14/04/2015

RCA: Si c’était Michel Amine, Président de la République, qui avait emprisonné arbitrairement Madame Catherine Samba Panza ?

RCA: Si c’était Michel Amine, Président de la République, qui avait emprisonné arbitrairement Madame Catherine Samba Panza ?

 

11053597_734831689962670_4327001560699199698_o

 

11084223_734836643295508_7430897841103162371_o

Madame Cathérine Samba-Panza, présidente par intérim de la transition centrafricaine au lieu de rassembler fait un vide autour d’elle. Photo Afrique Continent

Un confrère africain  s’était écrié un jour: « Catherine Samba-Panza, puisqu’elle a la France dans son soutien-gorge, elle se croit tout permis en République centrafricaine ».  Le confrère Camerounais avait-il raison ? Ce qui est sûr, Catherine Samba-Panza ne sera jamais une « Grande Présidente » de la Transition. Bien au contraire ses bourdes et ses casseroles anti démocratiques sont tellement retentissantes, on se pose même la question, si la transition centrafricaine ne finira-t-elle en eau du boudin. En politique, on ne fonctionne pas avec des sentiments surtout pas des péchés capitaux: l’enflure de l’ego, l’avarice, la vengeance,  la jalousie…On est pragmatique surtout qu’on est aux respensabilités: On doit rassembler et être au service de tous. L’arrestation arbitraire du candidat-Président de la République Michel Lamine est un boulet voire une épine qui demeurera longtemps dans le  pied de Catherine Samba-Panza. On élimine jamais un concurrent politique avec des méthodes barbares, on l’élimine aux urnes.  Les Centrafricains ne sont pas dupes, ils savent qui est qui ?

11099566_734830633296109_78130667_o

Le candidat-président Michel Amine, très serein lors d’une conférence de presse, se doutant de rien  alors que Catherine Samba-Panza et ses barbourzes avaient déjà ourdi un complot contre lui. Photo Afrique Continent

Le candidat-président Michel Amine a été arbitrirement interpellé à l’aéroport de Bangui sans motif apparent, le 7 avril 2015, à 17 heures 15′, heure locale, au moment où il s’apprêtait à prendre son avion Air France, Vol 775 pour Paris, sur  l’ordre du Ministre de la sécurité de Catherine Samba-Panza.

A la femme politique on pardonne tout ? A Catherine Samba-Panza on ferme les yeux, on bouche ses oreilles et on n’ose pas parler sur ses dérives autocratiques.  Si c’était le candidat-président Michel Amine qui avait emprisonné arbitrairement Catherine Samba-Panza, on se serait offusquait qu’un puissant homme s’en prenne à une pauvre femme. Autocrate Catherine Samba-Panza peut tout se permettre: elle est la présidente de la transition ! Lorsqu’on regarde son bilan, c’est un zéro au triple !

Catherine Samba-Panza a été élue à la présidence intérimaire de Centrafrique ce lundi 20 janvier 2014. A l’époque certains médias coupagistes avaient mis en exergue  sa qualité d’ habile négociatrice, à l’écoute de ses interlocuteurs…Dans le petit milieu des affaires banguissois, on la jugeait compétente et on l’espèrait incorruptible ! Que des voeux pieux qui se dementent pour tous ceux qui avions cru à la dame aux pantalons !

La République centrafricaine n’a pas encore exorcisé  ses démons de l’Empreur Jean Bedel Bokassa, celui que le Général de Gaulle n’hésitait pas à surnommé  « le  Soudard ».  Avec Bokassa au moins on savait à quoi s’en tenir. lorsqu’on était opposant on savait à quoi s’attandre. Les deux jambes ou la tête risolées dans une marmitte après t’avoir bien congelé, on te passait à sa table, il bouffait point final. Avec Madame Catherine Samba Panza, la présidente de la transition-une transition qui n’en finit plus, elle joue à la fausse démocrate. Catherine Samba-Panza se délecte du « poison et délices » de l’autocratie. Elle décide toute seule, alors que la République centrafricaine a besoin de se réconcilier et réconcilier tous ses enfants. La RCA est-elle devenue la boutique de Catherine Samba Panza et sa famille biologique ?D’ailleurs, il y a quatre jours, la préparation du Forum de réconciliation continue de faire polémique au sein de la classe politique. Un collectif de petits partis politiques a publié vendredi 10 avril une lettre ouverte à la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza, appelant à revenir sur certaines nominations au sein du comité technique.

A travers ce message de Michel Amine, on perçoit la pugnacité  de ce dernier dans ses convictions républicaines et qu’il ne se laisse pas impressionner par une femme en pantalon et ses barbouzes

Message envoyé aux centrafricains, du candidat-président Michel Amine dans sa prison sans chef d’accusation et encore moins, une signification de ma détention.

Le Président Michel AMINE tient à rendre hommage à toutes celles et ceux qui oeuvrent nuit et jour pour que la vérité, la vraie vérité de mon incarcération arbitraire soit mis au jour.

Il est évident aujourd’hui, mes adversaires politiques se posent un nombre de questions sur la stratégie à mettre en place pour faire avaler les couleuvres au peuple centrafricain de cette mise en scène théâtrale, que ce régime despotique vient de livrer aux yeux de la Nation centrafricaine et ceux de l’opinion internationale.

Cela étant dit, nous ne baisserons pas les bras et nous serons candidats aux prochaines élections tant législatives et pour la magistrature suprême. Je suis candidat au nom de la morale et de la mission que le peuple centrafricain vient de me confier de pacifier, de redresser l’économie et de réconcilier la nation centrafricaine.

Je ne trahirai en aucun cas, la confiance que celui-ci, vient de me témoigner avec des messages de soutien venant de partout.

En m’incarcérant mes détracteurs, mes geôliers, croyaient détruire mon aura qui éclaire le chemin de mon peuple, et In fine, saper nos ambitions de sortir ce pays exsangue, dans la misère caractérisée indescriptible par ce que je viens, une fois de plus de vivre ici en Centrafrique. Où les gens campaient nuitamment devant ma résidence pour avoir de quoi à mettre sous la dent.

Je ne suis pas là, par la pudeur, à faire l’étalage de ce que j’ai pu apporter comme solution durant mon court séjour à Bangui, mais sachez que, j’ai été saigné et je ne regrette pas ce que j’ai fait pour mon peuple.

Je ne souhaite pas continuer à donner du poisson à ce peuple valeureux, mais plutôt à l’apprendre à pécher, puisque, nous connaissons tous sa capacité à faire déplacer les montages.

Je suis candidat et j’y reste, au prix de ma mort pour mon peuple.

Merci encore de votre soutien, et soyez prêt à faire la révolution culturelle et des mentalités pour qu’un jour la RCA, soit parmi les pays émergents.

Pour terminer, je tiens à vous préciser, le jour où je recouvrerais la liberté, mon Facebook officiel que celui-ci, vous donnera la primeur de cette libération. Pour l’heure, je croupis toujours dans le geôle de mes maîtres et despotes.

Patriotiquement vôtre !

Président Michel AMINE, votre serviteur
Bangui, le 12 avril 2015, 20 heures 30, heure locale.

15:57 Écrit par Freddy Mulongo | Tags : michel amine, samba panza, rca, freddy mulongo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |