RDC: Procès 100 jours, Tshitsha Bokolombe avocaillon ou troubadour des prétoires?

RDC: Procès 100 jours, Tshitsha Bokolombe avocaillon ou troubadour des prétoires?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

 

fb-img-1628784274768

 

Dans le procès de 100 jours, le juge président Raphael Yanyi Ovungu est mort dans des circonstances non encore élucidés jusqu'aujourd'hui. Le Libanais Samih Jammal n'avait-il pas scandé "Allahu akba" en plein procès pour clamer son innocence ?

Etre avocat, c'est un métier libéral. L'avocat doit gagner sa croûte. Lorsque le pays est victime d'un réseau mafieux terroriste que fait un bon avocat patriote ?

Connaissez-vous Tshitsha Bokolombe, l'agité et le spécialiste des manœuvres dilatoires dans des prétoires à Kinshasa ?  L'avocaillon Tshitsha Bokolombe est plus qu'un troubadour saltimbanque. Il joue au trouble fête dans des prétoires, se prétend en vedette de reality show. Il ne potasse pas ses dossiers. Avec lui, la médiocrité transpire.  Il croit que  le nom Bokolombe est un sésame qui ouvre toutes les portes. Tshitshia Bokolombe a-t-il déjà gagné un procès ? 

Grâce à la retransmission par la RTNC du procès 100 jours qui se tenait en chambre foraine à la prison centrale de Makala, nous avons découvert un avocat agitateur et embrouilleur, qui ne répond jamais aux vrais questions du juge Raphael Yanyi Ovungu, président du procès 100 jours, assassiné dans la nuit du 26 au 27  mai 2020  et l'enquête de son décès  n'a jamais abouti. 

Tshitshia Bokolombe a été l'un des avocats  du terroriste Libanais Samih Jammal, dans le procès 100 jours.

Au moment où nous couchons ces lignes, une vidéo circule sur les réseaux sociaux où son client, Samih Jammal se pavane en Afrique du sud !  Après avoir pillé 57 millions $ de la République et avoir été condamné à 20 millions $ de dommages et intérêts et 10 ans de prison pour blanchiment. La RDC a perdu 370 millions de dollars volatilisés, qui a donné lieu  a un procès.  Le peuple congolais vit avec -1dollar par jour!

Après avoir scandé "Allahu akbar", Samih Jammal a prétendu qu'il ne parlait qu'arabe, il ne parlait jamais le français qui est la langue officielle du pays. C'est la tactique foireuse de Tshitsha Bokolombe n'a pas fonctionné. la diaspora congolaise a envoyé des vidéos au juge président, où l'individu s'exprime dans un français parfait.  Le Libanais Samih Jammal vit depuis 52 ans en République démocratique du Congo. N'eût-été la vigilance patriotique de la diaspora congolaise, Tshitsha Bokolombe aurait embourbé le juge président Raphael Yanyi Ovungu. 

 

freddy-mulongo-tshitshi-bokolombe

 

 Comment Samih Jammal qui ne parle pas un seul mot en français, qui a décidé de répondre en arabe, a-t-il pu gagner le marché de construction de 1500 maisons préfabriquées ? Tshitsha Bokolombe ne s'était jamais posé cette question ?  Répondre au juge président en arabe, alors que le peuple veut savoir sur les 370 millions volatilisés, lui qui vit avec -1 dollar par jour, n'est-ce pas jouer avec la souveraineté d'un Etat ?  Ce n'est que le deuxième jour, l'homme du Hezbollah a avoué qu'il parlait français. 

Si je ne sors pas aujourd’hui, je vais me suicider” L’homme d’affaires libanais, Jammal Samih, détenu et poursuivi en République démocratique du Congo aux côtés de Vital Kamerhe, ancien directeur de cabinet de Tshilombo, avait menacé de se suicider s’il n’était pas libéré provisoirement, atteste une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Les contrats de Samih Jammal avec la RDC sont trop importants pour être signés de gré à gré, ils sont même exorbitants (19 000 dollars la maison en préfabriqué), mais aussi qu’ils sont attribués à deux sociétés récentes créées par le même gérant.  La première, Samibo Congo, date d’août 2018, tandis que la seconde, Husmal Sarl (capital social de 9 mille Usd), a finalisé le processus de sa création le 25 avril 2019. A noter que les deux sociétés, appartenant à une même personne, ont des objets sociaux d’une troublante similitude.

 

freddy-mulongo-jammal-1

 

55 jours après la création de Husmal Sarl, soit le 20 juin 2019, le Directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe, saisit le Directeur général de la Direction de contrôle des marchés publics aux fins de l’obtention d’un avis de non objection en vue de l’exécution, en procédure de gré à gré avec la société Husmal Sarl, d’un projet de construction de maisons préfabriquées pour les policiers et les militaires, projet rentrant dans le cadre du programme d’urgence des 100 jours du Chef de l’Etat, attestent plusieurs sources.  En accompagnement de la lettre, explique le média congolais, une facture de la société Husmal Sarl indiquant, sans trop de détails, 1.000 maisons préfabriquées pour policiers au prix de Usd 19.000 la pièce (Total : 19.000.000 Usd) et 2.000 autres pour les militaires valant également Usd 19.000 la pièce (Total : Usd 38 millions). Coût global du marché : Usd 57millions.

Tshitsha Bokolombe est un spécialiste des manœuvres dilatoires. Il est plus habitué à s'agiter en procès que de produire des preuves irréfutables pour gagner son procès. Dans le procès de 100 jours, Tshitsha Bokolombe a montré ses limites. La nullité et la médiocrité ne payent jamais ! Maisons préfabriquées, il est l'avocat du mafieux terroriste Jammal qui a pillé 58 millions $ de la République.

Les commentaires sont fermés.