François Hollande était hier dans les allées du Printemps de Bourges à la rencontre des festivaliers. Accessible et confiant, il a parlé culture et politique. N’allez surtout pas dire à François Hollande que la culture est la grande absente de cette campagne présidentielle. Il vous répondra avec un argumentaire rodé mettant en valeur les relations entre la culture et l’économie, la culture et les territoires ou bien encore la culture et l’État. Et pour bien marquer son attachement à cette culture qu’il veut développer et encore plus ancrer dans les territoires, justement, le candidat socialiste a, une fois encore François Hollande était déjà sur le festival l’an passé à l’occasion d’une autre campagne, celle de la primaire socialiste. Autre temps, autre époque, mais toujours finalement une popularité qui semblait, à l’épreuve de la pluie. Première étape de sa visite berruyère, la fédération départementale du PS en plein centre-ville. Les militants n’auraient pour rien au monde loupé une telle visite et la rue du Prinal était déjà noire de monde bien avant l’arrivée du candidat. Une arrivée avec plusieurs minutes de retard mais qu’importe : la ferveur était bien là et les personnalités aussi. Michel Sapin, Aurélie Filippetti, André Laignel (maire d’Issoudun), François Bonneau (président de la Région Centre). Sans oublier les locaux, bien entendu, comme Alain Rafesthain (président du conseil général), Philippe Fournié (premier secrétaire du Cher) et les trois candidats aux législatives (Yann Galut, Céline Bézoui, Agnès Sinsoulier-Bigot).

Direction ensuite la Maison de la Culture pour un accueil de la part du maire de Bourges, Serge Lepeltier, et Daniel Colling, directeur du Printemps. Sans oublier la cohorte de journalistes indispensable pour tout candidat à la présidentielle. Ils étaient un peu plus d’une centaine à suivre François Hollande dans son déplacement printanier avant son meeting de Limoges (Haute-Vienne). D’ailleurs, tandis que le candidat se dirigeait vers l’igloo abritant le stand de la Région Centre, il semblait qu’il y avait plus de journalistes que de festivaliers, pluie oblige?! Sur ce stand, François Hollande a parlé de musiques actuelles (notamment avec Alex Tinseau, directeur de la Fédération régionale des musiques actuelles) et a reçu un portrait dessiné au fusain.

Le cortège reprend sa route pour un arrêt rapide au stand du conseil général avant une pause de quelques minutes au Palais d’Auron à la rencontre d’autres militants. Ouf?! Visiblement confiant, François Hollande repart déjà en direction de Limoges pour un grand meeting régional. « Rendez-vous l’année prochaine, quel que soit l’habit que j’aurais endossé », promet-il.