23/07/2013

Suisse, Paradiso-Lugano !

Suisse, Paradiso-Lugano !

Paradiso est en Suisse italienne dans le canton de Tessin, il est situé sur le Lac de Lugano. Un temps la commune s'appelait Calprino. En 1929 le changement de nom fut décidé, essentiellement aux fins touristiques: en effet la dénomination Calprino, toponyme qui indique une ferme implanté sur les flancs du Mont Saint Sauveur. Jusqu'à au-delà moitié des années 1800 la population de la commune vivait d'agriculture et de pêche principalement. Était répandue aussi la culture du ver à soie. Avec l'inauguration, en 1882 de la ligne ferroviaire du Gottardo, des nouvelles perspectives s'ouvrirent, principalement à travers l'exploitation du tourisme. Dans cette optique, en 1890 le funiculaire du Mont Saint Sauveur (912 m) fut inauguré, il est encore aujourd'hui l'une des principales attractions touristiques de la région. Dans la même année fut conclue la construction de la ligne de tramway électrique pour réunir Calprino au Lugano.

Le plan urbanistique de Lugano reproduit celui du bourg médiéval. Au Moyen-âge, Piazza Grande (désormais Piazza della Riforma) était le lieu de rassemblement préféré des citadins (et il l'est encore de nos jours), le lieu de travail et l'endroit où s'effectuaient les trafics commerciaux. Presque tous les échanges commerciaux qui s'organisaient sur la Riva della Legna et sur la Riva del Grano (actuellement piazza Rezzonico) se sont déplacés vers la voie ferrée seulement vers la fin du XIXe siècle. Lugano était déjà une petite ville très vivante au XVIe siècle, comme en témoigne la Fiera Grossa qui a lieu tous les ans et qui, les premières années du XVIe siècle déjà, était connue dans toute l'Europe. Du XVIe siècle au début du XXe siècle, les 4 contrées principales qui convergeaient toutes vers Piazza della Riforma étaient facilement reconnaissables. Au nord, la contrée Cioccaro s'étend jusqu'aux pieds de la colline, à l'ouest la contrée Nassa touche l'église de Santa Maria degli Angioli, à l'est la contrée Verla arrive jusqu'à la place Sant'Antonio et pour finir, la contrée Canova jouxte la piazza Castello où dans le temps, s'élevait le château viscontien. Le vieux bourg était entouré d'un mur à sept portes. La ligne de chemin de fer et la gare ont été construites en 1874. Elles ont permis de déplacer le cœur du commerce du lac à la colline qui fut reliée à la plaine grâce à un funiculaire, encore utilisé de nos jours pour se déplacer en ville.

Commençons cette visite guidée des beautés de Lugano en partant des berges. Grande attraction touristique qui s'explique par le contexte dans lequel elles s'insèrent et par les sculptures modernes visibles tout au long du trajet, les rives du lac se développent le long du vaste golf de Lugano, de Paradiso jusqu'au Lido, sur 2 km environ. En se promenant au coucher du soleil, il offre une vue inoubliable sur le lac et sur la baie. A la baie Paradiso, aux pieds du Mont San Salvatore, de grands jardins publics s'étendent jusqu'au lac. Le long de ce parcours se succèdent le majestueux Hôtel Splendide Royal, l'un des plus grands et plus anciens hôtels de Lugano et Villa Malpensata qui abrite le musée d'art moderne de Lugano. Ce musée que les passionnés d'art moderne ne peuvent pas manquer organise des expositions temporaires de renommée internationale.

Différentes écoles architectoniques ont contribué à transformer Lugano en ce qu'elle est aujourd'hui: une capitale de l'architecture moderne. Au cœur du parc Ciani, le poumon vert de Lugano, se trouve la bibliothèque Cantonale (1940) de l'architecte Tami, le maître de l'architecture tessinoise. Nombreux sont les architectes qui ont contribué à la vision actuelle de Lugano: Marco Botta est le plus célèbre mais citons également Aurelio Galfetti, Livio Bacchini, Tita Carloni, Peppo Brivio, Luigi Snozzi et bien d'autres encore.

Isabelle Sacchetti-Meyer, notre guide à Lugano. Photo Réveil FM

 

L'avenue la plus chère de Lugano. Photo Réveil FM

Le parc Ciani, vaste poumon vert de 60.000 m2 composé de plates-bandes, d'arbres séculaires, d'essences en tous genres est l'une des promenades favorites des citadins. Le parc abrite le Musée des Beaux arts, la Bibliothèque Cantonale, le Musée d'histoire naturelle et différentes écoles. Place de la Réforme Piazza della Riforma, Lugano Place de la Réforme, appelée simplement "La Piazza" est le carrefour entre le cœur de Lugano et la promenade le long du lac.

07/04/2013

Suisse, splendide et luxuriante ville de Lugano dans le Tessin !

Suisse, splendide et luxuriante ville de Lugano dans le Tessin !

Lugano est une ville de Suisse et chef-lieu du district de Lugano, elle se situe dans le canton du Tessin. La devise de son drapeau est La Vera Giustizia Antica. Lugano est la troisième place financière suisse et, grâce à son climat et à sa végétation luxuriante, un centre touristique important. Selon l'Office fédéral de la statistique, la superficie de Lugano est de 32,09 km. La ville est située sur la rive nord du lac de Lugano (aussi appelé Lago Ceresio), entre le lac Majeur et le lac de Côme. Lugano est environné au sud par le Monte San Salvatore, et à l'est par le Monte Bre. Le climat est continental, mais beaucoup adouci par la proximité du lac. Les températures mensuelles du mois de juillet sont de 21,5 ° et les précipitation s'élèvent à 170 mm. Selon la classification des climats de Köppen le climat est de type Cfb.

L'hôtel Lugano Dante. Photo Réveil FM

L'entrée de l'hôtel Lugano Dante. photo Réveil FM

Freddy Mulongo à l'hôtel Lugano Dante. Photo Réveil FM

Au cœur du Tessin, non loin de la frontière italienne, Lugano est une formidable villégiature pour les amateurs de nature et de culture. Le visiteur pourra se promener au bord du lac du même nom, découvrir une exposition ou se promener au centre-ville historique et piétonnier avec ses multiples édifices de style lombard, ses places et ses arcades. Alors rendez-vous au Parc du Belvédère - promenade riveraine bordée d'arbres et de fleurs luxuriantes -, à la Cathédrale San-Lorenzo - magnifique édifice au-delà de la vieille ville, avec sa façade de style Renaissance lombarde, ses fresques et ses précieuses œuvres baroques - ou au Museo Cantonale d'Arte, qui expose des œuvres de Klee, Jawlensky, Renoir et Degas parmi d'autres. La Suisse-italienne dans toute sa splendeur !

Nous remercions Federico Sommaruga et Suisse tourisme de nous a permis de découvrir ce coin de la Suisse.

Le personnel de l'hôtel Lugano Dante. Photo Réveil FM

Le restaurant de l'hôtel Lugano Dante. Photo Réveil FM

Freddy Mulongo. Photo Réveil FM

L'un des salons de l'hôtel Lugano Dante. Photo Réveil FM

Le funiculaire devant l'hôtel qui vous amène à la gare de Lugano. Photo Réveil FM

La ville de Lugano comptait 58 658 habitants au 31 décembre 2010. Avec l'absorption de huit communes limitrophes en 2004 (Davesco-Soragno, Pambio-Noranco, Cureggia, Breganzona, Gandria, Pazzallo, Pregassona, Viganello), la commune de Lugano a vu sa population presque doubler. En 2008, elle absorbe de nouveau les communes de Villa Luganese, Carabbia et Barbengo. Neuvième ville de Suisse par sa population, c'est la plus grande ville de la Suisse italienne. Son agglomération compte environ 130 000 habitants.

L'hôtel de ville de Lugano. Photo Réveil FM

La Place de l'hôtel de ville. Photo Réveil FM

Charles Barras, un grand personnage attachant !

Charles Barras, Sous-directeur de Ticino turismo. Photo Réveil FM

Il est le Sous-directeur de Ticino Turismo. Charles Barras connait l'Afrique, il y a été souvent y compris la République démocratique du Congo. Notamment la ville de Goma. Dans ce restaurant qui jouxte l'hôtel de ville de Lugano entre le risotto aux champignon et du bon vin italien, nous parlons Afrique ! Il faut dire Charles Barras est arrivé à Lugano, il y a une dizaine d'années pour 6 mois de stage. Depuis il y vit et il y a même formé une famille. Son français est parfait dans cette partie de la Suisse italienne. Suisse vaudois, Charles Barras a gardé certains réflexes, à part des journaux suisse, le sous -directeur de Ticino Turisme est abonné au Canard Enchaîné. Après le repas, il nous fait découvrir sa ville by night à pied.

Charles Barras au restaurant italien à Lugano. Photo Réveil FM

 

La ville de Lugano est la plus grande ville de la Suisse italienne. Le cadre y est splendide. Elle s'accompagne de la beauté du lac Lugano et quelques montagnes: le Monte Brè, le Monte San Salvatore et le Sighignola.

Isabelle Sacchetti-Meyer, notre guide à Lugano. Photo Réveil FM

Il faut savoir que cette ville est également la plus italienne des villes de Suisse puisqu'elle n'est qu'à 8 km de la frontière suisse. Hormis l'activité financière qui la place 3ème centre financier Suisse, elle profite d'une grande activité touristique et elle attire énormément de touristes venus profiter de son cadre naturel et de son climat plus tempéré que celui du Nord des Alpes. C'est également une ville étudiante puisqu'on y trouve le principal campus de l'Université de la Suisse italienne, fondée en 1996.

Marcelleria Salumeria avec ses gros saucissons. Photo Réveil FM

Villa Ciani. Photo Réveil FM

Villa Ciani 2. Photo Réveil FM

Mais pour le touriste qui s'y rend c'est avant tout la nature qui l'interpelle. Il peut se promener au bord du lac, et profiter le temps de son séjour d'une randonnée en montagne sur les sentiers balisés. Le Parc du Belvédère du centre-ville est également très beau et se prête merveilleusement aux promenades avec ces jolis arbres et ses fleurs aux 1001 couleurs. Les amateurs d'histoire trouveront également leur compte en visitant la Cathédrale San-Lorenzo de style Renaissance ou encore le Museo Cantonale d'Arte.

Le canard dans le lac de Lugano. Photo Réveil FM

Le canard à Lugano 2. Photo Réveil FM

Les canetons dans le lac de Lugano. Photo Réveil FM

Le doigt d'Isabelle Sacchetti pointant le Lido di Lugano. Photo Réveil FM

Lugano Paradiso sous le brouillard et vu de loin. Photo Réveil FM

Dossier à suivre !

15/06/2012

Madame Corina Casanova, Chancellière de la Confédération suisse s'entretient avec des journalistes de la presse étrangère ! Ière Partie

Madame Corina Casanova, Chancellière de la Confédération suisse s'entretient avec des journalistes de la presse étrangère ! Ière Partie

"Ce sont les démocrates qui font les démocraties, c'est le citoyen qui fait la république" écrivait Georges Bernanos. Les citoyens ont droit à l'information. Le mercredi 13 juin, Madame Corina Casanova Chancellière de la Confédération suisse a passé une journée avec des journalistes de la presse étrangère, répondant à toutes les questions possibles.

Madame Corina Casanova, Chancellière de la Confédération suisse. Photo Réveil FM

La Chancellerie fédérale suisse fournit des services au Conseil fédéral, à l’administration fédérale et à la population. Son offre est adaptée en permanence aux nouveaux défis et aux nouveaux besoins.

Freddy Mulongo et Madame Corina Casanova, Chancellière de la Confédération suisse. Photo Réveil FM

Les citoyennes et les citoyens ont droit à une information rapide et exhaustive. La Chancellerie fédérale coordonne la communication de la Confédération et veille au plurilinguisme de l’administration fédérale vis-à-vis du public. L’actuelle chancelière de la Confédération, Corina Casanova, dirige depuis 2008 la Chancellerie fédérale – qui compte quelque 250 personnes – au même titre qu’un conseiller fédéral dirige son département.

 

Visite du Palais fédéral du Lohn, reportage-photos !

Le Palais fédéral est à la fois le siège du Conseil fédéral (gouvernement) et de l'Assemblée fédérale (parlement) suisse (Conseil national et Conseil des États). Il domine la place Fédérale de Berne. Depuis 1848, Berne est la ville fédérale. Photo Réveil FM

Madame Corina Casanova, la chancellière de la Confédération suisse monte dans le car avec des journalistes. Photo Réveil FM

Vue magnifique de vaches et du train qui va dans le sens contraire que le car. Photo Réveil FM

Panneau d'explication de la résidence fédérale Lohn. Photo Réveil FM

Madame Casanova, la chancellière donnant des explications aux journalistes dans le jardin du Lohn. Photo Réveil FM

Une seconde équipe des journalistes conduite par Monsieur George Gebex. Photo Réveil FM

Vue parielle de l'entrée du Palais fédéral Lohn. Photo Réveil FM

Le «Lohn» est une demeure luxueuse construite en 1782/83 pour les dix membres de la famille patricienne bernoise de Beat Emanuel et Marie Charlotte von Tscharner. Helene Welti-Kammerer, sa dernière propriétaire, l'offrit à la Confédération en 1942 en mémoire de son beau-père, le conseiller fédéral Emil Welti. Photo Réveil FM

Aujourd'hui, le Conseil fédéral l'utilise pour y recevoir ses hôtes. Il y a accueilli de nombreux chef d'Etat et autres invités officiels, notamment des personnalités telles que le premier ministre britannique en temps de guerre Winston Churchill, le président français François Mitterrand et le président polonais Lech Walesa. La reine Elisabeth et le prince Philippe d'Angleterre y ont également séjourné, de même que la majeure partie des couples royaux européens. Photo Réveil FM

La Maison de Watteville, dans la vieille ville de Berne, et le domaine du Lohn, à Kehrsatz, font partie des bâtiments historiques appartenant à la Confédération. Les deux résidences du Conseil fédéral ont été léguées à la Confédération par des bienfaiteurs. A certaines dates, elles sont ouvertes au public. Photo Réveil FM

Les journalistes arrivent au perron de la résidence fédérale Lohn. Photo Réveil FM

Jean Musy, vice-président de l'APES et rédacteur en chef de Radio zones 93.8FM remercie la Chancellière pour l'accueil. Photo Réveil FM

Freddy Mulongo au Palais fédéral Lohn. Photo Réveil FM

La table est prête ! Photo Réveil FM

Le service de restauration est à volonté. Photo Réveil FM

La table est très fleurie, on ne peut s'empêcher de prendre des clichés. Photo Réveil FM

Madame Corina Casanova, et Freddy Mulongo. Photo Réveil FM

Freddy Mulongo. Photo Réveil FM

Madame Corina Casanova et Freddy Mulongo. Photo Réveil FM

Photo de famille des journalistes sur le perron de la résidence fédérale. Photo Réveil FM

C'est l'heure de se quitter, de retourner à la gare pour le train. Photo Réveil FM

Le vice-chancelier André Simonazzi et porte-parole de la Chancellerie répond aux questions de Freddy Mulongo. Photo Réveil FM

Porte-parole du Conseil fédéral, le vice-chancelier André Simonazzi informe les médias et le public après les séances hebdomadaires du Conseil fédéral. La Chancellerie fédérale veille sur les droits politiques: Elections, votations, demandes de référendum, initiatives, pétitions : il n’y a guère d’Etats souverains qui offrent au peuple des moyens de participation aussi élaborés. La Chancellerie fédérale coordonne par ailleurs l’introduction du vote électronique.

Au service du gouvernement, de l’administration fédérale et de la population, la Chancellerie fédérale a pour souci constant d’adapter ses prestations aux besoins.

L'histoire de la Chancellerie fédérale Service d'état-major du Conseil fédéral, elle est la plus ancienne institution administrative de la Confédération: elle a 45 ans de plus que l'État fédéral moderne. C'est à Napoléon Bonaparte que la Chancellerie doit son statut d'organe fédéral permanent.

La Chancellerie de la Confédération suisse fête 2003 ses deux siècles d’existence. Service d’état-major du Conseil fédéral, elle est la plus ancienne institution administrative de la Confédération : elle a 45 ans de plus que l’État fédéral moderne. C’est à Napoléon Bonaparte que la chancellerie doit son statut d’organe fédéral permanent.

La Chancellerie fédérale existe depuis 1803. Cette institution est donc plus ancienne que l’État fédéral qui remonte à 1848. Avant la fondation de ce dernier, le chancelier et le secrétaire d’État étaient à peu près les seules personnes au service permanent de la Confédération. Avec la fondation de l’État fédéral, la chancellerie perdit d’abord de son importance. Elle devint un service administratif du Conseil fédéral et du Parlement, chargé de rédiger les procès-verbaux de leurs séances. Elle publiait en outre les textes de loi et la Feuille fédérale, représentait une première en termes de relations publiques.

* Conseiller et assister le Conseil fédéral dans la planification et la coordination des affaires gouvernementales

* Elaborer pour le président de la Confédération le programme de travail et la planification des affaires du Conseil fédéral et en surveiller l’exécution

* Participer à la préparation des délibérations et aux séances du Conseil fédéral

* Elaborer, en étroite collaboration avec les départements, le rapport du Conseil fédéral à l’Assemblée fédérale sur les grandes lignes de la politique gouvernementale et le rapport annuel du Conseil fédéral sur sa gestion

* Conseiller le Conseil fédéral sur la direction générale de l’administration et collaborer à la surveillance de celle-ci * Assister le Conseil fédéral dans ses rapports avec l’Assemblée fédérale

 

Bases légales

Les bases légales figurent notamment dans la Constitution fédérale, dans la loi sur l’organisation du gouvernement et de l’administration ainsi que dans l’ordonnance sur l’organisation de la Chancellerie fédérale.

Avec les réformes administratives introduites dans les années 1960, la Chancellerie fédérale s’est transformée en service d’état-major du gouvernement suisse.