«Nous ne pouvons pas laisser impuni ce qui apparaît être un crime grave contre l'humanité», a ajouté le patron de l'ONU, à la fin d'une visite de cinq jours en Corée du Sud, son pays natal.