Difficile, dans ce cas, de convaincre des Français qui attendent, et dont la patience risque d’être encore mise à l’épreuve, «an II » ou pas.