13/02/2017

Affaire Théo Luhaka : Cazeneuve dénonce des "violences inacceptables"

Affaire Théo Luhaka : Cazeneuve dénonce des "violences inacceptables"

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a rappelé que le gouvernement condamnait « avec la plus grande fermeté » les violences.

Après les violences de ce week-end à Argenteuil et à Bobigny, Bernard Cazeneuve a réagi. Pour le Premier ministre, « l'émotion légitime » qui a été suscitée par l'arrestation et le viol présumé du jeune Théo « ne saurait en rien justifier » ces « violences inacceptables ».

Dans un communiqué, il a rappelé que le gouvernement condamnait « avec la plus grande fermeté » les violences. Bernard Cazeneuve a, par ailleurs, salué « à nouveau l'appel au calme empreint de dignité lancé il y a quelques jours par Théo et sa famille ».

En présence d'associations de lutte contre le racisme, il « a rappelé le devoir d'exemplarité des forces de l'ordre » devant prévaloir « en toutes circonstances et pour toutes leurs interventions ».

Il a « insisté sur la volonté du gouvernement de poursuivre le travail de renforcement de la confiance entre la police et la population », alors que les violences qui se succèdent depuis plus d'une semaine ont remis les banlieues dans le débat à quelques semaines de la présidentielle. « C'est dans cet esprit que le déploiement des caméras-piétons mis en œuvre par le gouvernement va se poursuivre », a ajouté Bernard Cazeneuve, qualifiant cette mesure de « la plus efficace pour lutter contre les discriminations et apaiser les échanges ».

« La justice est saisie »

À propos de Théo, toujours hospitalisé après l'interpellation du 2 février à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), « la justice est saisie » et « il lui appartient d'établir la vérité des faits et des responsabilités », a ajouté Bernard Cazeneuve, qui a souligné qu'il avait « dans cette attente prononcé à titre conservatoire la suspension des policiers mis en examen ». Un peu plus tôt, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux avait condamné « de la façon la plus forte toutes les violences qui ont eu lieu durant le week-end » et appelé « au calme », « à la responsabilité, à la sérénité, à la confiance dans la justice ». Dimanche, pour la première fois depuis la brutale interpellation de Théo, des violences urbaines ont eu lieu en dehors de la Seine-Saint-Denis.

À Argenteuil dans le Val-d'Oise, onze personnes, dont huit mineurs, ont été interpellées, après des heurts avec les forces de l'ordre, l'incendie d'un véhicule et le caillassage d'un bus. En Seine-Saint-Denis, dix jeunes, tous mineurs, ont été interpellés. Originaires du Blanc-Mesnil, ils ont été arrêtés après des dégradations à Drancy, la commune voisine, a indiqué une source policière.

Le Premier ministre a néanmoins rappelé "l'émotion légitime" autour de cette affaire. Dimanche, 21 personnes ont été interpellées après des violences.

18:27 Écrit par Freddy Mulongo | Tags : affaire théo luhaka, bobigny, violences | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

11/06/2012

Elisabeth Byrs: "Le PAM a besoin de 46 millions $ Us pour nourrir les réfugiés Congolais à l'Est"

Elisabeth Byrs: "Le PAM a besoin de 46 millions $ Us pour nourrir les réfugiés Congolais à l'Est"

Elisabeth Byrs, porte-parole de l'ONU- PAM à Genève dit clairement que la situation à l'Est de la démocratique du Congo est dramatique et préoccupante. Le PAM fournit une assistance alimentaire d’urgence aux congolais qui fuient la violence à l’est de la République démocratique du Congo. Le PAM a besoin urgemment de 46 millions $ pour nourrir des Congolais devenus réfugiés dans leur prpre pays, le Congo. La semaine dernière à Beni, en République Démocratique du Congo (RDC), le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM) a distribué des rations alimentaires mensuelles à 20 000 personnes nouvellement déplacées ainsi qu’à leurs familles d’accueil. Le PAM est inquiet des conséquences de la violence sur la population civile de l’est du pays.

Elisabeth Byrs, responsable de communication de PAM à Genève. Photo Réveil FM

Elisabeth Byrs: Le PAM a besoin de 46 millions $ Us pour nourrir les réfugiés Congolais à l'Est du Congo". Photo Réveil FM

«Avec l’intensification des combats au cours des dernières semaines, le PAM a assuré une assistance d’urgence aux Congolais en fuite et forcés de tout abandonner,» a déclaré Stanlake Samkange, Directeur Régional du PAM en Afrique centrale et de l’est. «Si la violence persiste, le nombre de gens ayant besoin d’aide augmentera et il sera essentiel de s’assurer que le PAM ait accès aux ressources nécessaires pour répondre aux besoins des nouveaux déplacés.»

Des dizaines de milliers de Congolais ont fui leurs villages et plusieurs ont trouvé refuge près de Goma ou ailleurs à l’est de la RDC. Des milliers d’autres ont franchi les frontières du Rwanda et de l’Ouganda à la recherche de lieux sécurisés.

Dans les provinces congolaises du Nord et Sud Kivu, le PAM offre une assistance alimentaire d’urgence à plus de 244 000 personnes déplacées. Dans les prochains jours, le PAM distribuera de la nourriture à 4000 nouveaux déplacés dans le territoire de Rutshuru, au Nord Kivu, et se prépare à évaluer les besoins de quelque 80 000 personnes récemment arrivées dans la région. La semaine prochaine, 8000 déplacés recevront aussi une aide alimentaire à Minova, au Sud Kivu.

En Ouganda, plus de 21 000 Congolais ont franchi la frontière depuis le début de l’année et ont été pris en charge au centre d’accueil de Nyakabande à Kisoro ou ailleurs dans le pays. En partenariat avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le PAM fournit des repas chauds aux réfugiés dès leur arrivée et continue à les soutenir avec des rations alimentaires mensuelles lorsqu’ils sont relocalisés par les autorités ougandaises sur des sites d’installation spécialement conçus pour les accueillir. Des services de santé sont offerts aux réfugiés en collaboration avec des partenaires et le PAM fournit des produits spécialisés pour lutter contre la malnutrition.

Au Rwanda, près de 11 000 personnes ont traversé la frontière depuis avril selon le HCR. Les réfugiés sont abrités temporairement au centre de transit de Nkamira, situé à 22km de la frontière et reçoivent de la nourriture du Programme Alimentaire Mondial.

En tenant compte des mouvements de population antérieurs, le PAM offre présentement une assistance à un total de 532 000 réfugiés et déplacés congolais dans la région des Grands Lacs : 65 000 réfugiés au Rwanda, 97 000 en Ouganda et 370 000 personnes déplacées à l’est de la République Démocratique du Congo.

Les opérations du PAM dans ces trois pays ont un déficit combiné de près de 46 million $US pour les 6 prochains mois.

Des ressources additionnelles pourraient s’avérer nécessaires pour répondre adéquatement aux besoins d’une population grandissante de réfugiés et de déplacés.