rdc

  • RDC: Tshilombo-Kamerhe, deux cadavres politiques, accord de Genève!

    RDC: Tshilombo-Kamerhe, deux cadavres politiques, accord de Genève!

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

    Le 11 novembre 2018, après paraphes et signatures de l'accord de Genève par les sept leaders de l'opposition congolaise "L7". Chacun avait signé sa lettre d'engagement. "Je m'engage en outre à ne pas trahir le peuple congolais en violant les dispositions précitées. Si je ne respecte pas mes engagements, je mettrais fin à ma carrière politique, je serai soumis à l’opprobre de la nation et la sanction de mes pairs".

     

    freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-255

     

    Personne n'aurait pensé que le tout -puissant "président bis" et directeur de cabinet de Tshilombo dormirait un jour en prison. Vital Kamerhe croupit en prison à Makala. Le politicailleur rusé a refusé de loger au pavillon VIP, il a préféré rester au pavillon 8 avec d'autres prisonniers. Non par humilité mais pour sa sécurité. 

    Ce que nous avions écrit le 14 novembre 2018 est toujours. Tshilombo et Kamerhé en retirant leurs signatures de l'accord de Genève, les deux Mabumucrates se transformaient en cadavres politiques: 

    "La trahison du peuple congolais dans sa laideur. Fourberies et roublardises de deux Mbumbulu qui renient et retirent leurs signatures de Genève moins de 12 heures après. Felix Tshilombo et Vital Kamerheon avaient-ils apposé leurs signatures sur 5 documents de la Fondation Koffi Annan à Genève sous la torture ? Étaient-ils sur une chaise électrique et sous la drogue lorsqu'ils ont apposé leurs signatures désignant Martin Fayulu, soldat du peuple, comme candidat commun de l'opposition ?"

    Deux traîtres patentés à la nation congolaise foutent la honte à tout un peuple et au continent entier, l'Afrique. La République démocratique du Congo n'est pas otage ni de l'Udps ni de l'UNC. Felix Tshilombo et Vital Kamerheon sont deux opposants essuie-glaces qui sont nourris par le régime d'imposture d'Alias Joseph Kabila et font de l'opposition business. Amoraux, ils n'ont ni convictions ni valeurs. Les aspirations profondes du peuple congolais, Felix Tshilombo et Vital Kamerheon s’assoient dessus.

    Deux Mabumucrates corrompus- qui ont reçu chacun 3 millions de dollars américains du régime pour saborder la candidature commune de l'opposition. MataMata et PiliPili sont deux faux opposants versatiles et ils ont l'ADN de la trahison dans leur veine. Deux individus nocifs à l'opposition congolaise. Ils se sont auto-proclamés: Populaires et Charismatiques. Et bien, on va leur prouver que seul le peuple congolais est populaire et charismatique.

     

    freddy-mulongo-geneveopposants-41
    freddy-mulongo-geneveopposants-3

     

    Tshilombo et Kamerhe ont rétiré leurs signatures de l'accord de genève, en intervenant sur des médias coupagistes et thuriféraires de Kinshasa. Leurs signatures demeurent apposées sur leur lettre d'engagement:  "Je m'engage en outre à ne pas trahir le peuple congolais en violant les dispositions précitées. Si je ne respecte pas mes engagements, je mettrais fin à ma carrière politique, je serai soumis à l’opprobre de la nation et à la sanction de mes pairs".

    Ce n'est que le début. Vital Kamerhe ne vivra pas seul l'opprobre de la nation. Le tour de Tshilombo vient et viendra.  

    Deux pâtissiers enfarineurs ont crû enfariné tout un peuple. Deux fieffés menteurs patentés ont pris en otage toute une Nation. Ils se sont enrichis à vue d’œil, pendant que le peuple congolais vit dans une noire misère. Un an et quatre mois seulement après avoir volé le destin de tout un peuple, ils se chamaillent déjà...le Dircab est en prison. 

    Lire la suite

  • Du Congo Belges à aujourd'hui, des Congolais "Cobayes" de différents vaccins!

    Du Congo Belges à aujourd'hui, des Congolais "Cobayes" de différents vaccins!

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

    Tollé planétaire sur la déclaration du Dr. Muyembe pour son vaccin test du Coronavirus-Covid 19 en République démocratique du Congo. Les Congolais ne sont pas des "Cobayes". Et pourtant, il y a eu un silence assassin et dénégation cynique sur le vaccin antipolio au Congo d' Hilary Koprowsky, virologue Polono-Américain. Son vaccin de polio au Congo est l'ancêtre du SIDA.

     

    freddy-mulongo-hilary-koprowski

     

    Tollé planétaire sur la déclaration du Dr. Muyembe pour son vaccin test du Coronavirus-Covid 19 en République démocratique du Congo. Les Congolais ne sont pas des "Cobayes". Et pourtant, il y a eu un silence assassin et dénégation cynique sur le vaccin antipolio au Congo d' Hilary Koprowsky, virologue Polono-Américain. Son vaccin de polio au Congo est l'ancêtre du SIDA.

     

    freddy-mulongo-hilary-koprowski-3

     

    Dans les années 50, la polio était une maladie qui attaque le système nerveux central et conduit à la paralysie musculaire, voire à la mort. La première inoculation de masse avec le vaccin de Hilary  Koprowski, le Polono-Américain a eu lieu au Congo en 1958. En moins de six semaines, le vaccin a été administré à plus d’un quart de million d’enfants et de nourrissons, avec les conséquences que l'on connait aujourd'hui.

     

    freddy-mulongo-hilary-koprowski-6

     

    La République démocratique du Congo a toujours été un pays des Cobayes pour tous les charlatans patentés pour des tests de vaccin. Je me pose la question: Tous les Congolais des années 1955-1980 ont à leur bras gauche, une cicatrice de "Mangwele". Que nous a-t-on inoculé à l'époque ? 

    Dans les années 50, les Etats-Unis sont en guerre contre la polio, ce fléau qui attaque les enfants. C’est le début d’une course au vaccin entre les plus grands scientifiques : Jonas Salk, Albert Sabin et Hilary Koprowski.-5 décembre 1916 - 11 avril 2013-, le vaccin contre la polio au Congo avait rendu  des petits enfants handicapés. Nous apprenons aujourd'hui que ce vaccin est l'ancêtre du SIDA. 

     

    freddy-mulongo-hilary-koprowski-4

     

    En 1992, un groupe de scientifiques, à travers un article de Tom Curtis, propose une théorie selon laquelle le passage du VIS à l'Homme aurait pour origine une campagne de vaccination anti-polio pratiquée en République démocratique du Congo, ancienne colonie belge appelée Congo belge à l'époque. Cette dernière théorie, documentée et ayant fait l'objet de recherches, n'a jamais été acceptée par la communauté scientifique.

    Edward Hooper reprend cette thèse et l'étaye en recueillant documents et témoignages sur le terrain. Son travail est soutenu par le biologiste Bill Hamilton, qui l'accompagne au Congo pour recueillir des données. À l'issue de ces recherches, le livre The River, A Journey to the Source of HIV and AIDS est publié, auquel fera suite le documentaire Les origines du sida.

     

     

     

    La thèse d'Edward Hooper s'appuie sur la proximité des premiers cas de sida avec les zones de vaccination intensive, ainsi que sur l'utilisation de reins de singes pour la production de vaccins . Le passage du VIS à l'Homme, par mutation pour donner le VIH, serait, selon l'enquête de Hooper, venu de l'utilisation de chimpanzés , notamment dans le laboratoire de Stanleyville, où une ménagerie a accueilli près de 600 chimpanzés entre 1957 et 1960. 

    Février 1959. Arno Motulsky et Jean Vandepitte, deux médecins américain et belge, sont engagés dans la recherche microbiologique contre le paludisme à Léopoldville [l’actuel Kinshasa], la capitale de ce qui était alors le Congo belge. Avec l’aide des médecins locaux, ils recueillent des échantillons de sang sur le personnel médical, les patients de l’hôpital et les membres de la police. Vingt-six ans plus tard, en 1985, ces échantillons, ainsi que d’autres venus de divers endroits de l’Afrique subsaharienne, parviennent aux Etats-Unis. Le Pr André Nahmias, de l’université Emory à Atlanta, les teste pour déceler la présence d’anticorps contre le virus responsable du sida. Les analyses effectuées sur cet échantillon, le L70 ­ tiré d’un lot de 99 spécimens prélevés à Léopoldville en 1959 ­, se révèlent positives à tous les examens. Recueilli sur un homme africain inconnu, le L70 constitue le plus ancien exemplaire connu du virus de l’immunodéficience humaine, ou VIH.

     

    Les origines du Sida © hopto

     

    Nul ne sait ce qu’il est advenu de cet homme, mais, dans les vingt années qui ont suivi ce prélèvement ­ et avant 1981, l’année zéro du sida, celle où les Etats-Unis ont officiellement reconnu l’épidémie ­, un certain nombre d’autres Africains et d’Européens de passage en Afrique seront contaminés par le VIH-1, la première souche de ce virus à avoir été identifiée. Ces cas, traités dans les hôpitaux et les cliniques du Congo notamment [qui s’est appelé Zaïre de 1971 à 1997], mais aussi du Rwanda et du Burundi, présentaient ce que nous reconnaissons aujourd’hui comme les principaux symptômes du sida : sarcome de Kaposi particulièrement marqué, toxoplasmose, diarrhée, tuberculose. A l’époque, la médecine était restée impuissante, mais des prises de sang furent réalisées et, des années plus tard, après les tests, les échantillons ainsi prélevés révélèrent la présence de VIH. Fait très troublant : 87 % d’entre eux ­ c’est-à-dire de tous les échantillons connus de VIH-1 provenant d’Afrique avant 1980 ­ viennent de villes où des Africains ont reçu le même vaccin antipoliomyélitique oral, entre 1957 et 1960. Absolument tous les cas connus de VIH-1 en Afrique antérieurs à 1981 se situaient à moins de 160 km de ces lieux de vaccination. Existe-t-il un lien entre le sida et le vaccin antipoliomyélitique ? Edward Hooper prétend que oui et, dans son troublant ouvrage The River : A Journey Back to the Source of HIV and AIDS* [La rivière : retour aux sources du VIH et du sida], il avance des arguments frappants et bien documentés.

    L’hypothèse n’est guère nouvelle. De par le monde, au moins trois chercheurs ayant travaillé indépendamment les uns des autres ont fourni des versions légèrement différentes de la théorie avancée à la fin des années 80. L’un d’eux était Jennifer Alexander, responsable du département de microbiologie à l’université du Witwatersrand (Johannesburg), qui, avec Gerasmos Lecatsas, chercheur en virologie à la Medunsa (école de médecine d’Afrique australe), a fait état de cette hypothèse relative au vaccin antipoliomyélitique dans des lettres ­ parues dans le SA Medical Journal en 1989, puis dans la revue médicale britannique The Lancet, en 1992. Ces deux lettres suscitèrent une levée de boucliers dans les milieux médicaux. C’est à la suite d’une rencontre avec Jennifer Alexander, en 1992, qu’Edward Hooper renonça à sa carrière d’enseignant et consacra son existence à démontrer la théorie selon laquelle ce vaccin était à l’origine du sida.

    Une question sous-tendait son enquête. Si, comme on en est certain aujourd’hui, le VIH remonte aux rétrovirus présents chez certaines espèces de singes africains, tels que le virus de l’immunodéficience du singe, ou VIS (qui est la forme la plus proche du VIH), comment ces derniers ont-ils pu se transmettre d’un coup ­ et non pas graduellement ­ aux humains à la fin du XXe siècle, comme le laissent entendre ceux qui considèrent le franchissement de la barrière des espèces comme une évolution naturelle ? D’après Edward Hooper, la réponse la plus évidente est la suivante : c’est parce que les médecins les leur ont inoculés en étant animés des meilleures intentions du monde.
    Au Congo, Edward Hooper s’est tout particulièrement intéressé au camp de Lindi, situé sur le fleuve Congo, à quelque 14 km de Stanleyville (l’actuel Kisangani), où des singes capturés étaient enfermés dans des cages, puis sacrifiés pour leurs reins. Ces reins étaient ensuite utilisés pour obtenir des substrats ou cultures cellulaires permettant de perfectionner les vaccins. Ces derniers avaient été mis au point par l’un des pionniers américains de la virologie, Hilary Koprowski, et furent les premiers à être administrés à des humains, en 1950.

    De la noble intention au désir de prestige

    Hilary Koprowski arriva à Lindi en 1957 pour superviser la recherche sur les vaccins, mais on ignore pratiquement tout de ses travaux dans le camp, si ce n’est que certains des animaux avec lesquels son équipe travaillait présentaient des signes évidents de maladie. “Nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé à Lindi, écrit Edward Hooper, mais les rapports des expériences qui y ont été menées contiennent des lacunes énormes et inexpliquées, et un épais secret entoure encore à ce jour les travaux sur les chimpanzés. Nous savons en revanche que des chimpanzés de deux espèces différentes étaient en captivité dans le camp et qu’ils partageaient souvent la même cage. Nous savons également que l’on perd la trace de plusieurs centaines des chimpanzés qui sont arrivés à Lindi et que certains animaux présentaient des symptômes d’immunosuppression, ce qui laisse supposer qu’ils étaient peut-être contaminés par le VIS. En outre, il apparaît clairement qu’un lot de vaccins réalisés à partir de cultures sur des cellules rénales de chimpanzé a pu être produit à Stanleyville même.”

    On estime à 330 000 le nombre d’Africains ayant été ainsi vaccinés dans l’ancien Congo belge, entre février 1957 et juin 1960, auxquels viennent s’ajouter 660 000 autres cas dans les régions du Rwanda et du Burundi ­ soit près de un million de personnes pour les anciennes colonies belges. Et tout cela avant qu’un seul Belge blanc vivant en Afrique n’ait été vacciné. Lors d’une campagne apparemment réalisée sans supervision, des Africains de la vallée de la Ruzizi [sur la frontière burundo-congolaise], au Rwanda et au Burundi, ont été les sujets des premiers essais massifs du vaccin, entre février et avril 1958. “Il n’y avait pas de supervision”, a expliqué Hilary Koprowski, sur la défensive, à Edward Hooper. “Ils en ont donné aux enfants. Ils en ont donné aux bébés. Ils se sont occupés de tout et en ont distribué 256 000 en six semaines. L’appel à cette vaccination massive se faisait… au son du tambour.” Il faut toutefois signaler pour sa défense que, à ce que l’on sait, aucun échantillon de ce vaccin n’a subi de tests pour y déceler la présence de VIH ou de VIS. Edward Hooper suggère que des recherches en ce sens soient menées dans plusieurs instituts internationaux sur l’unique échantillon originel conservé. 

    Quant à l’épidémie de sida, elle se poursuit et, avec elle, le combat de la science pour en venir à bout. “Les progrès réalisés par la biotechnologie ces vingt-cinq dernières années laissent espérer de merveilleux progrès pour le développement et le bonheur de l’être humain, estime Edward Hooper. Mais ils risquent également de nous exposer aux plus grands dangers jamais rencontrés par notre espèce. Avons-nous la maturité nécessaire pour agir avec prudence et discernement, au milieu des cris d’enthousiasme bien compréhensibles des optimistes, des égoïstes, des imprudents et des désespérés, au milieu de toutes ces exigences pressantes de prendre des mesures audacieuses avant qu’il ne soit trop tard ? Ou, au contraire, sommes-nous prêts à recommencer les erreurs une fois de plus ?” Le parallèle entre le sida et la polio est flagrant. En 1959, comme aujourd’hui, on était en présence d’une maladie terrifiante frappant le monde entier et d’une pression énorme pour y trouver un remède. A l’époque comme de nos jours, les scientifiques étaient animés par de nobles intentions, mais aussi par un désir beaucoup plus égoïste de prestige ainsi que par la possibilité de faire fortune. Or, quarante ans plus tard et à cause des luttes intestines, les actions de vaccination contre la polio menées dans la République démocratique du Congo ont été interrompues. Et il est aussi paradoxal qu’effrayant de constater que, pour cette même raison, cette région est redevenue l’un des bastions de cette maladie.

    Lire la suite

  • Congolais "Cobayes" du vaccin covid 19, Dr. Muyembe doit démissionner !

    RDC : Congolais "Cobayes" du vaccin Coronavirus-Covid19, Dr. Muyembe doit démissionner !

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

    Contre espèces sonnantes et trébuchantes des lobbies et laboratoires, Tshilombo, Monsieur 15% a pris une décision grave de candidater la RDC pour des vaccins contre le coronavirus-Covid 19. Les parlementaires et l'ordre des médecins congolais n'ont pas été consultés. C'est le Dr. Muyembe qui plonge tel un Titanic. Les réseaux sociaux ne l'ont pas épargné.

     

    freddy-mulongo-dr-muyembe

     

    La République démocratique du Congo réunit-elle tous les critères d'un pays cobaye ? Qui a candidaté la RDC, alors que les pays occidentaux où sévissent le Coronavirus-Covid19: États-Unis, Italie, France... aucun pays n'admistre un vaccin à son peuple ? Les 47 millions de la Banque Mondiale ont-ils fait vaciller le serment d'Hypocrate du Dr. Muyembe ? Le Dr. Raoult "Congolais" vient de couler comme le Titanic et sombrer dans les abîmes. Dr. Muyembe à perdu toute crédibilité. La cellule "Riposte contre le Coronavirus-Covid19" du fameux Dr. Muyembe vient de succomber aux lobbies pharmaceutiques qui veulent tester leurs produits sur des Congolais contre compensations financières.

     

    freddy-mulongo-dr-muyembe-2

     

    Vaccin Coronavirus-Covid19 ? Poison pour éliminer les populations africaines ? Les Africains sont vent debout contre ce fameux vaccin qui ferait d'eux des Cobayes humains. Les réseaux sociaux fustigent la sortie du Dr. Muyembe aux côtés de l' ambassadeur Américain Mike Hammer accrédité en RDC, où il annonce sans ambages que la vaccination va commencer fin mai en République démocratique du Congo. Cette déclaration a fait bondir plus d'un Congolais dans cette période de confinement. Le Dr Muyembe est qualifié de Dr de la mort par certains. Avec son vaccin contre le Coronavirus-Covid19, Dr Muyembe est comparé à José Mengele de l'époque nazie Hitlérienne. Le salut du Dr. Muyembe réside dans sa démission immédiate, s'il veut garder un peu d'humanité. Sa notoriété est dans la boue. Piégé par Angwalima Tshilombo Tshintuntu-Tshifueba, Dr. Muyembe va plonger avec Monsieur 15%, Imposteur et Usurpateur.

    A moins que ce vaccin contre le Coronavirus-Covid19 soit testé par ces échantillons : Angwalima Tshilombo et sa présidence usurpée et infectée, Ilunga Ilunkamba et ses 65 ministres incapacitaires, 609 parlementaire godillots (500 députés et 109 sénateurs), la famille de Muyembe !

    Comment le Dr. Muyembe s'est-il laissé avoir par Angwalima Tshilombo Tshintuntu-Tshifueba, voleur du destin du peuple congolais. Quel gâchis ? Le Dr. Muyembe à même accepter 400 cures de faux Chloroquine d'olive Lembe Kisita "Kabila". Il n'avait pas à accepter ce don empoisonné.
    La déception est grande dans la communauté congolaise.

    Les Congolais doivent s'appuyer sur la déclaration d'Helsinki: Aucun individu ne peut se faire vacciner contre son gré !

     

    freddy-mulongo-dr-muyembe-1

     

    DÉCLARATION D’HELSINKI DE L’AMM – PRINCIPES ÉTHIQUES APPLICABLES À LA RECHERCHE MÉDICALE IMPLIQUANT DES ÊTRES HUMAINS

    Adoptée par la 18e Assemblée générale de l’AMM, Helsinki, Finlande, Juin 1964 et amendée par les :
    29e Assemblée générale de l’AMM, Tokyo, Japon, Octobre 1975
    35e Assemblée générale de l’AMM, Venise, Italie, Octobre 1983
    41e Assemblée générale de l’AMM, Hong Kong, Septembre 1989
    48e Assemblée générale de l’AMM, Somerset West, Afrique du Sud, Octobre 1996
    52e Assemblée générale de l’AMM, Edimbourg, Ecosse, Octobre 2000
    53e Assemblée générale de l’AMM, Washington DC, Etats-Unis d’Amérique, Octobre 2002 (ajout d’une note de clarification)
    55e Assemblée générale de l’AMM, Tokyo, Japon, Octobre 2004 (ajout d’une note de clarification)
    59e Assemblée générale de l’AMM, Séoul, République de Corée, Octobre 2008
    64e Assemblée générale de l’AMM, Fortaleza, Brésil, Octobre 2013

    Préambule
    1. L’Association Médicale Mondiale (AMM) a élaboré la Déclaration d’Helsinki comme un énoncé de principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains, y compris la recherche sur du matériel biologique humain et sur des données identifiables.

    La Déclaration est conçue comme un tout indissociable. Chaque paragraphe doit être appliqué en tenant compte de tous les autres paragraphes pertinents.

    2. Conformément au mandat de l’AMM, cette Déclaration s’adresse en priorité aux médecins. L’AMM invite cependant les autres personnes engagées dans la recherche médicale impliquant des êtres humains à adopter ces principes.

    Principes généraux
    3. La Déclaration de Genève de l’AMM engage les médecins en ces termes: «La santé de mon patient prévaudra sur toutes les autres considérations » et le Code International d’Ethique Médicale déclare qu’un «médecin doit agir dans le meilleur intérêt du patient lorsqu’il le soigne».

    4. Le devoir du médecin est de promouvoir et de sauvegarder la santé, le bien-être et les droits des patients, y compris ceux des personnes impliquées dans la recherche médicale. Le médecin consacre son savoir et sa conscience à l’accomplissement de ce devoir.

    5. Le progrès médical est basé sur la recherche qui, en fin de compte, doit impliquer des êtres humains.

    6. L’objectif premier de la recherche médicale impliquant des êtres humains est de comprendre les causes, le développement et les effets des maladies et d’améliorer les interventions préventives, diagnostiques et thérapeutiques (méthodes, procédures et traitements). Même les meilleures interventions éprouvées doivent être évaluées en permanence par des recherches portant sur leur sécurité, leur efficacité, leur pertinence, leur accessibilité et leur qualité.

    7. La recherche médicale est soumise à des normes éthiques qui promeuvent et assurent le respect de tous les êtres humains et qui protègent leur santé et leurs droits.

    8. Si l’objectif premier de la recherche médicale est de générer de nouvelles connaissances, cet objectif ne doit jamais prévaloir sur les droits et les intérêts des personnes impliquées dans la recherche.

    9. Il est du devoir des médecins engagés dans la recherche médicale de protéger la vie, la santé, la dignité, l’intégrité, le droit à l’autodétermination, la vie privée et la confidentialité des informations des personnes impliquées dans la recherche. La responsabilité de protéger les personnes impliquées dans la recherche doit toujours incomber à un médecin ou à un autre professionnel de santé, et jamais aux personnes impliquées dans la recherche même si celles-ci ont donné leur consentement.

    10. Dans la recherche médicale impliquant des êtres humains, les médecins doivent tenir compte des normes et standards éthiques, légaux et réglementaires applicables dans leur propre pays ainsi que des normes et standards internationaux. Les protections garanties par la présente Déclaration aux personnes impliquées dans la recherche ne peuvent être restreintes ou exclues par aucune disposition éthique, légale ou réglementaire, nationale ou internationale.

    11. La recherche médicale devrait être conduite de sorte qu’elle réduise au minimum les nuisances éventuelles à l’environnement.

    12. La recherche médicale impliquant des êtres humains doit être conduite uniquement par des personnes ayant acquis une éducation, une formation et des qualifications appropriées en éthique et en science. La recherche impliquant des patients ou des volontaires en bonne santé nécessite la supervision d’un médecin ou d’un autre professionnel de santé qualifié et compétent.

    13. Des possibilités appropriées de participer à la recherche médicale devraient être offertes aux groupes qui y sont sous-représentés.

    14. Les médecins qui associent la recherche médicale à des soins médicaux devraient impliquer leurs patients dans une recherche uniquement dans la mesure où elle se justifie par sa valeur potentielle en matière de prévention, de diagnostic ou de traitement et si les médecins ont de bonnes raisons de penser que la participation à la recherche ne portera pas atteinte à la santé des patients concernés.

    15. Une compensation et un traitement adéquats doivent être garantis pour les personnes qui auraient subi un préjudice en raison de leur participation à une recherche.

    Risques, contraintes et avantages
    16. Dans la pratique médicale et la recherche médicale, la plupart des interventions comprennent des risques et des inconvénients.

    Une recherche médicale impliquant des êtres humains ne peut être conduite que si l’importance de l’objectif dépasse les risques et inconvénients pour les personnes impliquées.

    17. Toute recherche médicale impliquant des êtres humains doit préalablement faire l’objet d’une évaluation soigneuse des risques et des inconvénients prévisibles pour les personnes et les groupes impliqués, par rapport aux bénéfices prévisibles pour eux et les autres personnes ou groupes affectés par la pathologie étudiée.

    Toutes les mesures destinées à réduire les risques doivent être mises en œuvre. Les risques doivent être constamment surveillés, évalués et documentés par le chercheur.

    18. Les médecins ne peuvent pas s’engager dans une recherche impliquant des êtres humains sans avoir la certitude que les risques ont été correctement évalués et pourront être gérés de manière satisfaisante.

    Lorsque les risques s’avèrent dépasser les bénéfices potentiels ou dès l’instant où des conclusions définitives ont été démontrées, les médecins doivent évaluer s’ils continuent, modifient ou cessent immédiatement une recherche.

    Populations et personnes vulnérables
    19. Certains groupes ou personnes faisant l’objet de recherches sont particulièrement vulnérables et peuvent avoir une plus forte probabilité d’être abusés ou de subir un préjudice additionnel.

    Tous les groupes et personnes vulnérables devraient bénéficier d’une protection adaptée.

    20. La recherche médicale impliquant un groupe vulnérable se justifie uniquement si elle répond aux besoins ou aux priorités sanitaires de ce groupe et qu’elle ne peut être effectuée sur un groupe non vulnérable. En outre, ce groupe devrait bénéficier des connaissances, des pratiques ou interventions qui en résultent.

    Exigences scientifiques et protocoles de recherche
    21. La recherche médicale impliquant des êtres humains doit se conformer aux principes scientifiques généralement acceptés, se baser sur une connaissance approfondie de la littérature scientifique, sur d’autres sources pertinentes d’informations et sur des expériences appropriées en laboratoire et, le cas échéant, sur les animaux. Le bien-être des animaux utilisés dans la recherche doit être respecté.

    22. La conception et la conduite de toutes les recherches impliquant des êtres humains doivent être clairement décrites et justifiées dans un protocole de recherche.

    Ce protocole devrait contenir une déclaration sur les enjeux éthiques en question et indiquer comment les principes de la présente Déclaration ont été pris en considération. Le protocole devrait inclure des informations concernant le financement, les promoteurs, les affiliations institutionnelles, les conflits d’intérêts potentiels, les incitations pour les personnes impliquées dans la recherche et des informations concernant les mesures prévues pour soigner et/ou dédommager celles ayant subi un préjudice en raison de leur participation à la recherche.

    Dans les essais cliniques, le protocole doit également mentionner les dispositions appropriées prévues pour l’accès à l’intervention testée après l’essai clinique.

    Comités d’éthique de la recherche
    23. Le protocole de recherche doit être soumis au comité d’éthique de la recherche concerné pour évaluation, commentaires, conseils et approbation avant que la recherche ne commence. Ce comité doit être transparent dans son fonctionnement, doit être indépendant du chercheur, du promoteur et de toute autre influence indue et doit être dûment qualifié. Il doit prendre en considération les lois et réglementations du ou des pays où se déroule la recherche, ainsi que les normes et standards internationaux, mais ceux-ci ne doivent pas permettre de restreindre ou exclure l’une des protections garanties par la présente Déclaration aux personnes impliquées dans la recherche.

    Le comité doit avoir un droit de suivi sur les recherches en cours. Le chercheur doit fournir au comité des informations sur le suivi, notamment concernant tout évènement indésirable grave. Aucune modification ne peut être apportée au protocole sans évaluation et approbation par le comité. A la fin de la recherche, les chercheurs doivent soumettre au comité un rapport final contenant un résumé des découvertes et des conclusions de celle-ci.

    Vie privée et confidentialité
    24. Toutes les précautions doivent être prises pour protéger la vie privée et la confidentialité des informations personnelles concernant les personnes impliquées dans la recherche.

    Consentement éclairé
    25. La participation de personnes capables de donner un consentement éclairé à une recherche médicale doit être un acte volontaire. Bien qu’il puisse être opportun de consulter les membres de la famille ou les responsables de la communauté, aucune personne capable de donner un consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé.

    26. Dans la recherche médicale impliquant des personnes capables de donner un consentement éclairé, toute personne pouvant potentiellement être impliquée doit être correctement informée des objectifs, des méthodes, des sources de financement, de tout éventuel conflit d’intérêts, des affiliations institutionnelles du chercheur, des bénéfices escomptés et des risques potentiels de la recherche, des désagréments qu’elle peut engendrer, des mesures qui seront prises après à l’essai clinique et de tout autre aspect pertinent de la recherche. La personne pouvant potentiellement être impliquée dans la recherche doit être informée de son droit de refuser d’y participer ou de s’en retirer à tout moment sans mesure de rétorsion. Une attention particulière devrait être accordée aux besoins d’informations spécifiques de chaque personne pouvant potentiellement être impliquée dans la recherche ainsi qu’aux méthodes adoptées pour fournir les informations. Lorsque le médecin ou une autre personne qualifiée en la matière a la certitude que la personne concernée a compris les informations, il doit alors solliciter son consentement libre et éclairé, de préférence par écrit. Si le consentement ne peut pas être donné par écrit, le consentement non écrit doit être formellement documenté en présence d’un témoin.

    Toutes les personnes impliquées dans des recherches médicales devraient avoir le choix d’être informées des conclusions générales et des résultats de celles-ci.

    27. Lorsqu’il sollicite le consentement éclairé d’une personne pour sa participation à une recherche, le médecin doit être particulièrement attentif lorsque cette dernière est dans une relation de dépendance avec lui ou pourrait donner son consentement sous la contrainte. Dans ce cas, le consentement éclairé doit être sollicité par une personne qualifiée en la matière et complètement indépendante de cette relation.

    28. Lorsque la recherche implique une personne incapable de donner un consentement éclairé, le médecin doit solliciter le consentement éclairé de son représentant légal. Les personnes incapables ne doivent pas être incluses dans une recherche qui n’a aucune chance de leur être bénéfique sauf si celle-ci vise à améliorer la santé du groupe qu’elles représentent, qu’elle ne peut pas être réalisée avec des personnes capables de donner un consentement éclairé et qu’elle ne comporte que des risques et des inconvénients minimes.

    29. Lorsqu’une personne considérée comme incapable de donner un consentement éclairé est en mesure de donner son assentiment concernant sa participation à la recherche, le médecin doit solliciter cet assentiment en complément du consentement de son représentant légal. Le refus de la personne pouvant potentiellement être impliquée dans la recherche devrait être respecté.

    30. La recherche impliquant des personnes physiquement ou mentalement incapables de donner leur consentement, par exemple des patients inconscients, peut être menée uniquement si l’état physique ou mental empêchant de donner un consentement éclairé est une caractéristique nécessaire du groupe sur lequel porte cette recherche.

    Dans de telles circonstances, le médecin doit solliciter le consentement éclairé du représentant légal. En l’absence d’un représentant légal et si la recherche ne peut pas être retardée, celle-ci peut être lancée sans le consentement éclairé. Dans ce cas, le protocole de recherche doit mentionner les raisons spécifiques d’impliquer des personnes dont l’état les rend incapables de donner leur consentement éclairé et la recherche doit être approuvée par le comité d’éthique de la recherche concerné. Le consentement pour maintenir la personne concernée dans la recherche doit, dès que possible, être obtenu de la personne elle-même ou de son représentant légal.

    31. Le médecin doit fournir des informations complètes au patient sur la nature des soins liés à la recherche. Le refus d’un patient de participer à une recherche ou sa décision de s’en retirer ne doit jamais nuire à la relation patient-médecin.

    32. Pour la recherche médicale utilisant des tissus ou des données d’origine humaine, telles que les recherches sur tissus et données contenues dans les biobanques ou des dépôts similaires, les médecins doivent solliciter le consentement éclairé pour leur analyse, stockage et/ou réutilisation. Il peut se présenter des situations exceptionnelles où il est impraticable, voire impossible d’obtenir le consentement. Dans de telles situations, la recherche peut être entreprise uniquement après évaluation et approbation du comité d’éthique de la recherche concerné.

    Utilisation de placebo
    33. Les bénéfices, les risques, les inconvénients, ainsi que l’efficacité d’une nouvelle intervention doivent être testés et comparés à ceux des meilleures interventions avérées, sauf dans les circonstances suivantes :

    lorsqu’il n’existe pas d’intervention avérée, l’utilisation de placebo, ou la non-intervention, est acceptable ; ou

    lorsque pour des raisons de méthodologie incontournables et scientifiquement fondées l’utilisation de toute intervention moins efficace que la meilleure éprouvée, l’utilisation d’un placebo, ou la non-intervention, est nécessaire afin de déterminer l’efficacité ou la sécurité d’une intervention,

    et lorsque les patients recevant une intervention moins efficace que la meilleure éprouvée, un placebo, ou une non-intervention, ne courent pas de risques supplémentaires de préjudices graves ou irréversibles du fait de n’avoir pas reçu la meilleure intervention éprouvée.

    Le plus grand soin doit être apporté afin d’éviter tout abus de cette option.

    Conditions de l’accès à l’intervention testée après l’essai clinique
    34. En prévision d’un essai clinique, les promoteurs, les chercheurs et les gouvernements des pays d’accueil devraient prévoir des dispositions pour que tous les participants qui ont encore besoin d’une intervention identifiée comme bénéfique dans l’essai puissent y accéder après celui-ci. Cette information doit également être communiquée aux participants au cours du processus de consentement éclairé.

    Enregistrement des recherches, publication et dissémination des résultats
    35. Toute recherche impliquant des êtres humains doit être enregistrée dans une banque de données accessible au public avant que ne soit recrutée la première personne impliquée dans la recherche.

    36. Les chercheurs, auteurs, promoteurs, rédacteurs et éditeurs ont tous des obligations éthiques concernant la publication et la dissémination des résultats de la recherche. Les chercheurs ont le devoir de mettre à la disposition du public les résultats de leurs recherches impliquant des êtres humains. Toutes les parties ont la responsabilité de fournir des rapports complets et précis. Ils devraient se conformer aux directives acceptées en matière d’éthique pour la rédaction de rapports. Les résultats aussi bien négatifs et non concluants que positifs doivent être publiés ou rendus publics par un autre moyen. La publication doit mentionner les sources de financement, les affiliations institutionnelles et les conflits d’intérêts. Les rapports de recherche non conformes aux principes de la présente Déclaration ne devraient pas être acceptés pour publication.

    Interventions non avérées dans la pratique clinique

    Lire la suite

  • RDC: Complot contre Tshilombo ourdi par Kamerhe, ficelé à Kingakati et "boutiqué" par Kigali !

    RDC: Complot contre Tshilombo ourdi par Kamerhe, ficelé à Kingakati et "boutiqué" par Kigali !

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

    freddy-mulongo-cach

    Le 8 mai 2018, sans mâcher ses mots et en toute liberté, Réveil FM International titrait : La Suisse et la diaspora congolaise: Collabos et Traîtres! 

    https://blogs.mediapart.fr/freddy-mulongo/blog/080518/la-suisse-et-la-diaspora-congolaise-collabos-et-traitres

    C'est avec les "Bena Luluabourg" de Genève que Vital Kamerhe est entrain de peaufiner son coup contre son aillé de Nairobi: Tshilombo !

    La Suisse est petite mais costaud. Pays démocratique,où il fait beau vivre, les tribalo-ethniques ont transformé ce beau pays en nid des collabos Zaïro-Congolais.
    La vague des braillards de la diaspora congolaise en Suisse qui avait rejoint l'AFDL devenu le PPRD-Parti Etat puis le MP et enfin le FCC sont des grands collabos contre la République démocratique du Congo: Jean Pierre Kambila, Benoit-Christian Kambinga, She Okitundu...

    En effet, le 23 juin 1999, le gouvernement congolais portait plainte devant la Cour internationale de Justice (CIJ) contre le Rwanda de Paul Kagame, Hitler Noir et bourreau du peuple congolais suite à l’agression d’une partie de son territoire par des troupes rwandaises. Le 15 janvier 2001, la République Démocratique Congo, via She Okitundu, qui sera nommé ministre des Affaires étrangères d'Alias Kabila, retirait ladite plainte. Le lendemain 16 janvier 2001, la terre entière apprenait l’attentat qui ôta la vie au troisième président de la République: M'zée Laurent-Désiré Kabila.

    Dans une ordonnance de la Cour internationale de Justice datée du 30 janvier 2001, on peut lire : «Le président de la Cour internationale de Justice, (…). Considérant que, par lettre du 15 janvier 2001, reçue au Greffe par télécopie le même jour, l’agent de la République démocratique du Congo, se référant au paragraphe 2 de l’article 89 du Règlement, a fait savoir à la Cour que le gouvernement de la République démocratique du Congo souhaitait se désister de l’instance et a précisé que «celui-ci se réservait la possibilité de faire valoir ultérieurement de nouveaux chefs de compétence de la Cour» !

    Le complot contre Tshilombo est ourdi par Vital Kamerhe avec les "Bena Luluabourg" de Genève. Des Cow-boys fatigués, Mobutistes nostalgiques, ils sont pré-retraités et retraités, fatigués de la Suisse. Ils veulent eux aussi aller à la mangeoire au pays pour jouir. Aigris, cupides, sournois, fourbes, bonimenteurs et corrompus, ils reçoivent leur pitance de Vital Kamerhe pour saborder Tshilombo. Nourris et blanchis par celui que certains Udpsiens appellent abusivement le "Coach", des "Bena Luluabourg" de Genève s’attellent à faire tomber Tshilombo au profit de Vital Kamerhé, leur bienfaiteur.

    Le plan contre Tshilombo est ourdi par Vital Kamerhe, ficelé à Kingakati et boutiqué par Kigali.

    freddy-mulongo-cach-3

    Primo: Pour traumatiser Tshilombo président nommé, on crée un vide autour du bénéficiaire de la Nomination Électorale, avec des morts en cascade parmi ses plus proches. C'est ce qui se passe actuellement. Esseulé on l'isole pour mieux l'abattre.

     

    freddy-mulongo-cach-4

    Secundo: Une fois Tshilombo tombé et éliminé...Vital Kamerhe, son directeur de cabinet va brandir l'accord de Nairobi, au Kenya entre l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS) et l'Union pour la Nation Congolaise (UNC) qui a produit Cap sur le changement "CACH". Cette coalition est née, à l'hôtel Sérena à Nairobi. Vital Kamerhe se désistait au profit de Tshilombo qui, en cas de victoire à la présidentielle du 30 décembre 2018, lui garantissait le poste de Premier ministre. Au bout de cinq ans, ils inverseraient les rôles. Donc l’accord de Nairobi couvre une décennie, avec un mandat présidentiel chacun et une primature chacun.
    Faute d'une majorité CACH à l'Assemblée nationale, le président de l'UNC a dû se contenter du fauteuil du directeur de cabinet de Tshilombo.
    Pour sa part, Tshilombo avait pris également l'engagement de soutenir la candidature de son allié Vital Kamerhe à l'élection présidentielle de 2023.

    freddy-mulongo-cach-2

     

    Tertio: La jurisprudence existe en RDC. Lors de l'élection frauduleuse Louis Michel 2006, pour être élu, le candidat indépendant Alias Kabila avait fait alliance avec le Parti Lumumbiste Unifié (PALU) d'Antoine Gizenga et l'UDEMO de Nzanga Mobutu. Revenons à l’élection Louis Michel 2006. Au premier tour sur 31 candidats figurants et putatifs, Azarias Ruberwa, président du mouvement rebelle-criminel pro-Rwandais n'aura que 0,1 %. Pour barrer la route à Jean-Pierre Bemba, candidat du MLC, en lice face à Alias Kabila... Vital Kamerhe, directeur de campagne d'Alias Kabila va parvenir à débaucher Antoine Gizenga, vieillard fatigué de 81 ans et candidat de Palu. Ayant obtenu 13 % des votes au premier tour, Gizenga est troisième de l'élection Louis Michel 2006 et se pose en arbitre du second tour entre Alias Kabila et Jean-Pierre Bemba. Le 30 septembre 2006, Antoine Gizenga signe au Grand hôtel de Kinshasa un accord de coalition qui vise à faire élire le président Joseph Kabila au second tour de l'élection présidentielle prévue pour le 29 octobre. L'accord prévoit aussi l'attribution du poste de Premier ministre à un membre du Parti Lumumbiste Unifié-d'Antoine Gizenga. Après la victoire d'Alias Kabila à la présidentielle, il est nommé comme informateur chargé de trouver au sein de l'Assemblée nationale une coalition majoritaire. Le 30 décembre 2006, il est nommé Premier ministre par Alias Kabila comme "président". Il prend la tête du nouveau gouvernement du pays le 5 février 2007, comprenant 59 membres. Ce gouvernement sera remanié, le 25 novembre 2007, produisant le second gouvernement Gizenga. Le 25 septembre 2008, Antoine Gizenga annonce sa démission du poste de Premier ministre. Tergiversations entre politicailleurs, le Palu va brandir l'accord du Grand Hotel de kinshasa: la primature revient au Palu ! Le 10 octobre 2008, Antoine Gizenga est remplacé à la primature par Adolphe Muzito jusqu'alors ministre du Budget.

    freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-255

    Quatro: Vital Kamerhe avec ses "Bena Luluabourg", le barbu de kingakati qui est d'ailleurs revenu à sa résidence spolié de GLM à la Gombé, Paul Kagamé, Hitler noir et tous les comploteurs-prédateurs qui veulent dominer sur le Congo, continuer à massacrer son peuple pour mieux piller ses ressources...veut écourter le quinquennat usurpé de Tshilombo, se faire catapulter sur le trône du Congo, terminer le mandat de Tshilombo et après faire ses 5 ans de l'accord de Nairobi.

    Vital Kamerhe se trompe d'époque et de pays. Que les "Bena Luluabourg" de Genève puissent bouffer son argent, c'est un fait de collaborationnisme et cupidité, rien de plus. La République démocratique du Congo n'est pas à vendre. Le peuple congolais se bat pour sa libération totale contre des imposteurs et usurpateurs comme lui.

    L'odieux deal contre le peuple congolais entre CACH-FCC est un acte sous seing privé qui n'engage pas la République. Si Tshilombo tombe Kamerhe tombera avec lui. Il n'y a pas d'alternative. Tshilombo a volé le destin de tout un peuple, avec Kamerhe dans sa gibecière. Les deux sont liés dans le putsch électoral du 30 décembre 2018, contre le peuple congolais.

    L'accord de Nairobi que Vital Kamerhe est prêt à brandir avec le soutien de ses "Bena Luluabourg" de Genève est nul. Alias Kabila ne sera plus président en RDC. Quant à Vital Kamerhe, il est autant nuisible pour le Congo que Tshilombo. Qu'il restitue d'abord les 15 millions volés à la présidence de la République. La RDC est un pays francophone. 

    Lire la suite

  • Présidence usurpée de Tshilombo infectée, Vidiye Tshimanga atteint du Covid19!

    RDC: La présidence usurpée de Tshilombo est infectée par le Coronavirus, Vidiye Tshimanga annonce qu'il est guérit du Covid-19 !

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

     

    freddy-mulongo-vidiye-tshimanga-2

     

    Le Coronavirus-Covid 19 est un virus de destruction massive. Eh bien, un vide est entrain de se créer à la cour du "Roi Pétaud"de l' imposteur et usurpateur. Ils tombent comme des mouches et se ramassent à la pelle à la présidence usurpée d'Angwalima Tshilombo ! Vidiye Tshimanga est l'alter ego de Tshilombo. Ils ont fait les 400 coups ensemble à Bruxelles. L'homme qui parle à l'oreille de Tshilombo est un arriviste, hautain et arrogant: Vidiye Tshimanga se permet tout ! 

    A bon, quand est-ce que Vidiye Tshimanga, le checkuleur et homme qui souffle à l'oreille de Tshilombo était-il tombé malade?  N'est-ce pas le même Vidiye Tshimanga  qui avait influencé Angwalima  Tshilombo d'insulter la diaspora à Londres de "CombatNtaba". Quel toupet?  Vidiye Tshimanga a annoncé sur son compte twitter qu'il est guérit du Covid 19 ? Pourquoi vient -il nous annoncer sa guérison alors que personne ne savait qu'il était contaminé ? Quelle est la preuve qu'il est vraiment guérit ? S'agit-il d'un simulacre ? Où bien, c'est la trouille de voir le décès inopiné de Patrick Ilunga, un autre conseiller de Tshilombo ?

     

    freddy-mulongo-vidiye-tshimanga-1

     

    Arriviste, arrogant et imbu de lui-même, Vidiye Tshimanga qui a vécu à Bruxelles de la manière dont on sait, quelle mouche l'a piqué pour insulter la diaspora de "CombatNtaba" ?
    Nous voulons voir Tshimanga faire 100 pompes, faire le marathon et manger le Bukula Bwa Nseka seul comme un grand pour croire !

    Déjà la Maman de Patrick Ilunga crie au scandale. Elle ne croit pas que son fils est mort du Covid 19 mais empoisonné à la présidence de Tshilombo.

    Lire la suite

  • "Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

    "Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

     
     

    Le coronavirus révèle le fonctionnement de deux pays sur le même continent. Un pays qui fonctionne où l'Etat use de son pouvoir régalien pour protéger sa population: Le Ghana. Un autre pays, la République démocratique du Congo où des kuluna et chekuleurs cravatés ont pris en otage, une population exsangue par la misère, pauvreté, chômage, malnutrition, vols des deniers publics, corruption généralisée...

    Kwame Nkrumah et Patrice Lumumba était des panafricanistes convaincus qui aiment chacun son pays. Qu'en est-il de leurs héritiers ?

     
     

     

    Le Ghana met 100 millions de dollars et des équipements aux Ghanéens: les masques sont distribués, les rues sont nettoyés, des évêques, pasteurs et imams prient et jeûne ensembles pour leur pays. Le Ghana a 2 décès sur les 68 cas déclarés positifs.

    La République démocratique du Congo est dans la mal gouvernance depuis plusieurs décennies et parmi ses fléaux qu'elle traîne comme un un boulet, il y a celui de la légitimité de ses dirigeants. La fraude électorale est devenue un sport national.

     
     

     

    En République démocratique du Congo, c'est la bouillabaisse. Le régime Tshilombo décide le confinement d'une population qui vit avec -1 dollar par jour, au jour le jour. Des autorités dictent des mesurettes sans véritable prises en charges des populations. Le régime de Kinshasa ne connait même pas le nombre de sa population, le dernier recensement date de 1984.

     
     

    Après avoir dépensé 80 millions de dollars pour des voyages inutiles d'Angwalima Tshilombo voleur du destin du peuple congolais, et dépensé 10 millions pour le mausolée d'Etienne Tshisekedi "Héros National" qui avait empêché en 1969, Joseph Kasa-Vubu, premier président du Congo d'aller se faire soigner en Belgique et lui avait coupé l'eau et l'électricité à sa résidence...Tshilombo met 1 million 800 mille dollars pour 80 millions de Congolais et tend la main à l'aide internationale.
    Tshilombo met en place un Fonds national de solidarité contre le coronavirus" (FNSCC) sans y mettre un sou. Angwalima Tshilombo attend l'argent des autres. Inconscient, incapacitaire et médiocre, Tshilombo est une calmité pour et contre le Congo.

    Le Ghana est passé par des moments difficiles mais il s'en sort mieux que la République démocratique du Congo. Le Ghana est le seul pays africain qui a eu un Secrétaire Général de l'ONU: Koffi Annan. Il y a eu aussi Jerry Rollins.

    En juin 1979, Rawlings et plusieurs officiers subalternes organisent avec succès un coup d'État militaire. Avec le Conseil des forces révolutionnaires, il dirige le pays pendant 112 jours, au cours desquels plusieurs dirigeants, dont le général Ignatius Kutu Acheampong, sont jugés et exécutés. Rawlings cède alors le pouvoir à un président civil élu librement, Hilla Limann. Ce dernier renvoie rapidement le putschiste de l'aviation.

    Rawlings n'en demeure pas moins une figure populaire. Face à l'incompétence du nouveau régime civil qui ne parvient pas à enrayer le déclin de l'économie nationale, il décide, le 31 décembre 1981, de renverser le gouvernement de Limann. Rawlings constitue un Conseil provisoire de la défense nationale pour remplacer le gouvernement et fait emprisonner Limann et quelque 200 hommes politiques.

    Il crée des comités de défense populaire dans les quartiers, ainsi que des conseils de travailleurs destinés à contrôler la production des usines. Lorsque ces structures et diverses autres mesures populistes se révèlent un échec en 1983, Rawlings fait machine arrière et adopte une politique économique conservatrice éditée par le F.M.I. et la Banque mondiale. Il diminue ainsi les subventions et le contrôle des prix afin de réduire l'inflation, privatise de nombreuses entreprises publiques et dévalue la monnaie en vue de stimuler les exportations. Cette libéralisation dope l'économie ghanéenne, qui affiche au début des années 1990 l'un des taux de croissance les plus élevés d'Afrique.

    Rawlings est élu président en 1992, et réélu en 1996. La Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat, il se retire au début de l'année 2001, cédant la présidence à John Kufuor. Il aura apporté la stabilité politique au Ghana tout en gérant l'économie d'une main de maître, mais en laissant se creuser le fossé entre les riches et les pauvres. À tout juste 71 ans, Jerry Rawlings reste une personnalité qui compte dans le paysage politique ghanéen et en Afrique de l’Ouest. Si l’ancien chef de l’État s’exprime moins souvent dans les médias, chacune de ses interventions est très attendue.

    La pandémie de coronavirus “s’accélère”. L’OMS appelle l’Afrique à “se réveiller” et se préparer au “pire”.
    Des mesures drastiques sont prises par certains pays sur le continent pour endiguer l‘épidémie de coronavirus.
    Plus de 2 400 cas confirmés dans 46 pays pour 66 décès en Afrique.

    Le Ghana est un pays démocratique que j'ai eu la grâce de visiter en novembre 2016 lors de la visite officielle du premier ministre français. J'ai été accrédité pour couvrir ce déplacement.

    Lire la suite

  • RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

    RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

     

    Le Coronavirus est une drôle de maladie. L'enterrement se fait le même jour, sans la présence de la famille. Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba qui est décédé ce matin à 5h du matin a été enterré cet après-midi à Kinshasa. Personne ne connait l'endroit exacte de sa dernière demeure. Bizarre tout de même. Le jour du putsch électoral d'Angwalima Tshilombo, Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba s'était fait accompagné d'une cohorte d'avocats, une quarantaine, à la Cour Constitutionnelle pour défendre la fraude électorale et la tricherie de son neveu Tshilombo, voleur de tout un destin du peuple congolais. Il aura été à toutes les négociations entre Udps et le régime dictatorial d'Alias Kabila: Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa. Pour avoir été avocat de deux famille Chebeya et Bazana, puis par après défenseur du régime Kabila sur le même dossier, cela jette un trouble dans l'esprit de plus d'un Congolais.

     
     
     
     

     

     
     

     

    Lire la suite

  • RDC: Tshilombo débloque 1,8 millions de dollars pour lutter contre le Coronavirus...Alias Kabila touche 680 000 dollars par mois et à vie ! Plaisanterie, méprise ou insulte au peuple congolais ?

    RDC: Tshilombo débloque 1,8 millions de dollars pour lutter contre le Coronavirus...Alias Kabila touche 680 000 dollars par mois et à vie ! Plaisanterie, méprise ou insulte au peuple congolais ?

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

     

     
     

    La population est la première richesse d'un pays. Le gouvernement normal, responsable et non de pacotille a l'obligation de protéger son peuple. Certes, la République démocratique du Congo n'est pas préparé contre le Covid-19. Avec cette pandémie qui extermine des populations, la question demeure: le Congo a combien des médecins, infirmiers, lits, machines respiratoires...pour s'occuper des malades et accompagner le pays, dans cette période de confinement ?

     
     

    Sommes un peuple stupide et sans scrupules ? Pourquoi accepter qu'un conglomérat d'arrivistes, parvenus, politicailleurs, ventriotes, véreux et mafieux prennent en otage tout un peuple?

     
     

     

    Avec 1,8 millions de dollars américains pour lutter contre le Covid-19 pour une population de 80 millions d'habitants ? Le gouvernement de Tshilombo est cynique, diabolique, machiavélique et satanique.

    Le peuple congolais vit avec -1 dollar par jour. Il n'a ni eau potable ni électricité ni transport en commun...les Congolais vivent au jour le jour. Et ces politicards-droitards sans cœur donnent des directives sans budget ? Depuis l'annonce alambiquée de Tshilombo pour le confinement, les prix des denrées alimentaires ont grimpé l'ascenseur. Des familles ne savent pas où donner la tête.

    Alias Kabila, le barbu de Kingakati qui a nommé Angwalima Tshilombo, après un odieux deal contre le peuple congolais, touche 680 000 dollars par mois et à vie !

    Un simple décret de Bruno Tshibala a octroyé des avantages colossaux aux anciens ministres sortants. 400.000$ de rente annuelle pour les anciens présidents de l'assemblée nationale !

    Plus de 5 millions pour les funérailles d'Étienne Tshisekedi wa Mulumba "Mula Nkwasa" pour le mausolée et les cérémonies.

    Gilbert Kankonde, Ministre de l'intérieur de Tshilombo avait préconisé un budget de 9 millions de dollars uniquement pour des extincteurs.

    André Kabanda, ministre attaché à la présidence usurpée de Tshilombo avait proposé un budget de 6 millions de dollars pour fêter le 1 an de passation pacifique du pouvoir. Alors qu'il y a eu deal et que Tshilombo est bénéficiaire d'une Nomination Électorale.

    La disparition de 15 millions de dollars dans les tiroirs de la présidence usurpée d'Angwalima Tshilombo n'émeut personne. Pour l'avoir dénoncé, Mike Mukebayi croupit à la prison de Makala. Député provincial et ancien journaliste, il est le premier prisonnier politique personnel de Tshilombo, voleur du destin de tout un peuple.

    Octobre 2017, la société Fleurette Mumi, propriété de l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, consent à prêter à la Gécamines 200 millions d’euros. Une première tranche de 128 millions d’euros est versée. Six mois plus tard, en avril 2018, ce prêt arrive à échéance. Mais l’entreprise minière refuse de rembourser la somme. Selon les avocats de la Gécamines, s’acquitter de cette dette alors que Gertler est soumis à des sanctions du Trésor américain depuis décembre 2017 exposerait la Gécamines à des sanctions. Où sont les 200 millions d'Albert Yuma ?

    Empruntant souvent Mabundi Airways, Angwalima Tshilombo, le grand pavaneur et touriste impénitent a effectué le tour du monde: 80 millions de voyages inutiles et dispendieux !

    Lire la suite

  • Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

    Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

     
     

    L'hécatombe commence. Les morts vont se ramasser à la pelle comme des feuilles mortes. Le coronavirus n’attrape pas les noirs, mon œil ! Théorie bidon prônée par des écervelés. Les pro-concerts Fally Ipupa à Paris Bercy, le 28 février dernier, qui étaient déterminés avec leurs lobbyistes de défier la diaspora congolaise avec la Fatwa Anti-Concerts, tombe un à un frappé du Covid-19.

    Fally Ipupa-Coronavirus aura des morts sur sa conscience. Muana Mayele Ayokaka. Avec ces morts, qu'est-ce que son concert a-t-il apporté ? Rien ! Défier tout un peuple à cause des petits intérêts mercantiles, voici les premières conséquences. Que tes politicailleurs-ventriotes et lobbyistes ramènent à la vie ceux qui sont morts.

     
     

    Amoureux de musiques africaines, c'est le confrère Jean-Michel Denis, qui a introduit Fally Ipupa sur scène de Bercy le 28 février dernier. Il est décédé le 16 mars à Paris, emporté par le Coronavirus. Il a commencé à tousser juste après le concert de Fally Ipupa à Bercy, sa santé s’est dégradée et gâtée par la suite. Et le coronavirus l’a emporté.

    Dedié Bandubola est la première victime du Coronavirus à Kinshasa en République démocratique du Congo. Lui aussi était au concert de Fally Ipupa à Bercy. Arrogant rabatteur qui avait trompeté pour Fally Ipupa en plein Paris venu de Kinshasa. Étaient-ils parmi ceux qui avaient garanti les paiement des casses et dégâts à la gare de Lyon ? Il était parmi ceux qui incitaient à aller à Bercy pour le concert de Fally Ipupa comme le montre cette vidéo. Son chauffeur est aussi décédé et 5 autres personnes sont contaminées.

    https://www.facebook.com/DeniseDusauchoyOfficiel/videos/515442892699830/

    Le cas de cet individu arrogant est plus problématique. Dedié Bandubola était le directeur adjoint au cabinet de sa sœur Acacia Bandubola Mbongo, Ministre de l'Economie nationale. Donc ce cabinet familial est-il au service du Congo ou de la famille Bandubola-Bena Mpuka ? Qu'est-ce qu'un pseudo- médecin connait de l'économie ? Comment une ministre peut avoir son frère comme Directeur Adjoint dans son cabinet ?

    Le Congo est tombé si bas. Personne ne dénonce le clientélisme et népotisme au ministère de l'économie nationale.
    La sœur nomme son frère directeur adjoint de cabinet, personne ne pipe mot. Parce que la fameuse ministre a des liens familiaux avec Angwalima Tshilombo avec sa présidence usurpée.

    Aux thuriféraires-blablateurs de Kinshasa qui nous abreuvent sur les réseaux sociaux avec "Nos condoléances" faisant l' éloge funèbre et hommage funéraire à un certain Dedié Bandubola doivent se raviser.

    Lire la suite

  • Paris, après le concert très controversé, politique, politisé et instrumentalisé de Fally Ipupa, l’AccorHotels Arena Bercy est entrain de perdre 250 millions d'euros de recettes !

    Paris, après le concert très controversé, politique, politisé et instrumentalisé de Fally Ipupa, l’AccorHotels Arena Bercy est entrain de perdre 250 millions d'euros de recettes !

    Freddy Mulongo, Réveil FM International

     
     

    Fally Ipupa Libabé to Ko loka ? Ce n'est pas de sitôt qu'il reverra les grandes salles parisiennes. Fally Akangisi Masolo ! En effet, la venue de Fally Ipupa à Bercy, un chanteur politisé et instrumentalisé par les ennemis du Congo et réputé proche du régime d'imposture et d'occupation de Kinshasa, avait suscité de vives tensions aux abords de la Gare de Lyon, où plusieurs départs d’incendie avaient eu lieu. Vers 17h30, un incendie s’est déclaré près de la Gare de Lyon à Paris, dégageant une épaisse fumée noire.

     
     

     

    Aucun artiste Congolais ne jouera plus à Paris. Depuis son concert controversé, politique, politisé et instrumentalisé par le Rwanda, le Congo-Brazzaville, la RDC et la Francophonie, qui a occasionné des casses et dégâts à la gare de Lyon, le 28 février dernier...tout le monde fuit l’AccorHotels Arena. Les Congolais n'y sont pour rien. La Fatwa Anti-Concerts non plus.

     
     

     

    Des annulations se font en cascade surtout par des artistes internationaux. Coronavirus plus syndrome de la gare de Lyon. Les artistes se décommandent.

    On évalue à 250 millions d'euros les pertes de recettes liées aux annulations de concerts du 5 mars au 31 mai. Et entre 50 % et 60 % la baisse des achats de billets pour les spectacles à venir. C'est dix fois pire qu'après le Bataclan et les attentats de novembre 2015.

     
     

     

    L’arrêté préfectoral parisien interdit les rassemblements de plus de 5000 personnes jusque fin mai. Coronavirus : à Paris, l’AccorHotels Arena doit reporter 21 spectacles.

    Comme on pouvait s'y attendre avec l'expansion de l'épidémie de coronavirus Covid-19, Bercy, la deuxième plus grande salle de spectacles parisienne − après Paris La Défense Arena à Nanterre (Hauts-de-Seine) − est fortement touché par l'arrêté pris ce jeudi 5 mars matin par la préfecture de Paris interdisant jusque fin mai les rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné.

    Concerts annulés à cause du coronavirus : «250 millions d’euros de recettes en moins» d'après Olivier Darbois, président du syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacles.

    On se pose la question si le 28 février, le coronavirus n'existait pas avec le concert politique de Fally Ipupa ?

    Les principaux spectacles annulés ou reportés
    Mars

    tournée de Gims (Nantes, Lyon, Lille, Bordeaux, Nice – 3 avril –) reportée
    7-8 mars : Paris Manga Sci-Fi Show (annulé)
    7 mars : Nuit de la Bretagne à La Défense Arena (annulé)
    12 mars : Ninho à Bercy (reporté)
    13 mars : Tryo à Bercy (reporté)
    14 mars : M. Pokora à Bercy (reporté)
    14 au 20 mars : Tommorowland Winter à l’Alpe d’Huez (annulé)
    15 au 21 mars : festival Rock The Pistes à Morzine (annulé)
    19 mars : Andrea Bocelli à Bercy (reporté)
    26 mars : Roméo Elvis à Bercy (reporté)
    26 mars : Avril Lavigne au Zénith de Paris (annulé)
    27 mars au 1er avril : festival CanneSeries (reporté)

    Lire la suite