19/06/2012

Bioparc Zoo de Doué-La-Fontaine !

Bioparc Zoo de Doué-La-Fontaine !

Crée en 1961 par Louis GAY, le zoo de Doué la Fontaine a su rapidement développer une philosophie liée au respect de valeurs fondamentales : respect d’un site particulier d’anciennes carrières de falun, de sa végétation luxuriante, des 800 animaux qu’il accueille ainsi que du bien-être de ses visiteurs. Entreprise familiale engagée depuis plus de 30 ans dans la conservation d’espèces menacées, la famille GAY a doté le zoo d’un nouveau nom, plus adapté à ses nouvelles missions. Ainsi, devient-il le BIOPARC de Doué la Fontaine, parc de la vie, où se côtoient des animaux et des hommes venus du monde entier partager leur même passion de la nature ! Le Bioparc zoo de Doué-la-Fontaine est un parc zoologique français situé sur la route de Cholet à Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire) dans d'anciennes carrières d'extraction de pierre coquillière. Il a ouvert ses portes au public le 14 juillet 1961. Il est membre de l'Association européenne des zoos et des aquariums (EAZA). Il est l'initiateur des "Projets Nature", plus de 20 projets sont en place à travers le monde et financés en grande partie par le Bioparc. Pour fêter ses 50 ans en 2011, le Zoo a changé de logo et a pris le nom de Bioparc.

Bioparc, zoo de Doué-La -Fontaine.

Zoo de Doué-La-Fontaine sur la carte française. Photo Réveil FM

 

Situé près de la vallée de la Loire à 15 km de Saumur et à 35 km d’Angers, le Zoo de Doué-laFontaine (49) est un site unique en Europe grâce à son implantation troglodytique particulière. Installé dans d’anciennes carrières à ciel ouvert creusées sur plusieurs niveaux et couvrant une superficie de 14 hectares, le Zoo s’épanouit dans une verdure luxuriante arrosée par de nombreuses cascades. Environ 680 animaux y vivent, appartenant à 85 espèces, dont plus d’une quarantaine est menacée.

La visite du Zoo de Doué-la-Fontaine, organisée en biozones, s’articule autour d’îles et de vastes enclos qui, avec leurs aplombs rocheux et leurs excavations naturelles, évoquent davantage les paysages d’origine des espèces présentes, qu’un site du Maine-et-Loire. Bananiers, bambous géants, lianes, yuccas … la végétation habille chaque recoin du parc. La promenade débute par la carrière des girafes. 1 adulte, 4 sub-adultes et 2 jeunes, vivent dans cet espace de 4 000 m² partagé avec les zèbres de Grévy, espèce magnifique, à la robe aux raies tellement fines qu’elles semblent dessiner au pinceau. Inscrite en Annexe 1 de la Convention de Washington (CITES), elle ne compterait plus à l’état sauvage que 2 000 individus localisés au Kenya et en Ethiopie.

Sacha, la girafe mesure 5 mètres. Photo Réveil FM

Le girafe, attraction du Bioparc. Photo Réveil FM

La girafe africaine au Bioparc. Photo Réveil FM

Les girafes et zèbres . Photo Réveil FM

La zèbre. Photo Réveil FM

Girafes du Niger. Photo Réveil FM

Juste en face, se trouvent la grotte des chauves-souris asiatiques et le parc des pandas roux, originaires de Chine.

Le pelican. Photo Réveil FM

Le lynx d'Europe. Photo Réveil FM

Description du lynx d'Europe. Photo Réveil FM

Le Lynx d'Europe. Photo Réveil FM

Un peu plus loin, le visiteur pénètre dans un long tunnel qui débouche dans la plus grande volière à ciel ouvert d’Europe entièrement consacrée à l’avifaune d’Amérique du Sud où il peut cheminer librement au milieu des oiseaux. Inaugurée en juillet 2009, la Grande Volière accueille déjà 300 oiseaux appartenant à 22 espèces. Aras chloroptères dits à ailes vertes, aras hyacinthes, aras de Lafresnaye, aras militaires, perruches de Patagonie, ibis rouges, ibis à face noire, spatules roses, flamants du Chili, vautours à tête rouge, condors des Andes, sternes incas, canards et échasses d’Amérique du Sud cohabitent harmonieusement sur une surface d’1 hectare, serpentant entre les falaises de pierre calcaire. Un versant sud ouest, abrupt et ensoleillé, abrite la nidification des perroquets, des ibis et des spatules roses. Au pied de cette falaise, un grand plan d’eau abrite la colonie de flamants du Chili. Au cœur de ce labyrinthe minéral, un affût en hauteur permet aux visiteurs de s’installer pour observer le comportement et les interactions des différentes espèces présentes. 300 troncs de chênes et de châtaigniers sont disposés de façon à structurer l’espace et à offrir de nombreux perchoirs aux oiseaux.

La grande volière sud-americaine. Photo Réveil FM

La grande volière sud-americaine. Photo Réveil FM

Des flamands roses. Photo Réveil FM

Des flamands roses. Photo Réveil FM

Explication sur les oiseaux. Photo Réveil FM

Bernache à cou roux. Photo Réveil FM

Bernache à cou roux. Photo Réveil FM

Bernache à cou roux. Photo Réveil FM

Dans le " Canyon des léopards ", dédié à 3 espèces de félins asiatiques, prenez le temps de chercher dans la végétation, les rarissimes panthères des neiges, les léopards de Sri Lanka et ceux de Perse; puis, empruntez la galerie souterraine qui vous amène au coeur de la volière européenne où vous pouvez observer cigognes blanches, cigognes noires et vautours percnoptères ainsi qu’ibis chauves, ibis falcinelles et bernaches s’ébattant sous la cascade. À l’étage supérieur, vous entrez tout d’abord dans la zone africaine en passant devant le parc des lions où toute la famille dort au soleil.

Le lion le roi de la forêt. Photo Réveil FM

La famille lion au repos. Photo Réveil FM

Le lion avec sa crinière. Photo Réveil FM

La lionne. Photo Réveil FM

Le lion qui dort. Photo Réveil FM

Le chemin ondule ensuite entre les îles des primates, lémuriens de Madagascar et cercopithèques diane de Roloway, pour aboutir devant le bassin en aquavision des hippopotames pygmées. Plus loin, s’ouvre un sentier qui débouche sur " la Grande Vallée des rhinocéros ", un lieu spectaculaire de 2 hectares où des terrasses en pente douce mènent à une plaine creusée par des marigots et hérissée de pics de falun. Au milieu des graminées, 1 mâle et 2 femelles rhinocéros noirs vous observent : Tisa, Binti, et Kata Kata. Le 2ème mâle, Jérémy, est parti en 2010 au Zoo de Zurich, dans le cadre du Programme d’Elevage Européen (EEP) du rhinocéros noir, afin de se reproduire et d’assurer la survie de l’espèce. Ils partagent leur territoire avec des gazelles dorcas et des gazelles dama, espèces rares des régions désertiques et subdésertiques.

Le rhinocéros noir. Photo Réveil FM

Le rhinocéros. Photo Réveil FM

Le gibbon siamang. Photo Réveil FM

Vous voici maintenant dans la zone asiatique où les tigres, bercés par le chant des siamangs, vous observent à travers les herbes hautes. Un peu plus loin, les rarissimes grues de Mandchourie et grues à cou blanc couvent jalousement leurs œufs. Chaque année, leur première ponte est prélevée pour être envoyée en Russie afin que les poussins soient réintroduits dans une réserve naturelle. Depuis 2001, le Zoo de Doué-la-Fontaine a déjà envoyé 18 oeufs dans la réserve de Khingansky.

Sculpture de deux hippopotames. Photo Réveil FM

Hippopotame en danger ! Photo Réveil FM

Le guépard. Photo Réveil FM

La ferme africaine. Photo Réveil FM

Des chèvres et boucs ! Photo Réveil FM

Une famille dans la ferme africaine. Photo Réveil FM

La viande de brousse. véritable fléau ! Photo Réveil FM

Des manchots de Humboldt. Photo Réveil FM

Des loutres géantes. Photo Réveil FM

Des loutres géantes. Photo Réveil FM

Des ours. Photo Réveil FM

Yucuna et Diego, les loutres géantes d’Amazonie arrivées en août 2007, se sont bien adaptées à leur nouvel environnement puisque, pour la 1ère fois en France, elles ont donné naissance à 2 loutrons le 31 juillet dernier. Espèce très peu représentée en parcs zoologiques, les portées de loutre géante sont d’autant plus rares. Avec une population estimée entre 1 000 et 5 000 individus, la loutre géante, est classée espèce En Danger par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), et se trouve en annexe 1 de la Convention de Washington (CITES).

Installé juste en face du parc des loutres, le groupe de manchots de Humboldt, oiseau particulièrement menacé et endémique de la côte Pacifique du Pérou et du Chili, devrait quitter son bassin pour être installé dans la Grande Volière sud-américaine en 2011. Vous aurez ensuite le loisir d’observer sur leurs îles arborées, atèles, tamarins lions et sakis. Les singes saïmiris, eux, vivent, dans les arbres.

Le Bioparc de Doué-La-Fontaine est situé dans Saumurois, à 17 km de Saumur et 41 km d'Angers. Il se trouve à 1 h 30 de Nantes, 1 h 20 de Poitiers, 1 h 50 de Niort, 1 h 15 de Tours et à 2 h 50 de Paris grâce aux autoroutes A11 et A85.

La Grande Volière…

Dédiée à la faune sud-américaine, elle est aménagée dans une carrière creusée d’1 ha creusée et évoque, tour à tour, un canyon et une côte rocheuse arides, typiques des régions andines. Recouverte par un filet métallique déployé à 20 m de hauteur, elle est un espace de vol pour les oiseaux dans lequel les visiteurs se baladent librement.

Plongez au coeur de la plus grande volière d'Europe. Admirez plus de 500 oiseaux : aras, ibis, flamants, perruches, amazones, vautours, condors, sternes incas, échasses, canards, manchots... Et ouvrez grands les yeux pour découvrir ce lieu unique !

2012 est l’année de l’accomplissement de la Grande Volière avec l’aménagement du versant dédié aux oiseaux marins. Manchots, pélicans viennent s’ajouter aux oiseaux qui cohabitent déjà dans cet espace. Seule volière au monde où des condors peuvent voler, elle est le reflet de notre investissement dans les pays andins, où nous soutenons la réintroduction de ces géants des airs.