Le Congolais commence des études de droit à l´université Marien Gouabi de Brazzaville et les poursuit en France. Titulaire d´un DEA en droit des affaires, obtenu à l'université de Paris-Dauphine en 1993, il devient conseiller dans une filiale du groupe Suez-Lyonnaise des eaux à Paris.

Parallèlement, le jeune homme produit et anime des émissions culturelles pour Média Tropical. L'auteur fait ses premiers pas en poésie avec l'ouvrage 'Au jour le jour'. C'est 'L' Usure des lendemains', couronné par le prix Jean-Christophe de la Société des poètes français, qui le révèle en faisant montre d'une inspiration plus personnelle et plus travaillée.

La nostalgie de l'enfance, l'amour de la mère et de la patrie, le devoir de mémoire, le sentiment d'exil ou encore la déliquescence de l'Afrique contemporaine sont autant de thèmes que le poète chante avec lyrisme dans "La Légende de l'errance" en 1995, "Les Arbres aussi versent des larmes" en 1997 et "Quand le coq annoncera l'aube d'un autre jour" en 1999.

L'oeuvre d'Alain Mabanckou ne se limite pas à la poésie : l'écrivain a aussi exploré les voies du genre romanesque, notamment dans "Verre cassé" en 2005, 'Mémoires de porc-épic', prix Renaudot 2006, ou "Black Bazar" en 2009. 2010 est pour Mabanckou une année importante puisqu'il fait son entrée dans la collection Blanche des éditions Gallimard avec son roman 'Demainj'aurais vingt ans' (couronné par le Prix Georges Brassens) et qu'il est élevé au grade de Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy.

En janvier 2012, il se fait remarquer avec son essai "Le Sanglot de l'homme noir".