Au lieu de la fête, l’équation de la Francophonie se résume en: routes bloquées à la circulation en plus marche à pied faute de transport et des bouchons. Lucide un Kinois s'est écrié: "Qu’ils nous laissent circuler tranquillement chez nous, que cette franco-folie des dépenses aillent ailleurs pour que nous puissions tourner nos regards dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu où nos sœurs, mères et frères meurent tragiquement et sont violées".