C’est sûr, ces chevaux doivent souffrir le martyre et ne doivent pas être chouchoutés, du tout. En attendant, je me souviens m’être imaginée sur scène à la place de cet incroyable dresseur. Quel bonheur ce doit être que de partager des moments d’un telle beauté avec ces êtres si majestueux.