L'UMP (droite) a reproché au gouvernement de gouverner par décret, en court-circuitant l'Assemblée nationale. Elle l'a aussi accusé de vouloir encore aggraver l'état des comptes publics et de porter atteinte à la compétitivité de la France.