« Nous ne devons pas avoir peur de le dire: c’est une culture souterraine, partagée d’une certaine manière. A mon sens, c’est une urgence en Italie », a-t-elle ajouté, évoquant les nombreux cas de maltraitance dont les femmes sont victimes, souvent de la part de leur mari ou de leur père.