24/05/2012

Taty Tshisuaka Kabeya-Justin Manyanga Tshiswa Bantou, deux vaillants résistants-patriotes-combattants en Suisse !

Taty Tshisuaka Kabeya-Justin Manyanga Tshiswa Bantou, deux vaillants résistants-patriotes-combattants en Suisse !

Jean-Claude Kalala, président du Collectif des Congolais de Suisse et président de l'Association des Congolais de Zurich (Acoz) ne décolère pas ! Après avoir entrepris des démarches pour la libération de Taty Tshisuaka Kabeya et Justin Justin Manyanga Tshiswa Bantou injustement appréhendé par la police suisse et qui ont été déjà libérés. Jean-Claude Kalala compte prester en justice contre la provocation de Moïse Katumbi et ses sbires à l'encontre des résistants-patriotes-combattants de Suisse. C'est depuis le lundi 21 mai que ont été relâchés par la police suisse. En effet le jeudi dernier à l'issue d'un match de football qui opposait les moineaux du TP Mazembe à ceux Grasshopper Club et Panathikos, Moïse katumbi Chapwe, gouverneur de la Katanga et président du TP Mazembe avait déjà perdu sa sérénité en apprenant que des Congolais avaient encerclé le stade par des résistants-patriotes-combattants, qui au départ étaient à la recherche de Francis kalombo, ne trouvant le Mukala de Joseph kabila, s'étaient rabattus sur Moïse Katumbi. Interpellé Moïse Katumbi aurait prononcé le mot "Voyou" à l'égard des combattants congolais ! Malgré ses 5 sbires, Moïse a dû fuir, et c'est dans cette course poursuite qu'une voiture de police qui était de passage est arrivée. Les policiers ont eu du maille avec des congolais dont certains poursuivaient Moïse Katumbi avec des chaussures, gobelets, fourchettes mais aussi un "ngondo". Caché dans une ambulance Moïse Katumbi avait pu regagner son hôtel ! Et la police avait mis la main sur deux vaillants combattants de la Suisse : Taty Tshisuaka Kabeya-Justin ManyangaTshiswa Bantou. Après vérification la police est arrivée à la conclusion qu'aucune manifestation des Congolais n'a jaamis sombré dans la violence que ce soit à Genève, Berne, Zurich. Ni Taty tshisuaka, ni Justin ManyangaTshiswa Bantou n'ont jamais commis de crimes en Suisse. Ce sont des pères de famille et citoyens respectables qui paient leurs impôts en Suisse. Le qualicatif "voyou" est utilisé à tord à travers par les usurpateurs d'un pouvoir d'occupation pour insulter les vrais fils du Congo, Congolais vivant à l'étranger sans droits mais avec multiples devoirs: nourrir, véhiculer, soigner ceux qui sont restés au pays. Pendant ce temps une oligarchie mafieuse, se pavanne et nargue le peuple congolais paupérisé et chosifié. Le peuple congolais n'a pas besoin d'obole, mais d'un système politique et social qui fonctionnent !

Montreux (Suisse), Samedi le 23 octobre 2010, le XIIIème Sommet de la Francophonie s'ouvre à Montreux en Suisse. Des congolais discutent avec la police suisse. Photo Réveil FM, archives

Parmi des Congolais qui ont bravé le froid hivernal pour quitter Genève jusqu'à Montreux , Félix Mbayi Junior (au centre) et Taty Tshisuaka Kabeya, avec son thermos de café. Photo Réveil FM, archives

Berne, Justin ManyangaTshiswa Bantou drapé dans son drapeau congolais devant le Palais Fédéral, siège du gouvernement fédéral suisse. Photo Réveil FM, archive

Jean-Claude Kalala, l'indomptable président de l'ACOZ (Association des Congolais de Zurich) lors de la première marche "Kabila dégage" à Zurich. Photo Réveil FM, archives

 


Après une session extraordinaire prévue ce samedi 26 mai au parlement congolais à Zurich, Jean Claude Kalala avec des résistants-patriotes-combattants vont porter plainte contre Moïse Katumbi et ses sbires.