que deux de ses confrères (Fortunat Kasongo et Pierre Sosthène Kambidi) sont retenus depuis plus d’un mois par l’ANR. De même, le titre Le Journal est suspendu jusqu’à nouvel ordre et le signal d’une des principales chaînes d’opposition, la Radio Lisanga Télévision (RLTV), est coupé", écrivent Reporters sans frontières et JED.

    Patrick Palata, journaliste de Canal Congo Télévision (CCTV), une chaîne privée émettant à Matadi, chef-lieu de la province du Bas-Congo (Sud-Ouest), est incarcéré depuis deux ans à la prison militaire de Ndolo, et condamné à vingt ans de servitude pénale pour « organisation d’un mouvement insurrectionnel ». Le journaliste a toujours clamé son innocence et la demande de grâce introduite par RSF et JED auprès de Joseph Kabila est restée sans suite.

    En août dernier, deux journalistes ont été arrêtés dans le Kasaï, à cause d’une affaire concernant la défection d’un officier et la création, dans cette province, d’un mouvement armé. Fortunat Kasongo et Pierre Sosthène Kambidi ont été transférés à Kinshasa où ils sont détenus, tous les deux depuis près de deux mois, dans un cachot de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) sans aucune possibilité de visite ni de leurs proches ni de leurs avocats.

    Enfin, en septembre, le signal de la Radio Lisanga Télévision (RLTV), une chaîne privée appartenant à Roger Lumbala, député et membre influent de l’opposition, a été coupé de façon inexpliquée au moment où ce média diffusait une émission intitulée « Tokomi wapi ? » (« où en sommes-nous arrivés ? ») avec comme invité le député de l’opposition José Makila, qui accusait le président Joseph Kabila de « haute trahison » pour avoir signé un « accord secret » avec son homologue rwandais Paul Kagame.

    Pendant plusieurs jours, ni le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC), ni le ministère chargé des Médias, interrogés, n’avaient revendiqué cet acte. Il a fallu attendre dix jours pour voir enfin le porte-parole du gouvernement et ministre en charge des Médias sortir de son mutisme pour justifier la coupure de la RLTV. Dans un arrêté ministériel qui a tout l’air d’avoir été antidaté (08/09/2012), le ministre accuse ce média de diffuser « en temps de guerre des émissions relayant la campagne médiatique des forces négatives du M23, de nature à démoraliser l’armée et la population ». Nulle part pourtant, le ministre ne donne ni la date, ni l’heure, ni le nom de l’émission incriminée. Ce qui confirme bien la thèse d’un coup de force politique destiné à faire taire un média qui dérange.

    Dans le même état d’esprit de musèlement de la presse, RSF et JED rappellent l’expulsion en juillet 2012 à son arrivée à l’aéroport, du réalisateur belge Thierry Michel, auteur d’un film documentaire sur l’assassinat du célèbre défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya et l’interdiction de la diffusion de son film en RDC. Malgré les promesses faites dans ce sens par les autorités congolaises, Thierry Michel n’a toujours pas reçu son visa de retour en RDC et ne peut donc diffuser ce film censuré.

     

    Au delà de la RDC, RSF et JED s’inquiètent plus généralement de la situation en Afrique centrale où la prison, les pressions et l’autocensure freinent le libre exercice du métier d’informer. C’est le cas, entre autres, du procès d’Hassan Ruvakuki au Burundi condamné à la prison à perpétuité, de l’incarcération de trois journalistes au Rwanda, des pressions sur Jean-Claude Nekim au Tchad, de l’immobilisme et du poids de la censure en Guinée équatoriale.
  • Affaire Chebeya: Pour ne pas cautionner une parodie de justice, VSV se retire du procès !

    Affaire Chebeya: Pour ne pas cautionner une parodie de justice, VSV se retire du procès !

    L'ONG la Voix des sans Voix en République démocratique du Congo a annoncé mercredi sa décision de se retirer du procès en appel devant la Haute cour militaire des huit policiers accusés d'avoir assassiné en 2010 son fondateur, le militant des droits de l'Homme, Floribert Chebeya, "pour ne pas cautionner une parodie de justice".

    Crime d'Etat contre Floribert Chebeya, VSV se retire du procès pour ne pas cautionner une parodie de justice

    "Nous nous sommes retirés du procès. La raison principale: nous ne voulons pas cautionner une parodie de justice. Nous ne voulons pas non plus contribuer à consacrer l'impunité en RDC", a déclaré Dolly Ibefo, directeur exécutif de la VSV.

    "Nous allons constituer un dossier pour atteindre les institutions judiciaires internationales, dont la Cour africaine de justice et la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples, et d'autres pays qui ont des lois à compétence universelle", comme la Belgique et la France, a dit M. Ibefo.

    Cette décision fait suite au refus de la Haute cour militaire, lors de l'audience du 23 octobre, de faire comparaître le général John Numbi, le chef de la police, suspendu, que la Voix des sans Voix considère comme le "suspect numéro 1".

    Le même jour, la Cour s'était aussi prescrit le "devoir de vérifier par toutes les voies de droit les révélations qu'aurait faites le commissaire principal adjoint Paul Mwilambwe relayées par le journaliste belge Thierry Michel" dans son film "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat? ".

    Le major Paul Mwilambwe, condamné à mort en première instance et en fuite, avait directement mis en cause le général Numbi dans son témoignage au réalisateur belge.

    Selon lui, le corps jamais retrouvé du chauffeur de M. Chebeya, Fidèle Bazana, serait enterré dans la ferme du général. (DGO)

    Dossier à suivre !
  • Où est donc passé Jacques Mangalaboyi ?

    Où est donc passé Jacques Mangalaboyi ?

    Au moins trois cents membres du cabinet Muzito, l’ancien Premier ministre congolais, dont la majorité est originaire de sa province le Bandundu ont organisé un sit-in jeudi 1er novembre devant la primature pour réclamer la paie de leurs indemnités de sortie. Selon eux, ils n’ont perçu que trois des six mois de leur enveloppe salariale. Mais les manifestants n’ont pas atteint le bureau de l’actuel chef du gouvernement Matata Pognon. Ils ont été réprimés par la police qui a arrêté six personnes. Où est donc passé Jacques Mangalaboyi pour défendre Adolphe Muzito, le Crésus Congolais ? Après avoir remplacé son oncle Antoine Gizenga à la Primature, Adolphe Muzito en bon millionnaire du dimanche a plus de 100 villas à Kinshasa, une compagnie aérienne, une chaine de télévision...Réveil FM International n'a pas eu tort lorsqu'il a qualifié Jacques Mangalaboyi d'ethno-tribaliste, car ce dernier n'a défendu Adolphe Muzito que parce qu'il était du Bandundu comme lui-même Mangalaboyi. Que reste-t-il du passage d'Adolphe Muzito à la Primature congolaise ? Rien ! Quelles améliorations pour les Congolais ? Rien ! Jacques Mangalaboyi est un Lumumbiste qui a viré au Joséphisme. Lorsqu'il est à Kinshasa, il dit à Joseph Kabila qui règne par défi par usurpation et imposture que c'est lui Jacques Mangalaboyi qui défend le régime sur internet à partir de Lille. Il faut dire que le pré-rétraité du CHU de Lille à du temps, il se pavanne souvent à Kinshasa. Il est en accointance avec le régime qui pille, tue, viole, assassine des Congolais. Un étudiant rebelle sous Mobutu à Louvanium qui se révèle être un piètre Congolais de la diaspora, payé par le régime dictatorial de Joseph Kabila pour attaquer les Congolais qui dénoncent le régime d'occupation rwandaise au Congo. Avec ses phrasettes, Jacques Mangalaboyi attaque, encore attaque ! Après Adolphe Muzito le voilà qui a jeté son dévolu sur Aubain Minaku, le président de l'Assemble nationale de Joseph Kabila.

    Jacques Mangalaboyi à Kinshasa

    Jacques Mangalaboyi est sur cette photo avec Joseph Kabila devant la rotonde du Palais des Nations. Qui le reconnaît aura un cadeau de Réveil FM International

    Il est là Jacques Mangalaboyi

    Jacques Mangalaboyi après son enrôlemnet forcé dans l'armée de Mobutu, son retour au Campus de Kinshasa

    Jacques Mangalaboyi et son ami en tenue militaire des FAZ sur le Campus de Kinshasa

    Nous réfuserons jamais à un Congolais d'avoir les opinions divergentes sur la situation de la République démocratique du Congo. Mais nous réfusons la prétention caractérielle de Jacques Mangalaboyi de connaitre tout le monde, de dire du mal de tout le monde surtout des congolais de l'étranger pour justifier sa défense de la dictature totalitaire qui règne en République démocratique du Congo. Que Jacques Mangalaboyi soutienne Joseph kabila, c'est son droit. Les trois cents Congolais membres du Cabinet d'Adolphe Muzito qui réclament leurs droits, ne méritent-ils pas d'être soutenus ? On peut comprendre Jacques Mangalaboyi, son âge est avancé, son avenir est bouché, il estime que le seul moyen pour se retrouver c'est d'aller à la mangeoire comme d'autres, de trahir ses convictions et valeurs pour reconnaissance bidon. Jacques Mangalaboyi n'a jamais défendu un autre Congolais que les ressortissants de Bandundu qui travaillent pour asseoir la dictature totalire de Joseph kabila au Congo. Mangalaboyi qui est un Lumumbiste frelaté devra se souvenir que l'on ne gagne jamais face à un peuple...debout !

    Dossier à suivre !
  • Tchad: la satire harcelée

    Tchad: la satire harcelée

    L’avion d’Idriss Déby a failli rater son atterrissage. Symptomatique: c’est tout son régime qui semble menacé de crash. Le pouvoir tchadien semble se durcir ces derniers mois. Les journaux se plaignent de «harcèlement judiciaire» et font front commun pour protester contre la récente suspension de parution du très respecté N’Djamena Bi-Hebdo et la condamnation de son directeur, Jean-Claude Nekim, à un an de prison avec sursis et une amende de 1500 euros, pour avoir publié un extrait d’une pétition de syndicalistes contre le pouvoir.


    Idriss Deby, le dictateur tchadien

    En solidarité, un collectif de journalistes tchadiens, avec le soutien de Reporters sans frontières et de membres de la société civile tchadienne, a lancé Le Journal des Journaux, lui-même rapidement interdit de diffusion…

    La caricature joue sa partition dans ce débat. C’est pour avoir publié une caricature des magistrats dans son journal que Jean-Claude Nekim était à nouveau convoqué devant la justice, le 25 septembre dernier, pour «outrage à magistrat».

    Absent, du 12 au 14 octobre dernier, lors du XIVème Sommet de la Francophonie, le dictateur tchadien a tout de même tenu à être à Kinshasa, pour rencontrer son homologue congolais. Idriss Deby a eu dernièrement un tête-à-tête avec Joseph Kabila, au pavillon d’honneur de l’aéroport International de N’djili. Il avait profité de son escale en territoire congolais en vue de féliciter le Président congolais, pour la réussite de ce grand événement de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

    Que Déby driss, le dictateur tchadien aille à Kinshasa pour soutenir la tricherie, cela n'étonne personne !