• A cœur avec Papa Simaro Lutumba sur Réveil FM International

    A cœur avec Papa Simaro Lutumba sur Réveil FM International

    Papa Simaro Lutumba. Portrait Kash

    A Réveil-FM International, nous avons beaucoup du respect et de la considération pour Papa Simaro Lutumba Masiya, philosophe sociétal et monument de la musique congolaise, que nous avons interviewé plusieurs fois à Kinshasa comme à Paris. Ntoto "Mabele" 1972, chanson prophétique, l'une des meilleures compositions de Papa Simaro Lutumba"Mokolo Na Kokufa Kake Ekobeta ! "Le jour de ma mort, la foudre retentira" L'annonce de la disparition de Papa Simaro Lutumba est foudroyant ! Mabele, c'est la vie ! Mondele Asala Mandoki Yakoboma bato "L’homme blanc a inventé l’arme à feu pour tuer des gens" ! Kasi ya koboma vérité mondele akoki te "Mais tuer la vérité, l’homme blanc ne parvient pas" !

    A Réveil FM à Kinshasa, sur le Boulevard du 30 juin, des artistes venaient. Pour ma première émission "A cœur Ouvert" avec Papa Simaro Lutumba, c'était en 2001. J'étais allé le chercher, avec ma voiture, chez lui sa résidence au n° 231 de la rue Isangi dans la commune de Lingwala. Il était très attachant et respectueux. Il m'avait dit qu'il n'avait pas beaucoup de temps. Une fois, au studio à la radio, nous avions fait une émission de 2 heures. J'ai appris que sa maison actuelle sur la même rue Isangi où il était né- sa résidence est face et biais , il l'a acheté avec l'argent de la chanson "Maya" chantée par Carlito Lassa. Papa Simaro Lutumba était attaché à sa rue, sa famille et son quartier. Il ne voyait pas vivre ailleurs. Même l'Europe, il n'aimait pas y vivre. Je lui posait tant des questions, il me répondait souvent par un proverbe et me donnait l'explication de sa réponse. Il m'avait par exemple expliqué son message lors de l'enterrement de Franco Lwambo Makiadi: "Nkoyi BakundaKa Ye Na poso Na yo te". Papa Simaro Lutumba voulait continuer avec le TP OK Jazz de Franco, mais J'ai appris son amour pour Pépé Kallé. Que Madilu Système était le mari de sa sœur...Dans la voiture lorsque je le ramenais chez lui, il m'a parlé en Lisese: "Freddy Mulongo ozali muana ya famille ya buana, famille eyebana ko changer te. Ko lukata succès té. Tikala denge ozali motema malamu na batu. Oyambi ngai kitoko na bosembo tikala kaka denge wana...Nayebi Papa Mulongo alingaki batu mingi pe kosalisa bango. Yango tango o inviter ngai na ndimi koya kosala émission..."

    J'allais de temps à autre écouter les Bana Ok au Rond-point des Huileries chez Mungilagila, une manière pour mois de soutenir cet orchestre monument de notre musique. A chaque fois, que amis Français venaient me voir à Kin, nous sortions pour les Bana OK. Une fois , papa Simaro Lutumba m'avait invité à Yolo, chez Ma Mbole, sa deuxième femme. Je l'aimais bien, Papa Simaro Lutumba pour lui je symbolisait la Revue Jeunes pour Jeunes et Likembe. Par égard à Papa, il m'accueillait toujours avec bienveillance, courtoisie, dans son salon avec ses fauteuils rouges sur Isangi. C'était sa décision que nous respectons.A Réveil FM International, nous avions regretté qu'il offre sa guitare à Alias Kabila, qui lui avait piqué une strophe de sa chanson "Dati Pétrole" merveilleusement chantée par Madilu Système et en avoir fait un slogan de campagne lors des élections Louis Michel de 2006 : "Momemi Maki Abundaka té Asuanaka té" (Un porteur d'œufs ne se bagarre ni ne se chamaille), sans même payer les droits d'auteur. Nos vives condoléances à sa famille et Paix à son âme !

    Voici la traduction de la chanson Mabele-"Ntoto" :

    Soso ekolela o bandoki bazongi ndako

    Le coq chante et les sorciers reviennent à la maison

    Sima ya mwa ngonga ntongo ekotana

    Dans quelques instants il fera jour

    Ntongo ekotana o ndeko ya makambo

    Le jour va naître, synonyme des vicissitudes

    Basusu na bisengo basusu na mawa

    Certains dans la joie, d’autres dans la tristesse

    Wapi yo Mbole oo

    De quel côté es-tu, Mbole?

    Kady opesi kanda esika na motema

    Kady, tu as cédé un espace à la colère dans ton cœur

    Bougie ekotangisaka mpinzoli po na pasi

    Une bougie verse des larmes de souffrances

    Eleli pasi ya moto ngai naleli ya lolango

    Elle pleure des souffrances de la flamme; moi, des chagrins de l’amour

    Okotiaka kobanza tiki moto akobela

    Tu te préoccupes quand quelqu’un est malade

    O po na yo e bolingo eleki metele mama a a

    Pour toi, l’amour est outre-mesure

    Mabele dis Zwani

    La terre, dis, Jeanne

    Mabele

    La terre

    Moto na bolenge alingi asala économie

    Quelqu’un dans sa jeunesse décide de faire des épargnes

    Azali nde kobanza mokolo akokoma mobange

    Pour prévoir les jours de sa vieillesse

    Akoma mobange achangé nde makanisi

    Devenu vieux, il change d’avis

    Alobi aliya falanga na ye nyonso abomba

    Il se dit qu’il vaut mieux dépenser tout l’argent qu’il a épargné

    Noki etikala o na ba oyo bamonaki pasi te basakana na falanga

    De peur qu’il ne reste aux mains des gens qui n’ont pas souffert, qui le gaspilleront

    Mabele nga nalela ye

    La terre, faut-il que je pleure?

    Mabele mabele ye ye ye ye

    La terre, la terre ye ye ye ye

    Mokolo nakokoma mobange Masivi

    Quand je deviendrai vieux, Masimi

    Nayebi nakotambola na nzete na bala-bala

    Je sais que je marcherai à l’aide d’un bâton sur la rue

    Mpo nasengaka likuta nga nabikela

    Pour quémander aux passants quelques centimes pour ma survie

    Basusu batunaka soki nga nabalaki te

    Certains voudront savoir si je ne me suis jamais marié

    Basusu batunaka soki nga nabotaki te

    D’autres voudront savoir si je n’ai pas eu d’enfants

    Ba oyo nakabelaka bakomi nde koseka ngai

    Ceux à qui j’avais fait des largesses deviendront des voix moqueuses

    Nakipa te o Nzambe nasalaka la vie ya sans souci

    Ça ne me préoccupe pas, puisque je mène une vie insoucieuse Mabele mabele mabele ye ye ye ye

    La terre, la terre, la terre

    Mabele o dis Lumengo ye eh

    La terre, dis, Lumengo

    Mabele dis (…)

    Mabele o Djitatima ye ye ye

    Mabele o

    (intermède instrumental)

    Mokolo nakokufa nkake ekobeta

    Le jour de ma mort, la foudre retentira

    Djitatima yo olobelaka bato maloba na nga yasuka

    Djitatima, toi, tu diras aux gens mes derniers mots

    Moto na nga bakamata basala monument

    Qu’on dresse un buste pour moi sur la place publique

    Soki mopaya aye balobela ye sango

    Pour qu’on explique aux visiteurs de qui il s’agit

    Bambanda bakosepela basi nga natiki

    Mes rivaux se réjouiront à cause des femmes que j’aurai laissées

    Bafamille bakosepela biloko nga natiki

    Les membres de ma famille se réjouiront à cause des biens que j’aurai laissés

    Binemi bakoloba apusaka lofundu Mes ennemis diront: « Il était trop arrogant

    Ebembe ya soso matanga te

    Pas de veillée funèbre pour une poule »

    Nalanga nzembo nalanga makambo

    J’ai composé des chansons; j’ai dit des choses

    Mabele

    La terre

    La vie na ngai o oyo ya sans souci

    Ma vie, tu détestes cette insouciance

    Mwasi na ngai nzinzi famille na ngai mabele

    Ma femme est une mouche ; ma famille, c’est la terre

    Nawuta na mabele nakozonga na mabele

    Je suis venu de la terre et je rentrerai dans la terre

    Mokolo nakokufa nayebi nakopola

    Quand je mourrai, je sais que je vais pourrir

    Baliyaka na ngai bakokanga zolo na nsolo

    Ceux qui ont mangé avec moi se boucheront les narines pour ne pas sentir l’odeur

    Bamelaka na ngai bakokima kosukola ngai

    Ceux qui ont bu avec moi refuseront de me donner un bain

    Ebembe ya Masiya ata bokimi e banzinzi bakolela ngai

    Le cadavre de Masiya, même si vous l’évitez, les mouches, elles, me pleureront

    Nazali na confiance e e

    Ça, j’en suis sûr

    Mabele

    La terre

     

    La vie na ngai oyo ya bayanke

    Ma vie, tu détestes le style des je-m’en-foutistes

    Falanga nasalaka ya mboto na lituma

    L’argent que je gagne, c’est pour un plat de poisson et bananes plantains

    Mwasi aboya nga kasi kopo ya masanga ve

    Une femme peut m’abandonner, mas le verre de boisson ne le fera pas

    Etoko na ngai nasomba mpo na nkiriba

    Pour mon sommeil c’est une natte que j’ai achetée

    Tokoluka tozipa miso tongo etanela

    L’essentiel, c’est de fermer les yeux jusqu’au matin

    Namesana kolata kaki na lipapa

    Je porte souvent des habits en kaki e des babouches

    O po nayebi e mokolo tokokufaka tokendeke na drap ya pembe

    Parce que je sais qu’à la mort on nous enveloppe invariablement dans un drap blanc

    Ata ozali riche (…)

    Même si vous êtes riche

    Mabele ngai nalela ye

    La terre, faut-il que je pleure!

    Ye ye ye ye mama pokwa ekomi e moyi mokota

    C’est le crépuscule, le soleil se couche

    Butu ekoyinda mokolo mwa bandoki banganga

    La nuit noircira, qui est la période des sorciers et des marabouts

    Libala oyo ya mwana na kati e

    Ce mariage a produit une enfant

    Masuwa ekokufaka libongo ekotikalaka

    Le bateau s’abîme, mas le port reste

    Mama na Lola tangelaka mwana kombo ya Papa Masiya

    Mère de Lola, ne cesse jamais de citer à l’enfant le nom de son père Masiya

    Mokili ekokufa masumu eleki

    Le monde sera détruit; il y a trop de péchés

    Kasi kombo ya Nzambe ekotikala seko

    Mais le nom de Dieu restera à jamais

    L’homme blanc a inventé l’arme à feu pour tuer des gens

    Kasi ya koboma vérité mondele akoki te

    Mais tuer la vérité, l’homme blanc ne parvient pas

    Mabele o nga nalela ye

    La terre, faut-il que je pleure!

    Mabele mabele mabele ye ye ye ye

    La terre, la terre, la terre ye ye ye ye

    Mabele o mabele

    La terre oh la terre

  • RDC: Félix Tshilombo, Gourou des Bena Mpuka est-il bénéficiaire du pacte de Ntenda?

    RDC: Félix Tshilombo, Gourou des Bena Mpuka est-il bénéficiaire du pacte de Ntenda?

    Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est voleur des voix, rêves et d'espoirs du peuple congolais

    Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques: Avocats, activistes de droits de l'homme, journalistes, politicailleurs, Wewa, étudiants ...ceux que nous estimions et respections par leur intelligence et sagesse, puisque Kasaïen dans un élan de coterie ethno-tribaliste, ce sont misent à défendre le vol des voix du peuple congolais, la fraude-tricherie électorale qui ont abouti à la nomination de Félix Tshiombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi comme président protocolaire. La révélation du deal du finaud Tshisekedi avec son prédécesseur Alias Kabila n'a pas calmé d'ardeur des Bena Mpuka. Incroyable, nous croyions défendre tous des valeurs démocratiques, nous ne savions pas que certains de nos compatriotes étaient portés par la tribu, le clan, la province. Le vol électoral est justifié au lieu d'être condamné. Sans honte, ils s'exclamaient c'est un Kasaïen, c'est donc notre tour. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est président il faut faire avec. Nous refusons et réfutons cet argument fourbe. Félix Tshilombo ne sera vraiment Président de la République démocratique du Congo, le jour qu'il gagnera l'élection présidentielle, le jour qu'il sera élu par le peuple congolais. Monsieur 16% peut toujours courir, il n'a pas été élu. Il n'est pas légitime. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est IMPOSTEUR et USURPATEUR ! La victoire de Fatshi n'est autre qu'une vulgaire fantasmagorie.

    Personne n'a demandé au Plouc Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi de voler l'élection de Martin Fayulu ! Aucun Congolais n'a demandé au Finaud Fils Tshisekedi d'enfariner le peuple congolais, en faisant un deal avec Alias Kabila pour se faire nommer président ? Comment sommes-nous arrivés là et pourquoi ? Pourquoi alors que le peuple congolais est allé aux élections du 30 décembre 2018, pour acter son dégagisme du régime Alias Kabila et ses apparatchiks, se retrouve avec un roublard, fourbe, dribbleur, Félix Tshislombo Bizimungu wa Kanambe , fils Tshisekedi président nommé à la tête du Congo ? Ce dernier est devenu le masque et bouclier, de celui qui l'a nommé : Alias Kabila ! Félix Tshilombo, fils Tshisekedi est voleur des voix du peuple congolais. Il est voleur des rêves et d'espoirs de ce grand peuple congolais qui a tant souffert. Il doit assumer son vol et ses turpitudes! vient de supplier Alias Kabila de ne pas le traîner en justice pour avoir pris une décision anticonstitutionnelle: celle de bloquer la nomination du Sénat. Alias Kabila et ses apparatchiks Mobutistes-Joséphistes viennent de mettre l'imposteur-usurpateur au pied du mur. Monsieur 16% a été menacé que s'il s'opposait à la nomination des Sénateurs, le Front des Criminels Congolais-FCC était d'abord pour le recomptage des voix en commençant par l'élection présidentielle."Il se peut que la Commission Électorale Nationale Indépendante-CENI de la République démocratique du Congo a commis l'erreur de publier un PERDANT comme VAINQUEUR à la présidentielle. Nous sommes (nous du PPRD-FCC) prêts pour le recompte des bulletins de vote des élections sénatoriales, mais nous allons commencer avant tout par le recompte des bulletins de vote présidentiel". André-Alain Atundu ! Le Traître, Collabo et pantin d'Alias Kabila a compris et vite céder !

     

    Le peuple congolais est fort même très fort ! Mais lorsque le peuple est très fort comme le nôtre, des Anti-peuples s'organisent pour le contourner. C'est pour la troisième fois que le peuple congolais, devenu le dindon de la arce, se voit voler ses élections: Elections Louis Michel 2006, avec Malu Malu, abbé tricheur qui avait enfilé un gilet pare-balles et un casque onusien dans un char de la Monuc pour aller proclamer des faux résultats: Jean-Pierre Bemba avait gagné mais c'est Alias Kabila qui a été proclamé vainqueuer; Election de novembre 2011, où Etienne Tshisekedi avait gagné et Daniel Ngoyi Mulunda, pasteur fraudeur a proclamé Alias Kabila vainqueur... Avec l’élection du 30 décembre 2018, nous sommes devenus la risée du monde. La République démocratique du Congo vient de créer un paradigme qui n'a jamais existé mais risque d'être copié ailleurs: la Nomination Électorale. Le président sortant fait un deal avec celui qui l'a choisi comme successeur parmi les opposants. Il le nomme devant les caméras du 5 continents et les deux font semblants d'une passation pacifique du pouvoir. Le peuple qui est allé voter est floué. Le peuple n'a été qu'un faire-valoir. Ses voix ne comptent pas. Le marionnetiste s'est choisi un pantin au grand mépris du peuple souverain. C'est le grand coup du siècle qu'Alias Kabila vient de réaliser avec Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi. Il est le pantin d'Alias Kabila. Il est devenu son masque et bouclier. Alias Kabila continue sa énième présidence à travers Félix Tshilombo.

    Pourquoi cette solidarité des Kasaïens à un voleur d'élection Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambé, fils Tshisekedi ? Pourquoi cette volonté de nos frères Kasaïens de faire taire la vérité des urnes ? Alors que personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase ou ne la met sous le lit ; on la met sur le lampadaire pour que ceux qui entrent voient la lumière. La vérité des urnes doit nous libérer de la tyrannie du fanatisme tribalo-Ethnique ! Le soutien à l'imposteur, usurpateur, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi qui est collabo, traître, Maréchal Pétain Congolais proviendrait-il du pacte de Ntenda ? C'est quoi ce pacte Ntenda dont personne n'a jamais entendu parler ? Qu'est-ce que ce pacte Ntenda vient faire aujourd'hui dans le hold-up électoral de Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi ? Comprendre le pacte Ntenda, c'est comprendre en partie la solidarité qu'un Kasaïen ne doit jamais combattre un autre. Les aînés Kasaïens nous expliquent:

    Le Congo dit belge, contrairement à ce que beaucoup pensent, ne fut jamais un écoulement d’un fleuve tranquille pour la Belgique. La région centre du pays a donné son lot de tumultes dans l’écoulement de ce fleuve de la colonisation. Nous sommes en 1958. La Belgique, état colonial en République démocratique du Congo, organise des élections aux assemblées provinciales. C’est la première fois que les Belges convient les « indigènes » à cet exercice. Il faut préciser que la Belgique a créé une classe sociale dans sa colonie. C’est la classe dite des évolués : des Congolais et des Congolaises qui, après un temps d’apprentissage des us et coutumes des Europpéens, se voyaient confié un numéro d’assimilés qui faisait d’eux des évolués, une sorte de classe sociale proche des blancs et pouvant être assimilée à ceux-ci...(sic) Lors de ces élections, la grande majorité de candidats était issue de cette classe.

    A l’époque, s’exprimer en français était déjà une grande référence dans l’échelle sociale. Parler le français, pour nos grands pères, signifiait être apte à discuter et traiter d’égal à égal avec le Blanc. Du moins, nos grands pères pensaient qu’une personne s’exprimant en français pouvait bien les représenter auprès du Blanc, le « Muzungu ou Mbula Matadi ». Voyons comment ces élections provinciales se déroulèrent dans le Kasaï et à quelle tragédie elles aboutirent…

    La province du Kasaï, d’après le découpage des Belges, occupe le centre du Congo. Cette province est l’une des six qui constituaient l’ex- Congo belge. Elle avait, à cette époque, quelques grandes villes comme Kabinda, Luebo, Muene-Ditu, Tshikapa, Luluabourg, Lusambo, Tshimbulu, Luiza Kambayi, (Sentery) actuel Lubao, Port Franqui ou Ilebo etc…Le chef-lieu de la province, fut Lusambo, dans le pays Tetela. Dans cette province, comme partout au Congo, on retrouvait le règne absolu de la trinité belge "Colon-Administrateur-Mumpe".

    Après la deuxième guerre mondiale, il y eut beaucoup d’effervescence au sein de la Force Publique (Armée coloniale) de la part des autochtones, c’est-à-dire des soldats congolais. Cette agitation était conforme à l’éveil de nos grands pères. En effet ceux-ci avaient bataillé pour le compte de la Belgique jusqu’au Moyen Orient. De cette expérience, naquit une certaine maturité et un esprit de revendication. Cette révolte se solda par une répression sans pitié de la part du colonisateur. La garnison la plus concernée par ces faits fut celle de Luluabourg. Mais ceci est une autre histoire. Mais ces faits furent parmi les éléments qui firent comprendre aux Belges que les Congolais de cette région ne se laisseront plus faire longtemps.

    La ville de Lusambo, en tant que chef-lieu de la province, fut un centre de brassage de tous les peuples de la province. On y trouvait des Luba, des Tetela, des Songue, des Lulua, des Babindi, des Kuba, des Kanioka, des Tshokwe etc…C’est ainsi que Monsieur Joseph Ngalula Mpanda Njila est né dans cette ville. Le colonisateur selon ses impératifs du moment, estima que le chef lieu de la province devait être transféré de Lusambo à Luluabourg, actuel Kananga Malandji wa Nshinga. A cet effet, les Belges organisèrent des festivités et un tournoi de football. Les équipes de Luluabourg et Lusambo croisèrent les fers. L’équipe de Luluabourg remporta ce match. Ce qui fit dire à beaucoup que les Belges avaient mis comme enjeu de ce match, le chef lieu de la province. Et que c’est suite à cette victoire que Kananga devint le chef lieu de la province. Ce qui n’est pas conforme aux faits. Les Belges n’en avaient cure des colonisés qu’étaient nos grands pères à ce moment là. Seuls leurs intérêts politiques, économiques et religieux primaient.

    Nous devrons dire ici que tout Belge était un agent informateur pour son pays sur tout ce que pouvait dire ou faire les autochtones. En premier lieu sur tout comportement pouvant amener à la mise en question de l’autorité coloniale belge. Dans toute la contrée du Kasaï, la classe moyenne est à majorité belge. Et les rapports entre les commerçants belges et les autochtones ne cessaient de se dégrader. L’esprit revendicatif des Congolais devenait de plus en plus fort. C’est dans cet esprit qu’il y eut des incidents à Kanyuka. Incidents entre Monsieur Maurice Benoît, agriculteur éleveur de son état, et les autochtones. Il y en eût encore d’autres en septembre 1959 à Tshibambula et à Ndemba. Incidents qui firent des morts. Jusque là, ces affrontements opposaient Belges et Congolais.

    Nous arrivons en 1959, année des élections au Conseil de législation de la province. Il faut rappeler ici que ces élections furent organisées partout au Congo. Elles étaient une réponse à la montée nationaliste dans tout le pays. Il faudrait dire que suite à l’esprit revendicatif dans la province, les Belges avaient mis au point une bonne stratégie pour affaiblir les Congolais : "diviser pour mieux régner". C’est ainsi qu’il fut répandu les bruits du Muluba Lubilanji qui est venu dominer le Muluba Lulua. Le Muluba Lubilanji occupe les grandes et belles maisons de Kananga...il faut le chasser et prendre ainsi sa maison. C’est le Muluba Lubilanji qui est commis, clerc ou agent comptable du blanc. Il faut le chasser pour occuper ses emplois qu’il domine etc…

    C’est dans ce climat qu’arrivent ces élections de 1959. Il faut souligner que le conflit personnel de leadership au sein du MNC, entre Albert Kalonji et Emery Patrice Lumumba, était déjà latent. Aux aspirations à l’autonomie, s’ajoute un climat de suspicion et de méfiance entre Luba et Lulua. Comme en toute période électorale, chaque candidat avait mobilisé ses partisans. Mais très vite, il apparut deux camps bien antagonistes entre Lulua et Luba. La visite de Lumumba à Kananga ne fut pas pour calmer les choses. A savoir qu’Albert Kalonji briguait le poste de gouverneur. L’appui de la grande communauté Tetela aux Lulua fut interprété par Albert Kalonji comme une manœuvre de Lumumba contre sa personne dans leur affrontement pour le leadership du MNC.

    Pour le plus grand bonheur des Belges, le climat entre les deux communautés ne faisait qu’empirer. Le verdict des urnes ne fut pas favorable à Albert Kalonji et aux siens. Monsieur Barthélemy Mukenge Shabantu et sa coalition avait remporté la majorité. Les représentants politiques des deux communautés décidèrent de se rencontrer pour la composition du gouvernement provincial. Les Luba Lubilanji demandèrent à ce qu’un des leurs, en l’occurrence Joseph Ngalula, soit vice-gouverneur. Mais le jeu des alliances politiques fit que ce poste échut à un Mutetela et Ngalula fut nommé au ministère de l’intérieur. Chose que les Luba Lubilanji rejetèrent bien entendu. N’ayant obtenu que 3 ministres, les Luba lubilanji s’estimèrent lésés ! Et sous l’instigation de Joseph Ngalula, Albert Kalonji et d’autres leaders, le mot d’ordre du retour fut lancé. Il faut dire que Joseph Ngalula était revenu au Kasaï, sur le plan politique avec et en appui d'Albert Kalonji.

    Une question fondamentale se posa aux Luba Lubilanji. Retour ? Mais Où ? De Kananga à Tshikapa, de Ilebo à Muene-Ditu, on ne s’est jamais chamaillé pour ce genre de sujet. Les Luba, toutes tendances confondues, ont toujours habité le Kasaï. Et ce depuis des temps immémoriaux où ils avaient quitté Mutombo Mukulu et Nsanga Lubanga. Et voici qu’il faille partir…Nous devons nous interroger sur cette habitude qui prévaut encore. Celle de penser que parce qu’on a trois, quatre ou cinq ministres de son patelin dans son gouvernement, on est mieux. Si cela était positif et bénéfique pour le Congo, on l’aurait vu et su depuis longtemps…Un syllogisme condamnable et nuisible.

    Et voici que dans ce climat fort tendu, un événement aux conséquences incalculables se produisit. Un sujet belge, avec ses domestiques autochtones Luba Lubilanji surprit un notable, Lulua, de notoriété publique à la campagne. Il s’agit du regretté Modeste Kambala Ka Mudimbi. Sous la conduite de ce belge, Modeste Kambala fut assassiné dans des conditions ignobles et innommables. Le lendemain de ce forfait les belges répandirent le bruit que les Baluba de Kalonji avaient tué Modeste Kambala. Ce qui, en partie, n’était pas faux. Mais les maitres à penser de ce crime, c’était bien la communauté belge. Cet assassinat fut l’étincelle qui mit le feu aux poudres. Ainsi donc les mariages contractés, les amitiés, les origines communes furent oubliées…et les enfants utérins du Kasaï s’entretuèrent. Kalonji et Ngalula demandèrent aux Luba Lubilanji de rentrer à chez eux…Mais où ? A cette époque, l’actuelle ville de Mbuji-mayi n’était qu’une bourgade, Bakwanga. C’est ainsi qu’une cohorte s’ébranla pour plusieurs destinations : Muene-Ditu, Tshibata, Bakwanga, Ngandajika, Luputa etc…Nous déplorons ici les pertes humaines de ce conflit. Au nom de toutes les victimes, nous ne citerons que deux noms pour les deux communautés : Modeste Kambala et David Odia Tshimankinda.

    Mais une fois le forfait commis, l’apaisement revenu, les deux ailes luba se rendirent vite compte de la manipulation dont elles furent victimes de la part des belges. Cela se caractérisa par nombre de chansons populaires qui stigmatisèrent ce comportement félon du blanc belge…Mais cela ne ressuscita personne. Il faut d’abord réfléchir avant d’agir. Le gouverneur Barthélemy Mukenge, apprenant la situation sociale désastreuse des femmes et des enfants à Bakwanga, par solidarité avec ses frères, organisa une assistance humanitaire d’urgence. Les services de l’ONU de l’époque furent pour beaucoup dans le soulagement de cette souffrance.

    Les notables, les chefs coutumiers du Kasaï décidèrent rapidement de s’asseoir autour d’une table. De mettre la paix dans les cases et les chaumières, de se tendre la main et se tourner vers le futur. C’est ainsi qu’il se tint à Ntenda une assemblée basée sur les coutumes Luba de réconciliation et de pardon. Ils scellèrent un pacte de sang et firent des sacrifies et élevèrent une malédiction éternelle sur quiconque, dans le futur, opposerait encore les Luba Lubilanji et les Luba Lulua. Ce fut le pacte de Ntenda ou « Ndondu wa ku Ntenda ». Ce pacte se tint à Ntenda et non à (lac) Munkamba, comme beaucoup de gens le pensent. Parmi les personnes présentes à Ntenda, il y eut entre autres : chef Lutonga, chef Kalamba, Albert Kalonji, Barthélemy Mukenge, Luakabuanga François, Ilunga Alphonse, le président Joseph Kasa-Vubu et d’autres.

    Le sens du pacte de Ntenda : plus jamais les enfants de Ilunga Mbidi et de Muluba wa Kabamba ne devraient s’étriper entre eux.

    Les Luba Lulua restèrent donc à Kananga. Les Luba Lubilanji se retrouvèrent donc à Bakwanga. Nous ne pensons pas que l’esprit du pacte de Ntenda fut tout de suite respecté. A notre avis, c’est pour la simple raison que ce conflit et d’autres, avaient pour cause les ambitions politiques des hommes. Or le pacte de Ntenda était basé sur l’organisation politique de l’empire Luba dans sa culture et sa gestion des conflits. Jusqu’aujourd’hui, il sert encore de référence comme ligne rouge à ne pas franchir. Bien souvent, même actuellement, on retrouve les mêmes réflexes et ambitions personnelles derrière beaucoup de tentatives d’opposer les Luba. Après le départ des Luba Lubilanji, Luluabourg ne connut pas la paix…Pour les mêmes raisons de pouvoir, le conflit entre Mutombo et Katawa jeta encore la désolation, "Mvita ya Mutombo ne Katawa". Et ceux qui partirent à Bakwanga, n’échappèrent pas, non plus, à cette même malédiction…

     

    En 2011, les Congolais dans toute la République et ceux de la diaspora ont soutenu Etienne Tshisekedi. Pour son imperium volé Alias Kabila, ils se sont mobilisés. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi aurait gagné l'élection présidentielle, tous les Congolais seraient derrière lui. Il aurait la légitimité de bien faire son travail et de représenter le pays à l'extérieur. Félix Tshilombo, fils Tshisekedi est voleur des voix, voleur des rêves et voleur d'espoirs du peuple congolais. Pour voler l'élection à Martin Fayulu le vrai gagnant de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018, Félix Tshilombo a fait un deal et a négocier avec Alias Kabila qui l'a nommé. Le voleur est dans un grand mépris des aspirations du peuple congolais.

    Pacte de Ntenda ou non, la solidarité kasaïenne à un voleur des voix du peuple est mortifère pour la République. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi n'a pas voler une orange dans un super marché, il est voleur du changement que réclamait le peuple congolais, en devenant le masque d'Alias Kabila, Félix Tshilombo est le bouclier et oeuvre pour l'impunité de ceux qui ont chosifié le peuple congolais durant 18 ans !

    La République a ses règles et valeurs. Le fils Tshisekedi est entré dans l'histoire par la fenêtre, il en sortira par le toit de la chaumière. Un voleur des voix du peuple n'est jamais un démocrate ! Nous aussi, à Réveil FM International, nous avons pour aïeux Ilunga Mbidi, nous refusons de soutenir Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi en mémoire du pacte de Ntenda ! Voler n'est pas bon ! Félix Tshilombo est voleur des voix, rêves et d'espoirs du peuple congolais.

  • Bena Mpuka: Alias Kabila menace, Félix Tshilombo s'exécute avant son voyage aux Etats-Unis !

    Bena Mpuka: Alias Kabila menace, Félix Tshilombo s'exécute avant son voyage aux Etats-Unis !

    Alias Kabila et son pantin, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi

    Pantin de kingakati, agent de l'occupation rwandaise et vassal de Kigali, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi , est convoqué aux Etats-Unis. La différence entre une invitation et convocation: la première on peut y aller ou refuser, tandis que la seconde, on est contraint d'y répondre. Et aux Etats-Unis, ce n'est pas une visite officielle car, l'imposteur, usurpateur et non élu Félix Tshilombo ne rencontrera pas le président Américain Donald Trump. Le Gourou des Bena Mpuka, Tribalo-Ethniques, Félix Tshilombo Bizimungu, fils Tshisekedi, y va pour rencontrer le chef de la diplomatie, Mike Pompeo. Contrairement à la coutume pour un chef d’État, ce n’est pas la Maison Blanche mais le département d’État américain qui a rendu publique, mardi 26 mars, cette visite. Une procédure qui semble suggérer qu’aucune rencontre n’est à ce stade prévue avec le président américain, Donald Trump.

    Alias Kabila qui a nommé Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, sait que son pantin veut l'échapper. Il veut aller aux Etats-Unis pour que l'on trouve des stratégies de s’émanciper contre Alias Kabila, qui l'a en clé boa. Malgré sa pléthore de 110 conseillers, ces Bena Mpuka n'ont rien vu venir. Avec ses 18 ans à la tête du Congo, Alias Kabila est devenu un as de la politique congolaise, avec tous les dinosaures Mobutistes qui se sont mués en Mammouths Joséphistes qui l'entourent. Alias Kabila a menacé et Félix Tshilombo s'est exécuté ! Sa menace se résume en ceci : "Si tu veux la guerre contre moi, tu perdras. Avant ton départ aux Etats-Unis, il te faut revenir sur ta décision de stopper le fonctionnement du Sénat. Sinon, tu ne sortiras pas du Congo, tu n'iras même pas aux Etats-Unis et personne ne viendra te sortir de là où tu seras ! ".

    C'est sans surprise, que hier que les thuriféraires de la RTNC ont annoncé le revirement du Faussaire joufflu et écervelé de Kingakati. Sans tambour ni trompette en catimini, la tombante sans faire trop des bruits, la mesure de suspension de ces godillots sénateurs acquis au Front des criminels Congolais-FCC a été levé. Véritable camouflet pour celui qui considère que ses joues joufflus sont déjà la solution aux nombreux problèmes du peuple congolais. Le sénat est mis en place sans règlement d’ordre intérieur. Par contre le chef des Bena Mpuka a supplié Alias Kabila qu'il ne soit pas poursuivi puisque sa décision de bloquer le Sénat est anticonstitutionnelle.

    Avant de le nommer comme pantin et marionnette, Alias Kabila a beaucoup humilié Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi. Ce dernier sait que des vidéos existent car il a été filmé.

    Voleur des voix, des rêves et d’espoirs du peuple congolais, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi sait que Kabila le tient et il le tient tellement bien que même les Américains à qui il va demander secours pour s'émanciper ne pourront pas l'en sortir. Voler n'est pas bon Tshilombo. OSUKI !
  • Félix Tshilombo est dans sa "Mission Impossible" de faire aimer Paul Kagamé !

    Félix Tshilombo est dans sa "Mission Impossible" de faire aimer Paul Kagamé !

    Vassal de TutsiPower, Félix Tshilombo et son maître Paul Kagame, Hitler africain, génocidaire du peuple congolais

    Malheur à ceux qui s’aventurent dans la politique pour leurs intérêts cupides et mercantiles. Un intérêt du ventre qui leur pousse à trahir tout un combat, canalisé sur l’avènement d’un état de droit en République Démocratique du Congo. Les Congolais de l'Est de la RDC sont sonnés et unanimes sur l'aventure rocambolesque de notre "Bololé National" à Kigali. Les Maï-Maï fulminent:"Pourquoi Félix Tshilombo après avoir courbé l'échine à Kigali n'a pas eu le courage de passer par Goma (Nord Kivu) ou Bukavu (Sud Kivu) ? Kigali-Goma fait 168 km et Kigali est à 268 km de Bukavu. Félix Tshilombo n'a jamais connu de guerre. Il n'a jamais vu un membre se sa famille se faire tuer, sa sœur se faire violer, sa mère se faire violer par des hommes armés qui tirent dans le vagin de sa mère après en présence de son père...Cet homme est une calamité pour la République démocratique du Congo. Il a été nommé par Alias Kabila sous le deal des Tutsi-Power pour humilier davantage le peuple congolais. Le vassal Félix Tshilombo va faire des courbettes à son Maître Paul Kagamé responsable des 12 millions des morts congolais. Ce voleur de l'élection de Martin Fayulu veut nous faire aimer nos génocidaires Rwandais sans la justice en instaurant l'impunité. Le valet de Kigali, Félix Tshilombo s'est incliné au mémorial du génocide rwandais, alors que les nôtres n'ont ni sépultures ni stèles ni mausolées...Coupable de "Haute Trahison", l'écervelé et sans neurone, Félix Tshilombo, fils Tshisekedi, est un imposteur, usurpateur, collabo, traître mais surtout falsificateur et faussaire de notre histoire. Sa "Mission Impossible", de dédouaner le Rwanda, pays agresseur, pillard et receleur des nos ressources, de ses crimes contre l'humanité, crimes de sang, crimes économiques sur notre sol, a déjà échoué. Personne ne montera dans Rwandair pour rejoindre Kinshasa, la capitale. Nous allons boycotter Rwandair, compagnie aérienne de la collaboration et de l'occupation".

    Le valet de Kigali, Félix Tshilombo au mémorial rwandais ! "Nous sommes des Maï-Maï, nous combattons l'occupation rwandaise du sol au plafond, de père en fils. Nous sommes des Résistants. Nous n'avons attendu personne pour résister pour la terre de nos aïeux. C'est un devoir sacré pour nous. Voilà un énergumène, qui a engrossé la fille de sa tante paternelle, qui a passé sa vie à Bruxelles dans tous les bistrots de Matongé, qui a été Pizzaïolo, qui ignore l'Histoire de notre pays et ses martyrs, Félix Tshilombo qui capitule devant nos agresseurs et génocidaires. Il veut construire une relation gagnant-gagnant avec le Rwanda en piétinant nos morts ? Qui a dit à cet écervelé que le Congo pour se développer doit passer par le Rwanda ? Qui a dit à ce "Bololé" d'individu qu'il doit nous soumettre à nos génocidaires ? Son père avait traité le grand patriote Patrice Emery Lumumba de "Crapaud", voilà que son fameux fils, Félix Tshilombo vient de pisser sur la mémoire de nos 12 millions des morts. Nous sommes très en colère contre cet imposteur de Tshilombo, que nous n'avons jamais élu. Alias Kabila, nous a mené la guerre durant les 18 ans de son imposture. Nous l'avons gagné. Il croyait nous infiltrait et nous démantelait, les traites ont été exécutés et nous sommes toujours là."

    "Félix Tshilombo va négocier seul avec son Maître Paul Kagamé, sur nous. La République démocratique du Congo n'est un Royaume. Félix Tshilombo, le Roi et Nous, ses sujets. Nous sommes des citoyens Zaïrois-Congolais, même si nous n'avons des cartes d'identité nationale depuis l'entrée de l'AFDL. Cet habitué des accords, Félix Tshilombo qui a fait un deal avec Alias Kabila pour se faire nommer président est allé à Kigali négocier sur nos têtes. Qui l'a mandaté ? Pour être Président il faut être élu, pas passer par une nomination électorale. Depuis qu'il est nommé, Félix Tshilombo est passé par dessus nos têtes: il est allé à Addis-Abeba, Naïrobi, Kampala, Kigali, Windhoek, Luanda...Il n'a pas daigné fouler ses pieds et montrer ses joues joufflues à Goma, Butembo, Beni, Lubero, Kanyabayonga...Il cherche la légitimité à l'extérieur puisqu'il est imposteur, usurpateur et illégitime à l'intérieur du Congo. Nous les Maï-Maï, sommes un peuple souverain. Nos terres du Kivu, proviennent de nos ancêtres. Nous nous défendons nos terres. Que Félix Tshilombo et son maître Paul Kagamé ne nous confondent pas avec des groupes armés qu'ils espèrent éradiquer. Nous ne sommes pas éradicables ! Nous les Maï-Maï, nous nous battons contre l'occupation rwandaise et des rwandais sur notre territoire. Félix Tshilombo doit assumer son choix de Collabo et Traître de la Nation congolaise.

    "Félix Tshilombo s'est précipité croyant que la solution à l'occupation du Congo est politique. Non ! Il y a plusieurs pistes de solutions: politiques, diplomatiques mais surtout judiciaires et des réparations. Faire la Tabula Rasa de notre histoire pour des intérêts politico-économiques ne nous concernent pas. Nos parents, frères et soeurs qui ont été massacrés, assassinés par des soldats rwandais n'étaient pas des chèvres ou des boucs. Ils étaient des êtres humains et ne demandaient qu'à vivre. Ils ont été fauchés. Et Félix Tshilombo veut nous dire qu'ils sont morts pour rien, parce que lui n'est pas du Kivu. Lui a vécu en Belgique, les souffrances que nous endurons, il ne connait pas ! Nous sommes des hommes, femmes et enfants de terrain. Nous connaissons mieux nos terres , que Félix Tshilombo qui fait de la politique spectacle avec ses joues joufflues.

    Sans des préalables avec le Rwanda, pays agresseur, pillard et receleur de la République démocratique du Congo, Félix Tshilombo veut aller plus fort, plus vite et plus loin dans la réconciliation forcée avec des objectifs économiques. C'est là l'imposteur collabo va se casser la figure. On ne réconcilie pas un peuple dans ses blessures à marche forcée. Spécialiste des Nganda et de l'école buissonnière, Félix tshilombo ignore ces proverbes : "Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.", "Hâtez-vous lentement", "Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation". ll ne sert à rien de se précipiter si on est sage et prévoyant. Toute chose demande du temps. Il faut s’y consacrer autant que nécessaire, et non sous-estimer une tache et la faire tardivement à la hâte."

    Pour Aristote, l'homme est un animal politique. le peuple congolais a bravé des intempéries pour aller voter. C'est Martin Fayulu qui a été élu à 62%, par un grossier deal pour se protéger et protéger ses apparatchicks, Alias Kabila a nommé Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, qui est devenu son masque et bouclier. La politique au Congo est dépourvue de sens, et les élections Louis Michel 2006, novembre 2011 et 30 décembre 2018 ont toutes étaient frauduleuses. A quoi bon organiser les élections en RDC pour se retrouver avec des nominations électorales ? Par tribalisme exacerbé les Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Ethno-tribalistes et Tribalo-ethniques soutiennent aveuglement, Félix Tshilombo dans ses égarements. Certains allèguent que la rélation RDC-Rwanda doit s'inspirer de celle Franco-Allemande. Pardieu, ces Bena Mpuka écervelés comme leur imposteur de petit président ont-ils lu le traité de Versailles ?

    Le traité de Versailles, présenté pour signature aux dirigeants allemands le 7 mai 1919, contraignait l'Allemagne à accorder des territoires à la Belgique (Eupen-Malmédy), à la Tchécoslovaquie (territoire d'Hultschin) et à la Pologne (Poznan, la Prusse occidentale et la Haute-Silésie). L'Alsace-Lorraine, annexée en 1871 après la Guerre franco-prussienne, revint à la France. Toutes les colonies allemandes d'outremer devinrent des mandats de la Société des Nations et la ville de Dantzig, dont la population était majoritairement allemande, devint une ville libre. Le traité exigeait la démilitarisation et l'occupation de la Rhénanie, ainsi qu'un statut spécial pour la Sarre, sous autorité française. Des plébiscites devaient déterminer l'avenir des régions du Nord Schleswig à la frontière du Danemark avec l'Allemagne et de certaines parties de la Haute-Silésie.

    La partie la plus humiliante du traité pour l'Allemagne vaincue fut sans doute l'article 231, la "clause de culpabilité de guerre", qui contraignait l'Allemagne à accepter l'entière responsabilité du déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'Allemagne fut tenue pour responsable de tous les dommages matériels et le Premier ministre français, Georges Clemenceau, insista particulièrement sur l'imposition d'énormes paiements au titre des réparations. Clemenceau et les Français étaient conscients que l'Allemagne ne serait probablement pas en mesure de s'acquitter d'une dette si importante mais ils craignaient néanmoins une récupération rapide de l'Allemagne et une nouvelle guerre contre la France. C'est pourquoi ils cherchèrent, dans le système de traités d'après-guerre, à limiter les efforts de récupération de la supériorité économique et de réarmement de l'Allemagne.

    L'armée allemande devait être limitée à 100 000 hommes et la conscription interdite. La flotte de la Marine fut restreinte aux bateaux de moins de 100 000 tonnes et l'acquisition ou l'entretien d'une flotte sous-marine interdits. L'Allemagne ne fut pas autorisée à conserver une force aérienne. L'Allemagne fut tenue de traduire en justice le Kaiser pour crimes de guerre et d'autres dirigeants pour avoir mené une guerre d'agression. Ce fut le procès de Leipzig, au cours duquel ni le Kaiser ni les dirigeants nationaux importants ne se trouvèrent sur le banc des accusés. Le procès se conclut principalement par des acquittements et fut perçu, même en Allemagne, comme une imposture.

     Croire que Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi va gagner seul, face au peuple congolais déterminé, surtout ceux de l'Est de la République, qui ont subi les affres de guerre et crimes contre l'humanité, est une vue de l'esprit.

  • Félix Tshilombo est dans sa "Mission Impossible" de faire aimer Paul Kagamé

    Félix Tshilombo est dans sa "Mission Impossible" de faire aimer Paul Kagamé !

    Vassal de TutsiPower, Félix Tshilombo et son maître Paul Kagame, Hitler africain, génocidaire du peuple congolais

    Malheur à ceux qui s’aventurent dans la politique pour leurs intérêts cupides et mercantiles. Un intérêt du ventre qui leur pousse à trahir tout un combat, canalisé sur l’avènement d’un état de droit en République Démocratique du Congo. Les Congolais de l'Est de la RDC sont sonnés et unanimes sur l'aventure rocambolesque de notre "Bololé National" à Kigali. Les Maï-Maï fulminent:"Pourquoi Félix Tshilombo après avoir courbé l'échine à Kigali n'a pas eu le courage de passer par Goma (Nord Kivu) ou Bukavu (Sud Kivu) ? Kigali-Goma fait 168 km et Kigali est à 268 km de Bukavu. Félix Tshilombo n'a jamais connu de guerre. Il n'a jamais vu un membre se sa famille se faire tuer, sa sœur se faire violer, sa mère se faire violer par des hommes armés qui tirent dans le vagin de sa mère après en présence de son père...Cet homme est une calamité pour la République démocratique du Congo. Il a été nommé par Alias Kabila sous le deal des Tutsi-Power pour humilier davantage le peuple congolais. Le vassal Félix Tshilombo va faire des courbettes à son Maître Paul Kagamé responsable des 12 millions des morts congolais. Ce voleur de l'élection de Martin Fayulu veut nous faire aimer nos génocidaires Rwandais sans la justice en instaurant l'impunité. Le valet de Kigali, Félix Tshilombo s'est incliné au mémorial du génocide rwandais, alors que les nôtres n'ont ni sépultures ni stèles ni mausolées...Coupable de "Haute Trahison", l'écervelé et sans neurone, Félix Tshilombo, fils Tshisekedi, est un imposteur, usurpateur, collabo, traître mais surtout falsificateur et faussaire de notre histoire. Sa "Mission Impossible", de dédouaner le Rwanda, pays agresseur, pillard et receleur des nos ressources, de ses crimes contre l'humanité, crimes de sang, crimes économiques sur notre sol, a déjà échoué. Personne ne montera dans Rwandair pour rejoindre Kinshasa, la capitale. Nous allons boycotter Rwandair, compagnie aérienne de la collaboration et de l'occupation".

    Le valet de Kigali, Félix Tshilombo au mémorial rwandais ! "Nous sommes des Maï-Maï, nous combattons l'occupation rwandaise du sol au plafond, de père en fils. Nous sommes des Résistants. Nous n'avons attendu personne pour résister pour la terre de nos aïeux. C'est un devoir sacré pour nous. Voilà un énergumène, qui a engrossé la fille de sa tante paternelle, qui a passé sa vie à Bruxelles dans tous les bistrots de Matongé, qui a été Pizzaïolo, qui ignore l'Histoire de notre pays et ses martyrs, Félix Tshilombo qui capitule devant nos agresseurs et génocidaires. Il veut construire une relation gagnant-gagnant avec le Rwanda en piétinant nos morts ? Qui a dit à cet écervelé que le Congo pour se développer doit passer par le Rwanda ? Qui a dit à ce "Bololé" d'individu qu'il doit nous soumettre à nos génocidaires ? Son père avait traité le grand patriote Patrice Emery Lumumba de "Crapaud", voilà que son fameux fils, Félix Tshilombo vient de pisser sur la mémoire de nos 12 millions des morts. Nous sommes très en colère contre cet imposteur de Tshilombo, que nous n'avons jamais élu. Alias Kabila, nous a mené la guerre durant les 18 ans de son imposture. Nous l'avons gagné. Il croyait nous infiltrait et nous démantelait, les traites ont été exécutés et nous sommes toujours là."

    "Félix Tshilombo va négocier seul avec son Maître Paul Kagamé, sur nous. La République démocratique du Congo n'est un Royaume. Félix Tshilombo, le Roi et Nous, ses sujets. Nous sommes des citoyens Zaïrois-Congolais, même si nous n'avons des cartes d'identité nationale depuis l'entrée de l'AFDL. Cet habitué des accords, Félix Tshilombo qui a fait un deal avec Alias Kabila pour se faire nommer président est allé à Kigali négocier sur nos têtes. Qui l'a mandaté ? Pour être Président il faut être élu, pas passer par une nomination électorale. Depuis qu'il est nommé, Félix Tshilombo est passé par dessus nos têtes: il est allé à Addis-Abeba, Naïrobi, Kampala, Kigali, Windhoek, Luanda...Il n'a pas daigné fouler ses pieds et montrer ses joues joufflues à Goma, Butembo, Beni, Lubero, Kanyabayonga...Il cherche la légitimité à l'extérieur puisqu'il est imposteur, usurpateur et illégitime à l'intérieur du Congo. Nous les Maï-Maï, sommes un peuple souverain. Nos terres du Kivu, proviennent de nos ancêtres. Nous nous défendons nos terres. Que Félix Tshilombo et son maître Paul Kagamé ne nous confondent pas avec des groupes armés qu'ils espèrent éradiquer. Nous ne sommes pas éradicables ! Nous les Maï-Maï, nous nous battons contre l'occupation rwandaise et des rwandais sur notre territoire. Félix Tshilombo doit assumer son choix de Collabo et Traître de la Nation congolaise.

    "Félix Tshilombo s'est précipité croyant que la solution à l'occupation du Congo est politique. Non ! Il y a plusieurs pistes de solutions: politiques, diplomatiques mais surtout judiciaires et des réparations. Faire la Tabula Rasa de notre histoire pour des intérêts politico-économiques ne nous concernent pas. Nos parents, frères et soeurs qui ont été massacrés, assassinés par des soldats rwandais n'étaient pas des chèvres ou des boucs. Ils étaient des êtres humains et ne demandaient qu'à vivre. Ils ont été fauchés. Et Félix Tshilombo veut nous dire qu'ils sont morts pour rien, parce que lui n'est pas du Kivu. Lui a vécu en Belgique, les souffrances que nous endurons, il ne connait pas ! Nous sommes des hommes, femmes et enfants de terrain. Nous connaissons mieux nos terres , que Félix Tshilombo qui fait de la politique spectacle avec ses joues joufflues.

    Sans des préalables avec le Rwanda, pays agresseur, pillard et receleur de la République démocratique du Congo, Félix Tshilombo veut aller plus fort, plus vite et plus loin dans la réconciliation forcée avec des objectifs économiques. C'est là l'imposteur collabo va se casser la figure. On ne réconcilie pas un peuple dans ses blessures à marche forcée. Spécialiste des Nganda et de l'école buissonnière, Félix tshilombo ignore ces proverbes : "Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.", "Hâtez-vous lentement", "Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation". ll ne sert à rien de se précipiter si on est sage et prévoyant. Toute chose demande du temps. Il faut s’y consacrer autant que nécessaire, et non sous-estimer une tache et la faire tardivement à la hâte."

    Pour Aristote, l'homme est un animal politique. le peuple congolais a bravé des intempéries pour aller voter. C'est Martin Fayulu qui a été élu à 62%, par un grossier deal pour se protéger et protéger ses apparatchicks, Alias Kabila a nommé Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, qui est devenu son masque et bouclier. La politique au Congo est dépourvue de sens, et les élections Louis Michel 2006, novembre 2011 et 30 décembre 2018 ont toutes étaient frauduleuses. A quoi bon organiser les élections en RDC pour se retrouver avec des nominations électorales ? Par tribalisme exacerbé les Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Ethno-tribalistes et Tribalo-ethniques soutiennent aveuglement, Félix Tshilombo dans ses égarements. Certains allèguent que la rélation RDC-Rwanda doit s'inspirer de celle Franco-Allemande. Pardieu, ces Bena Mpuka écervelés comme leur imposteur de petit président ont-ils lu le traité de Versailles ?

    Le traité de Versailles, présenté pour signature aux dirigeants allemands le 7 mai 1919, contraignait l'Allemagne à accorder des territoires à la Belgique (Eupen-Malmédy), à la Tchécoslovaquie (territoire d'Hultschin) et à la Pologne (Poznan, la Prusse occidentale et la Haute-Silésie). L'Alsace-Lorraine, annexée en 1871 après la Guerre franco-prussienne, revint à la France. Toutes les colonies allemandes d'outremer devinrent des mandats de la Société des Nations et la ville de Dantzig, dont la population était majoritairement allemande, devint une ville libre. Le traité exigeait la démilitarisation et l'occupation de la Rhénanie, ainsi qu'un statut spécial pour la Sarre, sous autorité française. Des plébiscites devaient déterminer l'avenir des régions du Nord Schleswig à la frontière du Danemark avec l'Allemagne et de certaines parties de la Haute-Silésie.

    La partie la plus humiliante du traité pour l'Allemagne vaincue fut sans doute l'article 231, la "clause de culpabilité de guerre", qui contraignait l'Allemagne à accepter l'entière responsabilité du déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'Allemagne fut tenue pour responsable de tous les dommages matériels et le Premier ministre français, Georges Clemenceau, insista particulièrement sur l'imposition d'énormes paiements au titre des réparations. Clemenceau et les Français étaient conscients que l'Allemagne ne serait probablement pas en mesure de s'acquitter d'une dette si importante mais ils craignaient néanmoins une récupération rapide de l'Allemagne et une nouvelle guerre contre la France. C'est pourquoi ils cherchèrent, dans le système de traités d'après-guerre, à limiter les efforts de récupération de la supériorité économique et de réarmement de l'Allemagne.

    L'armée allemande devait être limitée à 100 000 hommes et la conscription interdite. La flotte de la Marine fut restreinte aux bateaux de moins de 100 000 tonnes et l'acquisition ou l'entretien d'une flotte sous-marine interdits. L'Allemagne ne fut pas autorisée à conserver une force aérienne. L'Allemagne fut tenue de traduire en justice le Kaiser pour crimes de guerre et d'autres dirigeants pour avoir mené une guerre d'agression. Ce fut le procès de Leipzig, au cours duquel ni le Kaiser ni les dirigeants nationaux importants ne se trouvèrent sur le banc des accusés. Le procès se conclut principalement par des acquittements et fut perçu, même en Allemagne, comme une imposture.

     Croire que Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi va gagner seul, face au peuple congolais déterminé, surtout ceux de l'Est de la République, qui ont subi les affres de guerre et crimes contre l'humanité, est une vue de l'esprit.

  • Félix Tshilombo est dans sa "Mission Impossible" de faire aimer Paul Kagamé

    Félix Tshilombo est dans sa "Mission Impossible" de faire aimer Paul Kagamé, Hitler Africain!

    Vassal de TutsiPower, Félix Tshilombo et son maître Paul Kagame, Hitler africain, génocidaire du peuple congolais

    Malheur à ceux qui s’aventurent dans la politique pour leurs intérêts cupides et mercantiles. Un intérêt du ventre qui leur pousse à trahir tout un combat, canalisé sur l’avènement d’un état de droit en République Démocratique du Congo. Les Congolais de l'Est de la RDC sont sonnés et unanimes sur l'aventure rocambolesque de notre "Bololé National" à Kigali. Les Maï-Maï fulminent:"Pourquoi Félix Tshilombo après avoir courbé l'échine à Kigali n'a pas eu le courage de passer par Goma (Nord Kivu) ou Bukavu (Sud Kivu) ? Kigali-Goma fait 168 km et Kigali est à 268 km de Bukavu. Félix Tshilombo n'a jamais connu de guerre. Il n'a jamais vu un membre se sa famille se faire tuer, sa sœur se faire violer, sa mère se faire violer par des hommes armés qui tirent dans le vagin de sa mère après en présence de son père...Cet homme est une calamité pour la République démocratique du Congo. Il a été nommé par Alias Kabila sous le deal des Tutsi-Power pour humilier davantage le peuple congolais. Le vassal Félix Tshilombo va faire des courbettes à son Maître Paul Kagamé responsable des 12 millions des morts congolais. Ce voleur de l'élection de Martin Fayulu veut nous faire aimer nos génocidaires Rwandais sans la justice en instaurant l'impunité. Le valet de Kigali, Félix Tshilombo s'est incliné au mémorial du génocide rwandais, alors que les nôtres n'ont ni sépultures ni stèles ni mausolées...Coupable de "Haute Trahison", l'écervelé et sans neurone, Félix Tshilombo, fils Tshisekedi, est un imposteur, usurpateur, collabo, traître mais surtout falsificateur et faussaire de notre histoire. Sa "Mission Impossible", de dédouaner le Rwanda, pays agresseur, pillard et receleur des nos ressources, de ses crimes contre l'humanité, crimes de sang, crimes économiques sur notre sol, a déjà échoué. Personne ne montera dans Rwandair pour rejoindre Kinshasa, la capitale. Nous allons boycotter Rwandair, compagnie aérienne de la collaboration et de l'occupation".

    Le valet de Kigali, Félix Tshilombo au mémorial rwandais ! "Nous sommes des Maï-Maï, nous combattons l'occupation rwandaise du sol au plafond, de père en fils. Nous sommes des Résistants. Nous n'avons attendu personne pour résister pour la terre de nos aïeux. C'est un devoir sacré pour nous. Voilà un énergumène, qui a engrossé la fille de sa tante paternelle, qui a passé sa vie à Bruxelles dans tous les bistrots de Matongé, qui a été Pizzaïolo, qui ignore l'Histoire de notre pays et ses martyrs, Félix Tshilombo qui capitule devant nos agresseurs et génocidaires. Il veut construire une relation gagnant-gagnant avec le Rwanda en piétinant nos morts ? Qui a dit à cet écervelé que le Congo pour se développer doit passer par le Rwanda ? Qui a dit à ce "Bololé" d'individu qu'il doit nous soumettre à nos génocidaires ? Son père avait traité le grand patriote Patrice Emery Lumumba de "Crapaud", voilà que son fameux fils, Félix Tshilombo vient de pisser sur la mémoire de nos 12 millions des morts. Nous sommes très en colère contre cet imposteur de Tshilombo, que nous n'avons jamais élu. Alias Kabila, nous a mené la guerre durant les 18 ans de son imposture. Nous l'avons gagné. Il croyait nous infiltrait et nous démantelait, les traites ont été exécutés et nous sommes toujours là."

    "Félix Tshilombo va négocier seul avec son Maître Paul Kagamé, sur nous. La République démocratique du Congo n'est un Royaume. Félix Tshilombo, le Roi et Nous, ses sujets. Nous sommes des citoyens Zaïrois-Congolais, même si nous n'avons des cartes d'identité nationale depuis l'entrée de l'AFDL. Cet habitué des accords, Félix Tshilombo qui a fait un deal avec Alias Kabila pour se faire nommer président est allé à Kigali négocier sur nos têtes. Qui l'a mandaté ? Pour être Président il faut être élu, pas passer par une nomination électorale. Depuis qu'il est nommé, Félix Tshilombo est passé par dessus nos têtes: il est allé à Addis-Abeba, Naïrobi, Kampala, Kigali, Windhoek, Luanda...Il n'a pas daigné fouler ses pieds et montrer ses joues joufflues à Goma, Butembo, Beni, Lubero, Kanyabayonga...Il cherche la légitimité à l'extérieur puisqu'il est imposteur, usurpateur et illégitime à l'intérieur du Congo. Nous les Maï-Maï, sommes un peuple souverain. Nos terres du Kivu, proviennent de nos ancêtres. Nous nous défendons nos terres. Que Félix Tshilombo et son maître Paul Kagamé ne nous confondent pas avec des groupes armés qu'ils espèrent éradiquer. Nous ne sommes pas éradicables ! Nous les Maï-Maï, nous nous battons contre l'occupation rwandaise et des rwandais sur notre territoire. Félix Tshilombo doit assumer son choix de Collabo et Traître de la Nation congolaise.

    "Félix Tshilombo s'est précipité croyant que la solution à l'occupation du Congo est politique. Non ! Il y a plusieurs pistes de solutions: politiques, diplomatiques mais surtout judiciaires et des réparations. Faire la Tabula Rasa de notre histoire pour des intérêts politico-économiques ne nous concernent pas. Nos parents, frères et soeurs qui ont été massacrés, assassinés par des soldats rwandais n'étaient pas des chèvres ou des boucs. Ils étaient des êtres humains et ne demandaient qu'à vivre. Ils ont été fauchés. Et Félix Tshilombo veut nous dire qu'ils sont morts pour rien, parce que lui n'est pas du Kivu. Lui a vécu en Belgique, les souffrances que nous endurons, il ne connait pas ! Nous sommes des hommes, femmes et enfants de terrain. Nous connaissons mieux nos terres , que Félix Tshilombo qui fait de la politique spectacle avec ses joues joufflues.

    Sans des préalables avec le Rwanda, pays agresseur, pillard et receleur de la République démocratique du Congo, Félix Tshilombo veut aller plus fort, plus vite et plus loin dans la réconciliation forcée avec des objectifs économiques. C'est là l'imposteur collabo va se casser la figure. On ne réconcilie pas un peuple dans ses blessures à marche forcée. Spécialiste des Nganda et de l'école buissonnière, Félix tshilombo ignore ces proverbes : "Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.", "Hâtez-vous lentement", "Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation". ll ne sert à rien de se précipiter si on est sage et prévoyant. Toute chose demande du temps. Il faut s’y consacrer autant que nécessaire, et non sous-estimer une tache et la faire tardivement à la hâte."

    Pour Aristote, l'homme est un animal politique. le peuple congolais a bravé des intempéries pour aller voter. C'est Martin Fayulu qui a été élu à 62%, par un grossier deal pour se protéger et protéger ses apparatchicks, Alias Kabila a nommé Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, qui est devenu son masque et bouclier. La politique au Congo est dépourvue de sens, et les élections Louis Michel 2006, novembre 2011 et 30 décembre 2018 ont toutes étaient frauduleuses. A quoi bon organiser les élections en RDC pour se retrouver avec des nominations électorales ? Par tribalisme exacerbé les Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Ethno-tribalistes et Tribalo-ethniques soutiennent aveuglement, Félix Tshilombo dans ses égarements. Certains allèguent que la rélation RDC-Rwanda doit s'inspirer de celle Franco-Allemande. Pardieu, ces Bena Mpuka écervelés comme leur imposteur de petit président ont-ils lu le traité de Versailles ?

    Le traité de Versailles, présenté pour signature aux dirigeants allemands le 7 mai 1919, contraignait l'Allemagne à accorder des territoires à la Belgique (Eupen-Malmédy), à la Tchécoslovaquie (territoire d'Hultschin) et à la Pologne (Poznan, la Prusse occidentale et la Haute-Silésie). L'Alsace-Lorraine, annexée en 1871 après la Guerre franco-prussienne, revint à la France. Toutes les colonies allemandes d'outremer devinrent des mandats de la Société des Nations et la ville de Dantzig, dont la population était majoritairement allemande, devint une ville libre. Le traité exigeait la démilitarisation et l'occupation de la Rhénanie, ainsi qu'un statut spécial pour la Sarre, sous autorité française. Des plébiscites devaient déterminer l'avenir des régions du Nord Schleswig à la frontière du Danemark avec l'Allemagne et de certaines parties de la Haute-Silésie.

    La partie la plus humiliante du traité pour l'Allemagne vaincue fut sans doute l'article 231, la "clause de culpabilité de guerre", qui contraignait l'Allemagne à accepter l'entière responsabilité du déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'Allemagne fut tenue pour responsable de tous les dommages matériels et le Premier ministre français, Georges Clemenceau, insista particulièrement sur l'imposition d'énormes paiements au titre des réparations. Clemenceau et les Français étaient conscients que l'Allemagne ne serait probablement pas en mesure de s'acquitter d'une dette si importante mais ils craignaient néanmoins une récupération rapide de l'Allemagne et une nouvelle guerre contre la France. C'est pourquoi ils cherchèrent, dans le système de traités d'après-guerre, à limiter les efforts de récupération de la supériorité économique et de réarmement de l'Allemagne.

    L'armée allemande devait être limitée à 100 000 hommes et la conscription interdite. La flotte de la Marine fut restreinte aux bateaux de moins de 100 000 tonnes et l'acquisition ou l'entretien d'une flotte sous-marine interdits. L'Allemagne ne fut pas autorisée à conserver une force aérienne. L'Allemagne fut tenue de traduire en justice le Kaiser pour crimes de guerre et d'autres dirigeants pour avoir mené une guerre d'agression. Ce fut le procès de Leipzig, au cours duquel ni le Kaiser ni les dirigeants nationaux importants ne se trouvèrent sur le banc des accusés. Le procès se conclut principalement par des acquittements et fut perçu, même en Allemagne, comme une imposture.

     Croire que Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi va gagner seul, face au peuple congolais déterminé, surtout ceux de l'Est de la République, qui ont subi les affres de guerre et crimes contre l'humanité, est une vue de l'esprit.

  • Algérie: Non à Abdelaziz Kabila !

    Algérie: Non à Abdelaziz Kabila !

    Alger, des Algériens manifestent contre le 5ème mandat d' Abdelaziz Boutéflika

    Nos frères Algériens sont clairs. Ils déclarent pour l'Algérie: "NON A ABDELAZIZ KABILA" ! Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi sait maintenant que les Algériens savent qu'il est un Président NOMMÉ. Il n'a jamais été élu. Il est Imposteur-Usurpateur.

    L’entourage proche d’Abdelaziz Bouteflika n’a pas été associé à la décision d’Ahmed Gaïd Salah s’agissant de l’annonce d’un plaidoyer en faveur de l’application de l’article 102, annonce le site Algérie Part considéré comme proche du clan présidentiel.

    Saïd Bouteflika, le conseiller et frère d’Abdelaziz Bouteflika, n’a pas été consulté ni contacté par Ahmed Gaïd Salah autour de ce sujet. Pis encore, aucun canal de communication n’a été établi entre le clan de Zéralda, à savoir l’entourage d’Abdelaziz Bouteflika, notamment son frère Saïd, et le chef d’Etat-Major de l’ANP sur une sortie de crise.

    Les relations entre le patron de l’armée et le frère du président n’ont jamais été au beau fixe. Lorsque ce dernier, voici quelques mois, convoitait la succession du président, l’état major s’y est opposé catégoriquement. Le veto fut tout aussi net quand le clan présidentiel a imaginé, ces dernières semaines, une succession familiale via le deuxième frère, Nacer Bouteflika, dont le rôle s’est affirmé ces dernières semaines.

    Niet de l’armée à l’état d’urgence. Plus récemment, l’opposition des militaires a été sans aucune ambiguité quand Said Bouteflika est venu plaider en faveur de l’instauration d’un état d’urgence pour sortir de l’impasse politique. Jusqu’à présent portant, la figure tutélaire du chef de l’état, auquel Gaïd Salah vouait une loyauté totale, permettait que les proches de Bouteflika et les hauts gradés se parlent régulièrement et tranchent ensemble sur les initiatives à prendre. Tel n’est plus le cas.

    Le divorce est-il en train de se réaliser entre les deux principaux clans qui ont tenu l’Algérie depuis vingt ans? Tout laisse le penser.
  • Kinshasa-Kigali: Félix Tshilombo doit apprendre l'histoire, le traité de Versailles bel exemple!

    Kinshasa-Kigali: Félix Tshilombo doit apprendre l'histoire, le traité de Versailles bel exemple!

    Vassal de Tutsi-Power, Félix Tshilombo est imposteur-usurpateur

    Maréchal Pétain Congolais, négationniste patenté,sans neurones, Felix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, notre Bololé National agent de Tutsi Power et larbin de Paul Kagamé, Hitler africain, doit apprendre l'histoire, pour éviter de continuer à humilier le peuple congolais. Le temps de ses cuites mémorables à Matongé à Bruxelles est révolu. Sa nomination électorale est une escroquerie. Félix Tshilombo n' a jamais été élu. Il est imposteur et usurpateur. Le Dr. Denis Mukwege a été primé le 10 décembre dernier à Oslo: Prix Nobel de la paix à cause du travail de réparation des femmes violées par la soldatesque rwandaise. ça aussi Félix Tshilombo Bizimungu l'ignore ? La guerre de basse intensitée que nous subissons depuis 20 ans est avant tout une intox programmée pour nous faire oublier les horreurs que notre pays a vécues et continue de vivre. Le bouquet, c’est notre Bizimungu national qui travaille pour le compte de nos bourreaux et dont la mission primaire semble d’être de réécrire notre histoire et d’absoudre les bourreaux. Alors que le peuple a voté le changement,c'est le Maréchal Pétain Congolais qui est sorti pour la continuité. Sa nomination commence à produire les effets collatéraux, après les charbons de plantes pour boucher la couche d'ozone à Nairobi au Kenya, lors de One Planet Summit, avec Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, nous courrons inexorablement vers l’utilisation des charbons de fruits pour lutter contre le réchauffement climatique. On touche le fond !

    Aucun Congolais ne refuse de dialoguer avec les Rwanda et Ouganda, pays agresseurs, pillards et receleurs de nos ressources. Il faut des préalables. Ils doivent reconnaître leur agression de la République démocratique du Congo. 12 millions des Congolais sont morts: assassinés, massacrés par la soldatesque Ougando-Rwandaise qui a commis des crimes contre l'humanité sur notre sol. Il fallait que Félix Tshilombo associe la Monusco qui est présente sur notre territoire et intéresser les autres pays africains amis: la République démocratique du Congo est un pays agressé avec 12 millions des victimes. Félix Tshilombo doit apprendre de l'histoire. Le traité de Versailles est un bel exemple.

    1. La fin de la Première Guerre mondiale. Le traité de Versailles mettait fin à la Première Guerre mondiale. Il fut signé, le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces du château de Versailles, entre l'Allemagne, d'une part, et les Alliés, d'autre part. Le traité avait été préparé par la Conférence de paix (tenue à Paris, du 18 janvier 1919 au 10 août 1920) qui élaborait notamment les quatre traités «secondaires» de Saint-Germain-en-Laye, du Trianon, de Neuilly-sur-Seine et de Sèvres. Bien que cette conférence ait réuni 27 États (vaincus exclus), les travaux furent dominés par une sorte de «directoire» de quatre membres: Georges Clémenceau (président du Conseil ou premier ministre) pour la France, David Lloyd George (premier ministre) pour la Grande-Bretagne, Vittorio Emanuele Orlando (ministre-président) pour l'Italie et Thomas Woodrow Wilson (président) pour les États-Unis. Ces personnalités ont exercé une influence déterminante dans le traité de paix.

    2. Les clauses du traité Le traité de Versailles a imposé à l'Allemagne des clauses territoriales (par exemple, la restitution de l'Alsace-Lorraine à la France et la perte de toutes les colonies d'Afrique aux mains de ses rivales, la France et la Grande-Bretagne: le Cameroun, le Togo, le Tanganyika et le Südwestafrika ou Namibie), militaires (p. ex., le réduction des armements en canons et en avions ainsi que des effectifs, la démilitarisation de la rive gauche du Rhin, la surveillance d'une Commission de contrôle interalliée) et économiques (en tant que responsable du déclenchement de la guerre, l'Allemagne était condamnée à payer le montant des dommages subis par les Alliés). Dans l'obligation d'accepter ces dures conditions, l'Allemagne a considéré le traité comme un Diktat. Cette situation humiliante pour les vaincus favorisera les revendications de la part des groupes nationalistes allemands, en particulier chez les nazis, ce qui allait entraîner, d'une part, les conditions d'une revanche, d'autre part, l'avènement de la Seconde Guerre mondiale.

    Comme on le constate sur la carte ci-dessous, les grands empires allemands et austro-hongrois ont été disloqués, créant ainsi de nouveaux États tels que la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Hongrie, la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie. De plus, le traité imposait à l'Allemagne, la restitution de l'Alsace-Lorraine à la France et la création du «couloir de Dantzig» donnant à la Pologne un accès à la mer, ce qui coupait la Prusse du reste de l'Allemagne; l'Allemagne perdait aussi toutes ses colonies. Quant à l'Italie, les puissances victorieuses de la Première Guerre mondiale décidèrent d'annexer à l'Italie une partie seulement des territoires qui avaient été promis par le pacte de Londres (1915), les États-Unis étant fermement opposés aux clauses du traité de Londres, ce qui bouleversa une grande partie de l'opinion publique italienne en raison de la propagande de la part de la presse nationaliste. Canalisant les mécontentements, Benito Mussolini prit le pouvoir en 1922 et institua un régime autoritaire, militariste et nationaliste en se faisant désigner du titre de Duce («chef», «guide». Conformément au principe imposé par le président américain Woodrow Wilson, le traité de Versailles appliquait le «droit des peuples à disposer d'eux-mêmes», ce qui impliquait surtout les Polonais, les Hongrois, les Roumains, les Tchèques, les Slovaques, les Slovènes, les Croates, les Serbes, etc., mais pas nécessairement les autres peuples minoritaires que la guerre avait disséminés un peu partout.

    3. Le découpage des frontières Le découpage des nouveaux États d'Europe centrale allait susciter des conflits entre les minorités nationales et l'Allemagne humiliée qui ne tarda pas à refuser cette mauvaise paix. Enfin, la guerre allait entraîner la décomposition de la Russie tsariste pour faire place plus tard à l'Union soviétique. Devant les désastres de la Grande Guerre et pour empêcher tout nouveau conflit, on créa une assemblée internationale : la Société des Nations. Désormais, les États-Unis et la jeune Russie soviétique s'imposeront au monde. Europe de 1914.

    4. Les langues du traité Le traité de Versailles fut rédigé en français et en anglais, les deux versions faisant également autorité. Le texte portait le titre Conditions de paix - Conditions of Peace. C'était la première fois depuis le traité de Rastatt de 1714 (qui mettait fin à la guerre de Succession d'Espagne) que le français n'était plus le seule langue officielle de la diplomatie occidentale. Cet acte consacrait le français comme langue diplomatique en Europe, puisque la convention de Vienne en 1736 et le traité d'Aix-la-Chapelle en 1748 furent également rédigés en français. Mêmes les traités signés entre des pays dont le France ne figurait pas furent par la suite rédigés en français. C'est pourquoi le traité de Versailles de 1919 constitue une date nouvelle dans la diffusion du français et son affrontement avec l'anglais. Il semble que le représentant de la France, Georges Clémenceau, ait accepté que l'anglais devienne à côté du français la langue de travail de la Conférence de paix de Paris. En raison de sa connaissance de l'anglais — il avait épousé une Américaine et séjourné aux États-Unis — Clémenceau avait accédé à la demande de David Lloyd George (Grande-Bretagne) et de Thomas Woodrow Wilson (États-Unis); le représentant de l'Italie, Vittorio Orlando, a dû être d'accord. En réalité, l'argument de poids n'était pas vraiment la mauvaise connaissance du français de la part du président américain Woodrow Wilson, mais le fait que la guerre n'avait été gagnée que grâce à l'intervention américaine. Il y eut un prix à payer: ce sont les Américains et les Britanniques qui ont imposé l'anglais comme «seconde langue officielle» lors des négociations. Leur succès devait avoir des conséquences importantes. Paradoxalement, le Sénat des États-Unis refusa en novembre 1919 de ratifier le traité de Versailles, mais le statut de la langue anglaise venait néanmoins d'être reconnu au plan international avec l'accord de la France. Par la suite, l'anglais supplantera progressivement le français dans la plupart des documents juridiques internationaux.

    Elle était puissante, l'Allemagne fut punie pour avoir attaqué les autres pays européens. Elle a perdu ses colonies en terre africaine. La solution entre la RDC pays agressé et pillé de ses ressources et la Rwanda, pays agresseur, pillard et receleur, la solution n'est uniquement diplomatique. Elle est surtout politique et judiciaire. Aller avec ses mocassins sans chaussons à Kigali, tête baissée comme la chèvre de Monsieur Séguin, pour s'incliner au mémorial rwandais, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe a piétiné la mémoire de 12 millions des morts Congolais. A l'imposteur de savoir comment se rattraper. Une chose est claire, sa traîtrise est connue et on le lui rappellera le moment venu.
  • Réunion à l'Elysée: Discours d'Emmanuel Macron devant Xi Jinping, Angela Merkel et JC Juncker

    Réunion à l'Elysée: Discours d'Emmanuel Macron devant Xi Jinping, Angela Merkel et JC Juncker

    Mardi 26 mars 2019 à l'Elysée, La France, l'Allemagne et la Commission européenne ont plaidé, pour un partenariat plus équilibré entre la Chine et l'Europe

    La Chine doit accueillir en 2020 une conférence de l'ONU sur la biodiversité qui doit marquer une étape importante pour la protection de l'environnement. Le Président Emmanuel Macron avait pris l'initiative de cette rencontre à quatre: Xi Jinping, le président chinois, est entouré à sa droite de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, et, à sa gauche, du président français aux côtés de la chancelière Angela Merkel, à l'Élysée, afin de présenter un front européen uni face à la Chine.

    Mardi 26 mars 2019, Jean-Claude Juncker, Xi Jinping, Emmanuel Macron et Angela Merkel réunis à l’Elysée

    Monsieur le Président de la République populaire de Chine, Madame la Chancelière de la République fédérale d'Allemagne, Monsieur le Président de la Commission européenne, Mesdames et Messieurs, chers amis,

    je tiens tout d'abord à remercier, en notre nom à tous, le Président XI Jinping d'avoir accepté de participer à cet échange à l'occasion d'une visite d'État bilatérale. Le dialogue entre la Chine et l'Europe est en effet devenu incontournable pour la définition des équilibres mondiaux, pour la préservation du multilatéralisme, surtout dans le contexte que nous connaissons et une crise sans précédent dans notre histoire récente.

    Nous venons d'avoir, tous les quatre, une discussion, pendant un peu plus d'une heure, très fructueuse sur ces sujets, de manière très libre, évoquant à la fois la relation bilatérale entre la Chine et l'Union européenne mais également nos visions du multilatéralisme, et de nos discussions très constructives, je retiens au fond quatre points de convergence.

    Le premier est la nécessité de construire ensemble un multilatéralisme fort en termes de paix et de sécurité internationale. Et, je dois le dire, il y a sur ce point un vrai travail conjoint entre la Chine et l'Union européenne, travail qui a été conduit, par exemple, pour préserver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien. C'est la même perspective commune que nous avons pour assurer la dénucléarisation de la péninsule coréenne, dans le plein respect des résolutions du Conseil de sécurité, et c'est également sur cet axe que nous voulons travailler ensemble pour faire davantage en matière, justement, de développement et de sécurité sur le continent africain, où l'Europe et la Chine sont très présentes.

    Le deuxième point de convergence est de bâtir ce multilatéralisme fort sur le sujet climatique. Nous devons, en effet, répondre à cette urgence. Le Secrétaire Général des Nations Unies nous a écrit un mot pour justement insister sur cet agenda climatique, qu'il a mis au cœur des ambitions, en particulier, du sommet de septembre prochain. Très clairement, nous avons ensemble les moyens d'agir. Nous avons su donner l'impulsion au G20 pour l'adoption des règles d'application de l'accord de Paris. Nous devons maintenant passer à la vitesse supérieure, et l'accord qui a été signé sur le plan bilatéral entre la Chine et la France, et qui est rendu public ce matin, est pour moi un point d'avancée extrêmement fort sur ce sujet. Je veux vraiment remercier le Président XI Jinping des indications claires qu'il donne sur les ambitions de la Chine en matière de réduction, justement, des émissions de gaz à effet de serre, de volonté de s'engager dans des actions très concrètes, sur des questions telles que le financement du développement, ou encore la mise en œuvre de l'amendement de Kigali sur les HFC, ce qui est un point et un combat essentiel que nous voulons mener ensemble pour justement tenir nos engagements internationaux en matière climatique. L'Union européenne sera aussi présente pour assurer, justement, ce leadership, mais cet agenda climatique est, pour moi, à côté des sujets de sécurité et de paix, un élément extrêmement structurant de ce multilatéralisme fort auquel nous croyons beaucoup et dont nous venons de parler.

    Le troisième point de convergence est la nécessité que le partenariat entre la Chine et l'Europe soit exemplaire de l'esprit de coopération qui est celui du multilatéralisme, et, au fond, de bâtir ce que nous avons qualifié de confiance stratégique entre nous. Nous avons longuement débattu des sujets de partenariat, d'amitié, de rivalité, qui existent et qui font partie justement de l'univers dans lequel nous avançons, mais la volonté qui est la nôtre, c'est d'avoir un agenda de confiance stratégique. L'Union européenne forme avec la Chine l'un des trois grands pôles économiques du monde. L'ouverture du marché européen a accompagné à cet égard la spectaculaire émergence de la Chine, qui a sorti 700 millions de personnes de la pauvreté. Ces progrès considérables ont, dans le même temps, engendré de profondes transformations et des tensions dans nos sociétés. Nous en avons fait l'expérience, nous les connaissons, avec des déséquilibres qui ont émergé sur le plan de la production ou des conséquences économiques et sociales, des tensions profondes qui font naître un besoin de protection légitime. Je crois que notre volonté commune est d'éviter que la réponse à ces tensions ne soit dans la fracturation de l'ordre international commercial, dans une nouvelle conflictualité commerciale ou dans des politiques d'isolation ou de repli.

    Ce que nous voulons bâtir ensemble, c'est un cadre multilatéral rénové, plus juste, plus équilibré, et, alors même que l'Union européenne est l'une des économies les plus ouvertes au monde, de pouvoir œuvrer ensemble, dans les prochains jours, lors du sommet Union européenne-Chine, avec le point de rendez-vous du G20 d'Osaka et dans les mois qui viennent, sur un agenda conjoint de modernisation du multilatéralisme commercial pour, dans notre intérêt commun et dans celui de la planète, bâtir de nouvelles formes de concurrence loyale et de bâtir justement ces nouveaux équilibres. Nous devons donc, à cet égard, accélérer les travaux qui sont actuellement menés entre la Chine et l'Union européenne sur la modernisation de l'EMC pour mieux répondre, dans un cadre coopératif, aux questions de transparence, de surcapacité, de subvention d'État et de règlement des différends. Nous en avons la volonté, nous en avons longuement parlé, et l'enjeu est aussi de démontrer dans les faits que la coopération rapporte plus que la confrontation, et que nous avons plus à gagner à l'ouverture qu'à la fermeture.

    Là aussi, le partenariat entre l'Europe et la Chine peut et doit être exemplaire, en aboutissant à des résultats tangibles lors du prochain sommet Union européenne-Chine, en particulier sur l'accord global sur les investissements et sur les indications géographiques.

    Et puis le quatrième axe, pour moi, de convergence de notre discussion, est la nécessité de renforcer notre dialogue pour une vision commune de l'avenir du multilatéralisme à travers les initiatives qui sont menées de part et d'autre. La Chine joue en effet aujourd'hui le rôle qui correspond à son rang et à sa puissance, et l'initiative des routes de la soie que vous avez proposée au monde, Monsieur le Président, est un geste extrêmement structurant qui peut contribuer à la stabilité, au développement, à la coexistence pacifique entre les peuples.

    De son côté, l'Union européenne, qui est le plus grand bailleur mondial d'aide au développement, doit aussi jouer pleinement son rôle sur la scène internationale, et je crois que c'est dans l'articulation de ces initiatives que nous pouvons bâtir quelque chose d'extrêmement novateur et structurant. En effet, il nous faut réussir à définir, et je crois en cette possibilité, un agenda commun justement de connectivité, où nous pourrons bâtir des infrastructures et des équipements, tenir nos engagements climatiques et le faire avec beaucoup de scrupules, avoir une politique en matière d'éducation et de santé extrêmement forte, et avoir un agenda de soutenabilité financière pour tous les pays tiers partenaires à ces initiatives.

    Au fond, si nous respectons ce cadre conjoint dont nous avons beaucoup parlé ce matin, nous pouvons, je le crois, non seulement sortir beaucoup de pays et de peuples de la pauvreté, les aider, mais le faire de manière extrêmement inclusive et durable. Et c'est là que je vois ce que j'appellerais les nouveaux liens d'équilibre, que nous pouvons bâtir. Il y a des routes et des agendas multiples, et ces nouveaux liens d'équilibre sont ce que nous pouvons créer, et c'est peut-être ce point d'appui qui serait un peu le point d'Archimède pour bâtir ce nouveau multilatéralisme et ce cadre de coopération.

    Au total, pour atteindre ces objectifs, c'est à dire un multilatéralisme fort, l'esprit de coopération et ce nouveau lien d'équilibre, nous souhaitons pouvoir avancer sur la construction d'un multilatéralisme rénové. Nous avons des divergences, évidemment l'exercice de la puissance dans l'histoire de l'humanité ne va pas sans rivalités. Nul d'entre nous n'est naïf. Nous respectons la Chine et nous sommes déterminés au dialogue et à la coopération, et nous entendons naturellement de nos grands partenaires qu'ils respectent, eux aussi, l'unité de l'Union européenne comme les valeurs qu'elle porte pour elle-même et dans le monde. Autour de ce respect des souverainetés, de la construction de ces nouveaux équilibres et de la construction d'un cadre rénové loyal, je crois que nous avons, Monsieur le Président et chers amis, le chemin pour bâtir ce nouveau lien.

     

    Voilà ce que je voulais dire de nos convergences et de nos échanges. CONFUCIUS disait que trois sortes d'amis sont utiles et trois sont néfastes. Les utiles sont un ami droit, un ami fidèle, un ami cultivé. Les néfastes sont un ami faux, un ami mou, un ami bavard. Monsieur le Président de la République populaire de Chine, sachez que vous avez dans cette salle des amis droits dans leurs exigences, fidèles à ce qu'ils sont et à leur amitié avec la Chine, et, pour éviter d'être un ami trop long, je m'arrête là et je vous cède avec beaucoup de plaisir la parole, en vous remerciant à nouveau d'être là.
  • Félix Tshilombo s'incline au mémorial Rwandais et piétine la mémoire de 12 millions des morts congolais!

    Félix Tshilombo s'incline au mémorial Rwandais et piétine la mémoire de 12 millions des morts congolais!

    Traître et Collabo, Félix Tshisekedi Bizimungu wa Kanambe piétine la mémoire de 12 millions des morts Congolais

    "Ce génocide est un drame et une horreur inacceptables.Nous devons tous le condamner et prendre l'engagement de plus jamais accepter cela, où que ça se passe dans le monde. Les effets collatéraux de ces horreurs n'ont pas épargné mon pays qui a aussi subi des millions de pertes en vies humaines. L'Afrique doit définitivement rejeter ces pratiques, en mettant hors d'état de nuire, tout individu ou groupes qui véhiculent une propagande de haine de l'autre. Kigali, le 25 mars 2019. Félix Tshisekedi PR RDCONGO"

    Quelle honte d'avoir un pseudo-président NOMME pareil ? Même Alias Kabila que l'on disait proconsul du Rwandais n'avait osé faire ce que le Maréchal Pétain Congolais, Félix Tshilombo a fait à Kigali. Bourreau sanguinaire, Paul Kagamé n'a jamais eu de la compassion pour le peuple congolais qu'il a massacré et continue de massacrer. Le fils Tshisekedi se permet d'aller s'incliner et rendre hommage aux morts rwandais. Plouc, valet et Vassal du TutsiPower, Felix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est un fieffé menteur. Quel intérêt a-t-il eu en allant au Rwanda pour rabaisser notre peuple martyr ? A-t-il signé des pactes reptiliens ? Des incohérences apparaissent dans son mot du livre d'or du mémorial Rwandais où il est allé s'incliner. Alors que depuis deux mois qu'il a été nommé après un deal par Alias Kabila, l'otage de la cité de l'union africaine n'a daigné se rendre dans le Congo profond. Pire Félix Tshilombo N'a même pas trouvé important déposer un gerbe des fleurs sur la tombe de Joseph Kasa-Vubu, Premier Président du Congo Indépendant pour ses 50 ans de son décès, le 24 mars 1969. L'ignorance de l'histoire de notre histoire est patente

    Agent de Tutsi Power, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, le Maréchal Pétain Congolais est Collabo et Traître

    Les incohérences de Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, le Maréchal Pétain Congolais :

    1. "... Les effets collatéraux de ces horreurs..." cette phrase écrite par au Rwanda est une insulte à nos martyrs qui ont été massacrés par des hordes de barbares. La République démocratique du Congo n'a pas subi les effets collatéraux du génocide Rwandais. La RDC est victime, elle a été agressée par le Rwanda du dictateur-sanguinaire Paul Kagamé, sans attaquer aucun pays de la sous-région. Ne pas le dire, c'est se mentir soit même et jongler avec l'histoire. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe a-t-il un trou dans son cerveau pour coucher des niaiseries pareilles ? 12 millions des morts Congolais à cause de la volonté belliciste et des pillages de ressources de la RDC. Aujourd'hui, le Rwanda est le premier producteur du coltan, minerais qui ne se trouve pas dans son sous-sol. Receleur des minerais de la RDC, le Rwanda a même une bourse des matières premières. On nous bassine matin, midi et soir sur le génocide rwandais et les 12 millions de congolais tués par la soldatesque rwandaise ? Les prétendus rwandais victimes sont devenus des bourreaux d'un peuple voisin pacifique: le peuple congolais. Qui a levé son petit doigt ou élever la voix pour dénoncer ? Tous ceux qui tentent de dire la vérité sont marginalisés. Paul Kagamé, le Nazi africain, le "Kapita" des pillards Anglo-Saxons, a tué plus qu'Adolphe Hitler en seconde guerre mondiale. Mais c'est lui que les médias occidentaux encensent pour l'unique raison grâce au Génocidaire de Kigali, les occidentaux peuvent piller en toute impunité les ressources de la République démocratique du Congo. Avec quels moyens, Paul Kagamé a reconstruit le Rwanda ? Si ce n'est par le pillage organisé des ressources de la République démocratique du Congo.

    Agent de Tutsi Power, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, le Maréchal Pétain Congolais est Collabo et Traître

    2. La nature tyrannique du régime rwandais qui est responsable au premier chef des exactions que commettent ses forces de police et de défense mais aussi la naïveté, voire la complicité de ceux qui, à travers le monde, à force de laisser Paul Kagame continuer d'instrumentaliser le soi-disant génocide tutsi lui ont signé un chèque en blanc pour écraser ses compatriotes Hutus qu'il présente comme seuls responsables d'une tragédie qu'il fut le premier à déclencher, puisque toute hypocrisie gardée, nul n'ignore que Kagame et ses soutiens ougandais et américains sont à l'origine de ce que l'on appelle le génocide tutsi, terminologie officielle pour qualifier le massacre en 1994 des centaines de milliers de rwandais curieusement identifiés comme des Tutsis par les vainqueurs de la guerre civile à la tête desquels se trouvait un certain Paul Kagame. En effet, on restera de grands naïfs, voire de fieffés hypocrites, tant qu'on ne voudra pas chercher à comprendre comment et pourquoi moins de trois heures seulement après que l'avion transportant les présidents Hutus du Rwanda et du Burundi, Juvénal Habyarimana et Cyprien Ntaryamira, eut été abattu au moment de son atterrissage par un missile sol-air au soir du 06 avril 1994, des colonnes en armes de la rébellion tutsie (regroupée au sein du Front Patriotique Rwandais (FPR) et basées dans le nord-est du Rwanda, à la frontière ougandaise) ont entamé immédiatement la marche pour la conquête de Kigali, avec à leur tête un colonel des renseignements militaires ougandais –d'origine rwandaise- formé dans les écoles américaines, et ayant pour nom Paul Kagame. On sera toujours du côté de l'injustice tant qu'on n'admettra pas qu'aussitôt l'avion de Habyarimana abattu, un bataillon du FPR cantonné dans l'enceinte de l'ancien siège du parlement rwandais à Kigali, à la suite des accords de paix d'Arusha d'octobre 1993, avait déclenché les hostilités dans la capitale rwandaise. Mais pourquoi le supposé idéologue génocidaire Habyarimana n’a-t-il pas touché à un seul cheveu de la tête d’un Tutsi pendant les dix-sept années de paix où il était au pouvoir, de 1973 à 1990 ? Pourquoi, comme par hasard, des massacres se sont-ils mis à se produire lorsque le FPR est arrivé dans le décor, avec sa guerre de conquête entreprise en octobre 1990 ? Pourquoi le génocide s’est-il déroulé en suivant la progression du FPR ? Les massacres dans la zone tenue par les Forces armées rwandaises semblaient augmenter selon la progression du FPR dans sa conquête militaire du territoire du Rwanda. Aux endroits où le FPR faisait des gains, les massacres à grande échelle gagnaient en intensité. Lorsque le FPR arrêtait sa progression, les massacres diminuaient beaucoup. Les données révélées dans nos cartes géographiques sont conformes à ce qu’ont toujours dit les dirigeants des Forces armées rwandaises [du régime Habyarimana], à savoir qu’ils auraient pu mettre fin à la plupart des massacres si le FPR avait tout simplement cessé son invasion. Cette conclusion est contraire à ce que prétend le gouvernement de Paul Kagame, selon lequel le FPR aurait poursuivi son invasion pour mettre fin aux massacres. Pourquoi, si Paul Kagame est un sauveur, un document interne du Département d’État daté de septembre 1994 affirme-t-il que le FPR et des civils Tutsis travaillant pour son compte tuaient au moins 10 000 Hutus par mois dans le cadre d’une campagne de nettoyage ethnique devant permettre un remplacement de la population Hutue du Sud du Rwanda par des Tutsis venus de l’extérieur ? Si Paul Kagame est un sauveur, pourquoi le massacre de Kibeho, en 1995 ? Pourquoi le bombardement des camps de réfugiés de Goma, en 1996 ? Pourquoi la traque impitoyable et le massacre de plus de 200 000 Hutus dans les forêts du Zaïre, en 1997 ? Pourquoi James Kabarabe ? Pourquoi Laurent Nkunda ? Pourquoi Thomas Lubanga ? Pourquoi Jean Bosco Ntaganda ? Tous des exécutants de Kagame. Tous des soi-disants sauveurs des Tutsis. Tous des chasseurs de supposés génocidaires.

    Agent de Tutsi Power, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, le Maréchal Pétain Congolais est Collabo et Traître

    3. Pourquoi Paul Kagame considère tous les Hutus (85% de la population rwandaise) comme des génocidaires ? Un président de la République a-t-il droit de stigmatiser une partie de sa population ? Pour Paul Kagame, les Hutus doivent tous demander pardon pour le génocide contre les Tutsi. Cette logique qui vise à frustrer des individus du simple fait de leur origine ethnique, qui plus est, dans le contexte rwandais, ce genre d’enseignements a pour résultat d’exacerber la haine et la méfiance ethnique, dès lors qu’il catégorise la population rwandaise en deux parties : ceux qui doivent perpétuellement demander pardon, les Hutus et ceux qui pardonnent et tolèrent, les Tutsis. Ainsi, Kagame ne cesse-t-il de traiter ses opposants, même ses anciens amis passés dans la dissidence, de " bons à rien (ibigarasha)" ! Pourquoi les Hutus doivent-ils demander pardon pour le génocide perpétré en leur nom ? "L'Afrique doit définitivement rejeter ces pratiques, en mettant hors d'état de nuire, tout individu ou groupes qui véhiculent une propagande de haine de l'autre". Cette phrase de Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe doit d'abord concerner Paul Kagame et ses sbires.

    Laurent Nkundabatware, seigneur de guerre Tutsi, bras armé de Paul Kagamé à l'Est du Congo

     

    4. Lors du génocide au Rwanda en 1994, des milliers Rwandais ont trouvé refuge, sur le territoire congolais. Devenu homme fort de Kigali, le dictateur-autocrate Paul Kagamé, Hitler africain, pour soi disant protéger ses frontières des Hutus-Rwandais a considéré l'Est de la République démocratique du Congo, poreuse comme son champ de bataille. La soldatesque rwandaise a massacré et violé des populations civiles, Paul Kagame a organisé des razzias et pillages des ressources en instrumentalisant des fausses rébellions: Laurent NKundabatwaré, Jules Mutebusi, M23, CNDP... En RDC, les 4 et 5 novembre 2008, dans la ville de Kiwanja, une centaine de civils avaient été massacrés par des rebelles qui les accusaient de complicité avec un groupe Maï Maï ennemi. Mais dix ans, les responsables n'ont jamais été inquiétés. En ce matin du 5 novembre, combattants Maï Maï et rebelles du CNDP se battent pour le contrôle de Kiwanja. La population est terrée chez elle, effrayée par des tirs d'armes lourdes, mais le gros des exactions a lieu plus tard. Aux environs de 13h, les habitants profitent d'une accalmie pour sortir. Certains sont parvenus à trouver refuge près d'une base de l'ONU. Cent-vingt casques bleus sont basés à Kiwanja. Ils sont accusés d'être restés spectateurs quand les rebelles du CNDP ont commencé à exécuter, à deux ou trois kilomètres de là, des civils soupçonnés d'être liés aux Maï Maï. Le bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme a documenté 67 exécutions sommaires, le tout dans un contexte d'affrontements et d'exactions commises non seulement par le CNDP mais aussi parmi les Maï Maï et l'armée congolaise. Au total, ce sont plus 140 personnes qui ont perdu la vie en deux jours. Parmi les personnalités accusées, il y a bien sûr le général Laurent Nkunda. C'est lui qui, en 2007, a créé le CNDP (Congrès national pour la défense du peuple). Il vit aujourd'hui officiellement en résidence surveillée au Rwanda mais n'a jamais été inquiété. Ses troupes ont pu réintégrer l'armée congolaise à la faveur d'un accord de paix signé quelques semaines plus tard, le 23 mars 2009, y compris Bosco Ntaganda déjà recherché à l'époque par la CPI pour des crimes commis en Ituri. C'est pourtant lui, « Terminator » comme on le surnomme, qui commandait les troupes ce jour-là. Il deviendra général des FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo).

    Durant le génocide rwandais de 1994, Nkundabatware est présent au Rwanda où il est formé par le front patriotique rwandais, FPR, ex-rébellion rwandaise, dirigée par le général Paul Kagamé, aujourd’hui président du Rwanda, et James kabarebe, chef de l’armée rwandaise. Et après un temps il rentre au Congo qui semble être son pays natal et il intervient lors de la guerre de 1996-1997. Il deviendra aussi membre de Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD), localisé à partir de 1998 dans l’est de la République Démocratique du Congo, durant la deuxième guerre du Congo (1998-2002) il s’illustre et commet des massacres à Kisangani en août 2002 et a été largement soutenu par le pays de milles colline, en faisant allusion au Rwanda de Paul Kagamé.

    2003-2006 Nkunda est responsable, avec le colonel Mutebusi dont la destination demeure inconnue aujourd’hui, des viols, massacres et tueries de milliers de congolais.

    En juin 2004 il attaque et prend Bukavu capital de la province du Sud Kivu. Il monte encore au créneau en 2006 en attaquant et détruisant plusieurs villes dans le territoire de Rutshurru.

    Les autorités de Kinshasa et de la communauté internationale pour blaguer avec le peuple congolais, lance en 2005 un mandat d’arrêt international, mandat qui est resté enterré dans le sang du peuple Congolais.

    2006 année des élections présidentielle et législative, une première depuis l’indépendance du pays en 1960 ; Nkundabatware tente de déstabiliser une fois de plus l’est de la RDC. En décembre 2006, le Burundi l’un des ennemies de la République Démocratique du Congo accuse Nkundabatware ainsi que James Kabarebe et Salim Saleh, d’avoir fomenté une tentative de coup d’état au Burundi. 18 janvier 2007, les hommes de Nkundabatware commencent à rejoindre l’armée gouvernementale. La première moitié 2007 se caractérise par des violents combats à l’est, puis il accepte de brasser ses troupes. En mai 2007, la tension monte encore d’un cran lorsque Nkundabatware menace de retirer ses troupes des rangs de l’armée loyaliste. Mais que fait Kabila pour bloquer cet animal si mince et féroce de Nkundabatware ? Voici plus tard en juin 2008, il est accusé par la communauté internationale de recruter les enfants soldats. Cette communauté internationale qui par le biais de certains hauts responsables de la Monuc soutenaient Nkundabatware.

    Le 26 août 2008, Laurent Nkundabatware lance une nouvelle offensive qui lui permettra d’agrandir la zone qu’il contrôle au Nord Kivu et amène ses troupes soutenus par l’armée rwandaise jusqu’au porte de Goma la capitale provinciale de Nord Kivu. De son côté l’armée congolaise qui manque le soutien logistique abandonne la ville et Nkundabatware renonce à prendre Goma et le 29 octobre 2008 il déclare un cessez-le-feu unilatéral. Puis demande l’ouverture des négociations avec Kinshasa.

    Le 23 janvier 2009 les médias du monde annoncent l’arrestation de Laurent Nkundabatware, arrêté lorsqu’il traversait la frontière rwandaise à la suite d’une opération conjointe Rwando–congolaise qui avait pour mission la traque de FDLR.

    Bosco Ntaganda, le Terminator, bras armé de Paul Kagamé à l'Est du Congo

    Les sept enfants de Bosco Ntaganda vivent dans la ville rwandaise de Gisenyi ! A la CPI, il ne parle ni français, la langue officielle de la RDC, ni aucune des 4 langues nationales: Lingala, Kikongo, Swahili, Tshiluba. Il répond en Kinyarwanda, la langue rwandaise. Lorsque le Rwandais Bosco Ntaganda a fini par se livrer à l’ambassade des États-Unis à Kigali, en mars 2013, le bruit et la fureur des combats déchiraient encore l’est de la RD Congo et résonnaient dans toute la région des Grands Lacs. Le Rwandais Bosco Ntaganda a porté les armes sans interruption. Actif au sein de plusieurs armées et rébellions, il fut successivement l’allié de presque tous les gouvernements de la région… Jusqu’à faire l’unanimité contre lui. La RD Congo et le Rwanda, dont les relations étaient pourtant extrêmement tendues en cette année 2013, finirent même par pousser dans le même sens : celui de sa reddition et de son extradition vers la CPI. Bosco Ntaganda a joué un rôle central dans la planification des opérations de l’Union des patriotes congolais (UPC) et de son bras armé, les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), a affirmé l’accusation. Alors que le procès de Bosco Ntaganda devant la Cour pénale internationale (CPI) entre dans sa dernière phase, l'accusation a affirmé que l'ancien chef de guerre congolais avait fourni de la drogue et de l'alcool à des enfants soldats avant de les envoyer vers ses ennemis en Ituri, dans l'est de la RDC. L’ex-rebelle Bosco Ntaganda « était directement impliqué dans le recrutement de milliers d’enfants » qu’il a par la suite « utilisés pour participer, sous l’emprise de substances illicites et d’alcool » à des opérations visant « à tuer, violer et piller l’ennemi », a déclaré mardi 28 août Sarah Pellet, la représentante de 298 victimes. L’accusation a dressé le 28 août un lourd tableau des exactions présumées commises sous les ordres de Ntaganda en 2002-2003, à l’ouverture devant la CPI de la dernière phase de son procès. Autrefois surnommé « Terminator », Bosco Ntaganda doit répondre de 13 crimes de guerre et de cinq crimes contre l’humanité commis en Ituri, dans l’est de la RDC, pour lesquels il a plaidé non coupable en septembre 2015. Il est accusé d’avoir commandité des meurtres, pillages et viols commis par ses troupes.

     

    Dommage pour Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, soit un imposteur et usurpateur. Ce petit pseudo-président NOMMÉ est l'instrument d'humiliation du peuple congolais. Il faut vite remplir le trou dans son cerveau de la connaissance de l'histoire du Congo. Ses années de l'école buissonnière à Bruxelles, écumant tous les Nganda de Matongé ont ramolli et atrophié son cerveau.