• Sotchi: Face à Poutine Tshilombo a-t-il pensé à Patrice E. Lumumba au Sommet Russie-Afrique ?

    Sotchi: Face à Poutine Tshilombo a-t-il pensé à Patrice E. Lumumba au Sommet Russie-Afrique ?

    A Sotchi, Tshilombo a -t-il demandé à l'homme fort de Kremlin, Vladimir Poutine, le vrai de le protéger contre son partenaire-nominateur Alias Kabila, le Poutine de Kingakati, qui veut revenir occuper son fauteuil ? Au delà de la compassion pour le crash de l'Antonov Ex-72093, à Kolé dans le Sankuru, dont le nombre des morts est toujours tenu secret: 8, 11, 14, 28...que peux poutine à Tshilombo ? A Lubumbasi, sans vergogne Emmanuel Shaday, le Secrétaire Général du PPRD a annoncé le retour actif et imminent de leur autorité morale. La situation est intenable pour Tshilombo, Monsieur 15% est bénéficiaire d'un odieux deal, contre le peuple congolais. Il est bénéficiaire d'une Nomination Électorale. La légalité internationale n'est pas au dessus de la légitimité issue du peuple congolais souverain. Les Américains et occidentaux ont fermé les yeux sur la fraude électorale en République démocratique du Congo. Pour ne pas être en reste par rapport aux autres grandes puissances, Poutine organise un sommet Russie-Afrique à Sotchi ces 23 et 24 octobre. Tshilombo y participe.

    A Sotchi, Tshilombo a-t-il eu une pensée pour Patrice Émery Lumumba ? En 1992, après la chute de l'URSS, l'Université Patrice-Lumumba de Moscou est rebaptisée Université russe de l'Amitié des Peuples. Il est loin la période de la guerre froide. La décolonisation du Congo belge a lieu aussi sur un fond de guerre froide. L’an 1960 voit se déployer plusieurs affrontements entre l’Est et l’Ouest Des conseillers du bloc soviétique, il est vrai, sont de plus en plus nombreux à "Léopoldville" et patrice Emery Lumumba a menacé de faire appel aux Russes si les troupes belges ne sont pas retirées du Congo le 19 juillet 1960. Ces 10 000 soldats belges ne partiront qu’à la fin-août. Nikita Khrouchtchev a certes vociféré contre les Nations unies, accusées de ne pas en faire assez pour soutenir Lumumba; il a même menacé de prendre des « mesures énergiques » pour arrêter « l’agression impérialiste » de la Belgique.

     

    Il est loin la période de la guerre froide. La République démocratique du Congo a perdu son premier Premier ministre Patrice Emery Lumumba qualifié de communiste pro-soviétique. A Léopoldville, le Premier ministre du Congo vit cloîtré. Privé de téléphone, il est assigné à résidence. Un premier cercle de casques bleus ghanéens le protège; un second cercle de soldats congolais le surveille. Le 27 novembre 1960, ce « prisonnier » se fait la belle : personne n’inspecte la Chevrolet dans laquelle ont pris place les domestiques à la fin de leur service. Lumumba quitte la capitale. Direction : Stanleyville (Kisangani), son fief politique. Il espère y retrouver des troupes et des nationalistes qui lui sont restés fidèles. Le 5 septembre, Patrice Lumumba, jugé pro-soviétique, est révoqué par le président Kasavubu. Celui-ci est destitué à son tour par son Premier ministre. Le colonel Joseph-Désiré Mobutu, chef d'état-major, s'empare quelques jours plus tard du pouvoir grâce à un premier putsch militaire, soutenu par les USA et Bruxelles. Le 10 octobre, Lumumba est encerclé dans sa résidence, puis arrêté le 2 décembre par les troupes du colonel Mobutu, alors qu'il cherchait à rejoindre ses partisans qui contrôlaient Stanleyville, actuelle Kisangani (nord-est). Il est ramené dans la capitale, puis transféré au Katanga, à Elisabethville - aujourd'hui Lubumbashi - où il est assassiné avec deux de ses collaborateurs, après avoir été sauvagement torturé. Leur mort ne sera annoncée que le 13 février. Selon la version officielle, il aurait été « tué lors d'une tentative d'évasion, sur ordre des dirigeants de la province sécessionniste du Katanga ».

    A l’aube, les soldats accompagnés par le commissaire Verscheure emmènent les détenus vers une clairière et un peloton d’exécution se met en place. Les tireurs sont congolais, mais c’est le capitaine Gat qui ordonne d’ouvrir le feu. Pressés d’en finir, les soldats enterrent sommairement les corps, oubliant à quel point on redoute l’éventuelle exhumation des corps ou les pèlerinages qui pourraient suivre. Même mort, Lumumba n’est pas encore neutralisé et il faudra que son corps, après avoir été découpé à l’aide d’une scie à métaux, soit dissous dans un bain d’acide sulfurique. L’un des auteurs de l’opération, le commissaire de police Gérard Soete, se vantera plus tard d’avoir ramené en Belgique une dent de Lumumba et avant sa mort, il assurera l’avoir jetée dans la mer du Nord. Après avoir pris le pouvoir en 1965 à la faveur d'un coup d'Etat, Mobutu osa sans vergogne élever le "père de l'indépendance" congolaise au rang de "héros national".

    Les circonstances de l'assassinat du premier chef de gouvernement du Congo indépendant, actuelle République démocratique du Congo (RDC), n'ont jamais été éclaircies et son corps n'a jamais été retrouvé. Une commission d'enquête parlementaire belge a été en mai 2000 "chargée de déterminer les circonstances exactes de l'assassinat de Patrice Lumumba et l'implication éventuelle des responsables politiques belges", après la parution d'un livre accusant Bruxelles de porter "la plus grande responsabilité" dans cet assassinat. Celui-ci avait jusqu'alors été présenté comme le fruit de querelles inter-congolaises (sic). En 2001 cette commission d'enquête parlementaire belge a conclu à la "responsabilité morale" de la Belgique qui a présenté ses excuses (sic) au Congo.

    Lire la suite

  • La "République" des slogans et propagandes: Kin Bopeto, Révolution de la modernité, 5 chantiers, Objectifs 80...

    La "République" des slogans et propagandes: Kin Bopeto, Révolution de la modernité, 5 chantiers, Objectifs 80...

    Tshilombo a quitté les Etats-Unis, pour rentrer vite à Kinshasa, inaugurer l'opération Kin Bopeto, dans la commune de Kinshasa pour procéder, l’avenue Lwambo Makiadi (ex Bokassa), et rependre vite son Rwandair-Mabundi Airways pour le Sommet Russie-Afrique à Sotchi. Faut pas rêver. Redevenir Kinshasa la belle, c’est l’objectif à atteindre d’ici 2023 dans le cadre de l’opération Kinshasa Bopeto. Se bat-on avec l'insalubrité d'une ville moderne avec des pelles, machettes et houes ? Un camion-benne d'ordures ménagères de 19 tonnes et d'une capacité de 13 m3, neuf coûte 160 mille euros. Il aurait fallu simplement affecter les 150 millions volés dans des tiroirs du bureau de la présidence République. Nous aurions combien de camions benne d'ordures ménagères ? Combien d'usine d'incinération à déchets à Kinshasa ? N'oublions pas que les usines d'incinération des ordures ménagères (UIOM) produisent aujourd’hui une grande partie de l’électricité issue de sources d’énergie renouvelables. Kinshasa Bopeto, avec quelles ressources humaines, quelles infrastructures et quelles technologies ? Après l'inauguration de l'opération Bopeto, une petite pluie a démontré que l'opération Kin Bopeto n'était qu'un slogan et propagande. Nous doutons fort que les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets: curer les caniveaux laisser les immondices aux abords des chaussés et une fois dame pluie arrive, hop les déchets retournent aux caniveaux.

    La capitale congolaise patauge depuis quelques années dans l’insalubrité. Kin la Belle est depuis devenue Kin la poubelle. L'hôtel de ville de Kinshasa prévoit un budget 363 millions de dollars l’an. Nous apprenons que quelques 400 camions ont été mobilisés dès le jour du lancement pour procéder au ramassage des ordures dans toute la ville ; un Salongo obligatoire est prévu chaque dernier samedi du mois. Et pour encourager la population à s’en approprier, l’autorité urbaine a instauré un système de prime, chaque mois, pour les quartiers qui seront distingués par la propreté. Signalons que, depuis la fin du projet PARAU de l’Union européenne, la capitale congolaise a eu du mal à assurer sa propreté. Les décharges qui étaient vidées par les camions de ce projet PARAU ont tantôt manqué de carburant tantôt tombé en panne, sans compter l’absence de rémunération des agents. Et la plupart des décharges installées dans les différentes communes avaient cumulé des montagnes d’immondices.

    La RDC est un pays des slogans et propagandes:

    1. Mobutu avec ses deux campagnes de propagande: "Retroussons les manches" et "Objectif 80" !

    Le général Joseph-Désiré Mobutu est arrivé au pouvoir, le 24 novembre 1965, à la faveur d’un coup d’Etat militaire, il n’a que 35 ans. Mobutu n’a pas encore troqué son béret pour son célèbre chapeau en peau de léopard. Comme il n’a pas encore troqué le sabre d’apparat pour sa célèbre canne en bois sculpté, un autre symbole de son autorité, son pouvoir durera 32 ans. Ce jour-là, le 12 décembre 1965, cérémonie de prise du pouvoir ou investiture du Général Joseph-Désiré Mobutu. Soit deux semaines après son coup d’état du 24 novembre 1965, Joseph-Désiré Mobutu est officiellement investi Président de la République démocratique du Congo, au cours d’un grand rassemblement populaire organisé au stade Roi Baudouin, l’actuel stadeTata Raphaël à Kinshasa. On estime que plus de cinquante mille Kinois avaient assisté à la cérémonie. A ce moment-là, Mobutu porte encore son prénom français de “Joseph-Désiré”. Dans le stade, toutes les forces vives de la République démocratique du Congo étaient réunies pour la circonstance. Mobutu avait profité de la cérémonie d’investiture pour prononcer aussi son discours-programme. C’était un sévère réquisitoire, suivi d’une analyse critique de la situation politique, financière, économique et sociale du pays. Il dénonça les conflits stériles des politiciens qu´il avait décidé d’écarter de la scène politique à cause du chaos, du désordre, de la négligence et de l’incompétence. Ensuite, il appela le peuple à se mettre au travail afin d’engager le pays dans la voie de l’industrialisation. Il annonça dans la foulée que dès le lendemain, les plus hautes autorités du pays devaient cultiver obligatoirement un champ d’au moins un hectare ; précisant qu’il donnerait lui-même l’exemple. Mobutu évoqua aussi les grands projets à venir comme ceux de la construction du barrage d’Inga et de l’usine sidérurgique de Maluku. Il annonça aussi la réduction de la rémunération des députés, suspendit le droit de grève et rappela la mesure de suspension édictée au lendemain du coup d’État, laquelle frappait les quelque 223 partis politiques congolais recensés à cette époque-là. Enfin, il conclut son discours en déclarant : ” J’ai décidé de rester au pouvoir pendant cinq ans. Il a fallu cinq ans aux politiciens pour conduire le pays à la ruine. Je me donne cinq ans pour conduire, avec votre aide à tous, le pays vers la prospérité”. "On pourrait en 1970 dresser le bilan : le Congo d’aujourd’hui avec sa misère, sa faim et ses malheurs serait transformé en pays riche et prospère." Mobutu exhorta tous les Congolais à se "retrousser les manches", il invita alors ses ministres à joindre le geste à la parole. "Tous docilement enlevèrent leurs vestes et leurs cravates et retroussèrent leurs manches de chemise et toute la foule les imita joyeusement. "

     

    Son second investiture pour un septennat eu lieu le samedi 5 décembre 1970. C'est au cours de son discours programme de 1970 que Mobutu avait fixé l'"objectif 80": Première place : oui, deuxième place: oui, troisième place: likambo te, kasi quatrième place toboyi ! La voix du Zaïre, qui était le Grand Tam-Tam de Mobutu amplifia sa propagande. Mobutu n'a jamais dit l'Objectif 80 était pour qui ? Pour le pays ou pour lui ? Ce classement qu'il envisageait était par rapport à qui ? A quel pays d'Afrique ou du monde ? En 1997 lorsqu'il a été chassé par des Kadogos, Mobutu n'avait toujours pas donné son bilan de l'Objectif 80.

    2. Alias Kabila: De cinq chantiers à la Révolution de la Modernité, une escroquerie politicienne de mauvais gout

    C'est de l'arlésienne ! Un grand bluff ! Il faut recourir à une loupe à infrarouge pour découvrir les réformes et surtout les réalisations à impact socio-économique à mettre à l’actif de «Joseph». L’homme aura accompli un total de dix-huit ans à la tête de l’Etat congolais. Un simple slogan tenait lieu de projet de société : «Joseph Kabila, l’artisan de la paix». En peu de temps, l’artisan de la paix autoproclamé s’est révélé très friand de la violence. Pour combler cette lacune assimilable à une escroquerie, des officines politiques ont conseillé au «raïs» de lancer, plusieurs mois plus tard, le fameux thème de «Cinq chantiers du chef de l’Etat». Histoire d’éblouir les «naïfs». L’eau et l’électricité, la santé, l’éducation, les infrastructures et l’habitant sont repris comme étant les priorités du quinquennat. Seulement voilà, aucune étude de faisabilité n’a été menée pour connaître le coût de ces réalisations mais surtout la provenance de moyens financiers. Depuis le lancement de ce slogan, Kabila et ses zélateurs ont inauguré des chantiers un peu partout à travers le pays. Les boulevards du 30 juin et Lumumba devraient être transformés en autoroutes. Des priorités pour le moins discutables pendant que la grande majorité de la population attend désespérément d’être approvisionnée régulièrement en eau et en électricité.

    Des Cinq chantiers (tcheng tchang tché) à la Révolution de la Modernité, que du bla-bla ! Mirage et grande mystification ! Les grandes réalisations restent à démontrer en dehors du rafistolage de quelques principaux artères routiers de la capitale et les deux nationales Kinshasa vers Bandundu et Kinshasa vers Bas-Congo. Les cinq secteurs phares concernés à savoir les infrastructures, la santé et l’éducation, l’habitat, l’eau, l’électricité et l’emploi sont demeurés les parents pauvres du régime d'Alias Kabila. La RDC a englouti des milliards empruntés aux chinois en retour des concessions minières accordées sans aucun contrôle ni droit de regard partout dans le pays. La Révolution de la Modernité sera la continuité dans l’escroquerie et le mensonge politiques. Le peuple Congolais n’aura vu que les travaux des Boulevards du 30 Juin, Lumumba et Triomphal comme si l’ensemble du Congo se résumait à ce qui est visible dans Kinshasa la capitale. il n’y avait que les aveugles qui ne pouvaient rien voir qu’en dépit de tout le tintamarre organisé depuis dix huit ans, le pays est demeuré au même niveau. Pire encore qu’il s’est enfoncé dans les abimes comme le souligne la publication de la Dixième Edition du Rapport «Doing Business 2013» de la Banque Mondiale daté du 23 octobre 2012. Le pays de Lumumba a chuté au 181ème rang mondial sur le 185 pays pris en compte alors qu’il fut classé 180ème en 2012 pour le Rapport 2011.

    Depuis le maréchal Mobutu aux deux Kabila jusqu’à ce jour, les vieux disques de l’escroquerie politique et du mensonge d’Etat sont restés les mêmes au niveau que les rainures ne font plus rires personne.

    Lire la suite

  • RDC: Pourquoi Vital Kamerhe signe les communiqués de la présidence, pas Tshilombo?

    RDC: Pourquoi Vital Kamerhe signe les communiqués de la présidence, pas Tshilombo?

    C'est de la bouillabaisse avec la présidence usurpée de Tshilombo. C'est vraiment du n'importe quoi. Finalement, Vital Kamerhe est-il directeur de cabinet ou vice-président de la République ? Ça aussi ça fait parti de deal FCC-CACH ? S'agit-il de l'amateurisme, dilettantisme et vacarme qui provoquent de la confusion et cacophonie ? Cet entourloupe électoral de Corneille Nangaa a eu le mérite de nous révéler les pires médiocres, qui étaient occultés dans la casquette d'opposants alors des ventriotes cachés en opposants ! Pourquoi Vital Kamerhé, directeur de cabinet de Tshilombo s'est-il autorisé de signer ce communiqué ?La RDC est endeuillée, c'est le chef du gouvernement qui fait le communiqué, point barre. Pourquoi ce communiqué n'est pas signé par le Premier ministre Ilunga Ilukamba ? En République démocratique du Congo, nous avons deux chefs de l'Exécutif: le Président de la République et premier ministre. Le bicéphalisme Exécutif est Constitutionnel. Dans une République normale, le directeur de cabinet, poste administratif, n'a pas droit de signer un document qui engage la République ni le gouvernement. Le directeur de cabinet du Président de la République, ne peut pas signer en lieu et place du gouvernement.

    Vital Kamerhe doit se calmer et ne pas continuer à prendre les Congolais pour des idiots. Est-ce que c'est à cause des morts de Mbanza-Ngungu que Tshilombo, le Magellan Congolais, n'a pas repris Mabundi Airways pour se rendre au Japon ? Ses collaborateurs sont morts dans le crash de l'Antonov EX-72903 à Kolé dans le Sankuru, ces décès ne l'ont pas empêché de prendre son vol pour les Etats-Unis. Sur les sites japonais on peut lire: "Le gouvernement japonais envisage de reporter sine die le défilé du nouveau couple impérial prévu le 22 octobre, pour donner la priorité à la gestion des dégâts après le typhon «Hagibis», ont assuré des médias nippons jeudi. Ce défilé est perçu par le public japonais comme le point culminant des cérémonies marquant l'arrivée en mai dernier de Naruhito, le fils d'Akihito, sur le trône du Chrysanthème. Mais une telle manifestation dans les rues de Tokyo nécessite des moyens humains importants pour la sécurité, que les autorités préfèrent consacrer aux sinistrés du typhon «Hagibis», selon la chaîne publique NHK. Le typhon «Hagibis» a tué près de 80 personnes le week-end dernier dans le pays et fait près de 300 blessés. Il a entraîné des crues monstrueuses et des glissements de terrain meurtriers dans une large partie de l'est, du centre et du nord du Japon, inondant et détruisant de nombreuses habitations. Plusieurs personnes sont toujours portées disparues".

    La République démocratique du Congo n'est pas les Etats-Unis où le poste de vice président est Constitutionnel. Vital Kamerhé n'est pas à son premier impair, sur sa signature sur des documents qui engagent la République. Le 14 juin 2019, il avait apposé sa signature sur deux documents. En Tanzanie, il avait signé pour et au nom de la République démocratique du Congo :

    Le même jour au Burundi, le même Vital Kamerhé comme directeur de cabinet:

     

     

    Lire la suite

  • RDC: Après le Palu de Gizenga, Udemo de Nzanga Mobutu, l'Udps est déjà morte !

    RDC: Après le Palu de Gizenga, Udemo de Nzanga Mobutu, l'Udps est déjà morte !

    Cette photo, prise lors de l'élection Louis Michel 2006, est révélateur de ce qui mine la classe politique congolaise: opportunisme et ventriotisme. La République démocratique du Congo a-t-il des hommes d'Etat valables ? Pourquoi la classe politique est vile, corruptible, corrompue et sans convictions ? N'avons-nous à affaire qu'à des girouettes, ventriotes, mangecrates, mangéristes et profito-situationnistes ? Tshilombo a roulé tout le monde dans la farine et fait d'Alias kabila, le partenaire de l'Udps. Le pouvoir pour le pouvoir, il a le titre fictif de président de la République et il marche sur le tapis. En réalité, il n'est qu'un président Quado et nommé. Il ne contrôle rien, ne dirige rien et n'a aucun pouvoir. Tshilombo est pantin et marionnette d'Alias Kabila. Faut-il être découragé et dégoûté de la classe politique congolaise corrompue à outrance et des Bena Mpuka Tribalo-ethniques, des moutons de Panurge qui défendent tout et n’importe quoi.

    Arrivée au Congo, en 1997, dans la gibecière de l'Afdl, avec une kalachnikov en bandoulière et des bottes de jardinier comme Kadogo, Alias Kabila est un "Machiavélique" qui a tué politiquement des personnages politiques et partis politiques de la République démocratique du Congo. Certains écervelés disent même qu'il est un "génie" en politique. par son comportement d'éliminer un à un ses adversaires politiques ou d'en faire ses alliés. Depuis qu'il a été catapulté sur le trône du Congo, en janvier 2001, après l'assassinat de M'Zée Laurent-Désiré Kabila au palais de Marbre, à aujourd'hui, Alias Kabila a deux personnages-béquilles qui travaillent pour lui, au sein des gouvernements successifs et dans l'opposition: Azarias Ruberwa et Vital Kamerhé, qui travaillent pour lui contre le peuple congolais. Lors du gouvernement 1+4=0 de la transition après le dialogue inter-congolais de Sun-City, la RDC a connu quatre vice-présidents. Le premier d'entre eux était Azarias Ruberwa du mouvement rebelle-criminel (RCD) qui s'occupait de la Politique intérieure, Défense et Sécurité. Depuis 2006, que sa fonction n'existe plus à aujourd'hui, il a occupé le Ministère de la décentralisation. Qui vient de l'imposer comme ministre 'Etat dans le gouvernement Tshilombo ? Alias Kabila ! Quant à Vital Kamerhe, il est l'homme d'Alias Kabila ad vitam aeternam. Il a toujours servi Alias Kabila. Très infiltré dans l'opposition. C'est lui qui après la désignation de Martin Mayulu comme candidat de l'opposition à Genève, a ramené Tshilombo aux pieds d'Alias Kabila. Cette histoire de la base de Limeté qui est descendu dans la rue pour réfuter la candidature unique de l'opposition est une histoire bidonnée. Lors de la campagne présidentielle l'Ougandais Yoweri Museveni et le Rwandais Paul Kagamé, ont financé CACH de Tshilombo et Kamerhé, avec l'aval d'Alias Kabila.

    Pourquoi l'Union pour la démocratie et le progrès Social (Udps), comme le Palu et l'Udemo sont morts ? 37 ans de lutte, Tshilombo n'obtient que 15% ! Il doit faire un odieux deal, contre le peuple congolais, avec Alias Kabila, pour bénéficier d'une nomination électorale. Avec Tshilombo, 42 ministres sur 66 du gouvernement sont du FCC-Alias Kabila, 90% sénateurs sont du FCC-Alias Kabila, 20 gouverneurs sur 26 sont du FCC-Alias Kabila. Avec Tshilombo, l'Udps Kabilisée a accepté une fausse alternance. Alterné avec Alias Kabilia, c'est ça l'alternance de l'Udps. Tshilombo a tué le père Etienne Tshisekedi wa Mulumba et il a renvoyé au cimetière de l’histoire sa notoriété. La dépouille du père a servi d’enchère pour parvenir au pouvoir et pour négocier. C'est ce qu’il est devenu. Les Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques se couvrent de honte en insultant les Congolais d'autres provinces pour protéger Tshilombo, un faussaire-fraudeur ! Les Compatriotes tribaux-Kasaïens se coalisent pour défendre leur incapacitaire de président. Ils oublient des fosses communes au Kasaï, l'assassinat du chef Kamwena Nsapu, de deux experts de l'ONU, des milliers des Kasaïens dans des brousses...

    Revenons à l’élection Louis Michel 2006. Au premier tour sur 31 candidats figurants et putatifs, Azarias Ruberwa, président du mouvement rebelle-criminel n'aura que 0,1 %. Pour barrer la route à Jean-Pierre Bemba, candidat du MlC, en lice face à Alias Kabila... Vital Kamerhe, directeur de campagne d'Alias va parvenir a débauché Antoine Gizenga, vieillard fatigué de 81 ans et candidat de Palu. Ayant obtenu 13 % des votes au premier tour, Gizenga est troisième de l'élection Louis Michel 2006 et se pose en arbitre du second tour entre Joseph Kabila et Jean-Pierre Bemba. Le 30 septembre 2006, Antoine Gizenga signe au Grand hôtel de Kinshasa un accord de coalition qui vise à faire élire le président Joseph Kabila au second tour de l'élection présidentielle prévue pour le 29 octobre. L'accord prévoit aussi l'attribution du poste de Premier ministre à un membre du Parti lumumbiste unifié-d'Antoine Gizenga. Après la victoire de Joseph Kabila à la présidentielle, il est nommé comme informateur chargé de trouver au sein de l'Assemblée nationale une coalition majoritaire. Le 30 décembre 2006, il est nommé Premier ministre par le président Joseph Kabila. Il prend la tête du nouveau gouvernement du pays le 5 février 2007, comprenant 59 membres. Ce gouvernement sera remanié, le 25 novembre 2007, produisant le second gouvernement Gizenga. Le 25 septembre 2008, Antoine Gizenga annonce sa démission du poste de Premier ministre. Il est remplacé le 10 octobre 2008 par Adolphe Muzito jusqu'alors ministre du Budget qui est d'ailleurs son dauphin politiquement parlant au sein du Palu. Ce dernier est mort de son alliance avec le PPRD. Rares sont les Congolais qui adhérent et prêtent du crédit à ce parti collabo.

    Humiliation à l'extrême. Nous ne pensons pas Manda Mobutu, Konga Mobutu ou Kongolo Mobutu auraient accepté de travailler avec Alias Kabila. Humiliation à l'extrême. Joseph Nzanga Mobutu a été viré comme un mal propre par l'imposteur-usurpateur de l'époque. Sa décision de rejoindre Alias Kabila était incompréhensible de la part des membres de sa famille biologique autant que certains anciens collaborateurs de son père Mobutu Sese Seko étaient profondément troublé par son choix politique. Jeudi 10 mars 2011, par ordonnance présidentielle, Alias Kabila a révoqué François-Joseph Nzanga Mobutu Ngbangawe- Udemo, de ses fonctions de vice-Premier ministre chargé de l’Emploi, travail et la prévoyance sociale. Nzanga Mobutu a appris cette nouvelle dans l’avion qui le ramenait le même jour à Kinshasa au bout de quatre mois d’une absence que d’aucuns qualifient de «bouderie». C’est au mois de novembre 2006, que l’AMP concluait un accord de «partenariat politique» avec l’Udemo. En guise de «dot», les «démocrates mobutistes» ont apporté 9 députés nationaux et un sénateur. En février 2007, la première équipe gouvernementale dirigée par le Palu Antoine Gizenga est formée. L’Udemo obtient un ministère et un poste de vice-ministre. Nzanga Mobutu est titulaire du portefeuille de l'Agriculture avec rang de ministre d’Etat. Douze mois après, il devient vice-Premier ministre chargé des… «Besoins sociaux de base». C’est le début de la descente aux enfers dans la mesure où le parti Udemo va être dépossédé de son «vice-ministère».

    Lire la suite

  • RDC: Tshilombo, le Magellan Congolais, a quitté Kinshasa pour les Etats-Unis, la Russie et le Japon !

    RDC: Tshilombo, le Magellan Congolais, a quitté Kinshasa pour les Etats-Unis, la Russie et le Japon !

    Juin 2015, nous sommes plusieurs journalistes à couvrir le déplacement officiel de Manuel Valls, premier ministre en Colombie et Argentine en Amérique du Sud. Nous sommes à Bogota, le 26 juin 2015, nous apprenons par des confrères qu'"un attentat a été commis vendredi sur un site de gaz industriels en Isère, non loin de l'aéroport St-Exupéry près de Lyon. Un chef d'entreprise est mort décapité dans une attaque commise vendredi matin contre un site industriel de Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère, près de Lyon. L'homme dont le cadavre décapité a été retrouvé sur le site de l'entreprise serait le patron du suspect. Selon les premiers éléments de l'enquête, le suspect aurait pénétré sur le site dans une voiture au bénéfice d'une autorisation pour une livraison. Il a d'abord foncé sur des bonbonnes de gaz, provoquant une explosion dont il a réchappé. Il a alors tenté d'en provoquer une deuxième alors que des pompiers intervenaient pour le neutraliser. Dans la lutte, l'homme a été légèrement blessé. Les gendarmes ont découvert non loin de là le corps décapité du chef de l'entreprise, puis sa tête accrochée aux grillages de l'enceinte, entourée de drapeaux islamistes. Un couteau a également été retrouvé sur les lieux. Fraîchement arrivé dans la région lyonnaise en provenance de Pontarlier, le tueur présumé, 35 ans, avait fait l'objet d'une surveillance de 2006 à 2014 pour "radicalisation", mais n'avait pas de casier judiciaire. Il est décrit par ses voisins comme un "père de famille normal". Trois de ses proches ont été interpellés dans la journée". Le Premier ministre Manuel Valls, depuis l'Amérique du Sud, a ordonné une "vigilance renforcée" sur tous les sites sensibles de la région Rhône-Alpes, avant d'écourter lui aussi son voyage. C'est ça être un homme d'Etat !

    La République démocratique du Congo est en deuil ! Il y a une semaine, l'Antonov EX-72093, affrété par la présidence de la République de Goma pour Kinshasa, a crashé à Kolé dans le Sankuru. Le nombre des morts n'est toujours pas communiqué. Son chauffeur principal, ses gardes rapprochés et ses collaborateurs sont décédés. L'équipe gouvernementale qui s'est rendu à Kolé n'a pas encore rendu le résultat de ses enquêtes. Tshilombo n'a même pas décrété un deuil national ni mit les drapeaux en berne. Il fait comme si de rien n'était. Tshilombo joue à Duracel une pile qui e se décharge jamais.

    A bord de Mabundi Airways, Tshilombo a quitté Kinshasa, hier soir pour les Etats-Unis en visite privée pour s'acheter un "avion blindé" pour se protéger contre ses amis-ennemis, avec qui il a fait un deal pour sa nomination électorale, contre le peuple congolais. Le troubadour-vadrouilleur Tshilombo ira assister à l’intronisation de l’empereur Nahurito au Japon (le président Emmanuel Macron se fera représenter par l'ancien président Nicolas Sarkozy. Et il mettra cap à Sotchi pour le sommet Russie-Afrique. Nos fins limiers parlent aussi du Portugal et Bénin, pays à visiter. Son dernier périple euro-américain avait duré 25 jours. Personne ne sait le nombre des jours que prendront celui-ci. C'est ridicule et soyons sérieux. Pour les Congolais, tous ces multiples voyages inutiles de Tshilombo cachent un profond malaise...il ne doit pas se sentir en sécurité en République démocratique du Congo. Tshilombo est tourmenté dans sa conscience, il n'a pas la paix du tout. Se moque-t-il des congolais ? A-t-il fait un deal avec Alias kabila pour sa nomination électorale, afin de découvrir le monde ou plutôt pour trouver des solutions à leurs problèmes ? A-t-il a volé l'élection de Martin Fayulu, président élu, pour se pavaner dans les airs ? Tshilombo est illégitime, il le sait . A-t-il volé le destin de tout peuple pour parcourir le monde, avec ses voyages inutiles et onéreux ?

    Lire la suite

  • Déclaration franco-allemande de Toulouse !

    Déclaration franco-allemande de Toulouse !

    Déclaration franco-allemande de Toulouse

    Mercredi 16 octobre 2019, Angela Merkel et Emmanuel Macron à Toulouse,

    À l'issue du 21ème Conseil des ministres franco-allemand, les deux pays se sont engagés sur une feuille de route commune, baptisée "La Déclaration de Toulouse". Le président de la République et la chancelière allemande ont prévu de renforcer leur collaboration notamment dans le spatial et autour d'un programme commun de R&D consacré à l'intelligence artificielle. "En compagnie de nos ministres respectifs, la chancelière et moi avons partagé nos préoccupations sur la situation économique mondiale en raison des tensions commerciales qui règnent actuellement. Mais ces tensions commerciales ne font pas tout et l'Europe doit être en mesure de reprendre la bataille de l'investissement et de l'innovation. l'Union européenne doit également revoir ses règles de la concurrence et du commerce, et réguler les géants du numérique, pour s'adapter aux évolutions de notre écosystème", a déclaré le président de la République, Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse conjointe avec Angela Merkel.

    La France et l’Allemagne, dans le prolongement des engagements pris lors du Conseil des ministres franco-allemand en juillet 2017, à Meseberg en juin 2018 et dans le Traité sur la coopération et l’intégration franco-allemandes, signé à Aix-la Chapelle le 22 janvier 2019, rappellent leur détermination commune à promouvoir une Union européenne plus souveraine et plus efficace en cette période où les défis géopolitiques se multiplient. Dans ce contexte, la France et l’Allemagne soutiennent sans réserve l’agenda stratégique adopté par le Conseil européen en juin 2019 et les priorités politiques de la prochaine Commission européenne présentées par Ursula von der Leyen.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE PRÉCONISENT L’ADOPTION RAPIDE DU PACTE VERT POUR L’EUROPE QUI SERA PROPOSÉ PAR LA PRÉSIDENTE ÉLUE, URSULA VON DER LEYEN.

    Les deux pays souhaitent que l’Union européenne parvienne à la neutralité carbone d’ici à 2050. La France et l’Allemagne examineront les moyens de mettre en oeuvre une taxe carbone aux frontières compatible avec les règles de l’OMC. La France et l’Allemagne sont favorables à l’introduction dans le système d’échange de droits d’émission de l’UE (ETS) d’un prix minimum du carbone. En étroite coopération avec la Commission européenne, nous voulons travailler à l’introduction possible d’un système d’échange de droits d’émission européen (ETS) couvrant tous les secteurs. Pour faciliter la transition, il est aussi crucial de réorienter les flux financiers : la France et l’Allemagne soutiennent l’idée du renforcement du rôle de la Banque européenne d’investissement dans le financement de l’action climatique afin d’accroître les investissements publics et privés dans les projets verts et de faire de la BEI la «Banque du climat» de l’Union européenne.

    En ce qui concerne la biodiversité, dans la perspective de la COP15, la France et l’Allemagne travailleront en étroite coopération afin d’intégrer la biodiversité dans toutes les politiques sectorielles concernées et agiront en vue de la conclusion d’ici à 2020 d’un traité des Nations Unies sur la protection de la biodiversité des océans et le développement des pratiques durables. Les deux pays demanderont à la Commission de proposer des initiatives législatives ou non législatives de l’Union européenne, compatibles avec le droit de l’OMC, afin d’éviter les importations de produits issus de la déforestation.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE PARTAGENT L’OBJECTIF D’UNE ÉCONOMIE EUROPÉENNE FORTE CAPABLE DE RELEVER LES DÉFIS MONDIAUX ACTUELS.

    Les tensions commerciales doivent être résolues et les deux pays réaffirment leur volonté de travailler dans le cadre de l’UE pour protéger et renforcer le système commercial multilatéral, fondé sur une OMC réformée :

    • en travaillant à améliorer les règles (transferts de technologies, propriété intellectuelle, surcapacités, etc.);

    • en renforçant les mécanismes de suivi et de mise en œuvre des règles ;

    • en mettant en place un système de règlement des différends à deux niveaux, qui soit robuste et efficace.

    En particulier, l’UE doit rester déterminée à dialoguer avec les États-Unis et d’autres partenaires, tout en restant prête à défendre ses intérêts légitimes. L’UE doit poursuivre son soutien au système commercial multilatéral en conservant un agenda commercial ambitieux. La France et l’Allemagne soutiennent la prochaine Commission dans ses efforts pour définir un agenda commercial réformé, en faveur de l’égalité des conditions de concurrence internationale et de l’amélioration du suivi des règles et accords commerciaux. En outre, les deux pays sont favorables à ce que notre politique commerciale soit compatible avec les politiques climatiques de l’UE et leurs dimensions sociales et environnementales.

    Les perspectives économiques dépendent également d’évolutions de fond, notamment la transformation numérique, la transition énergétique et la concurrence européenne et internationale. La France et l’Allemagne soulignent l’importance d’une base économique, technologique et industrielle durable et solide en Europe, ce qui nécessite d’améliorer le fonctionnement du marché unique, notamment dans ses aspects numériques, d’actualiser la réglementation pour éviter les charges administratives inutiles, de tenir compte du nouveau cadre concurrentiel international et du pouvoir de marché des plateformes numériques, de doter l’UE d’un budget qui soutienne davantage l’innovation et l’investissement, de mettre en œuvre rapidement l’instrument budgétaire de convergence et de compétitivité pour la zone euro et d’améliorer la coordination bilatérale de nos politiques économiques.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE SONT FAVORABLES À UN NIVEAU D’AMBITION PLUS ÉLEVÉ EN MATIÈRE INNOVATION DANS LES TECHNOLOGIES DE RUPTURE ET INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, EN TENANT COMPTE DES PRINCIPES ÉTHIQUES APPLICABLES AUX NOUVELLES TECHNOLOGIES.

    Au niveau bilatéral, l’Allemagne et la France encouragent le « Conseil pour l’Innovation» («Grands défis») et l’«Agentur für Sprunginnovationen» à développer et à soutenir des projets communs en 2020. À cette fin, les deux gouvernements ont signé une feuille de route pour un réseau franco-allemand de recherche et d’innovation en matière d’intelligence artificielle.

    Au niveau de l’Union européenne, les deux pays préconiseront un programme ambitieux en matière de recherche et d’innovation, dans le cadre du prochain cadre financier pluriannuel, notamment pour le Conseil européen de la recherche et le Conseil européen de l’innovation nouvellement créé.

    Les deux pays travailleront ensemble pour renforcer la capacité de l’Europe à développer les technologies de pointe, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle. À cette fin, la possibilité de lancer de nouvelles initiatives bilatérales et européennes sera étudiée d’ici à 2020.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE SONT EN FAVEUR D’UNE POLITIQUE SPATIALE EUROPÉENNE PLUS FORTE.

    Les deux pays soulignent la dimension stratégique de l’accès indépendant de l’Europe à l’espace. À cet égard, ils soutiennent le principe de préférence européenne concernant les lanceurs (Ariane 6) et ils reconnaissent que l’utilisation des services d’Ariane 6 par des utilisateurs institutionnels est un des facteurs déterminants pour consolider son exploitation. Des travaux conjoints sont également nécessaires concernant l’avenir de ce programme. Les gouvernements français et allemands appellent les acteurs industriels à développer des mesures de consolidation afin d’améliorer la maîtrise des coûts et la compétitivité internationale, ainsi que de renforcer le secteur européen des lanceurs spatiaux, en étroite coopération avec leurs partenaires européens, notamment l’Italie.

    La France et l’Allemagne soutiennent la mise en place de la nouvelle Direction générale de la Commission européenne consacrée notamment à l’espace, en tenant compte du caractère civil des programmes spatiaux de l’UE.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE INTENSIFIENT LEUR COOPÉRATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ET DE DÉFENSE EUROPÉENNES. Dans le cadre du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité qui s’est réuni aujourd’hui à Toulouse, les deux gouvernements ont réaffirmé leur entière détermination à bâtir progressivement une sécurité et une défense européennes efficaces, cohérentes et crédibles, ainsi qu’à renforcer le pilier européen au sein de l’OTAN et à utiliser pleinement l’Initiative européenne d’intervention visant à développer une culture stratégique commune. À cet égard, ils ont réaffirmé leur soutien au renforcement des capacités militaires européennes grâce aux projets de la Coopération structurée permanente et à d’autres initiatives de défense de l’UE ainsi qu’à la coopération industrielle, notamment les programmes que sont la prochaine génération de système d’armes/système de combat aérien futur (NGWS/FCAS) et le système principal de combat terrestre (MGCS). Cette coopération requiert confiance mutuelle et règles communes : le gouvernement français et le gouvernement allemand sont convenus dans le Traité sur la coopération et l’intégration franco-allemandes d’élaborer une approche commune en matière d’exportation d’armements. Aujourd’hui, les deux parties ont conclu leurs négociations aboutissant à un accord juridiquement contraignant dont les dernières étapes vont être mises en oeuvre dès que possible.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE RELANCERONT LES RÉFORMES DE L’UE SUR LA MIGRATION ET L’ASILE.

    Un accord a été trouvé à Malte concernant les débarquements en mer Méditerranée; la Présidente élue de la Commission a promis une nouvelle dynamique sur cette question d’ensemble. La France et l’Allemagne soutiennent ensemble la présentation et l’adoption rapides d’un nouveau paquet législatif réformant le régime d’asile européen (comprenant les règles de Dublin et de Schengen), sur la base d’une responsabilité équitable et d’une solidarité pragmatique.

    Les deux pays encouragent également la Commission à proposer un véritable Office européen de l’asile harmonisant les règles et pratiques en matière d’asile dans toute l’UE, ainsi qu’une base de données européennes en matière d’asile qui offre une vision globale des demandes d’asile et de la manière dont celles-ci affectent les États membres.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE DÉFENDENT LA CULTURE ET LA CRÉATION EUROPÉENNES.

    La France et l’Allemagne réaffirment leur détermination à mettre en oeuvre la nouvelle directive européenne sur le droit d’auteur et à assurer le plein respect de ces règles.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE ENTENDENT DONNER UNE NOUVELLE IMPULSION À LA DÉMOCRATIE EUROPÉENNE.

    La France et l’Allemagne soutiennent la conférence sur l’avenir de l’Union européenne qui commencera en 2020. Elles feront des propositions communes pour que cette initiative implique les citoyens de l’UE et leur permette d’y participer activement, tout en reflétant le rôle essentiel des États membres de l’UE.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE BÂTISSENT UN AVENIR COMMUN EN RENFORÇANT LEUR COOPÉRATION ET LEUR INTÉGRATION (TRAITÉ D’AIX-LA-CHAPELLE).

    La France et l’Allemagne ont déjà pris des mesures concrètes pour mettre en oeuvre la vision du Traité d’Aix-la-Chapelle en portant une attention particulière à la nécessité de renforcer les liens entre nos concitoyens. Le Fonds commun pour les citoyens encouragera les projets citoyens franco-allemands dès le début 2020. Il soutiendra les initiatives des citoyens et associations afin de faciliter les rencontres, les programmes d’échanges et les projets communs. Les programmes de mobilité pour les jeunes seront développés en 2020. L’Office franco-allemand pour la jeunesse a pour objectif de toucher 20 % des jeunes ayant des besoins spécifiques dans ses programmes 2020. En outre, la France et l’Allemagne encourageront la reconnaissance mutuelle des diplômes et des filières ainsi que les nouveaux « campus des métiers » et programmes de doubles diplômes franco-allemands intégrés, élaboreront des stratégies en faveur du bilinguisme dans les régions frontalières et encourageront l’apprentissage des langues en général. Le comité de coopération transfrontalière a été créé et commencera à apporter des solutions aux difficultés transfrontalières quotidiennes.

    Nous avons adopté un cahier des charges pour permettre au Forum pour l’avenir franco-allemand de débattre des processus de transformation de nos sociétés en nous inspirant notamment du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies. Les premiers projets débuteront en 2020, le Forum servant de plateforme de dialogue entre experts, acteurs et citoyens sur les principaux enjeux sociaux, environnementaux, technologiques et économiques.

    Dans le même esprit d’amélioration de l’entente et de coordination, le Conseil franco-allemand d’experts économiques a été mis en place et a commencé ses travaux. Pour faire progresser et suivre la mise en œuvre du Traité d’Aix-la-Chapelle, les deux gouvernements continueront de mettre en oeuvre et d’adapter le programme pluriannuel de projets de coopération défini à l’article 23 du Traité d’Aix-la-Chapelle.

    LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE ŒUVRENT ENSEMBLE POUR LA PAIX ET LA STABILITÉ, EN S’APPUYANT SUR LEUR CONVICTION QUE LA DIPLOMATIE ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIMENT LORSQU’IL S’AGIT DE TROUVER DES SOLUTIONS DURABLES À DES CRISES COMPLEXES TOUCHANT À LA SÉCURITÉ DE L’EUROPE.

    Nous nous félicitons de l’évolution positive récente dans la mise en œuvre des accords de Minsk et nous attendons avec intérêt la tenue d’un sommet à Paris en format Normandie afin de progresser vers le règlement du conflit à l’Est de l’Ukraine. Nous soulignons notre position de principe sur l’annexion illégale de la Crimée par la Russie. Nous réaffirmons également notre volonté de poursuivre notre dialogue avec la Russie sur la base des principes communs de l’UE, notamment dans le domaine du contrôle des armes et de la non-prolifération.

    Au Proche-Orient, nous condamnons les activités militaires menées actuellement par la Turquie dans le Nord-Est de la Syrie et nous demandons instamment à ce pays de changer de politique, tout en rappelant les obligations de la Turquie en vertu du droit international, notamment du droit humanitaire international. La reprise des hostilités dans le Nord-Est de la Syrie risque de porter atteinte à la stabilité de l’ensemble de la région, d’exacerber les souffrances des civils et de provoquer de nouveaux déplacements de populations. L’action militaire unilatérale dans le Nord-Est de la Syrie remet gravement en cause les progrès accomplis par la Coalition internationale contre Daech, à laquelle la France, l’Allemagne et la Turquie participent. Les critères internationaux de retour des réfugiés tels que définis par le HCR (retour volontaire, dans la sécurité et la dignité) doivent être respectés. La fin des actions militaires et le début d’un processus politique facilité par l’ONU sont nécessaires de toute urgence. Nous demeurons vivement préoccupés par l’aggravation des tensions dans la région du Golfe à la suite de l’attaque contre une infrastructure saoudienne et contre la liberté de la navigation dans le détroit d’Ormuz. La France et l’Allemagne sont déterminées à poursuivre leurs efforts diplomatiques, aux côtés de la Grande-Bretagne, pour créer les conditions propices et faciliter le dialogue avec tous les partenaires soucieux de réduire les tensions au Moyen-Orient. Nous réaffirmons notre ferme volonté de préserver et de mettre en œuvre intégralement le Plan d’action global commun. Dans ce contexte, nous demandons instamment à l’Iran de se conformer à nouveau à toutes ses obligations en vertu de l’accord nucléaire. En nous appuyant sur le Plan d’action global commun, nous sommes convaincus de la nécessité d’ouvrir des négociations avec l’Iran sur le cadre de long terme de son programme nucléaire ainsi que sur les questions liées à la sécurité régionale, notamment son programme de missiles et d’autres vecteurs.

    Concernant la Libye, la France et l’Allemagne ont la conviction que seule une solution politique pourra apporter la stabilité. Nous entendons nous engager avec nos partenaires pour permettre la mise en place d’un cessez-le-feu et le retour à un processus politique facilité par l’ONU, en particulier grâce au processus de Berlin.

    Lire la suite

  • RDC: Disloqué en plein vol, l'Antonov EK-72903 a vomi l'appui-tête d'une Toyota au lieu du Lexus blindée de Tshilombo !

    RDC: Disloqué en plein vol, l'Antonov EK-72903 a vomi l'appui-tête d'une Toyota au lieu du Lexus blindée de Tshilombo !

    Au village Kole dans le Sankuru, où des débris de l'épave de l’Antonov EK-72903, ont été retrouvés...disloqué en plein vol, le cargo a vomi l'appui-tête d'une Toyota au lieu du Lexus niveau de blindage BR12 de Tshilombo qui pesait 7 tonnes. Y avait-il deux véhicules à bord de ce cercueil volant affrété par la présidence usurpée de Tshilombo ? Il n' a pas de miracle, un avion qui dépasse son tonnage peut s'attendre à tout. Au delà de l'entretien hasardeux du coucou urkrainien, la probité morale de son équipage pose problème: " Les deux pilotes russes, le passif semble tout aussi lourd. Vitaly Shumkov, a été brièvement arrêté en Thaïlande en 2010, accusé de transporter 30 tonnes d’armes nord-coréennes.Vladimir Sadovnichy, a été condamné en 2011 au Tadjikistan à 8 années et demi de prison pour trafic" !

    6 jours après le crash de l'Antonov EK-72903, la République démocratique du Congo n'a pas décréter le deuil national ni mis les drapeaux en berne. Un vrai mépris pour le peuple congolais et ses morts. Hier soir vers 22h, sur son compte twitter, Gibert Kankonde, ministre de l'intérieur, Sécurité et affaires coutumières du régime Tshilombo-Alias Kabila a timidement tweeté: En attendant de recevoir le rapport des experts dépêchés sur le lieu, qui commencent les enquêtes ce mardi 15 octobre en vue d’élucider les circonstances de l’accident ainsi que le bilan à établir à cet effet, j'invite les uns et autres à la retenue et à éviter toute spéculation. Gilbert Kankonde a-t-il déjà géré une crise pour sortir de son trou 5 jours après le crash ? Croit-il depuis son bureau climatisé que le peuple congolais est sa chose ? Informer le peuple est devoir de chaque gouvernement normal et responsable.

    En janvier 2019, après son deal pour sa nomination électorale, Tshilombo à genoux devant Alias Kabila, en présence d'Alexis Ntambwe Mwamba et quelques apparatchiks Joséphistes, avait simplement réclamé, qu'il soit nommé président et marche sur le tapis rouge. Les restes, cela ne n'intéresse pas. En 8 mois, il a 67 voyages inutiles à son compteur et un crash d'un avion affrété pour la logistique présidentielle. Pour sa sécurité dans les airs, Tshilombo va-t-il opté pour un avion blindé ? Cela est impossible. Son alliance contre nature avec Alias Kabila finira en eau de boudin. Le pouvoir, c'est sa vie pour Alias Kabila. Et Tshilombo qui a enfariné le peuple congolais, avec ses 15% n'est jamais légitime. C'est le peuple qui donne la souveraineté pur agir en son nom. Revenons au crash. Voici les images de ce que fut le Lexus blindé de Tshilombo à son débarquement à Ndjili par un cargo de Turkish.

    Tshilombo a choisi la politique du ventre. Son mariage d'intérêt avec Alias Kabila n'ira pas loin. Il a floué tout le monde y compris les militants de l'Udps, qui chantent aujourd'hui le partenariat Tshilombo-Alias Kabila. La mythomanie de Tshilombo est à son apogée. "Lorsque j'ai été élu..." clame Tshilombo à ses sorties. Un président Quado et Nommé, est comme dirait André Malraux: "Tout aventurier est né d'un mythomane" !

    Comment la présidence usurpée de Tshilombo s'est-il permis d'affréter un Antonov dont le carnet d' entretien était plus qu' hasardeux ?

     

    On voit ici à l'aéroport de Ndjili, le train arrière de l'Antonov EK-72903 être refroidi par un ventilateur de fortune !

    Lire la suite

  • Afrophobie-Négrophobie Sud africaine: Charlie Mingiedi, le président de la Communauté Congolaise tire la sonnette d'alarme !

    Afrophobie-Négrophobie Sud africaine: Charlie Mingiedi, le président de la Communauté Congolaise tire la sonnette d'alarme !

    A cause de la dictature de Mobutu, de l'agression-invasion-occupation Ougando-Burundo-Rwandaise avec l'Afdl, le régime d'imposture d'Alias Kabila...En souffrance, le peuple congolais erre à travers le monde, alors que la République démocratique du Congo par ses ressources est l'un des pays riches en Afrique. 300 000 Congolais vivent en Afrique du Sud, certains sont devenus des citoyens sud-africains. C’est la plus grande diaspora en Afrique du Sud. Etre demandeur d'asile, réfugié ou exil ne signifie pas être un mouton prêt à aller à l’abattoir. Les Congolais ont été victimes de l'afrophobie sud-africaine. Le ministre sud-africain des relations internationales et de la coopération, Dr Naledi Pandor, a attribué les causes des violences xénophobes aux préjugés à l’encontre des ressortissants d’autres pays africains et mis les attaques sur le dos de l’afrophobie. La communauté congolaise qui devait comme les autres ressortissants africains, compter sur son ambassadeur. L'esbroufe Bene M’Poko, qui profite bien de son titre pompeux "doyen du corps diplomatique en Afrique du Sud", a fait une sortie médiatique pour doucher à l'eau froide la communauté congolaise: « jusque-là, la seule personne qui est décédée, c’est Bienvenu Mulenda. Il a été tué par des voyous qui l’ont trouvé dans une station de bus. Il a été plusieurs fois poignardé. Il a donc été victime du banditisme, de la criminalité et non de la xénophobie ».

    On comprend vite que le fameux Bene M'Poko protège ses intérêts. Et Bené Mpoko compte bien sur la continuité du régime en RDC, est aphone, joue aux abonnés absents. Il n'aide pas la communauté congolaise. Les Congolais en Afrique du Sud ne comptent pas sur leur ambassade. La société civile est débout.

    Charlie Mingiendi, président de la Communauté Congolaise en République Sud-Africaine (CCRSA)

    Ce sont les pires émeutes xénophobes en Afrique du Sud depuis 2008 quand 62 personnes avaient été tuées dans des circonstances similaires. Ces événements ont entraîné de vives réactions dans de nombreux pays africains, dont le Nigeria qui a été le théâtre de violences contre les intérêts sud-africains, en représailles aux attaques xénophobes. Le propriétaire d'Air Peace Airlines, Chief Allen Onyema, a rapatrié ses compatriotes Nigérians. 600 citoyens Nigérians d’Afrique du Sud ont regagné leur pays.

    Tout a commencer au mois d’août 2019 à Pretoria après la mort d’un sud-africain au niveau de Taxi Rank de SunnySide. Les chauffeurs sud-africains vont manifester contre les vendeurs des drogues et la situation va se dégénérer et on va assisté au pillage dans les shops des étrangers... Il y a des victimes des coups et blessures. Après ces événements fâcheux , les sud-africains vont lancé des messages par le truchement des réseaux sociaux pour déclarer la guerre aux étrangers qui auront lieu le 2 et 3 septembre 2019. C’est comme ça que la communauté congolaise va perdre l’un de nous, un jeune homme qui venait de Musina ( ville de la province de Limpopo) où il était parti renouveler son permis des réfugiés, il s’appelait Bienvenu Mulenda. Il sera poignardé par les sud-africains au taxi Rank de BLOEMFONTEIN dans la province de Free State. C’est la première victime des attaques xénophobes dans la communauté congolaise. Après ces deux jours de tristesse mémoire, les sud-africains vont encore promettre des nouvelles attaques le 8 et 9 septembre, où la communauté congolaise va enregistrer plusieurs cas soit poignardé ou tabassé... Donc, il y aura des agressions physiques et des blessures enregistrées à Pretoria, Durban, Cape Town, Western Cape et Johannesburg.

    Voici la liste des congolais tués pendant les attaques xénophobes après celui de Bloemfontein:

    Rajabu tabassé, poignardé et décédé à Durban;

    Erick Ndagora Kungula tabassé à mort, il est décédé le 6 octobre 2019, à l’hôpital à Western Cape

    Bienvenu Mulenda a été poignardé par des Sud-africains au taxi Rank de Bloemfontein dans la province de Free State

    Cyrille poignardé et décédé à Durban

    - Mandanga poignardé et décédé à Johannesburg;

    Emani Mananga tué le 3 octobre 2019

    Voici la liste des rescapés congolais:

    Paul Ebondo attaqué et tabassé à mort à Turfontein-Joburg

    Enoch attaqué et tabassé à mort à Cape Town

    Léonard Mutombo poignardé, le 4 octobre 2019, à Johannesburg

    La fillette de Monsieur Jules Mukidi , poignardé le 7 octobre 2019, à Cape Town

    Guylain Pindi attaqué, tabassé et jeté hors d’un train en marche le 27 septembre 2019, à Cape Town

    La CCRSA, a écrit deux mémorandums au HCR et à la ministre des relations internationales et coopérations pour dénoncer toutes ces atrocités et demander la réinstallation des réfugiés. Mais, elle a aussi demandé que le Home Affairs puisse créer un espace de dialogue permanent avec les responsables des communautés des pays étrangers, plus précisément la diaspora africaine. Et madame la ministre des relations internationales et coopérations a emboîté le pas en demandant à son tour de créer une commission bipartite entre la DIRCO et la diaspora africaine au mois de septembre 2019 à Pretoria. La CCRSA a condamné avec la dernière énergie cette énième tragédie contre ses ressortissants et aussi cette xénophobie institutionnelle qui bloque les étrangers à vivre dans la légalité en Afrique du Sud. La CCRSA a demandé au gouvernement sud-africain de changer leur politique d’immigration et surtout de respecter la CONVENTION DE GENÈVE. Les ressortissants congolais doivent savoir que la CCRSA n’est pas contre le sit-in des réfugiés devant les bureaux de HCR, qu’elle a d’ailleurs soutenu cette action mais à cause des débordements et récupérations de la situation que nous avons levé le ton pour mettre en garde nos concitoyens.

    La communauté a le devoir de protéger et de défendre toutes les 3 catégories des congolais qui sont: - Les Expatriés; - Les réfugiés; - Les sans-papiers. La CCRSA n’est pas là pour prendre la place de notre ambassade mais elle est là pour être un pont entre cette institution diplomatique et ses ressortissants. Il faut marteler que la CCRSA n’est pas au service d’un individu diplomatique mais elle travaille en collaboration avec l’ambassade et à ce titre, elle mérite respect et considération comme une institution de facilitation, car elle s’occupe de toutes les 3 catégories des congolais qui demande beaucoup de sacrifices surtout tout se fait bénévolement par l’amour de la patrie. Nous demandons par contre à nos concitoyens de faire confiance à la CCRSA car elle n’appartient pas à un individu ni à un groupe d’individus mais elle appartient à tous les congolais vivant en Afrique du Sud. Nous martelons encore une fois au sujet des associations congolaises que, la CCRSA ne vient pas écraser ou ignorer celles-ci qui ont existé avant sa création, mais elle est ouverte à elles pour un travail commun avec comme seul intérêt: le bien-être du congolais. Tout en respectant sa propre devise: « LA COMMUNAUTÉ CONGOLAISE EST UNE ET INDIVISIBLE ».

    Lire la suite

  • RDC: Impacts de la DCA sur l'épave de l'Antonov 72 affrété par Tshilombo !

    RDC: Impacts de la DCA sur l'épave de l'Antonov 72 affrété par Tshilombo !

    La découverte de débris de l'épave de l'Antonov 72 dont le numéro d'immatriculation est EX 72093, au village Kole dans la province de Sankuru, ne cesse de dévoiler ses secrets. En effet, l'Antonov affrété par la présidence usurpée de Tshilombo n'a pas connu de mauvais temps météorologiques comme espéraient nous désorienter les Djaleloïstes embrigadés par le régime de Kinshsa. L'Antonov a certes connu un cash mais il a été criblé des balles. On voit les impacts d'un DCA (armement léger de défense contre avions) prés du moteur de l'avion. Ce fait nouveau, change tout. On dit que Tshilombo qui a usurpé la place de Martin Fayulu, est tétanisé. Le gouvernement tarde toujours à informer le peuple congolais, sur ce qui s'est réellement passé. Nous sommes 5 jours après. Des sites thuriféraires du régime de Kinshasa ont même vu un pilote blanc vivant é côté de l'épave. Les plus farfelus ont annoncé la présence et la mort d’Evgueni Prigojine, surnommé par la presse «le cuisinier de Poutine». L’ambassade de Russie en RDC a déclaré que l’appareil transportait deux Russes, Vladimir Sadovnitchi et Vitali Choumkov, et a souligné qu’il n’y avait pas d’autres citoyens russes à bord.

    L’avion comptait quatre membres d'équipage, ainsi que des militaires et des fonctionnaires influents, notamment des membres de l’administration présidentielle Tshilombo. Le nombre exact n'est pas connu.

    Lire la suite

  • Syrie: Antonio Guterres, SG de l'ONU parle de 16 000 personnes déplacées après l’invasion de la Turquie !

    Syrie: Antonio Guterres, SG de l'ONU parle de 16 000 personnes déplacées après l’invasion de la Turquie !

    Antonio Guterres, Secrétaire Général de l'ONU

    L'offensive militaire turque en Syrie a provoqué le déplacement d'au moins 160 000 personnes en une semaine, annonce l'ONU, lundi 14 octobre. De son côté, l'Unicef estime que 70 000 enfants figurent parmi ces déplacés. "Alors que la violence s'intensifie, l'Unicef appelle toutes les parties au conflit et les pays ayant une influence sur elles à protéger les enfants", affirme l'agence des Nations unies pour l'enfance, dans un communiqué.

    Dans un communiqué, le secrétaire général de l'Organisation, Antonio Guterres, s'est dit "gravement préoccupé" par l'évolution de la situation dans le nord de la Syrie. Il "appelle à une désescalade immédiate et exhorte toutes les parties à résoudre leurs problèmes de manière pacifique". Antonio Guterres rappelle dans ce communiqué qu’il est «gravement préoccupé» par l’évolution de la situation dans le nord de la Syrie. Il «appelle à une désescalade immédiate et exhorte toutes les parties à résoudre leurs problèmes de manière pacifique».

    Il leur demande aussi d'observer "le maximum de retenue", de préserver les civils et de laisser un accès sans entrave pour l'acheminement de l'aide humanitaire. Le secrétaire général a fait également part de ses craintes face à la possible remise en liberté de combattants du groupe jihadiste Etat islamique.

    Lire la suite