rdc

  • ONU: Pas une mention de Tshilombo au rapport Mapping ni Tribunal Pénal International!

    ONU: Pas une mention de Tshilombo au rapport Mapping ni Tribunal Pénal International!

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

    freddy-mulongo-tshilombo-onu-1

     

    C'est à la tribune de l'ONU que Tshilombo Tshintuntu devrait clarifier sa position sur les criminels et seigneurs de guerre qui ont endeuillé et continuent de semer la mort aux populations civiles. 12 ou 18 millions des morts Congolais dans une indifférence totale et un silence morbide. Les seigneurs de guerre et criminels se pavanent en toute impunité. Il devrait parler du rapport Mapping de l'ONU ressuscité par le Dr. Denis Mukwege lors de son prix Nobel de la Paix à Oslo et demandé publiquement le Tribunal Pénal International pour la RDC, et encourager le travail du parquet antiterroriste français qui a mis ses grappes sur Roger Lumbala, l'un des seigneurs de guerre congolais.

    Rien de tout ça, à l'ONU, Tshilombo Tshintuntu a dépeint un pays imaginaire qui n'est la République démocratique du Congo. Son fameux discours alambiqué et tarabiscoté est contraire  aux réalités sur terrain à Beni, Butembo et en Ituri. Tshilombo parle  sans chiffre car il ne maîtrise rien. Son état de siège du Nord-Kivu et de l'Ituri a fait 722 civils sans défense tués, 40 véhicules incendiés et 70 villages vidés de leur population. Des atteintes massives aux droits humains, avec deux gouverneurs militaires, anciens criminels et seigneurs de guerre. 

    Du haut de la tribune de l'ONU, évoquant la situation sécuritaire en RDC, Tshilombo Tshintuntu a rapporté que « des groupes terroristes affiliés à Daech gagnent davantage de terrain chaque jour qui passe » en Afrique, qui « refuse de servir de base arrière au terrorisme international ». L'imposteur-usurpateur a réclamé plus des Nations Unies « au-delà des déclarations de compassion et d’intentons peu suivies des faits sur le terrain ». Sur un ton ferme, Tshilombo a prévenu que "si la communauté des nations minimise le danger que représente la propagation du djihadisme en Afrique, si elle n’adopte pas une stratégie globale et efficace pour éradiquer ce fléau", les  "plaies ouvertes dans la zone saharienne, en Afrique centrale et australe, continueront à se métastaser jusqu’à faire jonction pour devenir une menace réelle pour la paix et la sécurité internationale".

    Qui donne des uniformes de Fardc aux soi-disant ADF ? Qui ne sait pas que les Fardc sont infiltrées et font face aux ennemis de l'intérieur ? Pourquoi n'avoir pas fermer les frontières de l'Est avant de déclencher l'état de siège, dont tous les Congolais savent que c'est un gros fiasco ? Tshilombo a fait un discours que ses décideurs aiment bien entendre, mais n'a rien avoir avec les réalités du terrain. 

    Dans une interview accordée le mardi 18 mai à RFI et France 24, Paul Kagame, le dictateur Rwandais avait affirmé qu’"il n’y a pas eu de crimes en RDC. Absolument pas. C’est la théorie du double génocide qui est à l’œuvre. " Et accuser Denis Mukwege d'être « un outil de forces que l’on ne voit pas » est plus qu'une méprise, c'est un déni !

     

    roger-lumbala

     

    C'est du haut de la tribune de l'ONU, devant les diplomates internationaux, que Tshilombo Tshintuntu devrait répondre à Paul Kagmé: Que le Dr. Denis Mukwege est une fierté nationale congolaise, africaine et mondiale, que le rapport Mapping est Onusien et non congolais car il a été élaboré par des experts des Nations Unies sur les  crimes commis entre 1993 et 2003 dans l’est de la RDC. Que les crimes sont imprescriptibles. Et remercier la France d'avoir commencé par un exemple avec l'arrestation de Roger Lumbala.

    Le rapport Mapping sert de base à une procédure judiciaire pour le parquet antiterroriste français. Arrêté à Paris le 29 décembre 2020, criminel et seigneur de guerre, Roger Lumbala est mis en examen pour "participation à un groupement formé en vue de la préparation de crimes contre l’humanité" et "complicité de crimes contre l’humanité"

    Le rapport Mapping, publié par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme en 2010, recense par ordre chronologique et par province 617 « incidents », des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et de possibles crimes de génocide commis entre 1993 et 2003. Cette période couvre les deux guerres de la RDC, qui avaient impliqué jusqu’à neuf armées étrangères, dont les troupes rwandaises.

    Lire la suite

  • RDC: Angwalima Al Capone congolais du début des années indépendances dans "Congolia"!

    RDC: Angwalima Al Capone congolais du début des années indépendances dans Congolia!

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

    freddy-mulongo-congolais-independances

     

    Tout voleur patenté au Congo-démocratique est appelé "Angwalima" ! Jean Angwalima n'a jamais commis de meurtre et ne s'est jamais enrichi de ses trophées. Il fut le grand voleur à l'ascension de la République démocratique du Congo à son indépendance. Il a fait des énormes dégâts. C'est le voleur qualifié ou le cambrioleur qui a le plus défrayé les chroniques durant les années 1960 à Kinshasa, voire à travers toute la RDC. Tout Kinshasa connaissait les prouesses du redoutable voleur Angwalima. La presse en parlait. Il était devenu le client de la prison centrale de Makala, d'où il s'évadait souvent, avant de reprendre de plus belle son activité (vol). Ses victimes se recrutaient parmi la nouvelle classe  aisée habitant Kalina (Gombe). Certaines rumeurs laissaient entendre qu'il aurait même réussi à voler plusieurs fois à la résidence de l'ancien président Kasa-Vubu. Angwalima personnalisait tellement le vol au point où, à une certaine époque, son nom signifiait un voleur. Comme de coutume dans la société africaine, l'opinion associait ses exploits à un certains pouvoirs maléfiques. Son génie  et ses gris-gris s’émoussant avec l’âge, Angwalima passera plusieurs années dans la prison de Luzumu dans l'actuel province du Kongo central, avant d’être gracié par le Maréchal Mobutu Sese Seko, puis, installé comme fermier dans cette province. Il est mort dans l’anonymat à la fin des années 90.

    Les Américains ont eu leurs Frères Dalton, Al Capone, Bonnie and Clyde; les Français leur Arsène Lupin. Les Italiens leur Toto Riina et la Mafia. Les Anglais leur Jack l’Eventreur, Dr Jekyll and Mr Hyde. Les Orientaux leurs Quarante Voleurs des Mille et une nuits, les Japonais leurs Yakuza ; Hong Kong ses Triades aux mains dégoulinant de sang dans un monde fait de drogue, de crimes, de mort.

     

    freddy-mulongo-congolia

    Ngimbi Kalumvueziko est Congolais. Détenteur d'une licence en économie à l'Université de Kinshasa (1973), il a travaillé pendant une quinzaine d'années dans différents organismes gouvernementaux de son pays avant d'exercer (1989) les fonctions de Ministre- Conseiller chargé des affaires économiques et commerciales à l'Ambassade de la République Démocratique du Congo à Washington, DC.

    Kalumvueziko Ngimbi est auteur d'ouvrages d'histoire politique sur la République Démocratique du Congo. Il est ambassadeur de bonne volonté de l'état d'Arkansas et citoyen d'honneur de la ville de Durham, North Carolina, États-Unis. Vivre dans le présent tout en sachant qu’on a un passé, des histoires, des souvenirs et des chants, qu’on peut se raconter d’une manière confortable, c’est ce que révèle en abondance ce livre du congolais Ngimbi Kalumvueziko. Un livre très important qui nous enseigne aussi comment se souvenir en permanence de tout sans oublier ce qui nous rend disponibles à l’innovation, aux pensées nouvelles.

    « Congolia » regroupe donc  des récits inédits d’évènements et de personnages importants de l’histoire de la République démocratique du Congo (RDC), des souvenirs personnels de l’auteur en relation avec certains événements historiques vécus et des histoires oubliées de l’histoire de la RDC. La musique y tient aussi une place importante. N’accompagne-t-elle pas la marche du pays depuis l’indépendance, avec la chanson culte Indépendance Cha Cha ?

    Congolia : ANGWALIMA, l'Al Capone congolais des premières années de l'Indépendance

    Angwalima, c'est le terme passé dans le jargon kinois pour désigner le grand voleur, pas toujours violent, mais opérant avec intelligence et une très grande ruse. Jean Angwalima c'est pourtant le nom d'un personnage réel rendu célèbre à Léopoldville (Kinshasa) dans les années qui ont suivi l'indépendance, à cause de ses nombreux exploits de vol et brigandage. Les récits de ses exploits étaient répandus dans la Ville, créant une véritable légende autour du personnage. On lui attribuait des pouvoirs surnaturels pouvant le rendre invisible, la capacité d'hypnotiser ses proies et même de mystérieuses connaissances pour déverrouiller les serrures les plus sûres, et ouvrir les coffre-forts les plus sécurisés.


    Angwalima opérait dans les quartiers huppés de la Ville (Kalina, Limeté, Mont Stanley, Ma Campagne) habités par la nouvelle bourgeoisie autochtone qui venait de remplacer les "colons flamands". C'est peut-être la cause de l'admiration et de la sympathie à peine voilées que lui vouait le "petit peuple". Les "petites gens" de Léopoldville suivaient ainsi avec une délectation malicieuse la chronique de ses multiples arrestations  toujours suivies d'évasions spectaculaires de la prison de Makala.
    Son aura grandit et sa réputation de personnage insaisissable se confirma quand des bruits non vérifiés s'étaient répandus sur l'inimaginable exploit qu'il a réalisé en cambriolant la résidence du Chef de l'état, le président Kasavubu ! Certes,  celle-ci n'était pas aussi gardée comme l'est aujourd'hui la résidence du Chef de l'état congolais, mais tout de même....


    Comme s'il en avait eu assez avec le cambriolage, Angwalima s'associa avec une bande de malfaiteurs, des voleurs à mains armées qui opéraient dans les zones périphériques de Léopoldville. Il fut arrêté avec ses complices, à la suite du meurtre d'une femme blanche, propriétaire d'une ferme dans les environs de Kasangulu. Le chef de bande, un certain Ngabidila, fut condamné à mort et exécuté en public par  pendaison à l'endroit où se trouvait la cage du lion de Mobutu à la montée de la route vers le Mont Ngaliema. Il se disait que Ngabidila n'avait pas été épargné, personne n'étant intervenu en sa faveur. C'était un pauvre réfugié angolais et le parfait bouc émissaire trouvé pour donner l'exemple. Angwalima, également condamné à mort avait vu sa peine commuée en emprisonnement à perpétuité. Des officiers supérieurs de l'armée, originaires de la même province que lui, l'Equateur, auraient exercé de fortes pressions sur Kasavubu pour obtenir sa grâce.


    Angwalima sera envoyé à la prison de Luzumu dans le Kongo Central d'où il sortira dans les années 1970 pour s'installer à Bana, un village "modernisé" à l'époque coloniale dans le cadre du programme appelé "Paysannat". Ses traces ont disparu dans les années 1990, après son retour à Kinshasa comme..... prédicateur ! Comme quoi les voies du Seigneur sont impénétrables !
    Signalons enfin que les échos de ses exploits Angwalima avaient traversé l'Atlantique pour atteindre les États-Unis où le célèbre quotidien "The New York Times" lui a consacré un article, le comparant à Al Capone, le célèbre "gangster" des années de Prohibition.

    Lire la suite

  • RDC: Mains noires et visages bruns, des "Cardinaux Tshokoïstes" de Binzambi Nzambi!

    RDC:  Mains noires et visages bruns, des "Cardinaux Tshokoïstes" de  Binzambi Nzambi !

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

     

    freddy-mulongo-pasteur-kayomba

     

    Mille mille fois chapeau bas, à l'ancêtre incarné Kitobo Kayumba Ngoy, l'homme de la réunification  des églises  des noirs africains  et d'autres pasteurs-prophètes des églises noires africaines, qui ont leurs propres tenues et rites liturgiques. Ils enseignent au peuple de Dieu leur reconnexion avec leurs ancêtres. Ils réveillent la conscience de l'homme noir enfermé, enchaîné et aident les africains à se libérer de leurs aliénations mentales, spirituelles et sociales.  Ils méritent plus de respects et considérations, que ceux qui se cachent sous la Bible et pillent la conscience collective: "Vous les connaîtrez par leurs œuvres" !

     

    fb-img-1628657811166

     

     

    En République démocratique du Congo, le ridicule ne tue pas ! Les églises de "Réveil" ont  maintenant des cardinaux par mimétisme de l'église catholique romaine qu'ils pourfendent matin, midi et soir. Ces cardinaux Tshokoïstes ont les mains noires et visages bruns. Les églises d'endormissement qui n'ont jamais "Réveillé" personne avaient déjà des archibishops, bishops, évêques...si elles sont de la branche protestante n'est-ce pas la Sola Scriptura suffit-elle ? N'est-ce pas la génèse même de la Réforme?  Dans l'église catholique romaine, c'est le pape, remplaçant de l'apôtre Pierre, qui sacre des cardinaux. Et dans les Binzambi Nzambi congolais qui sacre qui ? Pourquoi cette course aux titres ecclésiastiques piqués chez les autres ? 

    Depuis plus de trois semaines, pour la désignation du président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), l'institution fabricante des hold-up électoraux, faux résultats électoraux, nominations électorales... une lutte de positionnement s'est ancrée au sein des confessions religieuses qui doivent désigner le futur président de la CENI. Dodo Kamba, le fameux président des églises de réveil au Congo,  proche du pouvoir usurpé de Tshilombo,  fait partie de 6 personnalités corrompues de confessions religieuses sur 8, qui ont reçu des jeeps et une enveloppe de 75.000 dollars chacun pour désigner Denis Kadima, président de la CENI et choix du régime. Pour le moment deux confessions résistent encore: l'église catholique romaine et l'église du Christ au Congo qui regroupe 62 communautés protestantes.  Vont-ils résister jusqu'à quand ? Tshilombo veut son candidat Denis Kadima pour rempiler frauduleusement avec le chaos qui va s'en suivre.  Pour prétendre avoir du poids, Dodo Kamba, l'homme de Tshilombo a sacré ses cardinaux et évêques, par mimétisme à l'église catholique romaine.  

     

    fb-img-1628666510386

     

    Normalement, les églises de "Réveil" réveillent une foi assouplie, routinière et affadie. Qu'en est-il dans un pays, où chaque rue a 4 à 5 églisettes ou des chrétiens prient et crient, chaque dimanche, sans aucune amélioration ? Quels les apports des églises de Réveil dans le développement de la République démocratique du Congo ? Les églises sont des ligablos où seuls les pasteurs sont riches. Leurs résidences, véhicules et congés sont payés par des fidèles pauvres, appauvris et paupérisés.

    Mobutu Sese Seko était visionnaire en dénonçant les Binzambi Nzambi dans un meeting politique à Kinshasa-Kinkole.  

     

    La prophétie de Mobutu Sese Seko sur les églises du réveil du Congo et le tribalisme © congosynthese

     

    Les Congolais doivent vraiment se réveiller avant qu'il ne soit trop tard. Les églisettes de Réveil n'apporte rien au Congo ! 

    Lire la suite

  • Vita Kimpa: Mama Océan, vaillante et résistante pour la Libération de la RDC !

    Vita Kimpa: Mama Océan, vaillante et résistante pour la Libération de la RDC !

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

     

    freddy-mulongo-mama-ocean

     

    Mama Océan excelle, sur les réseaux sociaux, dans l'éveil de la résistance patriotique de ses compatriotes. Elle est sur terrain à Kinshasa avec tous les risques sur sa sécurité personnelle et celle de sa famille. Elle se prive de tout pour mener son combat de libération. Mama Océan a perdu sa fille de 16 ans par assassinat, son fils a eu ses testicules frôlées par des balles. Il a arrêté ses études en troisième graduat par manque des moyens. Et pourtant tout le monde clame que la RDC est un scandale géologiques. A qui profitent les ressources du Congo ?

     

    freddy-mulongo-mama-ocean-1

     

    Mener le peuple congolais en bourrique, l'endormir alors qu'il doit être éveillé voire réveillé est insupportable pour Mama Océan Vaillante, avec un courage inouï et culotté, qui manque aux mangéristes politicailleurs, ventriotes et profito-situationniste congolais qui écument la classe politique congolaise, Mama Océan mène la guerre contre l'occupation en République démocratique du Congo. Pas avec une Kalachnikov ou un Tomahwak, mais simplement et uniquement avec des  paroles libératrices avec son micro et sa caméra.  

    C'est la force de destin ! Alors qu'elle était déjà partie pour ne plus revenir. La force de l'amour de la patrie s'est ancrée bizarrement en elle. En 2017, à Dungu, en Angola, Mama Océan a écouté le grand discours de Mobutu qui pris la défense de l'Afrique, aux Nations Unies en 1974. Il s'était mis à dos les occidentaux.  

    Mobutu a tenu un discours mémorable. Resté aujourd’hui dans la liste élogieuse des plus grands discours du XXe siècle. Quelques extraits:

    « On ne peut non plus justifier l’appellation de « tiers-monde » sous l’angle géographique ni sous l’angle des populations, car le tiers-Monde ne constitue pas le 1/3 de l’humanité mais plutôt les 2/3″, « le terme de « tiers-Monde » s’accompagne d’une idée de mépris. Par conséquent, cette appellation est surannée. Pour les gens qui l’ont inventé, il existe des pays qui forment le Bloc de ce qu’on appelle l’Ouest et les autres qui forment le Club de ce qu’on appelle l’Est. En dehors de ceux-là, on met tous les autres dans le même panier sous le vocable de « tiers-Monde ». Le mépris qu’éprouvent certains pays colonialistes ne s’arrête pas là, car ils avaient commencé par appeler les pays dits du tiers Monde : « pays arriérés ! »

     

    freddy-mulongo-mama-ocean-2

     

    « Au Zaïre, nous nous demandons ce que signifie exactement le développement. Peut-on appeler « Pays Développés », des pays qui possèdent un nombre impressionnant de voitures, qui construisent des milliers de kilomètres d’autoroutes, qui polluent les eaux, les mers et l’air ? Faut-il appeler « Pays Sous-Développés », ceux dont les habitants sont pauvres, certes, mais équilibrés ? Où l’on compte moins de cas de suicides ? Où il y a moins de meurtres, et moins de déséquilibrés et de sadiques ? Je vous avoue que je n’ai jamais considéré le Zaïre, mon pays, comme sous-développé. Car mon peuple est discipliné, travailleur, digne et fort. Alors que les pays qui se disent développés sont le théâtre de désordres sociaux, de grèves sauvages. C’est pourquoi nous préférons au terme de « développement » celui « d’équipement ». »

    « Le monde se divise en deux camps : les dominés et les dominateurs, les exploités et les exploiteurs. Les pays pauvres ne le sont pas par incapacité congénitale, ils le sont par suite de l’histoire, qui a fait que certains pays ont dominés, exploités et pillés d’autres pour s’enrichir. Quand le riche devient toujours plus riche, et c’est de la logique mathématique, quand le riche exploite le pauvre, le riche devient de plus en plus riche, et le pauvre, de plus en plus pauvre…

     

    freddy-mulongo-mama-ocean-3

     

    De Dungu en Angola, Mama Océan a marché jusqu'à Tshikapa, en passant par Kamonia: 150 Km à pied ! Malgré ses blessures aux pieds et la fatigue, elle était déterminée à rentrer à Kinshasa, abandonnant l'espoir d'une vie meilleure ailleurs qu'au Congo. Elle avait fait le droit, elle va s'inscrire à l'UPN en communication. Elle veut communiquer mais pas n''importe quelle communication. Mama Océan veut que les Congolais prennent conscience de la grandeur du Congo. Comment faire ? Elle pense faire des émissions sur le développement du Congo. Très vite, Mama Océan se rend compte que ce n'est pas ça. C'est l'amour de la patrie qu'il convient. Dans sa débrouillardise, elle trouve un ami qui lui crée sa chaîne Youtube ! Elle se perfectionne. Avec des moyens de bords, sans soutien au pays, avec l'aide de quelques Congolais de la diaspora, elle affûte sa mission: contribuer à la libération du pays de l'occupation. L'océan a cette capacité de rejeter les déchets en son sein. Mama Océan  de la presse congolaise rejette les impostures et usurpations de la classe politique congolaise. Elle est couverte de l'esprit libérateur de Mvulunzi Kimbangu Diantungunua. Mama Océan brave tous les dangers, elle ne recule devant rien. Animatrice reconnue, elle passe incongnito. Sa vie ne tient qu'à sa vigilance quotidienne. Elle s'est donnée des règles de vie pour continuer de vivre dans un environnement hostile.  Mama Océan a beaucoup perdu dans ce combat de libération. Elle n'a jamais baissé les bras. 

    Lire la suite

  • RDC : La république Luba tribale et tribalisée de Tshilombo va se fracasser!

    RDC : La république Luba tribale et tribalisée de Tshilombo va se fracasser!

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

     

    freddy-mulongo-tshitshilombo

     

    "Bokomesana" clamaient avec vigueur ses Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques et wewa à tous les compatriotes, qui dénonçaient les dérives du régime tshilombien. Le peuple congolais "Aboyi Komesana" ! Conséquence Tshilombo Nabuchodonosor se comporte en dictateur impénitent. Alias Kabila avait les Etats-Unis et l'Union européenne avec lui. Il a dégagé. Tshilombo n'a que Mike Hammer, l'ambassadeur Etasunien et les Baluba avec lui, va-t-il vraiment tenir ?

    Chasser le naturel, il revient toujours au galop. Ancien pizzaman à Bruxelles, habitué à enfariner ses clients, Tshilombo "Muana Ya Mboka Ya Moyibi", son hold-up de 2018 ne suffit plus. Il ne prépare les élections pas mais la fraude électorale. En République démocratique du Congo, nous sommes entrain d'assister  aux derniers soubresauts d'un régime tribaliste agonisant. Une véritable autodestruction d'un pouvoir acquis, par un odieux deal "Coop" contre le peuple congolais, sur un plateau d'or par des énergumènes écervelés n'ayant jamais été préparés pour la gestion de la respublica.  Avec Tshilombo, le Congo est divisé en deux parties: Les Luba Kasaïens d'un côté et les autres Congolais. Aux premiers tous les privilèges de la république, aux autres brimades, arrestations arbitraires et prisons...Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba se prépare à une fraude électorale pour 2023.  Le salopiot ne veut pas organiser les élections mais il y sera contraint. Le pouvoir usurpé de Tshilombo l'enivre, le rend sourd et aveugle. C'est pour un enrichissement personnel que l'ancien pizzaïolo de Bruxelles a volé le pouvoir du peuple congolais.  


    Tshilombo a positionné ses hommes et femmes  de confiance dans les principales institutions de la République, tous des Baluba pour mieux tricher. L'imposteur, usurpateur et voleur de destin du peuple congolais, Tshintuntu est entrain de casser la cohésion nationale, par son tribalisme exacerbé.  Le « Tout sauf Joseph Kabila » de 2018 se transformera en « Tout sauf Félix Tshisekedi » en 2023.  Son pouvoir tribal est son boulet. Plus, en procédant uniquement et prioritairement à des nominations tribale  et tribaliste des compatriotes de son clan, en se comportant en chef de bande,  en flirtant avec les bourreaux du peuple congolais, en s'enrichissant illicitement lui et sa famille, en laissant ses inciviques partisans de l'Udps, parti familial des Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques et Wewa, faire n’importe quoi dans le pays: injurier tout le monde, profaner des églises... Tshilombo  a semé l'animosité dans les cœurs et les esprits de tous les Congolais. Un fruit ne tombe de l'arbre que quand il est mûr, mais devant l'ouragan et la tempête de l'histoire, mûr ou pas mûr, il tombe quand même. Tshilombo récoltera ce qu'il a semé au Congo: division, tribalisme, népotisme, favoritisme, deals et Coops !

     

    Réveil-FM : Compatriote Luba s'insurge contre le tribalisme exacerbé de Tshilombo Tshintuntu ! © Afas Infos

     

    Le balkanisateur Tshilombo remplit sa mission: légaliser l'occupation, tribaliser le Congo pour mieux le casser. La justice vampirisée par des juges tribaux, tribalisés et tribalistes est une atteinte flagrante d'un Etat de droit. Les Congolais subissent des arrestations arbitraires, tandis que  les insulteurs de l'Udps se pavanent allégrement. L'état de droit made in Tshilombo est une escroquerie monumentale. Des checkuleurs, faussaires, bandits, criminels  font la loi au Congo. Il suffit d'être Luba Kasaïen, on jouit de l'impunité.  La montée en puissance des exaspérations à l’égard de nos compatriotes Luba Kasïens risque de plonger le pays dans une terrible situation d’instabilité, d'affrontements ethniques voire de guerre civile. 

     Berry MUEKATONE @Bmueka. Malonda a été récusé par l'église catholique, aucune église n'a été vandalisée dans le Bas-Congo et personne n'a parlé du motif tribal pour son éviction. Qu'ils continuent dans cette fuite en avant suicidaire. "Il suffit d'une étincelle pour mettre le feu à la plaine"

    Image

     Berry MUEKATONE @Bmueka. Ce groupuscule tribal croit détenir le monopole de la violence en RDC. Il arrivera un moment où personne ne pourra contrôler la situation. De provocation en provocation, ils vont réveiller la bête immonde. Il est temps d'arrêter les frais, car l'exaspération est à son comble.

     David ZIRIRANE BAHATI @BAHATI99731153. Le silence radio des autorités m'inquiète. J'ai comme l'impression qu'elles tirent profit de cette montée du tribalisme qui fragile déjà la cohésion nationale. L'Église catholique paie déjà le prix. On dispose que des jeeps et l'argent pr la corruption.

     Olival@RDC @OlivalDRC. Ils avaient procédé de la même façon au Katanga, faisant fi du vivre ensemble et versant dans les provocations. Les conséquences, nous tous on les connaît. Là ils sont entrain de faire la même erreur mais sur le plan national maintenant. Attention au retour de la manivelle.

     Berry MUEKATONE @Bmueka. Après avoir insulté copieusement le Cardinal Ambongo et l'église catholique, l'ancien vendeur d'essence à la sauvette joue le pompier pyromane en houspillant ses adeptes saccageurs de Mbuji-Maji et ceux qui ont assiégé le bureau du cardinal à Kin. " Qui s'explique s'accuse "Image

     ETAT DE DROIT @ETATDEDROIT6. Bien que tout le monde a un passé mais tout le monde n'a pas commencé sa vie en vendant de l'essence. Il fut vendeur du carburant communément appelé Kaddafi et son intelligence s'évapore souvent comme de l'essence...

     Le ChacalKISSINGERenragé @Lechacalenrage. Un vendeur d'essence et un poseur d'hydroquinone, voilà l'UDPS après Étienne...

     Kiambi @Gillain_Kiambi. Quand les kulunas arrivent au pouvoir en volant la volonté du peuple... Voici le résultat !!!

    Lire la suite

  • Etats-Unis: Papy Vuvu Mulongo "Du Kongo-Central, mon nom Mulongo vient du Katanga"!

    Etats-Unis: Papy Vuvu Mulongo "Du Kongo-Central, mon nom Mulongo vient du Katanga"!

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

     

    freddy-mulongo-papy-vuvu

     

    Je suis un AS de l'informatique. Je vis en Caroline du Nord aux Etats-Unis avec toute ma famille. En 1993, mes parents sont décédés. J'étais un garçon de 12 ans vivant au Zaïre devenu la République démocratique du Congo.  L'ami de mon père, papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila, dont je portais le nom depuis m'a naissance,  m'a recueilli et pris sous sa protection. J'ai passé ma vie dans sa famille et j'ai découvert à quel point cet homme était Grand avec son bel âme.  Il m'a inspiré et a influencé  toute ma vie. Il  est toujours mon mentor. 

     

    freddy-mulongo-papy-vuvu-2

     

    C'est  en 1979, que mon papa Vuvu a rencontré à l'église de la Communauté Evangélique de l'Alliance au Congo-CEAC,  l'une des communautés protestantes de l'Eglise du Christ au Congo, l'un de son frère de foi, qui deviendra l'un de ses meilleurs amis.  Je suis né à l' époque de leur amitié. J'aimerais ici spécifié la raison de mon attachement à papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila.  Maman Marie, ma mere est l'une de cause de ce grand attachement:  tout petit elle ne cessait de m'appeler par  différents noms que je ne comprenais pas l'origine "Elie", "Richard", "Mulongo". Elle ne cessait de me répéter: "Tu sais que toi tu es un muswahili et ton Ndoyi dont tu portes le nom est du Shaba -Katanga aujourd'hui.  A  chaque fois, que Maman Marie me disait que ton Ndoyi va passer à la maison, c'était pour moi, une journée de fête, un jour d'anniversaire, puisque Papa Elie-Richard me gâtait avec des cadeaux, de l'argent...au point de me faire envier par les autres enfants. 

     

    freddy-mulongo-papa-elie-mulongo-nkulu-1-1

     

    Ma mère me répétait tout le temps que papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila  était mon thésaurus, en langue locale s'appelle Ndoyi ! En 1993, mon père et ma mère sont décédés.  Papa Elie-Richard Mulongo m'a amené dans sa famille, après avoir parlé avec ma famille parentale, pour lui je n'étais pas un un enfant adopté, j'étais l'un de ses fils. J'ai vécu sans discrimination dans la famille Mulongo. J'étais l'enfant de la maison au même titre que les autres. 

    Homme d'affaires, en 1996, papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila a perdu son entreprise après une manifestation politique qui a conduit au pillage.  1997-1998 a été une période de vache maigre. L'intelligence aide à se reconstruire. J'ai vu comme papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila a mis en place, la Coopérative d'Epargne et de Crédit pour l'investissement-la Coopéci.  J'étais très jeune mais lorsque  j'ai eu 16 ans, il a commencé à travailler avec moi et m'a mis en route pour l'aider à reconstruire une partie de son entreprise. Il a dû travailler avec moi. Il m'a demandé de gérer sa ferme de Mont-Ngafula.  Je partageais mon temps entre l'école et son entreprise.  Il m'a appris à faire un budget, des feuilles de stock et la gestion. C'est moi qui payais papa Maya, l'employé de la ferme. En 1998, ses affaires sont devenues très fructueuses: il est redevenu un homme puissant, et il m'a gardé près de lui tout ce temps. Papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila me disait : "Tu étais là quand j'ai tout perdu, tu resteras avec moi parce que je sais que peu importe ce qui peut encore arriver, j'aurais besoin de quelqu'un qui sera toujours autour de moi". Trois de ses phrases que j'ai gardées à l'esprit sont: "Travaillez dur pour tout obtenir par vous-même et soyez fier de ce que vous gagnez honnêtement, peu importe qu'il soit grand ou petit". "Ne comptez pas sur quelque chose qui ne vous appartient pas.", "L'argent vit dans le cerveau, ils peuvent tout vous voler mais jamais ils ne voleront votre cerveau."

     

    freddy-mulongo-elie-mulongo-nkulu

     

    Papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila est devenu plus que mon père biologique, il m'a fait confiance.  Nous passions  la plupart du temps dans la voiture,  du travail à la maison.  Dans cette  Mercedes bleue appelée Trapèze,  il s'ouvrait est vraiment ouvert à moi comme un ami me racontant parfois des choses. Nous parlions de tout: mariage, femme et argent. J'ai été surtout  impressionné par sa façon de donner aux pauvres, précaires et gagne-petit, sans aucune condescendance de sa part. C'est ce qui m'a inspiré à adopter aujourd'hui de nombreux enfants et à aider la plupart d'entre eux.

    En 2001, Papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila est mort en Afrique du sud. Son corps a été rapatrier à Kinshasa où il est enterré au cimetière de la Gombe. Sa disparition, fut un double choc pour moi. Je n''avais que 22 ans, et n'était qu'un  étudiant. Je suis allé de l'avant avec tout ce que j'ai appris de lui comme comment démarrer une entreprise à partir de rien et comment négocier. Il m'a appris à démarrer et mener une négociation pour la gagner, sans y laisser des plumes. Papa Elie-Richard Mulongo-Nkulu wa Kabila a fait de moi un self-made man.

     

    freddy-mulongo-papy-vuvu-1

     

    Cet homme est le seul Monsieur  qui  me manque la plupart du temps dans ma vie. Son nom m'est attaché et je sens le son de sa voix me guider, la plupart du temps, lorsque j'ai besoin de prendre une décision importante. Pour garder le nom de ce grand homme pour toujours, j'ai donné à tous mes enfants le nom de MULONGO, j'aimerais qu'il soit encore une fois autour de moi pour lui faire voir à quel point je suivais ce qu'il me disait tout le temps.

    Le tribalisme s'exacerbe en République démocratique du Congo. Pour moi, les tribalistes  sont des lâches. N'est pas considéré un autre être humain comme soi-même est  pire que du racisme. Nous sommes tous  dans un même pays, nous avons la même couleur de la peau, le même couleur de sang rouge rouge qui coule dans nos veines...détestez les autres parce qu'ils ne sont de votre tribu est odieux. 

     Papa Elie-Richard Mulongo Nkulu wa Kabila est un exemple d'un bon chrétien et d'un bon citoyen,. Je suis fier de faire partie de sa famille et de pérenniser son nom. La preuve: jusqu'au jour de mon mariage civile,  je ne connaissais même pas la tribu de mon actuelle épouse. Nous avons vécu  plus de 2 ans d'amitié et  fiançailles. La  tribu pour  moi ne me dit absolument rien. Je vis aux Etats-Unis, je me suis intégré par ma mes compétences et valeurs démocratiques que la majorité des américains respectent. Les Etats-Unis, c'est le pays du melting-pot culturel des gens de toutes les origines. 

    Lire la suite

  • RDC: Pas d'élections en 2023 ! Piège à cons de Tshilombo, l'imposteur !

    RDC: Pas d'élections en 2023 ! Piège à cons de Tshilombo, l'imposteur !

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

     

    freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-147-5

     

    Qui peut croire aux élections en RDC ? 2023 est un chiffon rouge brandit par des politicailleurs-ventriotes pour mieux consolider l'occupation. Dans un pays occupé, on ne va jamais aux élections. Et Tshilombo se prépare à son second hold-up électoral ! Sauf pour des naïfs, Tshilombo Tshintuntu Tshifueba boutique tout. L'imposteur-usurpateur et ennemi du peuple congolais sait qu'il ne peut même pas obtenir 1% des voix. Tshilombo est une calamité pour le Congo. Il veut rempiler avec quel bilan ? Ses voyages alambiqués payés par le trésor public ? Ses alliances avec les bourreaux du peuple congolais ? Ses signatures et accords pour mieux piller les ressources de la RDC ? Ses insultes à l'égard de la diaspora patriotiques: Ba KombatNtaba, Ba Nyangalakata, Ba Ndoki...Tshilombo, traître et collabo, est candidat dans sa tête. Son ambition de néocoloniser le Congo va finir par se dégonfler. Ses fouberies d'un bonhomme qui ne connait jamais rien vont le rattraper. 

    Fraudes électorales, fabrication de faux résultats électoraux, hold-up électoraux ont émaillé les élections de 2006, 2011 et celles de 2018. Les élections permettent au peuple de se choisirent ses dirigeants. En République démocratique du Congo, les élections sont devenues un piège à cons. Le peuple vote et c'est le pantin-placebo qui est nommé. La nomination électorale de Tshilombo avec ses 15% est une abomination contre tous ceux qui croient à la démocratie.

    Voleur de destin de tout un peuple, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba est le plus nullard des acteurs politiques du Congo depuis son indépendance. Il est le plus grand tribaliste au Congo. Incompétent, ignare et incapacitaire, Tshilombo est l'ambassadeur de l'occupation au Congo. 

     

    ob-f1f255-freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-51-1

     

    Impopulaire même dans le Grand Kasaï, Tshilombo sait que personne ne votera pour lui. Il ne peut gagner sans une alliance avec les autres. Quel politicailleur croit encore à Tshilombo, un individu qui ne respecte jamais sa parole, renie sa signature, balance des clous sur le chemin de ses alliés...Ses Talibans partisans et Tribalo-Ethnique sont des sauvageons jamais interpellés ni inquiétés. Ses nominations tribales exaspèrent. Ses juges tribaux, tribalistes et tribalisés caporalisent l'appareil judiciaire. Le Congo est revenu à l'époque moyenâgeuse: sans eau, sans électricité, sans transports publics, les denrées alimentaires prennent l'ascenseur...le pantin dédouane les bourreaux du peuple congolais de leurs crimes au Congo.

    Vadrouilleur impénitent, le joufflu adore voyager inutilement sans se préoccuper de l'impact de ses coûteux voyages sur le quotidien du Congolais. 

    Lire la suite

  • Après la CPI: L.Gbagbo, fin politique est plus grand que JP Bemba, affairo-politique!

    Après la CPI: Laurent Gbagbo, fin politique est plus grand que Jean-Pierre Bemba, affairo-politique!

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

    freddy-mulongo-gbagbo

     

    C'est à bord d'un vol régulier en provenance de Bruxelles qui a atterri à 15h45, que Laurent Gbagbo, 76 ans,  est arrivé à Abidjan en Côte d'Ivoire. L'ex-président Ivoirien de 2000 à 2010 a été accueilli au pavillon présidentiel de l'aéroport international Félix Houphouët Boigny d’Abidjan. 

    "Je suis arrivé avec les yeux en larmes parce que je n’étais pas là quand ma maman est décédée. Je n’ai pas été là pour l’honorer une dernière fois. Sans elle, je ne serais pas Docteur (en histoire, Ndlr) et président de la République. Sangaré a organisé les funérailles de ma mère. Je demanderai au SG (Assoa Adou, secrétaire général du FPI, Ndlr) de me donner quelques jours pour pleurer les morts", a-t-il déclaré.

     

    freddy-mulongo-gbagbo-1

     

    Ambiance rythmée, liesse populaire, T-shirts et tissus à l'effigie de Gbagbo, l'emblématique opposant à Félix Houphouët Boigny. Son absence n’a pas érodé sa popularité dans son camp. Les habitants de Mama (centre-ouest), son village natal, ont commencé dès dimanche à fêter son retour. « Je suis Gbagbo ou rien. Sans Gbagbo, pas de réconciliation. On a prié pour qu’il revienne. Dieu merci, il revient vivant. On est prêt pour l’accueillir » ! 

    Jeudi 17 juin 2021 marque le retour de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire après dix ans d’absence au pays. Définitivement acquitté par la CPI le 31 mars dernier, l’ancien président ivoirien a été accueilli par des milliers d’Ivoiriens et sympathisants. Laurent Gbagbo est et demeure l'un des acteurs majeurs depuis plus de 30 ans. Alassane Ouattara a validé son retour le 7 avril 2021. Fin 2020, la Côte d'Ivoire lui avait déjà attribué ses deux passeports: ordinaire et diplomatique. 

    "Selon la loi du 16 juin 2005 relative aux statuts d'anciens présidents, Laurent Gbagbo devrait bénéficier d'une allocation viagère d'un peu moins de 10 millions de francs CFA par mois (soit plus de 15 000 euros). À quoi il faut ajouter une indemnité contributive de logement ainsi que la prise en charge des frais d'eau, d'électricité et de téléphone, dont les montants sont fixés dans la loi de finances et payés sur le budget de la présidence. L'ancien président de la République bénéficie également d'avantages en nature comme un service de sécurité de dix agents, sous l'autorité d'un aide de camp, officier supérieur des Forces armées de Côte d'Ivoire (FACI) ou de la gendarmerie nationale. Il pourra bénéficier d'un cabinet, trois chauffeurs pour trois véhicules, un personnel domestique, une couverture médicale..."

     

    freddy-mulongo-bemba

    Jean-Pierre Bemba avait été condamné le 21 mars 2016 de crimes de guerre (meurtre, viol) et de crimes contre l’humanité (meurtre, viol et pillages) par les juges de la CPI, en application de l’article 28 du statut de Rome sur la responsabilité des chefs militaires et autres supérieurs hiérarchiques. Un mois plus tard, la peine était rendue : 18 ans d’emprisonnement. Pour la chambre de première instance III, l’ancien vice-président congolais avait connaissance des exactions commises par ses troupes envoyées en Centrafrique soutenir le président Ange-Félix Patassé, et n’avait pas pris « toutes les mesures nécessaires et raisonnables qui étaient en son pouvoir pour en empêcher ou en réprimer l’exécution ou pour en référer aux autorités compétentes aux fins d’enquête et de poursuites (art. 28). ».

    En prison à la CPI, Jean-Pierre Bemba avait presque abandonné la politique. Bemba était devenu le "Picasso congolais". Il peignait ses tableaux, faisait ses pots en poterie. 

     

    freddy-mulongo-bemba-1

     

    Le 8 juin 2018, Jean-Pierre Bemba a été acquitté par la Cour Pénale Internationale (CPI). L'homme qui a accepté l'inacceptable n'a jamais pris la peine de remercier le peuple congolais qui l'a soutenu. Après 11 ans d'absence dont 10 passés dans une prison de la CPI à La Haye,  Jean-Pierre Bemba était de retour en République démocratique du Congo. Le fameux politicard avait atterri à 9h25 à l’aéroport international de N'djili à Kinshasa le mercredi 1er août 2018. A sa descente du jet privé qui l’a ramené de Bruxelles à Kinshasa, pas un mot de remerciement au peuple congolais qui l'a toujours soutenu. Arrogant et seigneur de guerre, JP Bemba a un mépris pour notre peuple qu'il considère que ce dernier lui doit tout. 

    A son retour à Kinshasa, le régime d'Alias Kabila lui a refusé d'aller dans la résidence familiale à  La Gombé. Jean-Pierre Bemba avait passé la nuit dans une chaise plastique à  GB. A Réveil FM International, nous avions dénoncé cette atteinte à  sa liberté.

    Nous avons toujours dénoncé l'annulation lors de l'élection Louis Michel 2006 du débat démocratique, inscrit dans la Constitution de Transition qui devait opposer Jean-Pierre Bemba à  Alias Kabila. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard, grand requin, pion de tutsi power, et corrompu jusqu'à  la moelle épinière alors président de la fameuse Haute Autorité des Médias-HAM avait annulé le débat pour favoriser Alias Kabila.

    Contre Jean-Pierre Bemba, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi avait utilisé les armes lourdes: muselant des journalistes, bà¢illonnant des médias et opposants. Une fois frauduleusement élu Alias Kabila fit nommer Modeste Mutinga Rapporteur au Sénat pour le récompenser du travail fourni contre son adversaire, des journalistes, médias et opposants.

    Nous étions parmi les journalistes et médias invités par la Cour Pénale Internationale pour couvrir le procès Jean-Pierre Bemba à  La Haye. Maître Lyris Kwebe était extrêmement brillant.

    Jean-Pierre Bemba est un affairiste. Il est partisan de la politique business.  Il n'est pas fin politique comme Laurent Gbagbo. Politicailleur et ventriote, Jean Pierre Bemba fait de la politique pour un enrichissement personnel. Il se fout des aspirations du peuple congolais. Il est au service de l'Ougandais Yoweri Museni, son parrain. Il n'a jamais condamné l'agression invasion des Ougandais-Rwandais et Burundais contre la République démocratique du Congo.  Le pillage des ressources de la RDC par des voisins envahisseurs occupants et les morts congolais devenus réfugiés dans leur propre pays, ne sont d'aucun souci de Bemba. Son adhésion à l'union sacrée-sucrée-salée de Tshilombo, après espèces sonnantes et trébuchantes,  prouve à dessein de Jean-Pierre Bemba est un marchand, rien d'autre. 

    Laurent Gbagbo est une fierté pour la Côte d'Ivoire et l'Afrique. Jean-Pierre Bemba, une honte pour la République démocratique du Congo et l'Afrique. 

    Lire la suite

  • William Lacy Swing "Koko Swing" n'est plus !

    William Lacy Swing "Koko Swing" n'est plus !

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

    freddy-mulongo-william-lancey-swing

     

    « Koko Swing » (grand-père) Swing, c'est bien sûr William Lacy Swing. Il est décédé à 86 ans à Kwala Lumpur. Il a été le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en République démocratique du Congo. Depuis le 18 juin 2008, l'ambassadeur William Lacy Swing était le directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Genève.

    Que ce soit à Genève ou ailleurs, lorsque nous nous croisons, nous parlons Avec lui "Lingala". La silhouette so british de cet Américain racé, sec, plutôt démocrate, diplomate jusqu'au bout des ongles, à Kinshasa constamment entouré de gardes du corps est, il est vrai, familière aux Congolais. 

    En 2006, avant les élections "Louis Michel", dans les night-clubs de Kinshasa, le clip "Koko Souing" a fait un carton. Réalisé par Mira Mikanza décédé en 2014, étudiant de l'École des beaux-arts, à l'époque, « Peace and love in RDC » met en scène un imitateur au visage peint en blanc, perruque immaculée et moustache sel, qui déclare sur un rythme de rumba avec un fort accent US : « Quand Koko Souing entre en jeu, personne ne doit tirer. »

     

    freddy-mulongo-william-lancey-swing-1

     

     

    William Lancey Swing "Koko Swing" et Freddy Mulongo à Stockholm, au 7è Forum Mondial de Migration et développement de l'ONU, mai 2014 . Photo Réveil FM International

     Les apparitions télévisées du patron de la Monuc étaient aussi fréquentes que ses interventions publiques, toujours très pédagogiques. À la tête de la plus importante des opérations de paix de l'ONU (18 000 hommes, un budget de 1 milliard de dollars par an), William Swing était l'un des acteurs majeurs du redressement congolais. À son crédit : l'organisation, en 2006. À son débit, si l'on peut dire - car lui-même prend ces critiques pour preuve de son impartialité -, les attaques croisées dont il a fait régulièrement l'objet de la part du pouvoir et de l'opposition, le premier lui reprochant de favoriser ses adversaires, et vice versa.

    Dans Kinshasa, la capitale congolaise, où toute fréquentation en dehors des heures de bureau est immédiatement interprétée comme un signe de connivence, William Swing s'était obligé à mener une vie quasi monacale. Il logeait dans une suite du Grand Hôtel, qu'il quittait le matin à 7 h 30 et regagne le soir à 22 heures, il jouait le samedi au tennis et assistait le dimanche au culte protestant.

    Son épouse, Chinoise de Malaisie, était restée à Miami, et ses deux enfants (dont l'un est établi en Afrique du Sud) étaient depuis longtemps autonomes.

    Quand il en avait le temps, le représentant spécial de l'ONU apprenait le lingala en cours particulier, histoire de compléter sa collection de langues - outre l'anglais, il parle le français, l'allemand, l'afrikaans et le créole de Haïti -, histoire surtout de mieux s'immerger dans la culture d'un pays qui le passionne et pour l'avenir duquel il affiche un incurable optimisme. « Un collègue m'a dit un jour que je ne voyais que le côté plein de la bouteille, sourit-il, c'est possible. Mais je préfère comparer le Congo à une pellicule. Si vous vous arrêtez sur une image, vous ne pouvez qu'être découragé. Mais si vous regardez l'ensemble du film, alors tout change »

    William Lacy Swing est né le 11 septembre 1934 à Lexington, en Caroline du Nord. Après des études à l'université de Yale, il entre au département d'État et reçoit sa première affectation de diplomate en 1963. Direction l'Afrique du Sud. Vice-consul à Port Elizabeth, en pleine période d'apartheid triomphant, il fréquente les intellectuels noirs et les libéraux blancs comme le journaliste Donald Woods. Il assiste, aux premières loges, à l'arrestation, au procès et à la condamnation de Nelson Mandela - il sera présent aussi, vingt-cinq ans plus tard, cette fois en tant qu'ambassadeur, pour la libération d'un homme qui déjà le fascine. Après un séjour de quatre ans à Hambourg, comme consul, puis au département d'État à Washington, Swing regagne l'Afrique en 1974. On lui propose Nouakchott ou Bangui, il choisit Bangui, au hasard. Il débarque sur les rives de l'Oubangui, où il est numéro deux de l'ambassade US, « en état de choc ». L'empire ubuesque de Bokassa s'offre à lui. Il y restera deux ans, rencontrant à maintes reprises un autocrate « autiste, mégalomane et incontrôlable ». De retour à Washington, William Swing gère le dossier Afrique centrale et rend visite à ce titre à Mobutu qui le reçoit à Kisangani en compagnie de Donald Mc Henry. « Mobutu était un homme affable et accueillant pourvu qu'on ne lui parle pas des droits de l'homme, se souvient-il, dès que vous franchissiez la ligne rouge, un autre personnage apparaissait : autoritaire, susceptible, cassant. »

    Première leçon de Congo

    C'est dans l'autre Congo, celui de Brazzaville, que Swing reçoit, en 1979, sa première affectation au titre d'ambassadeur. Il y fait par la même occasion connaissance avec les coups d'État. Agréé par le président Yombi Opango, il est accrédité par son successeur, Denis Sassou Nguesso. En 1981, le voici à Monrovia, au Liberia, où il s'initie à la guerre civile. Samuel Doe s'empare du pouvoir et fait fusiller, sur la plage, les dignitaires du régime déchu. Swing proteste. Il partira en termes exécrables avec le sergent devenu dictateur. Nouveau séjour au ministère, à Washington, et nouvelle nomination - bien plus prestigieuse celle-là : ambassadeur en Afrique du Sud. William Swing atterrit à Pretoria en août 1989, en pleine « campagne de défiance » menée par Desmond Tutu. Il présente ses lettres de créance à Frederik De Klerk, et le 11 février 1990, particulièrement ému, il est au cur de la petite foule qui accueille Nelson Mandela à la sortie de la prison de Pollsmoor. Quatre mois après, William Swing accompagne Mandela à la Maison Blanche pour une rencontre avec George Bush père - il fera de même, un peu plus tard, avec De Klerk. « Mandela, c'est l'une des deux ou trois rencontres majeures de ma vie, confie-t-il, c'est un personnage incroyable de sérénité et de sagesse, il a une capacité hors norme de traiter avec l'adversaire, de lui pardonner. Le voir embrasser ses gardiens après vingt-sept années de détention était une scène bouleversante. En outre, c'est quelqu'un de très logique, de très organisé et de très fier. »

    Après une courte parenthèse à Abuja, au Nigeria, en 1993, William Swing se voit confier un dossier particulièrement brûlant : Haïti. C'est lui qui, après avoir présenté ses lettres de créances au père Aristide à l'ambassade de Haïti à Washington, gère l'intervention de l'armée américaine sur l'île. Il y restera, comme ambassadeur, pendant cinq ans, s'élevant avec de plus en plus de vigueur contre les excès et les dérapages de l'ecclésiastique devenu chef d'État. Août 1998 : nouvelle affectation. En RD Congo déjà, auprès de Laurent-Désiré Kabila. Avec ce personnage à la fois fantasque, intraitable et profondément nationaliste, ses relations ont été, avoue-t-il, « très difficiles ». Très vite, Swing doit se contenter du minimum : faire passer les messages. Il est en vacances en Malaisie avec son épouse Yuen lorsqu'il apprend, le 16 janvier 2001, l'assassinat du Mzée Laurent-Désiré Kabila. Retour précipité à Kinshasa et « prise en main » immédiate d'alias Joseph Kabila, qu'il emmène à Washington pour un « National Prayer Breakfast » qui permettra au nouveau président de s'arrêter en chemin à Paris et à Bruxelles. Pas de doute : Swing sait se rendre utile. En août sonne l'heure de la retraite. Adieu Congo ? Oui, mais pour peu de temps.

    Car à peine avait-il quitté le département d'État que William Lacy Swing est recruté par l'ONU. Kofi Annan, qui est de ses amis, lui propose le poste de représentant spécial pour le Sahara occidental. Pendant deux ans, gentleman Swing promènera de Rabat à Alger, en passant par Laayoune, Tindouf et Nouakchott, sa frêle silhouette de négociateur obstiné. Cette fois pourtant, son volontarisme sera inutile. Pour qualifier l'affaire du Sahara, Swing a une petite phrase, empruntée au titre d'un livre de Chester Crocker : « Intractable Issues » (« Problèmes insolubles »).

    Le 5 juillet 2003, celui qui deviendra bientôt « Koko Souing » débarque à nouveau à Kinshasa. Jusqu'à quand ? « Je ne suis pas du genre à partir sans éteindre la lumière derrière moi, c'est-à-dire sans avoir fini le job », expliquait-il dans son bureau de la Monuc, camp retranché en plein cœur de Kinshasa. "La mission de l'ONU au Congo restera en place jusqu'à ce que les milices soient démantelées. Elle restera tant que les Congolais n'auront pas l'armée et la police républicaines qu'ils méritent. Comme vous le savez, c'est toute une culture politique qu'il convient de changer". Pas si optimiste que cela, M. Swing ? « Si. Car cette culture est en train de changer chaque jour. Pour moi, le réveil du Congo, c'est un peu comme la fin de l'apartheid en Afrique du Sud : un moment historique et irréversible. ».

    Lire la suite

  • Conseil de Sécurité: Ali Bongo le grabataire Gabonais tape sa canne sur Tshilombo !

    Conseil de Sécurité: Ali Bongo le grabataire Gabonais tape sa canne sur Tshilombo !

    Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

    fb-img-1623331173141

     

    L'enjambeur de la grille du palais de la Nation à Kinshasa est un imposteur incorrigible. Un patenté recidiviste qui ne recule devant rien. En diplomatie internationale, il y a des principes et règles à respecter par tous. C'est le Gabon qui doit normalement occuper la présidence au niveau du Conseil de Sécurité de l'ONU pour une année. 

    Or Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, Monsieur 15 % et voleur de destin du peuple congolais a cru bon de profiter de sa position putative de président de l'Union africaine pour enfariner le Gabon ! 

     Berry MUEKATONE @Bmueka. Une retentissante déculottée reçue au conseil de sécurité des NU par le roublard habitué aux magouilles. Nous sommes la risée du monde, on s'étale face au grabataire gabonais qui claudique cahin-caha mais qui pique le chef des Mbwarriors avec sa canne. L'opprobre mondial !

     Love Balata @BalataLove. Cahin- caha parfois accompagné vos mots avec des significations pour une bonne compréhension 

     Berry MUEKATONE

    @Bmueka. Claudiquer = boiter, cahin-caha = péniblement, tant bien que mal. Na lingala, elingi koloba que mutu ya Gabon oyo abuataka pe atambola kotkot mais abeti Wabudiadia ebotu na nzete na ye pona place kuna na conseil de sécurité. To yokani ?

     Alain Katho @akkatho. L’amateurisme , l’handicap intellectuel le président aérien Jetta l’Eponge silence radio côté de ses adeptes il faut souligner que les mêmes adeptes ont fait beaucoup de makelele la semaine passée , un pays dirigé par des marionnettes avec cerveau de moineau.

     

    Image

     

    Image

     

    Image

     

    Image

    Bernard @Bernard17058. J'ai retenu Mukubwa ceci : Un handicapé gabonais qui pique le roublard avec sa canne....JKK aura rendu un mauvais service au pays en nommant la tête vide ...conséquence le pays est devenu la risée du monde.

     Maurice Kelema @OKMaurice3. C pli mié avec cette traduction.

    Lire la suite