ONU: Pas une mention de Tshilombo au rapport Mapping ni Tribunal Pénal International!

ONU: Pas une mention de Tshilombo au rapport Mapping ni Tribunal Pénal International!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

freddy-mulongo-tshilombo-onu-1

 

C'est à la tribune de l'ONU que Tshilombo Tshintuntu devrait clarifier sa position sur les criminels et seigneurs de guerre qui ont endeuillé et continuent de semer la mort aux populations civiles. 12 ou 18 millions des morts Congolais dans une indifférence totale et un silence morbide. Les seigneurs de guerre et criminels se pavanent en toute impunité. Il devrait parler du rapport Mapping de l'ONU ressuscité par le Dr. Denis Mukwege lors de son prix Nobel de la Paix à Oslo et demandé publiquement le Tribunal Pénal International pour la RDC, et encourager le travail du parquet antiterroriste français qui a mis ses grappes sur Roger Lumbala, l'un des seigneurs de guerre congolais.

Rien de tout ça, à l'ONU, Tshilombo Tshintuntu a dépeint un pays imaginaire qui n'est la République démocratique du Congo. Son fameux discours alambiqué et tarabiscoté est contraire  aux réalités sur terrain à Beni, Butembo et en Ituri. Tshilombo parle  sans chiffre car il ne maîtrise rien. Son état de siège du Nord-Kivu et de l'Ituri a fait 722 civils sans défense tués, 40 véhicules incendiés et 70 villages vidés de leur population. Des atteintes massives aux droits humains, avec deux gouverneurs militaires, anciens criminels et seigneurs de guerre. 

Du haut de la tribune de l'ONU, évoquant la situation sécuritaire en RDC, Tshilombo Tshintuntu a rapporté que « des groupes terroristes affiliés à Daech gagnent davantage de terrain chaque jour qui passe » en Afrique, qui « refuse de servir de base arrière au terrorisme international ». L'imposteur-usurpateur a réclamé plus des Nations Unies « au-delà des déclarations de compassion et d’intentons peu suivies des faits sur le terrain ». Sur un ton ferme, Tshilombo a prévenu que "si la communauté des nations minimise le danger que représente la propagation du djihadisme en Afrique, si elle n’adopte pas une stratégie globale et efficace pour éradiquer ce fléau", les  "plaies ouvertes dans la zone saharienne, en Afrique centrale et australe, continueront à se métastaser jusqu’à faire jonction pour devenir une menace réelle pour la paix et la sécurité internationale".

Qui donne des uniformes de Fardc aux soi-disant ADF ? Qui ne sait pas que les Fardc sont infiltrées et font face aux ennemis de l'intérieur ? Pourquoi n'avoir pas fermer les frontières de l'Est avant de déclencher l'état de siège, dont tous les Congolais savent que c'est un gros fiasco ? Tshilombo a fait un discours que ses décideurs aiment bien entendre, mais n'a rien avoir avec les réalités du terrain. 

Dans une interview accordée le mardi 18 mai à RFI et France 24, Paul Kagame, le dictateur Rwandais avait affirmé qu’"il n’y a pas eu de crimes en RDC. Absolument pas. C’est la théorie du double génocide qui est à l’œuvre. " Et accuser Denis Mukwege d'être « un outil de forces que l’on ne voit pas » est plus qu'une méprise, c'est un déni !

 

roger-lumbala

 

C'est du haut de la tribune de l'ONU, devant les diplomates internationaux, que Tshilombo Tshintuntu devrait répondre à Paul Kagmé: Que le Dr. Denis Mukwege est une fierté nationale congolaise, africaine et mondiale, que le rapport Mapping est Onusien et non congolais car il a été élaboré par des experts des Nations Unies sur les  crimes commis entre 1993 et 2003 dans l’est de la RDC. Que les crimes sont imprescriptibles. Et remercier la France d'avoir commencé par un exemple avec l'arrestation de Roger Lumbala.

Le rapport Mapping sert de base à une procédure judiciaire pour le parquet antiterroriste français. Arrêté à Paris le 29 décembre 2020, criminel et seigneur de guerre, Roger Lumbala est mis en examen pour "participation à un groupement formé en vue de la préparation de crimes contre l’humanité" et "complicité de crimes contre l’humanité"

Le rapport Mapping, publié par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme en 2010, recense par ordre chronologique et par province 617 « incidents », des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et de possibles crimes de génocide commis entre 1993 et 2003. Cette période couvre les deux guerres de la RDC, qui avaient impliqué jusqu’à neuf armées étrangères, dont les troupes rwandaises.

C'est à la tribune de l'ONU que l'on parle de son pays, son peuple et la vision du monde. Chaque chef de 'Etat rivalise de petites phrases ou formule que la presse raffole. Avec Tshilombo l'encéphalogramme est plat. Tshilombo Tshintuntu n'a pas osé parler du Rapport Mapping ni du Tribunal Pénal International pour la RDC que réclame à corps et à cri, le Dr. Denis Mukwege prix Nobel de la Paix.

Les commentaires sont fermés.