• Paris-Cabaret sauvage :Laurent Canta Nyboma Mwa'Dido, voix d'or et champion de la rumba congolaise, casse la baraque !

    Paris-Cabaret sauvage :Laurent Canta Nyboma Mwa'Dido, voix d'or et champion de la rumba congolaise, casse la baraque !

    Laurent Canta nyboma Mwa'Dido et Freddy Mulongo

    Il est la voix d'or et le champion de la Rumba congolaise, Laurent Canta Nyboma Mwa'Dido casse la baraque du Cabaret Sauvage dans le le 19è arrondissement de Paris. Il jouxte la Cité de la Science et de l'industrie à la porte de la Villette, à proximité du Zénith. La Seine, encore plus beau la nuit que le jour.

    Laurent Canta Nyboma Mwa'Dido a interprété ses chansons des années 70. Lipwa-Lipwa et le Kamale ont été à l'honneur. À Réveil-FM International, nous aimons les artistes musiciens à textes dont les chansons traversent le temps et les époques. Au lieu du tintinmarre, nous aimons les merveilles du passé.

    A Réveil FM International, nous avons toujours eu un faible pour: King Kester Emeneya Kwa Mambu Mutu wa Zamani, un Mpangi éternel, Papa Simaro Lutumba Ndomanueno, Reddy Amisi, Félix Wazekwa... Mais Laurent Canta Nyboma Mwa'Dido casse, c'est la famille. En me présentant ses enfants, garçons et filles, on a l'impression que Nyboma n'a pas pris une ride. Sa voix de coq distinctif parmi d'autres est demeuré la même. Il se déhanche sur scène comme un petit jeune homme de 20-25 ans.

    La musique ce n'est pas le succès, seule la constance paie. Plusieurs musiciens sont arrivés avec leur succès après Nyboma et sont vite passés comme ils étaient venus avec des bruits tintinmarresques. Nyboma est toujours là tél un baobab qui ne bouge jamais. Faut-il rappeler que c'est Laurent Canta Nyboma Mwa'Dido qui comme arrangeur à mis sa touche dans plusieurs albums de Koffi Olomide et Madilu Système ? Faut-il rappeler que c'est Nyboma qui couvrait avec sa belle voix celle de l'intrépide et colérique Emile Soki Dianzenza dans Bella-Bella ? Qui peut oublier le mélange des voix Pépé Kallé-Canta Nyboma ?

    Lire la suite

  • RDC: Tshilombo piégées par des femmes: Dénise Nyakeru, Jeanine Mabunda et Wivine Mumba !

    RDC: Tshilombo piégées par des femmes: Dénise Nyakeru, Jeanine Mabunda et Wivine Mumba !

    Elles sont nombreuses, les Femmes Congolaises Patriotes de la diaspora qui sont persuadés qu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est un homme piégé par des femmes, et mène la République démocratique du Congo dans l'abîme.

    1. Dénise Nyakeru, sa compagne ! Personne n'a assisté au mariage Tshilombo-Nyakeru et personne ne connait ni le lieu encore le jour de leur mariage. Ils sont vécu ensemble, en Belgique, en concubinage. Le jour de sa nomination électorale, ni Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" ni Dénise Nyakeru, personne n'avait bague au doigt. C'est le 26 février 2019, jour de leur départ à Windhoeck en Namibie, où Tshilombo est allé reconnaître qu'il y a eu deal avec Alias Kabila, que lui et Dénise Nyakeru avaient bague de marié au doigt. La cousine de Vital Kamerhéon, puisqu'elle est la fille de sa tante, est l'espionne de Paul Kagame, bourreau du peuple congolais dans le lit de Tshilombo. Elle est l'œil et l'oreille pour Alias Kabila. Pour les Rwandais qui veulent dominer définitivement sur le Congo, Dénise Nyakeru est la vraie Présidente de la RDC. C'est sur elle que se réponse tous les balkanisateurs contre le Congo. Elle porte le pantalon dans la maison de Tshilombo, c'est Nyakeru qui décide tout et Tshilombo s'exécute et obéit. Sa mission ? Marquée à la culotte Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba". Être présente partout pour mieux rapporter. Dénise Nyakeru est aussi une pièce maîtresse du deal Tshilombo-Alias Kabila. Elle est au courant des pratiques sataniques sur Tshilombo pour dominer sur le Congo. Les Congolais se souviennent de la manière dont Dénise Nyakeru avait jeté les habits d'André Kimbuta dans la rue à Bruxelles.

    2. Jeanine Mabunda Lioko, la présidente de l'Assemblée nationale est la plus brillante et intelligente. Que l'on aime ou non, son coup de tocsin contre Tshilombo restera dans les annales de l'histoire. S'attaquer à une femme comme Mabunda, Tshilombo y laissera des cheveux s'il en a encore avec tout ce que Alias Kabila lui a pris en poils. Jeanne Mabunda a eu raison de monter au créneau, c'est son boulot que Tshilombo à menacé depuis Londres. En plaçant Mabunda à la tête de l'Assemblée nationale Alias Kabila a piégé Tshilombo. Jeanne Mabunda vient de prouver au monde qu'elle n'est une femme postiche. Qu'elle ait choisi le PPRD-FCC comme plate-forme politique, c'est son choix. Les Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques qui veulent la discréditer la qualifiant de Tutsi-Rwandaise sont des ignorants. Nos compatriotes de l' Équateur disent les choses dans la vérité crue et sans gants. Un deal n'est pas une élection. Tshilombo, Monsieur 15% n' à pas été élu. Il a négocié sa nomination électorale. Ceux qui crient comme des veuves éplorées à la démission de Mabunda pour offense au nommé président ne sont que des rêveurs.

    3. Wivine Mumba Matipa, l'ancienne ministre du portefeuille qui a bloqué la nomination de Baba Kyungu à la SNCC et Albert Yuma à la Gécamines sait ce qu'elle fait. Le monde a découvert que "Tshintuntu-Tshifueba" n'avait aucun pouvoir. Depuis le samedi 7 août 2019, Clément Kwete Nymi à remplacé Wivine Mumba Matipa au ministère de Portefeuille, mais pourquoi les décrets signés par Tshilombo ne s'appliquent toujours pas ? Les Udpsiens et Udpsistes sont de grandes gueules mais incapacitaires en pouvoir. Pour en finir avec l'imposture et l'usurpation d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" des femmes, encore des femmes et toujours des femmes.

    Lire la suite

  • RDC: Le Grand patriarche de Londres, Julien Ciakudia à Paris !

    RDC: Le Grand patriarche de Londres, Julien Ciakudia à Paris !

    Julien Ciakudia, le Grand patriarche de Londres et Freddy Mulongo

    Face à l'occupation et invasion dans un pays, jusque là, il n'y a que deux alternatives: Etre le Général De Gaulle, qui appelle à la Résistance des Français depuis Londres ou être le Maréchal Pétain, qui accepte la collaboration avec le IIIème Reich de Hitler. Il est collabo, puis frappé de l'indignité nationale à la libération et sa tombe est la plus vandalisée de France. Londres demeure le bastion et la basilique de la Résistance congolaise. Le Grand patriarche de Londres, Julien Ciakudia se dit dans la même démarche que le Général de Gaulle. La République démocratique du Congo est occupée par des imposteurs-usurpateurs, il faut un sursaut patriotique pour sa libération. Julien Ciakudia est le premier luba-Kasaï, qui sans sombrer dans la coterie tribale, a dénoncé et pris publiquement position contre le deal de Tshilombo-Alias Kabila, malgré des accointances avec la famille Tshisekedi. Il a fait le choix de protéger la "Terre" en lieu et place d'un fils égaré, cupide et enfarineur. Tshilombo n'a aucun pouvoir. Il ne dirige et contrôle rien. Il est comme une chèvre ficelé qui attend de passer au four comme gigot à l'ail.

    Depuis Londres, avant, pendant l'élection présidentielle et après la fabrication des faux résultats, le Grand patriarche Julien Ciakudia a toujours soutenu l'élection de Martin Fayulu, 62,8%, véritable président Élu de la RDC. Ni quolibets, insultes et menaces voilées n'ont jamais atteint ses convictions. Pendant ce temps, la majorité de nos compatriotes du kasaï qui sont tombés dans le panneau du tribalisme, Ciakudia sort du lot et peut marcher tête haute.

    4 jours après avoir été hué et désavoué par ses courtisans, partisans et Bena Mpuka... la pathétique réunion d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" avec la diaspora congolaise à Londres, a révélé un malaise dans la communauté. Le deal de Tshilombo pour devenir le masque et bouclier d'Alias Kabila, pour garantir l'impunité aux Mammouths Joséphistes, est une pilule amère qui ne passe pas. Une nomination électorale n'est une élection ! Et pourquoi Tshilombo avait mis les moyens 2,5 millions d'euros pour acheter des congolais: 400 euros par personne, T-shirts et pagnes comprises ! En parlant de Banyamulenge Congolais, la salle pourtant acquise à sa cause l'a hué. Tshilombo s'est appuyé sur ses Bena Mpuka, tribalo-ethniques et Talibans pour vaincre au lieu de convaincre. Le deal a renforcé l'impunité des dignitaires Joséphistes qui narguent des paisibles citoyens, après les 18 ans de la calamiteuse mal gouvernance et des divers crimes.

    Lire la suite

  • RDC: Merci Ba Pesa Na Mbua ! Qu'a fait Moïse katumbi pour mériter la traîtrise d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" ?

    RDC: Merci Ba Pesa Na Mbua ! Qu'a fait Moïse katumbi pour mériter la traîtrise d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" ?

    Lettre d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" pour empêcher la candidature de Moïse katumbi

    Le monde est méchant. C'est Moïse Katumbi qui a finance Genval. C'est lui a loué le jet pour Etienne Tshisekedi pour aller en soins en Belgique. C'est encore lui qui a payé le premier congrès de l'Udps, après 36 ans de fonctionnement. Un congrès à la Douma où tous les autres ont été écartés sous coups de menaces et intimidations afin de laisser libre court, au fameux fils Tshisekedi. Udps "Tshintu Tshetu" !

    Moïse Katumbi avec ses avocats ont enlevé l'épine aux pieds de Tshilombo qui ne pouvait plus se rendre aux Etats-Unis.

    Moïse Katumbi, c'est Mon Frère ! Un frère que l'on poignarde au dos comme ça. Cette lettre de l'Udps signée par Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est extrêmement grave !

    Lire la suite

  • RDC: Kabunda wa Kabunda, le faux Katangais est-il devenu un robot ? Depuis son retour de Kigali où il a visionné la vidéo occulte du deal, Kabunda est devenu muet !

    RDC: Kabunda wa Kabunda, le faux Katangais est-il devenu un robot ? Depuis son retour de Kigali où il a visionné la vidéo occulte du deal, Kabunda est devenu muet !

    Jeanne Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale saluant son vice-président Kabunda wa kabunda

     

    On ne badine pas avec la République. On protège et sauvé le pays pour des générations futures.

    Le vrai problème de l'Udps est que toutes les personnalités intelligentes d'autres provinces ont été virées. L'Udps de "TshintuTshetu", parti familial des Talibans et Tribalo-ethniques. Aujourd'hui, l'Udps est sans idéologie dirigée par Marthe Kasalu Jibikila, Dénise Nyakeru et le duo Kabunda Wa Kabunda-Augustin Kabuya. Et pourtant avec la nomination électorale, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" aurait dû encourager l'organisation d'un congrès électif pour l'élection d'un nouveau président de l'Udps. Que disent les statuts de l'Udps ? Pourquoi a-t-il nommé Kabunda wa Kabunda comme président intérimaire ?

    Kabunda wa Kabunda, le vice-président de l'Assemblée nationale est montée au créneau pour soutenir qu'Alias Kabila est le "Partenaire". Tshilombo a même soutenu qu'Alias Kabila était le "Père de la démocratie" et de l'alternance politique au Congo. Dans une fourberie hors pair, les Udpsiens et Udpsistes ont commencé à chanter la chanson de la première passation de pouvoir pacifique. C'est qui est faux. Car la Nomination électorale de Tshilombo est issue d'un deal. Monsieur 15% n'a jamais gagné l'élection présidentielle au Congo. La CENI et la Cour Constitutionnelle aux ordres d'Alias Kabila ont proclamé celui qui a décalé avec lui et non celui que le peuple congolais a élu avec 62,8%, Martin Fayulu Madidi.

    Le problème est que Kabunda wa Kabunda commençait à menacer ses partenaires du FCC, ils doivent apprendre à nager car devant la furie des Udpsiens, ils vont se retrouver dans le fleuve Congo. Or un deal n'est pas l'élection.

    Les 18 ans d'Alias Kabila sont sombres dans l'histoire. Panama papers, spoliation des mines congolaises, assassinats de plusieurs personnalités et artistes, mauvaise gouvernance, brassage dans les Fardc des Rwandais et Ougandais, rébellions fabriquées, tabassage des prêtres dans des paroisses... Cette liste n'est pas exhaustive. Mais Alias Kabila, le barbu taiseux de Kingakati n"osait pas faire tout ce que Tshilombo fait aujourd'hui. Au fait, le cupide fils Tshisekedi est pire que tous ses 4 prédécesseurs.

    En faisant d'Alias Kabila et ses dignitaires de partenaires, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" a enfariné le peuple congolais qui ne l'avait jamais voté. Nous sommes dans un cas d'école où un Imposteur-Usurpateur est devenu le masque et bouclier de celui qui l'a nommé.

    Depuis son retour de Kigali où Paul Kagame, boureau du peuple congolais a fait visionné à Kabunda wa Kabunda, président intérimaire de l'Udps et vice-président de l'Assemblée nationale, la vidéo de la cérémonie satanique sur Tshilombo pour lui faire miroiter un semblant de pouvoir. Tshilombo a vendu le Congo aux occupants-envahisseurs. Il est le pantin-marionnette de Paul Kagame.

    Kabunda wa Kabunda est sonné. Il n'en revient pas que l'Udps a menti au peuple. L'Udps qui prétendait être un parti du peuple d'abord n'est rien qu'un ramassis des faussaires, politicailleurs, ventriotes et Mabumucrates. Aujourd'hui, l'Udps est devenu un parti des haineux, Bokomesana N'a Kimoyibi, Fathi Bidon... Et les Congolais sont qualifiés de Nyangalakata, Bandoki, Combatntaba !

    Lire la suite

  • RDC: Dissolution du parlement, Tshilombo menace à Londres, Mabunda répond à Kinshasa !

    RDC: Dissolution du parlement, Tshilombo menace à Londres, Mabunda répond à Kinshasa !

    !

    Jeanine Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale

    Le Général De Gaulle parlait depuis Londres pour la résistance française. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" à Londres, au lieu de pousser les Congolais à un sursaut patriotique, à l'amour de la patrie et à l'apport de la diaspora pour la construction du Grand Congo...Il a passé son temps à invectiver et menacer, oubliant que c'est lui qui a déclaré qu'Alias Kabila était le père de la démocratie et qu'il était son partenaire.

    Un président de la République légitime, élu par le peuple n'étale jamais ses divergences avec d'autres institutions républicaines lors qu'il est à l'étranger.

    A Londres, devant une salle de Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques, tous acquis à sa cause, 400 dollars par personne pour porter T-shirt et pagne à l'effigie de Fatshi. L'imposteur-usurpateur, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba", le fameux et cupide fils de Tshisekedi s'est cru pousser des ailes. En deux minutes, Tshilombo, Monsieur 15% et gourou des Bena Mpuka a oublié qu'il n'est pas légitime, pas élu du peuple congolais, il a fait un deal pour sa nomination électorale et déclare pompeusement: "Nos détracteurs commencent déjà à murmurer et à nous prêter des mauvaises intentions en disant qu’après une année, conformément à la constitution, le président devrait dissoudre le parlement. Alors que moi personnellement, je ne rêve pas pour le moment de le dissoudre pour éviter une crise au pays. "Par contre", poursuit-il, "si vous me poussez ou me mettez dans une situation telle que je ne sois plus à mesure de servir mon peuple comme il se doit et que j’estime la mission pour laquelle j’ai été porté à la tête de l’Etat est étouffée, je n’aurai d’autre choix que de dissoudre le parlement", Menace voilée pour un incapacitaire habitué aux déclarations fracassantes sans effets sur terrain. N'est-ce pas le même individu qui avait déclarer qu'il allait "déboulonner" son partenaire Alias Kabila et son régime. Jusque là rien !

    Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" parle depuis Londres, pour accorder collectivement la nationalité aux Banyamulenge, une ethnie qui n'existe pas au Congo. Et pour faire plaisir à ses affidés, courtisans et partisans va jusqu'à menacer de dissoudre le parlement.

    Jeanine Mabunda, la présidente de l'Assemblée nationale a expliqué aux journalistes réunis à l’hôtel Sultani à Kinshasa que les responsables de deux chambres du parlement avaient rencontré Tshilombo le 13 janvier 2020. C'est-à-dire 6 jours avant son déplacement pour Londres.

    « J’ai le privilège de par ma fonction de ne pas avoir besoin d’attendre qu’il soit à l’extérieur pour parler de certains sujets. Comme les veulent les pratiques institutionnelles, nous avons eu un long entretien avec le président de la République », a dit la présidente de l’Assemblée nationale.

    L’entretien a duré 2H30. Ils ont échangé sur « des sujets qui sont des pointes d’alerte, des sujets qui peuvent mettre le citoyen congolais mal à l’aise, sur des sujets qui peuvent diviser ou qui ne peuvent pas faciliter la cohésion nationale », a révélé Jeanine Mabunda.

    La thématique de dissolution de l’Assemblée nationale, la crise dans les provinces, les réformes institutionnelles étaient également au cœur de ces échanges.

    Jeanine Mabunda a aussi dit que c’était un entretien franc où « chacun a ses convictions, son identité politique, son expérience institutionnelle ».

    Jeanine Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale et Alexis Thambwe Mwamba, président du Sénat, avaient rappelé à Félix Tshisekedi « la ratio legis de l’article 148 de la constitution. Il ne faut pas jeter les articles de la constitution en pâture, à des incompréhensions ou des malentendus », a dit Mabunda.

    « Le Congolais m’a confié une mission et je dois rendre compte à ce peuple. Et celui qui ne va pas suivre mes instructions et qui s’attachera aux instructions de sa famille politique, il sera viré », a déclaré Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" le 19 janvier devant les congolais de Londres.

    Jeanine Mabunda est montée au créneau, car elle préside l'Assemblée nationale, qui avec le sénat forment le "Parlement". C'est son institution qui est menacé sans raison valable. Qui serait mieux placé qu'elle-présidente de l'Assemblée nationale pour remettre l'étourdi de Kabeya kamuanga à sa place ? Dans la bataille institution contre institution, les ripostes de Henri Mova Sankany, Emmanuel Shadary, Nehemie Mwilanya et autres cadres du FCC n'auraient pas d'impact,ces derniers n'étant ps des officiels. Quand ça bloque, c'est le FCC et quand ça marche, c'est Fatshi Béton. Bande des hypocrites !

    Lire la suite

  • ONU: 75 ans après la libération d’Auschwitz, le travail de mémoire doit continuer !

    ONU: 75 ans après la libération d’Auschwitz, le travail de mémoire doit continuer !

    Cette année, pour marquer le soixante-quinzième anniversaire de la libération du camp de concentration nazie d’Auschwitz-Birkenau, l’ONU Genève et ses partenaires mettent l’accent sur l’importance continue d’une action collective contre l’antisémitisme et toutes autres formes de préjugés avec un programme d’activités riche et varié à l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, célébrée annuellement le 27 janvier.

    Rescapé de l’Holocauste, Paul Sobol, 93 ans, de Bruxelles, sera l’invité d’honneur à la cérémonie officielle qui se tiendra au Palais des Nations le 27 janvier 2020. Arrivé à Auschwitz en 1944, à 18 ans, il est fait esclave des SS. Le matriculé B3635 réussira à s’échapper de ses tortionnaires en janvier 1945 et retournera en Belgique pour y retrouver sa sœur, qui aura aussi survécu ; il ne reverra jamais les autres membres de sa famille. Le journaliste Xavier Colin s’entretiendra avec lui à 16h dans la salle des Assemblées du Palais des Nations.

    Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. Réveil FM international, photo archive

    Barbara Brix et Ulrich Gantz, descendants d’officiers nazis, ont découvert le lourd passé de leur père en grandissant dans l’Allemagne d’après-guerre. Membres de l’association « Amis du Mémorial de l’ancien camp de concentration de Neuengamme» et très engagés dans le travail de mémoire, ils affrontent aujourd’hui leur passé. Ils rejoindront Jean-Michel Gaussot et Yvonne Cossu, descendants de résistants déportés, lors d’une discussion le 29 janvier à l’Université de Genève (UNI Mail). L’événement fait partie du programme 2e Génération, présenté par la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD) et le Service de l’information des Nations Unies à Genève, avec le soutien de la Confédération suisse et la Mission permanente de France auprès de l’ONU Genève.

    Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. Réveil FM international, photo archive

    L’impressionnante installation N’oublions pas, du réalisateur et photographe italo-allemand Luigi Toscano, sera présentée au Palais des Nations et à Place des Nations du 24 au 31 janvier. Pendant une année, l’artiste est allé à la rencontre de rescapés de l’Holocauste pour prendre leur photo avant qu’ils ne disparaissent. Les photos grande dimension de ces rescapés, vivant aujourd’hui en Allemagne, aux Etats-Unis, en Israël, en Russie et en Ukraine, rappellent aux visiteurs, sur le plan humain et émotionnel, les atrocités de l’Holocauste. Plus d’un million de personnes ont déjà vu l’exposition à Berlin, à Kiev, à New York, à Washington et à Vienne. L’exposition à Genève est présentée par l’Union européenne, les missions permanentes d’Autriche et d’Allemagne, le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme et le Congrès juif mondial.

    Enfin, la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste sera aussi marquée par la projection de films. La mission permanente de Russie présentera le 23 janvier à 12h30 le documentaire Les hommes de Trawniki, qui relate comment des prisonniers désespérés de sortir de leur condition ont accepté de se joindre aux soldats SS en intégrant leur camp d’entraînement mis en place par Heinrich Himmler dans la petite ville polonaise de Trawniki en 1941. Pour sa part, la mission permanente de Croatie présentera le film oscarisé La Liste de Schindler le 27 janvier à midi. Ces deux films seront projetés dans la salle de cinéma (salle XIV) du Palais des Nations. Pour assister, veuillez contacter les missions permanentes russe et croate pour les détails.

    Ciné ONU Genève présentera le 4 février prochain, au Cinérama Empire, Le comptable d’Auschwitz (The Accountant of Auschwitz). Le documentaire raconte le procès en 2015 d’Oskar Gröning, 93 ans, inculpé de complicité dans le meurtre de 300 000 Juifs dans le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau de l’Allemagne nazie.

    Lire la suite

  • Davos, Donald Trump fustige les "les éternels prophètes de malheur et leurs prédictions de l'apocalypse"!

    Davos, Donald Trump fustige les "les éternels prophètes de malheur et leurs prédictions de l'apocalypse"!

    Le président américain est intervenu peu après Greta Thunberg il a fait l’éloge du modèle libéral américain, des hydrocarbures en s’appuyant sur de bons chiffres économiques. Le président américain, Donald Trump, est arrivé à Davos avec ses certitudes et la foi d'un candidat en campagne pour sa réélection. Dénonçant d'abord la « supercherie » et la « chasse aux sorcières » dont il s'estime victime à l'occasion du procès en destitution qui s'ouvre à Washington. Et s'en prenant ensuite aux « prophètes du malheur » du climat qui ne cessent d'annoncer « l'apocalypse ».

    Il y avait deux personnes que le président américain ne devait surtout pas croiser dans la station de ski suisse transformée comme chaque année en camp retranché : la jeune activiste du climat Greta Thunberg , présente dans la salle pendant son discours, et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, l'homme à qui Trump aurait demandé d'enquêter sur les affaires du fils de Joe Biden, candidat démocrate à la Maison-Blanche.

    Une économie américaine « qui gagne comme jamais » ! Un peu plus tôt, Greta Thunberg avait accusé le monde de n'avoir « rien fait sur le climat ». Trump lui a répondu sans plus de nuance en dénonçant ceux qui ont annoncé « la fin du pétrole » et « une crise de la surpopulation ». « Ces alarmistes veulent tous la même chose, dominer et contrôler tous les aspects de nos vies… »

    Devant les dirigeants du monde politique et des affaires, Trump a martelé ses succès économiques, décrivant avec force statistiques flatteuses une économie américaine « qui gagne comme jamais » : le taux de chômage (3,5 %) le plus bas de l'histoire, la hausse de la Bourse, la création de « 12.000 usines » et une politique « tournée vers les classes moyennes ».

    « J'avais promis le grand 'come-back' de l'Amérique, il est là », a-t-il dit. Emporté par son élan, il a évoqué un « geyser d'opportunités » et la seule nuance dans son portrait d'une économie américaine idyllique fut une attaque rituelle contre la Réserve fédérale qui a « remonté les taux d'intérêt trop vite et les a baissés trop lentement… ».

    Lire la suite

  • RDC: Tshilombo, le grand charlatan de la fourberie, fanfaronnade et esbroufe !

    RDC: Tshilombo, le grand charlatan de la fourberie, fanfaronnade et esbroufe !

    Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est le plus grand tribaliste et divisionniste que la République démocratique du Congo n'ait jamais connu. Ni Joseph Kasa-Vubu ni Mobutu Sese Seko ni M'Zée Laurent-Désiré Kabila n'ont jamais monté les Congolais les uns contre les autres. Aucun de ses prédécesseurs n'a jamais insulté ses compatriotes publiquement. Depuis que le fameux et cupide fils Tshisekedi a fait un odieux deal avec Alias Kabila, contre le peuple congolais, Tshilombo est dans une logique de "Kosa-Leka" ! Le 19 septembre 2019, à Bruxelles, devant les caméras de TV5 Monde, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" sans rire, a déclaré devant les journalistes qui l'interviewé qu'à Kikwit dans le Bandundu, des Luba-Kasaîens étaient tués parce que lui était élu. C'est ce jour que nous avons pris conscience que nous avons un menteur professionnel et mythomane placé à la tête du pays. Il n'ya jamais eu des massacres de kasaïens à Kikwit à cause du hold-up électoral de Tshilombo, masque-bouclier d'Alias Kabila et pantin-marionnette de paul kagamé, Hitler noir et bourreau du peuple congolais.

    Mabundi-Matama se croit tout permis. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" a pris la mauvaise habitude d'injurier publiquement des compatriotes qui ne sont pas d'accord avec son deal et sa présidence usrpée. L'amateur de Tshibelabela n'est ni rassembleur ni fédérateur. Le gourou des Talibans, Bena Mpuka et Tribalo ethniques fonctionne par clivages. Tshilombo est un politicailleur-ventriote clivant! Maintenant qu'à Londres, le dimanche 19 janvier, les Luba-Kasaïens dans la salle l'ont hué et désavoué, Tshilombo a réussi à cliver son propre clan, ses courtisans et affidés. Or même nommé, sans légitimité, le rôle d'un président est d'unir le peuple et non de diviser.

    Même le Maréchal Mobutu, dictateur n'a jamais diviser son peuple. Avec lui, un Mukongo a appris à manger le kankotwé du Katanga, un Mongo a épousé une kikwitoise, une Luba du Kasaï est allé vivre à Oïcha dans le Nord-Est du Congo...Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" commence à payer des congolais pour venir l'écouter lors de ses déplacements à l'étranger. Il exige que l'on porte des T-Shirt et pagne à son effigie. On croit rêver. Le petit bonhomme de Tshilombo n'aura appris de Mobutu que de la propagande du MPR-Parti-Etat ? Dire que le fils Tshisekedi a vécu 30 ans en Belgique, une « Monarchie constitutionnelle parlementaire héréditaire" . Donc Tshilombo en Belgique n'est jamais allé dans un meeting d'un parti politique ? Il ne sait même pas comment fonctionne ce pays ?

    Fiéffé menteur, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" passe son temps à faire des promesses irréalisables, à parler comme s'il a été élu alors qu'il n'est qu'un imposteur-usurpateur, à s'allier avec les ennemis du Congo, ceux qui font qu'on a 12 millions de morts Congolais, 5 millions de femmes Congolaises violées, qui pillent nos ressources et recèlent nos richesses. Pourquoi Tshilombo a-t-il volé l'élection de Martin Mayulu, le président élu ? Est-ce que c'est pour étaler à la face du monde, que la République démocratique du Congo a comme président un pantin et marionnette, qui n'a aucun pouvoir, ne décide et ne contrôle rien ?

    Ce n'est pas à un président de dire qu'il attend des critiques constructives ! Lorsqu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est allé nuitamment, aux heures de Nicodème, faire son deal avec Alias Kabila à Kingakati, alors que le peuple congolais a massivement voté Martin Fayulu, à qui a-t-il demandé conseil ? Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est un voleur du destin du peuple congolais. Il a usé de fourberie et roublardise. Monsieur 15% n'a jamais été élu. Par deal, Tshilombo a été catapulté sur le trône du Congo. Il ne mérite ni respects ni considérations. Une critique est une critique point barre ! A quoi servent les 720 conseillers tribaux Bena Mpuka qui œuvrent à sa présidence usurpée ?

    Nous savions qu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" était un infiltré au sein de l'opposition pour le compte du régime d'imposture d'Alias Kabila. Les rencontres Udps-RégimeAlias Kabila à Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa ne sont un secret pour personne. Nous savions aussi que c'est moïse Katumbi qui avait tout payé pour que l'interdiction de séjours de Tshilombo aux Etats-Unis soit levé. C'est Moïse Katumbi qui a financé le premier congrès de l'udps, où Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" fut élu président comme à la Douma. Ce que nous ignorions, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" a poingnardé Katumbi dans le dos. Il a soutenu, contribué et empêché pour que la candidature de Moïse Katumbi à l'élection présidentielle de 2018 ne soit jamais déposé à la CENI. Nous comprenons beaucoup mieux, l'acharnement que Tshilombo a usé et abusé contre Salomon Della Kalonda, le conseiller principal de Moïse Katumbi pour recouvrer son passeport congolais, alors même que toute la famille Tshisekedi a la nationalité belge y compris sa mère Marthe Kasalu Mukaji Wa Mulufwila ! Moïse katumbi, c'est mon frère ! C'était donc du grand bluff de la part de Tshilombo !

    Cette lettre de traîtrise d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" à l'égard de Moîse katumbi est très grave et montre la noirceur de l'âme du grand voleur du destin du peuple congolais. Il est faux et a tout faux !

    Fanfaron hors pair, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" continue d'enfariner tout le monde. Il a nommé des mandataires à la Gécamines et SNCC qui n'ont jamais occupés leurs postes. Ses ordonnances de nomination étant foulés aux pieds par ses partenaires du FCC. Sa gratuite de l'enseignement, une mesure alambiquée non étudié et inapplicable sur l'étendue du territoire. Le fils Tshisekedi a une volubilité de la parole trompeuse. 

    Lire la suite

  • Davos,"Rien n'a changé pour le climat" déclare Greta Thunberg !

    Davos,"Rien n'a changé pour le climat" déclare Greta Thunberg !

    «Rien n'a été fait» pour le climat en dépit de tous les discours en faveur de l’environnement, déplore Greta Thunberg à Davos. Le Forum économique mondial a débuté ce mardi par une prise de parole de la jeune militante. Comme une douche froide pour l’élite économique et politique réunie à Davos, la militante du climat Greta Thunberg a déploré, mardi 21 janvier, que « rien n’ait été fait » pour le climat en dépit de tous les discours en faveur de l’environnement.

    Dans le cadre enneigé de la station de ski des Grisons (Suisse), le réchauffement climatique domine cette année le Forum économique mondial (WEF), à l’heure où les entreprises rivalisent de promesses et les gouvernements de discours alarmistes. Greta Thunberg à Davos, le meilleur endroit pour prôner le "désinvestissement". Ce mouvement, qui vise à empêcher le financement de l'industrie des énergies fossiles, a vu son efficacité multipliée par plus de 300 en six ans. Certes, «le climat et l'environnement sont un sujet d'actualité aujourd'hui», mais «en pratique, rien n'a été fait», «les émissions de CO2 n'ont pas diminué», a martelé la jeune Suédoise devant les grands patrons et responsables politiques réunis jusqu'à vendredi dans la douillette station de ski suisse. «Je ne peux pas me plaindre de ne pas être écoutée. On m'écoute tout le temps», a dit la militante, devenue égérie mondiale de la mobilisation des jeunes pour le climat.

    «Cela fait 50 ans (que Davos existe) et depuis 50 ans les messages qui en sont sortis ont gagné. Mais ces messages ne s'imposent plus. Plus du tout. C'est en partie à cause de la Chine et de son approche compétitive, et en partie parce que le capitalisme et la démocratie libérale perdent leur légitimité. Et ces deux sujets ne seront pas abordés ici»! Selon un rapport de Greenpeace publié mardi, dix banques régulièrement présentes à Davos ont à elles seules financé entre 2015 et 2018 le secteur des énergies fossiles à hauteur de 1000 milliards de dollars. Le Forum lui-même a été parfois taxé d'hypocrisie climatique en raison du ballet de jets, hélicoptères et limousines qu'il occasionne. Cette année, il tente de montrer l'exemple en bannissant les ustensiles à usage unique, en montant des buffets sans viande, en compensant les émissions carbone ou en prodiguant des conseils sur le carburant utilisé pour les avions privés.

    À l’échelle mondiale, les énergies fossiles ont été subventionnées à hauteur de 5200 milliards de dollars par les gouvernements en 2017, selon les chiffres du FMI. Et du côté des investisseurs privés, ce n’est pas mieux. Les 33 plus grandes banques mondiales ont financé les énergies fossiles à hauteur de 1900 milliards entre 2016 et 2018, selon l’ONG RAN. 700 milliards de dollars ont servi directement à financier de nouveaux projets d’extraction de pétrole, de gaz ou de charbon. L’idée du désinvestissement consiste donc à mettre au ban l’industrie fossile en lui coupant les cordons de la bourse et en sapant sa légitimité. En moins de dix ans, le concept s’est développé jusqu’à devenir un vrai mouvement mondial, même si le chemin à parcourir reste énorme.

    Au pays africains, de commencer déjà de penser à diversifier leurs économies. Ceux qui croient qu'ils ne peuvent se développer que grâce au pétrole ont intérêt à bien réfléchir.

    50 ans que les pays africains participent au Forum Economique Mondial, 50 ans que les pays africains continuent de végéter. Nous parlons de tout un continent avec 54 pays. Même si 3 ou 4 s'en sortent mieux, on ne peut vraiment pas parler d'une évolution.

    Lire la suite