22/05/2012

Françafrique-Françafric: Jean-Baptiste Placca viré de RFI !

Françafrique-Françafric: Jean-Baptiste Placca viré de RFI !

Omar Bongo avait fait virer Jean-Marie Bocquel du gouvernement de François Fillon, Denis Sassou Nguesso fait virer Jean-Baptiste Placca de RFI ! L’analyse, la réflexion, la distance, et un zeste d’humour sur l’actualité africaine, la meilleure comme la pire. C’était la chronique de Jean-Baptiste Placca, tous les samedis, sur RFI. En effet, le samedi 12 Mai 2012, les fidèles auditeurs et lecteurs de la ''Chronique de Jean-Baptiste Placca'' sur RFI ont appris avec surprise et tristesse l'arrêt brusque de la chronique hebdomadaire que J.-B. Placca animait depuis novembre 2007 sur les antennes de la Radio Mondiale.

Jean-Baptiste viré de RFI par Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville !

Tous les Samedis sur RFI, J-B. Placca analysait, réfléchissait, prenait de la distance avec un zeste d'humour sur l'actualité africaine, la meilleure comme la pire dans l'optique de forger la conscience citoyenne.

Cet éditorial très écouté et très apprécié des auditeurs agaçait fortement les palais présidentiels Africains et les réseaux françafricains. Le courroux et les menaces du président Denis Sassou Nguesso du Congo ont finalement emportés Placca et sa chronique ô combien percutante.

En effet, suite à la chronique de Jean-Baptiste Placca du 10 mars dernier, à propos de l’explosion du dépôt de munitions à Brazzaville, L'homme fort de Brazzaville aurait piqué une colère et annoncé la fermeture de l’émetteur de RFI au Congo.

J.-B. Placca écrivait :

« Le général Denis Sassou Nguesso est chef de l’Etat congolais depuis 1979 (trente-trois ans !). Congédié par les urnes en 1992, il a repris le pouvoir par les armes, en 1997. Quinze ans plus tard, il a encore manifestement toujours besoin d’un arsenal conséquent au cœur de la capitale, pour protéger son pouvoir. Le scandale, ici, ne réside pas uniquement dans le fait que l’on investisse des centaines de milliards dans l’armement, dans un pays qui n’a jamais été en guerre avec personne. Le scandale, c’est qu’un Etat pétrolier de ce rang, peuplé d’à peine 4 millions d’habitants, ne puisse pas investir quelques dizaines de millions dans les pansements, compresses et autre Bétadine dont ont cruellement besoin les hôpitaux du Congo »

Finalement J.-B.Placca a été sacrifié par RFI sur l'autel de Sassou Nguesso pour avoir osé égratigner un chef d’Etat françafricain.

L'autre raison probable de l'éviction de Jean-Baptiste Placca est sans doute l'échange épistolaire musclé qu'il a tenu avec Jean Christophe Mitterrand (Surnommé « papa m'a dit ») ex M. Afrique de son père François Mitterrand.

En effet, dans sa chronique du 28 Avril 2012, J.-B. Placca appelait les africains à ne pas croire que l'élection de François Hollande sonnera le Glas de la Françafrique. Pour étayer son argumentaire, il raconta son séjour en cellule le 10 mai 1981(lors de la victoire de François Mitterrand) pour avoir été suspecté d’avoir lu un journal d’opposition togolais.

A l’annonce de la victoire de François Mitterrand, Placca et ses codétenus avaient tous bondi de joie. Tout excité et sautillant comme un petit garçon, un ancien ministre du Commerce détenu ne cessait de répéter : « C’est la chance de notre vie ! Nous allons sortir d’ici ! Avec Mitterrand à l’Elysée, c’en est fini des violations des droits de l’homme dans le pré-carré français ! ».

Ayant réussi par l’intermédiaire d'une amie à contacter, Jean-Christophe Mitterrand afin qu'il sensibilise son père sur sa situation en prison, en cas de victoire Mitterrand, J.-B. Placca avait de l'espoir pour le changement qu’incarnait Mitterrand.

Libéré après six mois de détention, et l’élection de François Mitterrand n’y aura été pour rien.

Placca apprendra, en sortant de prison, que Jean-Christophe Mitterrand était, entretemps, devenu le nouveau meilleur ami du général dictateur du Togo qui les avait enfermé en cellule.

Et vive la Françafrique !

Gêné par cette anecdote racontée par Placca, Jean-Christophe Mitterrand a contacté RFI pour exprimer son Courroux de fils à Papa et a ipso facto rédigé un droit de réponse musclé adressé à Placca. Deux semaines après ce droit de réponse, La chronique de Placca sera brusquement supprimée sans aucune explication.

La Françafrique semble encore avoir de beaux jours devant elle !

Les Africains exigent la mort de la Françafrique et le retour de la «chronique Jean-Baptiste Placca » sur RFI.

Merci de signer et de faire signer cette pétition.

La pétition : http://www.gopetition.com/petitions/pétititon-en-faveur-de-la-chronique-de-jean-baptiste-p.html